Warning: Illegal string offset 'name' in [path]/includes/functions.php on line 6112
Koursk-Von EcVa vs Ivanov
+ Répondre à la discussion
Page 2 sur 13
PremièrePremière 1 2 3 4 12 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 11 à 20 sur 126
  1. #11
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    22h :

    Alors que le soir tombe, le champ de bataille connaît une certaine accalmie.

    Nord du saillant - Les Allemands nettoient toujours la première ligne soviétique mais ont interrompu leur avance en profondeur. Sur l'aile gauche soviétique, les blindés de la 20ème PzD ont évité de venir se frotter aux T-34, il est vrai nombreux, des 9ème et 19ème Corps blindés et de la 70ème Armée. Dans le même secteur et sur les arrières allemands, des mouvements ont été détectés mais les reconnaissances aériennes ont été infructueuses. Rokossovski prend tout de même des précautions pour parer à une éventuelle mauvaise surprise que serait un axe d'attaque excentré.

    Sud du saillant - Là aussi, les Allemands réduisent la première ligne. Sur les arrières soviétiques, c'est l'effervescence avec des routes encombrées de troupes à pied, de camions, de blindés et de trains d'artillerie. Cette fois, les mouvements se font en direction du front, avec quelques raids d'interdiction d'une Luftwaffe qui doit composer avec l'aviation soviétique. Vatoutine est confiant mais appréhende tout de même le choc des divisions blindées ennemies.

    Sur ces deux dernières heures, les pertes sont moins importantes : 31185 hommes, 411 canons, 93 véhicules et 2 avions côté russe et 20700 hommes, 122 canons, 189 véhicules et 5 avions côté allemand depuis le début de l'offensive.

  2. #12
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    Minuit :

    L'accalmie se confirme, les seules opérations concernant la réduction par les Allemands des dernières poches de résistance sur la première ligne soviétique. Le choix de sacrifier l'essentiel des unités qui s'y trouvaient coûte d'ailleurs assez cher en hommes aux Russes puisque près de 34000 d'entre eux ont été mis hors de combat durant cette première journée.

    Ont disparu de l'ordre de bataille soviétique environ 8 divisions : les 148ème, 81ème, 15ème fusiliers et la moitié des 8ème, 132ème et 280ème fusiliers au nord ; les 375ème fusiliers, 52ème et 67ème gardes et la moitié de la 71ème gardes au sud.

  3. #13
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Localisation
    Le we chez moi à Bordeaux (dans une cave), la semaine à Niort dans un château (sans cave)
    Messages
    1 045
    Il est 4H00 du matin ce 6 juillet 1943.

    Sur le front Nord, au QG de Model, les rapports se succèdent à une vitesse frénétique.

    A l'extrème gauche de son front, tenu par la 262eme ID, de fort rassemblement de troupe russe sont signalés. Même abritée derrière la Neruch', le général Woesner voit d'un mauvais oeil ce regroupement d'unité, à peine entamé par l'artillerie divisionnaire.

    Dans son prolongement, c'est le général Graf d'Oriola à la tête de la 299eme ID, qui envoie des rapports alarmants sur des regroupements d'infanterie russe et surtout de T34, avec appui de SU152 de la 48eme Army. Un raid de la Lutwaffe, laissera un sillage sanglant parmi les troupes russes. Pas loin de 500 frontoviks, et quelques T34 flamberont, mais surtout une dizaines d'unité d'infanterie russe, ainsi que 2 unités de T34 seront désorganisées.

    Au centre de la ligne de bataille, le calme est relatif.
    La 216eme ID et la 78eme Sturm Division nettoient la première ligne russe, toujours appuyées par des éléments lourds tel les Ferdinands, Sturmpanzer IV, ou Stug 3G. Durant les dernières heures, les villages de Shitokoye Boloto (100Pv) et Aleksandrovka (100pv), ont été investis car abandonnés par les troupes Russes.

    Model a demandé au généraul Von Kluge, commandant la 292eme ID et au général Hossback commandant la 31eme ID, d'en finir avec les positions résiduelles russes, tenues par des unités de la 132eme ID et 15eme RD russes, aux alentours de Yasnaya Polyana en lançant une attaque concentrique pour enfermer ces unités.

    Mais l'attention de Model est retenu par tout son front droit.
    Toute la journée précédente a été occupé à transférer des forces mobiles vers ce front. Le point d'impact de la ligne russe a été choisi avec soin. Il sera situé sur une largeur d'à peine 7 kilomètres. Les ordres de placement ont été attribué avec détail. Tout est fait pour réussir dès les premières heures.

    Entre 22 heures et 23 heures, les génraux Lubbe et Von Bodenhausen, reçoivent la confirmation de l'enclenchement de l'opération "Tartare Russe". Vers 3 heures du matin, un assourdissent grondement se fait entendre. Ce sont tous les moteurs Maybach qui sont enclenchés (pour les puristes du boulons de 13, c'est la version HL120 TRM).

    A 4 heures, aux environs Opoykovo, l'enfer pour les russes vient de se déchaîner brusquement. Un feu d'artillerie de toutes les pièces présentes, suivi d'un raid de la Lutwaffe, désorganise les troupes russes de la 102eme RD constituant la première ligne de défense. Ce sont les troupes d'infanterie de la 102eme ID teutonne qui assaillent les troupes désorganisées russes, les expulsant de leur retranchement.


    (Fantassins allemand venant de s'emparer d'une tranchée russe. Ceux ci observent la réaction de l'ennemi par dessus le remblai.)

    Soudain, aveuglés par les rayons du soleil levant, les russes éffarés voient déferler les panzers de la 12eme Panzer. Ceux ci ont pour mission de rompre cette ligne. Subissant attaque après attaque 3 unités russes de la 102eme se retrouvent à 4 kilomètres de leur ligne initiale, mais surtout la 12eme Panzer a créer une brèche dans cette partie du dispositif.

    C'est au tour de la 2eme Panzer de se lancer dans la tourmente et dans la brèche. En moins de 2 heures elle pénétre le dispositif russe sur une profondeur de 7 kilomètres. Les premiers contacts, sur ce qui est supposé être l'extrémité ouest de la deuxième ligne de défense russe constituée par des champs de mine et une unité AT de la 162eme RD sont effectifs. Devant cette marée montante et brutale, elle essuie des tirs de panzer, la désorganisant.


    ( Panzer IV de la 2eme Panzer Division à l'assaut avec section de Panzer Grenadier)

    Dans leurs roues les Tigers de la 505eme Abeitlung apparaissent aussi, pour certains leur course se finissant dans un champ de mine. (p'tain encore un).


    (Tiger 111 de la Schwere Panzer Abteilung 505 semble avoir roulé sur une mine comme l'indique l'activité de ses Panzershutzen)

    Et des environs de Ryl'sk jusqu'à Troisna, c'est toute la ligne allemande qui s'élance. Pas moins de 6 divisions d'infanterie allemande rentrent dans la bataille pour presser la ligne ennemie.

    Sur le front sud, la situation est bien plus calme qu'au nord.
    A Soldatskoye, la 322eme ID a repris sa marche en avant se heurtant à la 219eme RD Russe. A sa gauche la 255eme ID est sortie aussi de ses tranchées pour presser la ligne russe constituée par la 206eme RD russe.

    Au centre de la ligne allemande, comme au nord la sécurisation prime sur l'avance.

    Une unité de la 71eme RD de la Garde est anéantie par la 3eme Panzer avant de s'avancer à quelques kilomètres au delà de Voskhod.

    A Butovo, 3 unités de la 67eme RD de la Garde retranchées dans un bunker résistent toujours aux asssauts de la 11eme Panzer. Sur ordre de Mickl, des panzers III sont envoyés sur Cherkasskoye pour tater les lignes russes.

    La 167 ID tente toujours de réduire, des unités russes de la 52eme et 67eme RD de la Garde.

    La Division Totenkopf, après avoir anéanti 2 unités de la 52eme RD de la Garde isolées, continue son mouvement en avant, en se dirigeant vers Bikova. Elle tombe sur des unités russes défendant ce point (51eme et 52eme RD de la Garde).

    A droite de la Totenkopf, c'est la 168eme ID en charge de nettoyer toute opposition russe, jusqu'aux rives de la Lipovyy Donets. Ainsi plusieurs unités de la 375eme RD sont en passe d'être détruites dans les prochaines heures.

    A l'extémité est, des unités de la 320eme et 168eme ID, ont traversé le Donets pour encore tater non pas de la péruvienne éméchée (tel certains pitres au restaurant au vue des dernières photos de débauche), mais bien pressentir les défenses de la 72eme RD de la Garde.
    Dernière modification par EcVa233 ; 07/11/2009 à 17h17.
    aka Biroute en fleur
    Quand on demandait à Baudelaire s'il aimait les enfants, il répondait : "Oui, surtout la cervelle".
    J'ai dépensé 90% de mon fric dans la boisson, les filles et les bagnoles. Le reste, je l'ai gaspillé. (George Best)

  4. #14
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    6 juillet, 4 heures :

    A l'est d'Orel, la 63ème Armée Kolpakchi du Front de Briansk a reçu l'ordre d'effectuer une attaque sur le flanc de la 9ème Armée allemande. Dés l'aube, à quelques kilomètres au nord de Nizhneye-Skyorcheye (ouf!), un bataillon de la 348ème fusiliers franchit en force un pont sur la rivière Neruch et repousse les Allemands de la rive occidentale. Aussitôt, les T-34 du 231ème bataillon blindé ainsi qu'un régiment de SU-122 traversent la rivière pour consolider la tête de pont.

    30 km au sud-ouest, une seconde attaque a été montée par la 48ème Armée du Front du centre. Cette fois, les assauts soviétiques échouent pour la plupart. Seule une unité de la 299ème ID est délogée de ses positions mais la percée ne peut être obtenue.

    Nord du saillant - En face des positions de la 13ème Armée, aucune attaque d'envergure n'est signalée. En revanche, sur le front du saillant, à la charnière entre les 65ème et 70ème Armées, à 25 km à l'ouest de Troisna, la foudre s'abat brutalement sur la 102ème fusiliers. La division est atomisée par au moins deux PzD appuyées par des Tigres. Le divisionnaire Andreev, comprenant difficilement ce qui se passe, contacte directement Galanine pour lui signaler la présence des 2ème et 12ème PzD, de chars lourds, de la 102ème ID et d'un appui massif d'aviation et d'artillerie.
    Au vu du rapport, Rokossovski estime qu'il s'agit d'une attaque de grande envergure. Son front et crevé sur une largeur d'une dizaine de kilomètres et il doit réagir rapidement. Aussitôt, il donne des ordres qu'il fait confirmer auprès de la STAVKA. Il apprend alors que les Allemands attaquent sur toute la face ouest du saillant les 65ème, 60ème et 38ème Armées, et que certaines unités sont déjà en diffculté.

    Sud du saillant - Paradoxalement, la situation y est relativement calme. Sur l'aile gauche allemande, c'est la 40ème Armée qui est fortement sollicitée, Soldatskoye étant perdue. Au centre, la Totenkopf arrive au contact de la seconde ligne soviétique, mais sans dégâts pour le moment.

    Le niveau des pertes monte brusquement : 38674 hommes, 467 canons, 105 véhicules et 2 avions côté soviétique ; 24955 hommes, 126 Canons, 231 véhicules et 13 avions côté allemand.

  5. #15
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Localisation
    Le we chez moi à Bordeaux (dans une cave), la semaine à Niort dans un château (sans cave)
    Messages
    1 045
    Il est 6H00 du matin ce 6 juillet 1943.


    Front Nord

    A l'extrémité est du front, défendu par le Général Woessner, à la tête de la 262eme ID, la situation de celle-ci devient réellement préoccupante. Les demandes de renforts urgentes affluent au QG de Model. Malgré un passage de la Lutwaffe, et un feu d'artillerie concentrée, les troupes russes de la 63eme Armée, semble solide. Le seul fait notable est la désorganisation de l'unité de SU122, suite à un tir d'artillerie.

    Dans le prolongement de la 262eme ID, la 299eme ID du Général Graf d'Oriola, fait face avec optimisme à une attaque de la 137eme et 170eme RD russe, soutenues par des éléments mécanisés de la 48eme Armée russe. Près de 75% des troupes russes sont désorganisées et donc ne représente pas une menace immédiate.



    Sur le Front du XXIII AK de Freissner, la 216eme ID du Général Schack tente toujours de réduire des ilôts de résistance russe constitués par des unités des 8eme et 148eme RD Russes. Dans la continuité du front, la 292eme ID et la 86eme ID, du XLI PzK de Harpe, c'est toujours la réduction de différents ilôts de résistance qui prime avant un nouveau bond en avant. Ces ilôts sont constitués par divers éléments des 81eme et 15eme RD Russe.

    L'avancée concentrique des forces de la 292eme ID du général Von Kluge et de la 31eme ID du Général Hossbach, viennent d'enfermer 8 nouvelles unités russes de la 132eme et 15eme RD Russe, tout en prenant le village de Yashaya Polyana (100pv).

    Sur le front de l'offensive des 2eme et 12eme panzers, aux environs d'Opoykovo, la débâcle russe prend tournure. Les 3 bataillons de la 102eme RD, ont été emportés dans la tourmente. Seuls quelques russkof hagards regardent passer avec désarroie la multitude d'unité allemande, en train de se rabattre par un mouvement à revers sur les positions russes.

    Ce sont aussi les quelques habitants restants de Punino, qui médusés voient passer en trombe les troupes et éléments mécanisés de la 12eme Panzer. L'unité AT de la 162eme RD, n'a pu qu'offrir une résistance symbolique aux troupes du Général Lubbe, avant d'être atomisée sur place.



    Sur le reste du front jusqu'à Ryelsk', ce sont les troupes du XXeme AK de Von Roman et les troupes du XIIIeme AK de Siebert qui continue à pousser les troupes russes.

    Front Sud

    Au nord de Sankovka, ce sont les panthers du 51eme et 52eme Abt qui crée la surprise dans la ligne russe. La 206eme RD russe défendant ce point est enfoncée sur 3 kilomètres de large, permettant aux panthers de progresser de 3 à 4 kilomètres dans les lignes russes.

    A sa droite c'est la Grossdeutchland qui vient d'apparaître, mais qui ne peut forcer la ligne défendue par la 100eme RD. Néanmoins, la 100eme RD Russe encaisse des tirs qui désorganisent en partie plusieurs éléments de la ligne russe. Ce nouveau mouvement en avant est appuyé par les troupes du Général Fretter-Pico commandant la 57eme ID.

    Dans leur prolongement, ce sont les troupes de la 255eme et 322eme ID qui continue de tenir sous leur feu les unités russes de première ligne des 100eme, 219eme et 71eme RD, de la Garde pour la 71eme.



    La 3eme Panzer du Général Westhoven continue sa progression plein nord.

    La 11eme Panzer de Mickl, tente toujours de réduire à Butovo la résistance d'unité de la 67eme RD de la Garde. Cette petite poche devrait être définitivement réduite dans les prochaines heures.
    Mais cette poche n'empêche point les éléments blindés de cette panzer à avancer sur Cherssaskoye, voire pour certaines à dépasser ce point. Un nouceau ilôt de résistance russe est encerclé constitué juste par une unité de la 6eme Armée de la Garde.

    La division Totenkopf avance toujours sur Bikovka et prend contact avec ce qui semble être la deuxième ligne de défense russe.

    Pour finir sur cette partie, les unités de la 168eme ID de Beaulieu, commencent à anéantir le dernier ilôt de russes constitué par des unités de la 375eme RD.

    Enfin du coté de Pristen, des unités de la 106eme et 320eme ID consolident la tête de pont devant des unités de la 72eme RD de la Garde et des unités de la 213eme RD.
    Dernière modification par EcVa233 ; 11/11/2009 à 12h07.
    aka Biroute en fleur
    Quand on demandait à Baudelaire s'il aimait les enfants, il répondait : "Oui, surtout la cervelle".
    J'ai dépensé 90% de mon fric dans la boisson, les filles et les bagnoles. Le reste, je l'ai gaspillé. (George Best)

  6. #16
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    6 heures :

    Nord du saillant - La brèche pratiquée par les 2ème et 12ème PzD entre Opoykovo et Kucheryayevka atteint maintenant 15 km de largeur. Des unités ennemies ont été repérées à une dizaine de km au sud, mais mal identifiées. Pour Rokossovski, il ne peut plus être question de raccommoder ce trou qui menace de séparer les 65ème et 70ème Armées. Sur la face ouest du saillant, les divisions d'infanterie alemandes se sont lancées à l'assaut des 65ème, 60ème et 38ème Armées et des pans entiers du front menacent de céder.

    Pour le moment, ordre est donné à la 48ème Armée de Romanenko de presser le flanc gauche allemand, à 25 km au nord du saillant, à hauteur de Zmiyevka. Trois divisions de fusiliers et plusieurs bataillons blindés tentent de forcer le passage défendu par la 299ème ID qui commence à fléchir. La Luftwaffe est intervenue plusieurs fois depuis l'aube et certainement permis d'éviter la percée.

    A 30 km au nord-est, le Front de Briansk a également été mis à contribution. La tête de pont sur la Neruch est encore fragile mais se consolide peu à peu. Là également, la 262ème ID, matraquée par les 122mm soviètiques, donne de la bande.


    Sud du saillant - Deux heures après le Front du Centre, c'est le Front de Voronezh qui subit un coup de boutoir. Le coup a été donné sur le menton du saillant, avec les Panthers du 48ème PanzerKorps et la Grossdeutschland. C'est la 40ème Armée de Moskalenko qui encaisse le choc, particulièrement les 100ème et 206ème fusiliers, déjà travaillées par l'infanterie allemande depuis 24 heures. Les Panthers coupent en deux la 206ème alors que sur leur droite, la GD malmène la 100ème qui parvient cependant à conserver sa cohésion.

    Alors qu'au centre, devant Yakovlevo, la seule Totenkopf avance timidement, Kempf a franchi le Donetz à hauteur de Shebekino avec la 320ème ID.

    Après Rokossovski, c'est au tour de Vatoutine de demander à la Stavka l'intervention du Front de la Steppe, sans succès pour le moment.

  7. #17
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Localisation
    Le we chez moi à Bordeaux (dans une cave), la semaine à Niort dans un château (sans cave)
    Messages
    1 045
    Il est 8H00 ce 6 juillet 1943

    Sur le front nord
    La 262eme ID de Woessner fait le dos rond en attendant les renforts présumés, devant les éléments avancés de la 63eme Armée russe. Toutes les unités sont mis en état de défense.

    Pour la 299eme ID, c'est le même schéma tactique. Essayez de géner le russe, pour éviter ue rupture du front. In extremis une compagnie a été sauvée d'une mort certaine. Mal positionnée elle s'est retrouvée isolée de la ligne de combat.

    Sur le centre, les différentes divisions s'activent toujours à détruire les dernières poches de résistances terrées dans des bunkers.

    Sur le front de rupture, les forces les plus rapides, sont envoyées dans le dos des russes de la 102eme RD. Tel un boa, le Général Bodenhausen cherche à s'enrouler dans le dos des défenseurs russes pour les isoler et les détruire. Ces dernières heures, l'artillerie divisionnaire de la 102eme RD russe s'est émietté au premier assaut. 2 unités d'infanterie, 1 unité d'AT, de génie et le QG de la 102eme RD se retrouve isolés, coincées dans les anneaux de l'armée allemande.

    Les panzers IV toujours en pointe, prennent contact avec leur prochaine proie : la 149eme RD.

    La 2eme panzer avance toujours tout azimut et aucune présence russe n'est détectée.

    Sur le front Sud.
    Les panthers des 51 et 52eme Abt, délaissant la première ligne russe, fonce droit devant, arrivent dans les faubourg de Vyazovoye, et tombe sur ce qui semble être une ligne de résistance russe, constituée par des unité de la 184eme RD qui ne semblent pas avoir eu le temps de préparer des tranchées. Un partie des panthers se rabat sur la ligne de défense russe et ce sont 9 nouvelles unités russes principalement de la 206eme RD qui vont gouter aux crocs de la 6eme panzer de Huenersdorf. Cette nouvelle division vient d'être lancée dans la brèche, les panzers en appuie des panthers. Son infanterie se prépare à aider les troupes de la 51eme ID, à la destruction des forces russes isolées.

    Sur sa droite, la Grossdeutchland, pousse toujours les unités de la 100eme RD, mais sans obtenir de percée. Il faut dire qu'à cet endroit de nombreux cours d'eau entrave les mouvements de cette division, l'empêchant de lancer assaut sur assaut pour rompre.

    Le centre du front sud, se calme, Hausser attend surtout une heure plus clémente pour porter son effort.

    A l'est du front sud, les unités de la 320eme et 106eme ID sécurisent et agrandissent la tête de pont au delà du Donets.
    aka Biroute en fleur
    Quand on demandait à Baudelaire s'il aimait les enfants, il répondait : "Oui, surtout la cervelle".
    J'ai dépensé 90% de mon fric dans la boisson, les filles et les bagnoles. Le reste, je l'ai gaspillé. (George Best)

  8. #18
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    8 heures :

    Nord du saillant - Sur la Neruch, la 63ème Armée du Front de Briansk poursuit tranquillement l'extension de sa tête de pont. L'artillerie pilonne les fantassins de la 262ème ID tandis que trois bataillons soviétiques supplémentaires franchissent la rivière.

    A 15 km à l'est de Zmiyevka, plusieurs divisions de la 48ème Armée exercent une pression soutenue sur la 299ème ID. Pluusieurs unités allemandes sont éjectées de leurs retranchements, mais le front ne peut être rompu.

    La percée ennemie entre les 65ème et 70ème Armées prend de l'ampleur. Sur leur droite, les Allemands font donner la 12ème PzD qui tente de prendre à revers l'infanterie de la 65ème Armée. Sur leur gauche, peu d'unités sont visibles. Des véhicules AA placés en flanc-garde sont pris à partie par des blindés accourus sur le flanc de la percée et perdent plusieurs des leurs. Pour le moment, il est difficile de connaître le nombre exact d'unités engagées dans la brèche.

    Flanc du saillant - Outre la poussée généralisée de son infanterie sur l'ensemble du front, l'ennemi a engagé un KG de la 8ème PzD à Dorovodye et enfoncé la 193ème fusiliers de la 65ème Armée. Dans l'ensemble, les fantassins soviétiques opposent une belle résistance et, en certains endroits, l'infanterie allemande est à bout de souffle. C'est la 38ème Armée qui souffre le plus, obligée de céder du terrain à plusieurs endroits.

    Sud du saillant - La 40ème Armée encaisse toujours le gros de l'attaque allemande, avec pour le moment la 6ème PzD sur la gauche, le Panthers du XLVIIIème Panzerkorps au centre et la Grossdeutschland à droite. La 206ème fusiliers est largement encerclée alors que 100ème et 219ème fusiliers tentent avec difficulté de maintenir un front cohérent. Les Panthers atteignent les positions de la 184ème fusiliers, à laquelle avant été donnée l'ordre de rester sur place. Le divisionnaire Tsukarev tente de positionner ses unités de manière plus rationnelle, mais il est bien tard pour cela.

    Sur le Donetz, la 320ème ID a établi une tête de pont sur la rive est, mais elle est contenue pour le moment par les unités de la 7ème Armée de la Garde.

  9. #19
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Localisation
    Le we chez moi à Bordeaux (dans une cave), la semaine à Niort dans un château (sans cave)
    Messages
    1 045
    Il est 10H00 ce 6 juillet


    Sur le Front Nord

    Le général Woessner, à la tête de sa 262eme ID tient tête aux éléments russes de la 129eme, 348eme, 250eme RD russes. Même appuyé par des T34 de la 63eme Army, il recule pas à pas.

    Par contre le général Graf d'Oriola a vu sa division, la 299eme ID, avec peur, commencer à se déliter en moins de 4 heures. Exposée à la puissante artillerie russe, aux tirs et assauts de 2 RD russes appuyées par des T34 et autres éléments mécanisée, la fatigue de ses troupes montait à une allure vertigineuse. Mais un seul mot d'ordre était dans son esprit. Tenir coute que coute. Sur sa gauche, 2 bataillons trop fatigués allaient flancher pris à partie violement par des T34, lorsque dans un crissement de chenille, avec dérapage controlé, des panzers débouchent, et se positionnent pour venir colmater la brèche qu'allait forcement créer les troupes russes dans les prochaines heures.
    De nouvelles troupes motorisées, commencent à sinuer entre les troupes fatiguées de la 299eme ID.

    Model avait bien compris l'urgence de la situation. Des renforts puisés dans sa réserve stratégique sont venues prêter main-forte au flanc gauche du front Nord.

    Au centre du front Nord, les seuls évènements sont encore et toujours la réduction des derniers points de résistance russe, et Dieu sait qu'ils sont coriaces, vendant chèrement leur peau, assaut après assaut. Profitant de ces instants de répits, les troupes de la 78eme Sturm division, de la 86eme ID, de la 7eme ID et de la 258eme ID, nettoie leurs armes, se sustentent, bref prennent un peu de repos. Trop aguerris, ils ne font même plus attention aux quelques rafales d'arme automatique échangées devant leurs premières lignes.

    Dans la brèche nord

    A la tête de 3 panzers (4eme panzer de Von Saucken, 2eme panzer de Lubbe et 12eme panzer de Von Bodenhaussen), le général Lemelsen à la tête de son XLVII PanzerKorps est satifait de son mouvement.

    Le russe n'est plus en mesure de refermer la brèche. Malgré l'arrivée de T34 et de T70 sur son flanc il demande aux troupes d'infanterie de la 2eme Panzer de se positionner en flanc garde. Les troupes libérées de la 102eme ID commencent à se regrouper et avancer sur la 106eme RD russe, cherchant à donner la main aux éléments d'infanterie de la 2eme panzer, pour en prendre la relève.

    Son flanc étant gardé, le général Lemelsen lance une concentration de Panzer IV de la 2eme et 4eme panzer, appuyés toujours par les Tigres de la 505eme Abt à l'ouest de Yeremena. Cette force de frappe arrive à rompre et repousser une unité de T70 du 19eme Tank Korps.

    La 12eme Panzer est toujours à l'oeuvre dans le dos de la 102eme RD. Elle rassemble ses troupes d'infanterie avant de livrer des assauts, aider en cela par la 72eme ID. Ses têtes de colonnes avancent toujours dans le dos de la première ligne russe. Pour la petite histoire, déjà un dépot russe est tombé entre les mains de ce Panzer Korps, un deuxième devrait subir le même sort dans les prochaines heures. Ces dépots ont été très peu utilisés, et permettent d'éviter une trop grande consommation de notre propre ravitaillement.

    Du coté de Dorovodye, les panzers III du 8eme panzer régiment passent dans le dos de la défense de la 193eme RD.

    Sur le front du XIIIeme et XXeme AK, suivant les situations soit on tiraille en avançant soit la ligne russe subit des assauts, avec plus ou moins de bonheur pour le teuton.


    Sur le front Sud

    Les panthers des 51eme et 52eme Abt, plutot que d'entamer la lutte avec les russes de la 184eme RD positionnés à l'est de Vyazovoye, choisissent de contourner par l'ouest cette ville et continue à avancer dans le dos de la défense russe. A peine arriver à Kototilovka, ceux ci tombent sur leur premier dépot russe, toujours suivis par les éléments les plus rapides de la 6eme Panzer du général Huenersdorf.

    L'heure de l'équarissage arrive à grand pas pour la 206eme RD russe. Une première unité vient de de se rendre après de multiple assaut de la 57eme ID. Cette division est coincée entre la première ligne teutonne et les troupes de la 6eme Panzer qui commencent à l'assaillir dans son dos.

    A leur droite c'est enfin la Grossdeutchland, qui implose la première ligne russe constituée par des unités de la 100eme RD, créant enfin un brèche dans la ligne russe. Les Panzers IV et Stug commencent à avancer enfin dans la ligne de défense, mais à peine 2 kilométres en avant, elles tombent sur les T34 de la 40eme Army en embuscade.

    Sur sa droite, la 255eme ID du général Poppe, repousse toujours les troupes de la 100eme RD, et capture un nouveau dépot de ravitaillement russe.

    Sur sa droite la 322eme ID repousse des éléments de la 219eme RD russe, et réussi à prendre au piège 2 unités de la dites RD russe.

    Le centre du front sud est encore calme, les troupes ayant participer à l'attaque de la première ligne russe, se repose aussi comme leurs homologues du nord. Seuls les points de Kerevino et Cherkasskoye font l'objet d'une attention particulière.

    La seule activité notable est toujours à l'ordre de la Totenkpoft, qui délaissant le point défendu de Bykovka, préfère passer à l'ouest de cette position apparemment défendue par des éléments de la 52eme RD de la Garde Russe. Cette division doit être en plein désarroi, car les ordres de son QG viennent d'être interompus brutalement. Il vient de subir de plein fouet l'attaque en pointe des éléments avancés de la Totenkopft.

    A sa droite enfin la 168eme ID Teutonne prend calmement ses repères, en faisant office de flanc garde le long du Donets.

    Cette deuxième journée aura vue une récolte abondante de dépot russe ... Merci Yves
    aka Biroute en fleur
    Quand on demandait à Baudelaire s'il aimait les enfants, il répondait : "Oui, surtout la cervelle".
    J'ai dépensé 90% de mon fric dans la boisson, les filles et les bagnoles. Le reste, je l'ai gaspillé. (George Best)

  10. #20
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    10 heures :

    Nord du saillant - Sur la Neruch, la tête de pont soviétique s'agrandit lentement mais sûrement. Kolpakchi a maintenant fait passer 13 bataillons d'infanterie en plus des unités de soutien sur la rive ouest. La 262ème ID, maintenant étirée à l'extrême, semble sur le point de céder.

    Sur le front de la 48ème Armée, alors que la 299ème ID était au point de rupture, des blindés de la 18ème PzD font leur apparition pour corseter l'infanterie. Là encore, les Russes poursuivent lentement leur progression en usant l'adversaire.

    Au nord-ouest du saillant, les 65ème et 70ème Armées sont maintenant séparées de plus de 20km. Sur le côté droit de la brèche, la 70ème Armée se replie lentement et en bon ordre, alors que le 9ème Corps blindé de Bogdanov vient de faire son apparition sur le flanc ennemi. Un bataillon de grenadiers portés de la 2ème PzD est pris à partie par près de 200 T-34 et perd une centaine d'hommes. Plus au sud, le long de la Svapa, un poing blindé allemand, Tigres en tête et Panzer IV des 2ème et 4ème PzD, semble bifurquer vers l'est et percute des T-70 et des SU-76 du 19ème Corps blindé de Vassiliev. Les Russes doivent reculer sous le choc.

    De l'autre côté de la percée, la 12ème PzD tente d'enrouler le maximum d'unités de la 65ème Armée, dont la 102ème fusiliers déjà prise au piège.

    Dans le même secteur, des observateurs soviétiques d'un dépôt de ravitaillement, avant d'être capturés, ont le temps de signaler la présence d'une colonne de camions avançant tranquillement et entassés les uns sur les autres sur la route voisine. C'est l'aubaine pour deux escadrilles de Sturmoviks qui, prenant la route en enfilade, mettent hors de combat près de 300 fantassins portés ennemis. Quelques kilomètres plus à l'ouest, la punition est la même pour une batterie d'artillerie et un bataillon de sapeurs.

    Flanc du saillant - A hauteur de Sevsk, la 193ème fusiliers de la 65ème Armée a fini par voler en éclats devant la 251ème ID appuyée par un KG de la 8ème PzD. Plus au sud, le front de la 60ème Armée est percé en différents endroits et les divisionnaires tentent d'organiser le repli vers la deuxième ligne. Quant à la 38ème Armée, elle est durement secouée sur la rive sud de la Psel et doit également se replier.

    Sud du saillant - Là également, la première ligne soviétique a été disloquée. Alors que les Panthers du 48ème Panzerkorps ont atteint Vzazovoye et sorti de son sommeil la 184ème fusiliers, la Grossdeutschland s'est élancée et a démoli la ligne de défense de la 100ème fusiliers. Sur sa droite, la 332ème ID progresse péniblement alors que l'infanterie portée de la 3ème PzD tente une première incursion dans les lignes de la 71ème gardes.

    Derrière la GD, des sapeurs allemands se baladant dans leurs véhicules au milieu des champs de mines, sont repérés par l'aviation soviétique qui ne manque pas cette belle cible et met 150 hommes hors de combat.

    Au niveau de Yakovlevo, la Totenkopf avance timidement vers les lignes soviétiques et subit un déluge d'artillerie

    Enfin, la progression allemande sur la rive est du Donetz semble stoppée, la défense de la 7ème Armée de la Garde s'étant durcie. Dans ce secteur et sur un terrain boisé et marécageux, les combats sont féroces et les pertes terribles de part et d'autre.

    Le bilan est pour le moment de 55336 soldats, 742 canons, 136 véhicules et 4 avions perdus côté soviétique et de 34897 soldats, 157 canons, 301 véhicules et 17 avions perdus côté allemand.

Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages