Warning: Illegal string offset 'name' in [path]/includes/functions.php on line 6112
Torch, DirtyHarry500 vs Gustave (TOAW III)
+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 3
1 2 3 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 23
  1. #1
    Date d'inscription
    aot 2008
    Messages
    41

    Post Torch, DirtyHarry500 vs Gustave (TOAW III)

    Nuit du 7 au 8 Novembre 1942,

    L'armada alliée surgit devant les ports d'Afrique du Nord.

    La situation est la suivante : toutes les unités terrestres et aériennes d'Afrique du Nord sont verrouillées au départ du scénario, ceci afin de simuler l'effet de surprise lors de l'apparition de la flotte alliée. Les seules unités utilisables au premier tour sont les unités navales et les batteries côtières.

    Les cartes

    Alger:



    La flotte alliée est bien détectée, mais aucune trace de navires de débarquement. Il n'y a aucune raison d'ouvrir le feu. Le seul résultat serait de dévoiler leur nombre et emplacement.

    De plus, elles sont composées pour la plupart de pièces de 75mm bien insuffisantes contre des unités navales. La seule décision prise dans ce secteur est de basculer toutes les batteries en mode ignore losses : comme ce sont des unités fixes tournées vers la mer, il est inutile qu'elles épargnent leur potentiel quand viendra l'assaut.

    Il vaut mieux qu'elles résistent le plus longtemps et le plus efficacement possible afin d'infliger un maximum de pertes à l'adversaire.

    Oran:



    Trois sites de débarquement ont été identifiés par l'approche des transports alliés. Ces cibles constituées par les troupes embarquées sont à traiter en priorité. Les batteries côtières sont bien plus efficaces contre ces "soft targets" que contre des navires de guerre.

    Les batteries vont procéder de la manière suivante pour les 2 objectifs repérés au large du cap Carhon (à gauche): concentration des feux sur un seul objectif à la fois (premièrement celui le plus à l'est car il comporte plus de bataillons d'infanterie(6) que celui de l'ouest(3)); ensuite, suivant les résultats obtenus, le tir de l'ensemble des batteries sera reporté sur l'autre objectif ou non.

    Après le premier tir, place à l'évaluation des dommages : 94 squads d'infanterie détruits sur 162. Reste 68 squads dans l'hexagone.

    Il est facile de déterminer que l'hexagone à l'ouest comporte 81 squads (162/2). Il devient dès lors la cible privilégiée de la deuxième salve.

    Au terme de ce tour, il ne reste que 6 squads d'infanterie à l'ouest et 23 à l'est. Les artilleurs ont bien travaillé en détruisant 82% de la biffe ennemie repérée.

    Ça devrait manquer à DirtyHarry500 au tour prochain.

    L'unité de plage complètement à l'ouest à quant à elle été anéantie.

    Casablanca/Rabat:




    Même principe ici qu'à Oran. Les résultats sont toutefois moins importants car l'assaut amphibie est plus éloigné des batteries principales. toutefois, celles de Casablanca sont épaulées par les pièces du CL Primaquet et du BB Jean Bart. ces canons de gros calibre font un carton dans l'infanterie ennemie et les navires de soutien(RL Ships et DD).

    A la fin du tour et sur l'ensemble de la côte, l'ennemi a perdu 376 squads d'infanterie sur 450 repérés. Son infanterie est très affaiblie par la perte définitive de 8 bataillons d'infanterie.

    Comme la durée du scénario ne permet pas au camp allié de remplacer la majorité des troupes perdues, les 8 bataillons restant vont devoir terminer la campagne avec un effectif moyen de 30%, sans compter les pertes futures.

    Hélas pour moi, ce n'est que la première vague et je n'ai certainement pas pu repérer toutes les unités de débarquement.

    Les troupes coloniales, chichement armées, vont elles résister à la puissance anglo-américaine?

  2. #2
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    4 536
    Cet épisode de la guerre est vraiment tragique dans l'histoire de la France. Les pertes françaises et américaines furent nombreuses et pour rien. Une semaine aprés ces combats l'ensemble des troupes françaises rejoignaient le camp allié.

    "il n'y a que deux espèces de plans de campagne, les bons et les mauvais. les bons échouent presque toujours par des circonstances imprévues qui font souvent réussir les mauvais. " Napoléon

  3. #3
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Localisation
    provence
    Messages
    630
    j'ai entamé avec plaisir ce scenario de toaw3 contre gustave avec l'operation torch.
    une des regles imposée par le createur du scénario est que les navires alliés repérant un objectif comme une batterie cotiere ou un navire ne dégage pas.
    ce qui fait que j'ai respecté et laissé des navires qui bien sur oneu a combattre durement!
    comme il n'est pas possible de débarquer au 1er tour (de 6 heures), il faut etre a 1 hex de la plage alors ça provoque de grosses pertes dans la 1ere vague.
    une fois la tete de pont assurée ça ira mieux

  4. #4
    Date d'inscription
    aot 2008
    Messages
    41
    Citation Envoyé par dirtyharry500 Voir le message
    j
    une des règles imposée par le créateur du scénario est que les navires alliés repérant un objectif comme une batterie côtière ou un navire ne dégage pas.
    ce qui fait que j'ai respecté et laissé des navires qui bien sur on eu a combattre durement!
    comme il n'est pas possible de débarquer au 1er tour (de 6 heures), il faut être a 1 hex de la plage alors ça provoque de grosses pertes dans la 1ere vague.
    une fois la tête de pont assurée ça ira mieux
    Les règles maison du scénario sont ainsi faites : dès qu'une unité navale alliée entre en contact avec une unité AFN, elle doit engager le combat avant de pouvoir manœuvrer pour se dégager. Cette règle est là pour empêcher que les alliés effectuent une reconnaissance complète de la cote AFN sans essuyer un coup de canon.

    Le moteur de TOAW III n'est pas super performant dans la modélisation des combats navals, aussi les unités embarquées ont subi des pertes en fonction de la nature de leur blindage!

    Alors que l'infanterie et le génie ont vu leur squads fortement dégraissés par les tirs des batteries côtières, les blindés n'ont quant à eux subi que des pertes légères. L'infanterie mécanisée est dans une situation bizarre car il lui reste ses Half-Tracks, mais pas l'infanterie qui va avec.

    GUS

  5. #5
    Date d'inscription
    aot 2008
    Messages
    41
    Tours 2-3-4:

    Les débarquements ont eu lieu.

    La situation au Maroc

    Rabat/Casablanca


    Les alliés ont éliminé les principales positions à l'Est de Casablanca. Et progressent vers la ville. L'assaut est principalement donné par les blindés car l'infanterie US est mal en point dans le secteur. Les bombardements navals de la marine Nationale s'avérant inefficaces, celle-ci a décidé de s'en prendre à la flotte ennemie.

    Toutefois, après quelques succès initiaux(destruction des CL Brooklyn, Cleveland et de quelques destroyers), j'ai eu les yeux plus gros que le ventre et j'ai perdu le BB Jean Bart dans l'attaque du BB Massachusets. L'ennemi a riposté en détruisant la majorité des navires français restant (destroyers et CL Primauguet).

    Deux petits vaisseaux, échappant à la destruction ont pris le large afin de venger les pertes essuyées. ils se sont attaqué aux porte avions de la TG 34,9 et ont réussi à les couler (2 CVE type Sangamon).

    A Rabat, la situation est bien différente. Les français n'ont pu opposer qu'une résistance symbolique aux débarquements. Les forces françaises à Rabat sont encerclées. les divisions françaises de Meckes et de Fes, sont en cours de déploiement pour contre attaquer.

    Safi



    Les troupes françaises n'ont guère pu opposer de résistance dans le secteur. Le débarquement allié s'est effectué sans pertes et la garnison a vite été submergée. La division de Marrakech se porte au secours des troupes encerclées, mais son déploiement ne permettra certainement pas de sauver la garnison.
    Dernière modification par Gustave ; 08/08/2008 à 12h57.

  6. #6
    Date d'inscription
    aot 2008
    Messages
    41
    La situation en Algérie

    Oran:



    Après avoir vaillamment lutté, les batteries du cap Carhon ont été anéanties. Toutefois, leur contribution à la défense n'a pas été négligeable (Le bataillon d'infanterie dans le cercle rouge est un des rescapés du débarquement initial, il est réduit au tiers de son effectif).

    Un débarquement au Cap Falcon (pointe Ouest d'Oran)a été repoussé.

    Les forces de la X Beach et de la Z Beach n'ont pas été détectées avant leur débarquement et s'avèrent redoutables.

    Les unités de souveraineté présentes à l'intérieur des terres se rassemblent afin de contre attaquer.

    Alger:



    La situation d'Alger est de loin la plus critique. Aucune des 3 forces de débarquement n'a été détectée avant d'être à terre.

    Même si les troupes françaises tiennent leur position, leur qualité médiocre les empêche de contre attaquer. L'artillerie côtière n'a pas la portée suffisante pour attaquer l'ennemi et aucune unité navale n'est disponible dans le secteur. Le groupe aéronaval située en haut à gauche de la carte ne peut être attaqué alors qu'il est faiblement défendu.

    Les troupes de l'intérieur arrivent et commencent à presser les flanc gardes alliées.

    Commentaire général :

    La situation en Algérie semble sous contrôle, même si la situation d'Alger reste préoccupante.

    Au Maroc, la situation est toute autre. Le réseau ferré n'a pas permis d'acheminer des renforts à Casablanca. Cette ville ne pourra pas tenir bien longtemps.

    Rabat risque de tomber sous peu aussi et Safi n'est déjà plus qu'un souvenir.

    Les troupes françaises sont largement surclassées par leurs homologues US. Leur capacité de déplacement et leur puissance de feu sont deux fois plus faible. Il ne faut guère espérer de miracle sur ce théâtre d'opérations.

    GUS

  7. #7
    Date d'inscription
    fvrier 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 303
    Joli AAR, mais vous rendez cet épisode tragique encore plus pénible.

    PS: c'est le CL Primauguet. Le pauvre, il n'est jamais correctement appelé celui-là.
    La Tera me manque...

    - A mon avis, dans la guerre, il y a une chose attractive : c'est le défilé de la victoire. L'emmerdant, c'est tout ce qui se passe avant. Il faudrait toucher sa prime d'engagement et défiler tout de suite... avant que ça se gâte.
    Un taxi pour Tobrouk (1961) - M. Audiard

  8. #8
    Date d'inscription
    aot 2008
    Messages
    41
    Citation Envoyé par Thesix Voir le message
    Joli AAR, mais vous rendez cet épisode tragique encore plus pénible.

    PS: c'est le CL Primauguet. Le pauvre, il n'est jamais correctement appelé celui-là.
    Oui, c'est une véritable boucherie. Dans ce scénario, les forces d'Afrique du Nord sont très remontées contre les alliés.

    Les deux confrontations précédentes (Mers El Kébir et le la campagne du Liban/Syrie) ont laissé un gout amer.

    La marine s'est d'ores et déjà vengée (au tour 6, 4 Croiseurs Lourds et 2 porte avions alliés sont au fond de l'eau), l'infanterie attend son heure...

    PS: pour le Primauguet, je corrige.

    PS2 : J'ai failli oublier Madagascar.

    GUS
    Dernière modification par Gustave ; 08/08/2008 à 13h03. Motif: Oubli

  9. #9
    Date d'inscription
    aot 2008
    Messages
    41
    Tours 5-9 Nuit du 8 Novembre et journée du 9 Novembre 1942.

    La Situation en Algérie

    Oran :



    La Task Force Green qui attaquait à l'ouest d'Oran a été encerclée puis anéantie. Elle était constituée d'un bataillon d'infanterie mécanisée, d'un bataillon blindé, d'une compagnie antichar et d'une compagnie d'automoteurs d'artillerie.

    Les troupes alliées débarquées au cap Carhon se sont concentrées et attaquent notre dispositif à l'Est d'Oran.

    Un groupe de bombardiers alliés (46 B26 Marauder) s'est installé sur le terrain de Saint Leu(cercle rouge). Ce terrain reste à portée de notre artillerie lourde, exclusivement des 155 GPF. Celle ci n'a eu aucun mal à réduire cette formation au tiers de son effectif.

    Au petit matin, une reconnaissance navale en force des abords d'Oran a couté aux alliés la perte de 3 destroyers et des croiseurs Bermuda (lourd classe Fidji) et Aurora (léger classe Arethusa).

    Alger :



    Les alliés continuent de presser durement nos troupes au Cap Sidi Ferruch.

    Ils ont été défaits à l'Est de la ville et enfermés dans une poche au Cap Matifou(cercle rouge). Celle ci est en cours de réduction.

    En cours de journée, un bataillon parachutiste a débarqué dans le port d'Alger insuffisamment défendu. Il a toutefois été éliminé dès le tour suivant.

    Commentaire général :

    A Alger comme à Oran, nos troupes n'auront bientôt plus à se disperser pour répondre à une attaque en tenaille. Il sera alors plus facile d'assurer la défense du site.

    Les alliés semblent ne plus disposer de renforts terrestres.

  10. #10
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Localisation
    Toussus le Noble
    Messages
    3 625
    Sur le fond, il me pose un problème ce scénario.

    Néanmoins, l'AAR est passionnant

    Cette partie ne simule que Torch, ou vous jouez aussi le DAK et la 8ème armée plus à l'est?
    "Les ponts qui sautent? Ca dépend à quel hexagone est rattaché le pont..."

    Arnaud featuring "Madiran" le 11/06/08

Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages