Warning: Illegal string offset 'name' in [path]/includes/functions.php on line 6112
Koursk-Von EcVa vs Ivanov
+ Répondre à la discussion
Page 3 sur 13
PremièrePremière 1 2 3 4 5 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 21 à 30 sur 126
  1. #21
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    Un petit complément avec cartes pour bien comprendre la situation à 10 heures le 6 juillet, ainsi qu'une vision des chose, partielle évidemment, côté soviétique. EcVa pourra compléter s'il le souhaite.

    Tout d'abord, les deux axes principaux de l'offensive allemande en cours :
    - Au nord, EcVa a déplacé le gros de ses forces mobiles vers l'ouest pendant toute la journée du 5, pendant que son infanterie attaquait et emportait la première ligne soviétique à la charnière des 13ème et 70ème Armées. Il a déclenché son attaque à l'aube du 6, cette fois à la charnière des 65ème et 70ème Armées, secteur où la défense soviétique était beaucoup plus faible.
    De mon point de vue, le coup était imparable, sauf à excentrer la 2ème Armée blindée, jeu extrêmement dangereux s'il s'était agi d'une diversion. En tout cas, je trouve que c'est très bien joué.
    -Au sud, c'est presque le même schéma, avec un décalage vers la 40ème Armée au lieu d'attaquer le deuxième ligne de la 6ème Armée de la Garde. Dans ce cas, Une petite inquiétude, la Das Reich et la LSSAH ont totalement disparu des écrans radar, donc une autre mauvaise surprise n'est pas à exclure.



    De manière plus détaillée, au nord, les Allemands ont percé en deux heures pour se retrouver rapidement en terrain libre. Sur leur droite, ils ont lancé la 12ème PzD, sur leur gauche, les 2ème et 4ème PzD, avec les blindés en tête. Difficile de savoir ce qui se trouve dans l'espace vide entre les deux, au minimum une division de panzergrenadiers et sans doute une autre PzD.
    Rokossovski a commencé à faire donner le 9ème Corps blindé sur le flanc gauche des Allemands, tandis que le 19ème Corps blindé reçoit le choc du gros des chars ennemis.




    Au sud, le premier coup de boutoir a été l'œuvre des Panthers du 48ème Panzerkorps et de la 6ème PzD, cette dernière détachée du Groupe Kempf. Deux heures plus tard, la Grossdeuschland entrait à son tour dans la danse. Le résultat est que la 40ème Armée est tronçonnée en plusieurs morceaux et sans doute condamnée à terme. Pour le moment, Vatoutine n'a pas fait donner ses réserves, sachant que si les 3ème, 6ème, 11ème PzD, la GD et la Totenkopf sont correctement localisées, la Das Reich, la LSSAH et une bonne partie des 7ème et 19ème PzD sont pour le moment invisibles.



  2. #22
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Localisation
    marne la vallée
    Messages
    2 228
    l'attaque au nord avec décalage à l'ouest ( ici ) ou à l'est est un grand classique de koursk sur CF

    l'attaque "frontale" de la 40iè armée est par contre bien plus originale et je suis curieux d'en suivre le dénouement, la perte à terme de la 40iè armée est cruelle mais à mon sens pas décisive si tu arrives à sauver tes troupes blindées ( 1ière armée blindée ) : au sud, les renforts russes sont trés vite à pied d'oeuvre et ça augure de futurs combats trés intéressant

    en tout cas un AAR magnifique

    je trouve que éric est devenu trés vite un redoutable joueur de PzC, lui qui il y a quelques temps encore ne jurait que par le nappy

  3. #23
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Localisation
    Le we chez moi à Bordeaux (dans une cave), la semaine à Niort dans un château (sans cave)
    Messages
    1 045
    Par rapport à ce que peut décrire Yves, voilà ce que je peux rajouter, et cela concerne en grande partie l'aspect préparation.

    Sur le front Nord
    La préparation de l'offensive est la plus aisée. Les 3 panzers divisions, sont invisibles aux lignes russes dès le départ, donc
    les redéplacer est chose aisée. Mais malgré tout, il faut faire attention, car les tirs d'interdiction de l'aviation russe lors de déplacement d'unité, peuvent facilement mettre en évidence un mouvement d'ampleur. J'ai eu quelques interdiction aérienne qui ont fait mal. Une zone de concentration a été choisie, puis au fur et à mesure que la visibilité descendait, j'ai avancé mon panzer group. Le choix des unités en première ligne est primordial, pour d'une part impacter la ligne russe, puis l'exploiter, s'il y a rupture. En gros ce sont tous les panzers IV en première ligne cumulé avec les unités de reco, plus les AA, toujours à la limite de la visibilité russe.
    Je sais qu'Yves à un moment à lancer plusieurs raids d'aviation de reco, et est tombé sur des unités leurres bien à l'est de ma zone de concentration. Elles ont sérieusement morflées . Dans le même temps, j'ai lancé de manière régulière, des unités de reconnaissance bien en arrière, pour savoir ou était ses zones de concentration de ses Corps Méchanisés.

    Aux premières lueurs de l'aube, la séquence est classique. D'abord tir d'artillerie de toutes les pièces présentes, sur seulement 4 unités russes formant la première ligne. Puis raid de la Lutwaffe sur les unités non-disrupt, en choisissant les unités aériennes avec une valeur en soft la plus élevée.

    Durant la journée précedente, je n'ai que très peu utilisée mon aviation, hormis la reconnaissance, cherchant à l'économiser au maximum. Ensuite ce sont les unités d'infanterie classique qui sont en charge de faire sauter hors de leur retranchement les unités disrupt. Dans un deuxième temps, ce sont les panzers qui ont continué l'oeuvre, en cherchant à regrouperles unités russes dans un seul hex, permettant ainsi de créer un trou. Le trou créé, ce sont toutes les unités ayant une forte valeur mobile qui se précipitent et exploitent.

    Je pense comme Yves, que mon attaque sur le front Nord était imparable. Elle a été imparable, car j'ai concentré un maximum
    de moyen sur une zone cible restreinte. Le russe ne pouvait pas tenir.

    Sur le front Sud
    La problématique est différente. Pratiquement toutes les panzers et/ou forces mobiles sont visibles des forces russes. Donc pour les redéployer, je ne pouvais pas le faire à la vue d'Yves. De plus l'inactivté de mes forces, pouvait lui mettre la puce à l'oreille. Donc d'une part, j'ai redéployer les unités de la Grossdeutchland, des panthers et de la 6eme panzer que ne pouvait pas voir Yves, en les envoyant sur une zone de concentration secondaire. Plus la pénombre avancait et plus mon front avançait, plus je pouvais retirer d'unités sortant de la visibilité d'Yves.

    Ensuite durant la nuit, les forces de ce panzer group ont été déplacées sur leur zone de concentration définitive. C'est aussi pour cela que l'offensive au sud, a été déclenchée un peu plus tardivement que celle au nord. Une concentration minimum étant requise, avant l'enclenchement des hostilités. Mais aussi la même logique qu'au nord, mettre en place une zone leurre au cas ou. C'était le but secondaire de ma zone de concentration intermédiaire, mais là je ne suis pas sur qu'elle est servie.

    En ce qui concerne tes remarques Loki.
    - pour le décalage des forces au Nord, effectivement c'est un classique. J'avais essayé sur une autre partie, un décalage
    encore plus à l'ouest, mais la concentration et le point d'impact, avait été un peu plus hasardeuse. Là sur cette nouvelle partie, j'ai eu soin de bien la choisir.
    - pour le front sud, si c'est original je sais pas, mais pour moi le choix ce point là sur la 40eme Armée Russe, était d'une part
    qu'il paraissait peu probable pour Yves, que la densité des troupes russes est moins importantes, et surtout qu'il était conditionné aussi par la problématique de redéploiement le plus discret possible.
    - pour ce qui est de ma redoutabilité, j'ai eu de très bon maître (merci Elapco ), du moins en position d'attaquant. Par contre coté défense j'ai encore des progès à faire

    Par contre le coté négatif de la chose, et que j'ai apprise :
    - je ne pensais pas que le dépot de ravitaillement avait une ligne de vu identique à n'importe quelle unité russe ...
    - je ne pensais pas qu'Yves allait lancer aussi tôt son offensive sur l'est de mon front Nord. j'espérais qu'il resterait un peu plus dans l'expectative, ne sachant pas ou j'avais déployé réellement mes forces.
    - on joue avec les options alt cochées, et là cela se complique encore plus, vu que mes unités fatiguent plus vite que prévu,
    mais l'avantage, c'est que cela m'oblige à m'adapter et à apprendre.
    aka Biroute en fleur
    Quand on demandait à Baudelaire s'il aimait les enfants, il répondait : "Oui, surtout la cervelle".
    J'ai dépensé 90% de mon fric dans la boisson, les filles et les bagnoles. Le reste, je l'ai gaspillé. (George Best)

  4. #24
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Localisation
    Le we chez moi à Bordeaux (dans une cave), la semaine à Niort dans un château (sans cave)
    Messages
    1 045
    Il est 12H00, ce 6 juillet

    Sur le Front Nord
    A l'extrême est de la ligne, la 262eme ID du général Woessner peine à garder une ligne, devant l'avancée des 348eme, 129eme et 397eme RD russes. L'ordre de repli a été transmis et c'est une retraite pas à pas qui se prépare.

    Pour la 299eme ID de Graf d'Oriola, l'ordre est toujours de tenir tête aux 137eme, 73eme, 170eme RD russes. Malgré des pertes importantes, l'appui de plusieurs éléments de la 18eme Panzer du général Von Schlieben, vient renforcer de manière appropriée le front de cette division.

    Sur le centre, ce sont des positions résiduelles russes qui tiennent, et d'autres qui sont irrémédiablement annihilées.
    Sur le front de la 36eme ID, aux environs de Mayaskaya Zor'ka, l'unité de génie et le QG de la 8eme RD, sont définitivement éliminés. Une unité de la 148eme RD, malgré ses prières païennes, a été ensevelie. Dans un bunker, distant d'à peine 2 kilomètres quelques unités des 8eme et 148eme RD, tiennent toujours. Mais chacune des unités n'est plus constituée qu'à peine d'une dizaine d'homme. La situation est aussi dramatique, pour les poches russes encore vivantes constituées par divers éléments des 15eme, 132eme en passe d'être définitivement éradiquées.

    Encore une poche, tenue par 2 unités de la 280eme RD russe, vient de reconnaître la supériorité des armes allemandes, en levant un drapeau blanc. La reddition fut sans condition. Les longues files de prisonniers russes, commencent à poser de sérieux problèmes de logistique.

    Sur le front gauche de la percée, ce sont les premières unités de la 102eme ID, libérées qui commencent à pressentir la ligne russe reconstituée avec des unités de la 106eme et 162eme RD russes. Sur le flanc de la percée, sur une distance d'une quinzaine de kilomètre, les unités de la 2eme panzer font toujours flanc garde, devant les éléments méchanisés du 9eme Tank Corps russe. Le poing blindé contitué par des panzer de la 2eme et 4emme panzer appuyés par les tigres de la 505eme Abt, tatent un peu plus en profondeur les défenses du 19eme Tank Korps russe.

    Dans la trouée, nos forces constatent avec surprise et une certaine bénédiction, la prévoyance russe en terme d'approvisionnement. Deux nouveaux dépots plein à craquer ont été investis par nos forces.

    Sur le front droit de la percée, le martyre de quelques unités de la 102eme RD russe va prendre fin. Assaillies de toutes parts, seules subsistent 3 unités de moins de 100 hommes. Sortant de ses tranchées la 72eme ID s'élancent à l'assaut des positions russes pour venir à la rencontre des forces blindées de la 12eme panzer, qui avance de plus en plus loin dans le dos des forces russes.

    Sur le Front Ouest
    Aux environs de Dorovodye, le front de la 193eme RD russe est définitivement percé. Aidés par des éléments du 8eme Panzer Régiment, la 251eme ID du Général Felzman vient d'envoyer de vie à trépas, 2 éléments d'infanterie de la 193eme RD. Profitant d'un trou dans la défense russe, les panzers III filent plein sud et prennent dans une nasse, 4 nouvelles unités de la 193eme RD, dont leur QG.



    Dans le prolongement, la 82eme ID du Général Heyne et la 340eme ID du Général Prinner commencent à sérieusement entreprendre la ligne russe constituée par la 112eme RD, la 115eme RB et la 42eme RB. Celle-ci commencent à sentir les effets de l'orage d'acier qui s'est déclenché, durant ces dernières heures.

    De nombreuses unités trop fatiguées, préfèrent attendre d'être isolées par les forces allemandes, pour se rendre. D'autres ont du mal à reculer en bon ordre, et se retrouvent dans de facheuses situations.

    Au sud Est de Ryl'sk, des unités de la 327eme ID de Friedrich ont franchi la Syem, et s'avancent sur des positions préparées de la 141eme RD.

    Plus au sud, la 180eme et la 167 RD russe, commencent à sentir douloureusement la pression de la 75eme ID du général Beukemann. L'enfoncement de la ligne russe à débuter. Une unité a déjà été détruite, d'autres ont été isolées de la ligne de front, et d'autres encore sont en passe de l'être.



    A la charnière du Front Ouest et du Front sud.
    LA 323eme ID d Général Koschella et la 62eme ID du Général Schmidt, repousse sans ménagement la 340eme et la 232eme RD russe.

    Sur ce point aussi, la défense russe semble à bout de souffle, même si certains assauts allemands sont repoussés sans ménagement, le russe fatigue.



    Sur le Front Sud

    Là aussi, l'annéantissement de la 206eme RD et de quelques unités de la 237eme RD est en cours. Coincées entre la 57eme ID marchant du sud et les unités motorisées de la 6eme Panzer, les troupes russes laissent un long sillage de sang. Toujours courant dans le dos de la ligne russe la plus grosse partie des panthers des 51eme et 52eme Abt, avancent prenant au passage un nouveau dépot. Ils sondent la deuxième ligne russe, et après avoir suivi la ligne de front de la 184eme RD Russe, tombent sur une nouvelle division : la 161eme RD russe.

    Pour la Grossedeutchland, le travail en force vient de débuter. Dans un orage d'acier, les lignes russes constituées par la 100eme RD et des T34 de la 40eme Armée sentent la force de l'artillerie. Observant les impacts, le Général Strachwitz, à bord de son panzer de commandement voit la ligne de T34, s'affaiblir. Les hurlements plus que les ordres, fusent dans la radio. Une unité néammoins gène le passage. Cette unité de la 184eme RD russe va avoir des sueurs chaudes dans les 2 heures. Une nuée de panzer IV, Stug IIIG et de Panzer III, va chercher à bousculer cette unité. Mais rien, impassible sous le feu direct, cette unité russe ne bougera pas. Une brèche ne pourra être entamée. De dépit l'unité de Tigre de la GrossDeutchland est envoyé en assaut direct sur l'unité de T34. Celle-ci reculera sous le choc, mais dans la mauvaise direction. Aussitot une unité de panzer IV viendra refermer cette petite poche.



    Dans le prolongement de la Grossdeutchland la 255eme ID pousse toujours en avant.

    Il en est de même pour la 332eme ID qui prend d'assaut encore un dépot de ravitaillement russe.

    Au centre du front Sud.
    La 3eme Panzer de Westhoven vient de se réveiller de sa sieste matinale, et vient de repousser hors de ses tranchées une unité de la 71eme RD de la garde, et une pièce AT.

    La 11eme Panzer tente toujours de réduire un bunker à Cherkasskoye.

    Sur le front de la Totenkopf, la prise en tenaille du village de Bykovka à débuter. Après un déluge de feu d'artillerie et de Nebelwerfer, les unités russes ont tremblé. Venant de l'est, les Tigres du 503eme Abt coupèrent toute possibilité de retraite. Après plusieurs assauts successifs, une unité d'AT russe fut détruite, et les 2 unités russes défendant ce point ne dépassent pas la centaine d'homme chacune.

    Le reste du front est tranquille
    aka Biroute en fleur
    Quand on demandait à Baudelaire s'il aimait les enfants, il répondait : "Oui, surtout la cervelle".
    J'ai dépensé 90% de mon fric dans la boisson, les filles et les bagnoles. Le reste, je l'ai gaspillé. (George Best)

  5. #25
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    12 heures :

    Aux états-majors de Rokossovski et Vatoutine, les appels à l'aide des généraux d'armées de cessent d'affluer. Leurs unités sont en effet malmenées par la poussée allemande et de larges brèches ont été creusées dans les lignes soviétiques. Le niveau des pertes devient préoccupant.

    Nord du saillant - Kolpakchi a été prié de pousser au maximum sa 63ème Armée pour créer de l'insécurité sur le flanc allemand au nord du saillant. La percée semble avoir été acquise au nord d'Onovka par les SU-122 du 1452ème régiment. En face, la 262ème ID semble en mauvaise posture. Une vingtaine de bataillons soviétiques se trouvent maintenant sur la rive ouest de la Neruch et ce nombre augmente d'heure en heure.

    Des consignes identiques ont été données à la 48ème Arméequi progresse lentement vers le nord et l'ouest à hauteur de Zmiyevka. L'affaire est ici moins simple avec la présence d'éléments de la 18ème PzD venus renforcer une 299ème ID en difficulté. Romanenko a cependant l'espoir de percer dans les heures qui viennent.

    Devant Maloarkhangels'k, les Allemands ont repris une lente progression vers l'ouest, tentant d'éliminer les poches de résistance soviétiques.

    Le long de la Svapa, les chars allemands se frottent aux 9ème et 19ème Corps blindés alors que plus au nord, les éléments avancés de la 70ème Armée poursuivent leur repli.

    De l'autre côté de la brèche, à l'ouest, la 12ème PzD élimine méthodiquement et un par un les bataillons de la 65ème Armée.

    Flanc du saillant - L'infanterie allemande exerce toujours une forte pression sur les 65ème, 60ème et 38ème Armées. Le front soviétique est maintenant complètement mité et un bon nombre de chefs d'unités ont totalement perdu le contrôle de la situation. Pour faire simple, tout le flanc ouest du saillant est au bord de l'effondrement.

    Sud du saillant - Profitant de la poussée des divisions d'infanterie sur le flanc du saillant, les troupes mobiles allemandes découpent la 40ème Armée en rondelles, ce qui complique la situation de la 38ème. Sur la droite de la Grossdeutschland, la 3ème PzD est entrée dans la danse, bousculant la 7ème Gardes. Les premières unités mobiles soviétiques ont fait leur apparition dans le secteur, mais pour le moment, elles sont relativement impuissantes.

    Devant Bykovka, les grenadiers de la Totenkopf encaissent de lourdes pertes sous le feu de l'artillerie soviétique. Pour le moment, la 6ème Armée de la garde tient solidement ses positions à l'ouest du Donetz.

    Au sud, autour de Pristen, les Allemands tentent d'agrandir leur tête de pont sur la rive est du fleuve, mais ils y sont bloqués par le 24ème Corps de la garde et par la puissante artillerie de la 7ème Armée de la garde.

    Pertes soviétiques : 63727 soldats, 803 canons, 159 véhicules et 4 avions.
    Pertes allemandes : 37613 soldats, 173 canons, 323 véhicules et 17 avions.

  6. #26
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Localisation
    Le we chez moi à Bordeaux (dans une cave), la semaine à Niort dans un château (sans cave)
    Messages
    1 045
    Il est 14H00, ce 6 juillet

    Sur le Front Nord

    Secteur du XXXV AK du Général Rendulic :

    Mauvais temps pour la 262eme ID. Une compagnie de génie est définitivement perdue. L’attaque des 348eme et 129eme RD russe ne sera plus enrayée. Woessner pensait que la rupture serait proche, ses troupes trop fatiguées ne supportant que difficilement la poussée russe. Le repli commençait lorsque arrivant dans un nuage de poussière, des éléments motorisés de la 18eme panzer viennent se glisser parmi ses troupes pour étayer sa ligne. La Neruch’, finalement, n’aura été qu’une mince protection pour les troupes allemandes.

    Pour la 299eme ID, positionnée à 30 kilomètres au sud ouest de la 266eme, de nouveaux éléments motorisés viennent renforcer le front de cette division, en l’occurrence les Ferdinands du 653eme et 654eme Abt. Néanmoins, une tragédie a failli se dérouler. 2 compagnies de cette division, appuyées par une unité AT, se sont retrouvées isolées de la ligne de front. Il a fallu un feu d’artillerie d’enfer sur l’unité de T34 de la 48eme Army et une attaque violente des unités de reco mécanisées (Sdkfz 232) pour libérer ces unités.

    Secteur du XXIII AK du Général Freissner :

    Le front de la 383eme ID est tranquille, sont front est toujours calme.
    La 78eme Sturm division, vient d’ajouter à son palmarès, la destruction de 5 bataillons d’infanterie russes retranchés dans un bunker (3 de la 8eme, et 2 de la 148eme RD russe). Une unité de SU-152 de la 13eme Army est venue voir nos lignes, et est repartie en bringue balant sérieusement.

    Secteur du XLI Pzk du Général Harpe :
    Secteur relativement calme. Les troupes de la 292 ID du Général Von Kluge viennent de détruire 2 unités d’infanterie de la 15eme RD russe, tapis dans des tranchées. Le reste des troupes est au repos.
    Les troupes de la 31eme ID, sont toujours occupées à réduire un bunker tenu par 3 unités d’infanterie russe.

    Secteur du XLVI Pzk du Général Zom
    Secteur relativement calme aussi. Seule une tentative de débordement d’une unité de génie de la 280eme RD russe est en cours par les troupes de la 7eme ID du Général Von Rappard.
    Cette division la 280eme RD russe défend encore le village de Buzova (100pv).

    Flanc gauche de l’offensive Nord
    La 102eme ID du Général Hitzfeld vient toujours se replacer en flanc garde de l’offensive. Une seule unité d’infanterie de la 106eme RD russe a été détruite par cette division. La 2eme panzer fait toujours office de flanc garde, mais sans s’engager. Le poing blindé, avance dans le flanc du 19eme Tank Corps russe, mais sans être engager à fond.

    Centre de l’offensive Nord
    Le panzer Group XXLVII du Général Lemersen, vient de s’enfoncer d’une trentaine de kilomètres depuis le début de l’offensive. Il utilise la rivière Svapa, pour protéger son flanc gauche d’une contre attaque russe. La ville de Mikhaylovka, avec son pont ont été sécurisés.
    La prochaine étape est Dimitriyev-L’gosvskiy, avec son pont lourd, se trouvant à peine à 15 kilomètres de ses têtes. Légèrement sur la droite les panzers de la 12eme prennent contact avec une ligne d’infanterie constituée par la 37eme RD de la Garde. Au centre et à gauche 2 unités AT et une unité de KV1, ont été aperçues, mais à ce point la ligne russe semble inexistante.

    Droite de l’offensive Nord
    Les quelques unités restantes de la 102eme ID, viennent de donner le coup de grâce à 2 unités d’infanterie de la 102eme RD et l’unité de génie de la même division. L’infanterie mécanisée de la 12eme Panzer continuent son œuvre de destruction. Cinq nouvelles unités russes viennent d’être enfermées dans une nouvelle poche.

    Secteur du XXeme AK du Général Von Roman
    La 72eme ID appuie toujours l’offensive du XXLVII Panzer Group en pressant la ligne russe, pour l’obliger à reculer.
    La 45eme ID est entrée en phase de repos sur sa ligne de départ. La ligne russe a fortement entamée cette division.
    Il n’en est pas de même pour sa petite sœur la 137eme ID, qui avance avec précaution, cherchant à isoler les unités russes en face d’elle.

    Pour la 251eme appuyé par un KG de la 8eme panzer division, la destruction de la 193eme RD Russe est en cours. 3 nouvelles unités, plus leur QG ont été réduite en cendres. La réduction d’une autre poche constituée par 3 unités de la dite division russe, plus le QG du 27eme RC est en cours. Les forces libérées ont commencé leur mouvement plein est en suivant la route principale menant à Dimitriyev-L’gosvskiy.

    Flanc Ouest

    Secteur du XIII AK du Général Siebert
    La 82eme ID s’enfonce toujours un peu plus dans les défenses de la 115eme RB et de la 112eme RD russe. Une nouvelle unité de la 115eme RB a été détruite.
    Il en est de même pour les troupes de la 140eme ID. Presser et détruire la ligne russe constituée par les troupes des 248eme et 42eme RB russes avant qu’elles ne se mettent à l’abri derrière la Svapa.
    Les troupes de la 327eme ID, ont franchi la Syem à 2 endroits différents. Coté Ryl’sk, le passage de la rivière c’est fait sans encombre, car les russes ont abandonné les rives. A une quinzaine de kilomètres au sud est, d’autres éléments de cette même division sont aux prises avec les troupes russes de la 141eme RD.

    Secteur du VII AK du Général Hell
    La 88eme ID commencent aussi à avancer dans les défenses russes de la 180eme RD. Il en est de même pour la 75eme ID qui s’avance cherchant à contourner la 167eme RD russe avec des Marder et des Stug IIIg.
    La 323eme ID suit la même logique en matraquant les unités russes de la 340eme RD.
    Les troupes de la 68eme ID, avance toujours dans la ligne russe de la 232eme RD.


    Flanc Sud

    Secteur gauche du LII AK du Général Ott
    La 57eme ID vient d’achever une première position résiduelle russe tenue par une unité de la 237eme RD, puis une deuxième position tenue par de la 206eme RD, puis une troisième tenue encore par une unité de la 206eme RD.

    Secteur de l’offensive du XLVIII Panzer Korp du Général Knobelsdorff

    Les Panthers du 51eme et 52eme Abt progresse toujours dans la direction Nord Ouest cherchant à isoler de plus en plus la première ligne de défense de la deuxième ligne de défense russe. Bon nombre d’unité russe de la 237eme RD russe risque bientôt de se retrouver isolées. Sur son flanc droit, ce sont toujours des unités de la 161eme RD qui sont présentes.

    La 6eme panzer aide toujours les unités du LII AK à réduire les différents points de résistance russe.

    La Grossdeutchland commence à se déployer sur une ligne devant la deuxième ligne de résistance russe constituée par la 184eme RD. Ainsi elle prend le relai des Panthers. Elle repousse aussi des unités survivantes de la 100eme RD.

    Secteur droit du LII AK du Général Ott
    La 255eme ID est à l’honneur durant ces dernières heures. C’est à la baionnette (le russe ne mérite pas autre chose) que cette division à laminer définitivement 3 unités d’infanterie de la 100eme RD, le QG de cette division et 1 unité de T34 de la 40eme Army, soutenue il faut le dire par l’infanterie de la Grossdeutchland.

    La 332eme ID continue à presser le flanc du saillant sud venant au contact d’unité de la 219eme RD russe.

    Secteur du II SS Panzer Korps du Général Hausser
    Les panzers III de la 3eme Panzer commencent à repousser sans ménagement la 71eme RD de la Garde russe. Elle tente toujours de nettoyer un bunker à Kerevlho. L’unité de génie est à bout, sa reddition n’est plus qu’une question de minute.
    La situation est identique pour la 11eme Panzer, la réduction du bunker de Cherkasskoye n’est plus qu’une question de minute.

    La 167eme ID a repris sa marche en avant et repousse une unité de T34 de la 5eme Armée Blindée dans les tranchés de la deuxième ligne de défense russe.

    La Totenkopft vient de détruire les 2 dernières unités défendant le village de Bykovka. A l’est de cette position, ce sont les Tigres du 503eme Abt qui viennent de prendre pied dans ce qui est estimé la 2eme ligne de défense russe.

    Secteur du III Panzer Korp du Général Breith
    Les unités de la 108eme ID font office de flanc garde du IIeme SS Panzer Korps. Elles s’appuient sur la rivière Lipovyy Donets pour se retrancher en prévision d’une contre attaque éventuelle russe.

    Secteur du XI AK du Général Raus
    La tête de pont constituée par des unités de la 106eme et 320eme ID, rencontrent quelques difficultés à s’étendre. La défense russe est très dense à cet endroit là.
    aka Biroute en fleur
    Quand on demandait à Baudelaire s'il aimait les enfants, il répondait : "Oui, surtout la cervelle".
    J'ai dépensé 90% de mon fric dans la boisson, les filles et les bagnoles. Le reste, je l'ai gaspillé. (George Best)

  7. #27
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    14 heures :

    Nord du saillant - À hauteur de Nizhneye-Skyorcheye, trois divisions de la 63ème Armée sont passées sur la rive ouest de la Neruch. Une unité de sapeurs et une autre d’antichars de la 262ème ID sont encerclées alors que le reste de la division tente de maintenir un front cohérent.

    À l’est de Zmiyevka, la 48ème Armée multiplie les tentatives pour forcer le passage, formant un début de hernie dans les lignes ennemies. Deux bataillons de la 299ème ID sont parvenus à rompre un encerclement et à se replier. Les unités de la 18ème PzD sont de plus en plus nombreuses à se montrer, et des Ferdinand du 41ème Panzerkorps ont même fait leur apparition devant les fantassins de la 170ème fusiliers.

    Sur la face nord du saillant proprement dite, l’activité est réduite, l’infanterie allemande poursuivant le nettoyage de la première ligne soviétique.

    Dans la brèche au nord-ouest du saillant, l’avance allemande le long de la Svapa est pour le moment arrêtée. Quelques échanges ont lieu entre l’ennemi et le 19ème Corps blindé, mais chacun demeure prudent. Sur l’autre flanc de la percée, la 65ème Armée tente de décrocher par échelons, mais chaque repli laisse plusieurs unités sur le carreau. L’aviation soviétique, en repérage derrière le rideau des blindés allemands qui descendent vers le sud, fait des découvertes intéressantes au nord de Mikhaylovka, le long du cours de la Svapa : des unités d’infanterie motorisée et d’artillerie roulent à tombeau ouvert sur les routes poussiéreuses. Cette fois encore, plusieurs escadrilles de Sturmoviks et de PE-2 font pas mal de dégâts parmi les troupes ennemies.

    Flanc du saillant - Cette fois, toutes les unités soviétiques de première ligne ont été contraintes au repli. Une bonne partie d’entre elles a été prise au piège, d’où des pertes sévères durant les dernières heures de combat. Plusieurs divisions ont disparu de l’ordre de bataille alors que beaucoup d’autres sont en voie de décomposition.

    Sud du saillant - Les Allemands poursuivent méthodiquement l’anéantissement des unités de première ligne de la 40ème Armée. En deuxième ligne, trois nouvelles divisions, les 161ème, 184ème et 309ème fusiliers, ont été déployées et attendent la nouvelle poussée en avant de l’ennemi.

    À Yakovlevo, les Tigres du 3ème Panzerkorps sont parvenus à entamer les retranchements tenus par la 89ème Gardes, mais le reste du front demeure statique. Les reconnaissances aériennes soviétiques parviennent à localiser une partie de l’artillerie ennemie, en particulier un bon nombre de Neberwerfer. Le repérage effectué, l’artillerie matraque les positions ennemies, et nombre de pièces sont détruites.

    Au sud-est, c’est Verdun sur le Donetz avec une lutte acharnée sur la rive orientale du fleuve. Les 320ème et 106ème ID sont hachées par l’artillerie mais parviennent tout de même à faire reculer la 7ème Armée de la garde.


    Pertes soviétiques : 70896 soldats, 852 canons, 199 véhicules et 6 avions.
    Pertes allemandes : 40202 soldats, 225 canons, 353 véhicules et 17 avions.

  8. #28
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    16 heures :

    Nord du saillant - Sur la rive ouest de la Neruch, la 63ème Armée a maintenant les coudées franches avec une tête de pont de 10 km de profondeur et 15 de largeur. Les avant-postes signalent à Kolpakchi la présence de plusieurs unités de la 18ème PzD venues étayer la défense de la 262ème ID.

    Plus au sud, la 48ème Armée avance également vers l’ouest. Une unité antichars ennemie a été anéantie et une autre est encerclée. Là, ce sont la 20ème PzD et les chasseurs de chars du 41ème Panzerkorps qui corsètent la 299ème ID.

    Au nord du saillant, sur l’axe d’attaque initial, les Allemands semblent s’être mis sur la défensive. Devant Maloarkhangelsk, les T34 de la 13ème Armée vont tâter les défenses ennemies et allument au passage quelques Marder.

    Rokossovski note avec satisfaction que deux divisions blindées allemandes sont ainsi détournées de la poussée principale, mais que pour autant, le Front du Centre est loin d’être tiré d’affaire. En effet, la brèche entre les 65ème et 70ème Armées s’agrandit, et la première est dans une situation difficile, les 2ème et 12ème PzD appuyant sur son flanc est. Heureusement, les divisions d’infanterie allemandes situées sur l’autre flanc ne semblent plus de première fraîcheur.

    La brèche pratiquée par les Allemands prend maintenant la forme d’un U dont la base longe la Svapa. Les premières unités de la 2ème Armée blindée arrivées le long de la rivière aperçoivent les unités allemandes sur la rive nord. L’ennemi semble avoir renoncé à se rabattre vers l’est où l’attendaient les 9ème et 19ème Corps blindés.


    Flanc du saillant - Au sud de la 65ème Armée, les débris de la 60ème tentent de se replier tant bien que mal vers la Svapa. Sur la gauche de la 60ème Armée, c’est presque pire, puisque la 38ème Armée, qui elle dépend du Front de Voronezh, est menacée d’anéantissement.


    Sud du saillant - La 38ème Armée est maintenant totalement disjointe de la 40ème, dont les restes ont commencé un lent repli vers le nord, talonnés par les éléments avancés de la Grossdeutschland au centre et de la 3ème PzD à l’est. Tous ces combats se déroulant au sud-ouest de la Pena, Vatoutine, comme Rokossovski, discerne mal les intentions allemandes. L’ennemi avait visiblement pour objectif d’écrouler le bord du saillant et de détruire les trois armées qui le tenaient, mais ensuite ?

    De manière plus classique, entre Pena et Donetz, la 11ème PzD vient tâter les lignes soviétiques à hauteur du 6ème Corps blindé de Getman devant Berezovka et perd quelques blindés devant les antichars russes. Sur sa droite, les blindés de la Totenkopf ont emporté une position du 5ème Corps blindé de la garde. Encore à droite, la pénétration des Tigres du 3ème Panzerkorps dans les lignes de la 89ème Gardes n’a pour le moment pas été exploitée.

    Enfin, sur la rive est du Donetz, la tête de pont allemande est matraquée par l’artillerie de la 7ème Armée de la Garde. L’infanterie ennemie est clouée sur place et seuls les canons d’assaut du 11ème Corps peuvent progresser.

    Le bilan est le suivant :

    Pertes soviétiques : 77081 soldats, 910 canons, 201 véhicules, 6 avions.
    Pertes allemandes : 42098 soldats, 265 canons, 379 véhicules, 17 avions.

  9. #29
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Localisation
    Le we chez moi à Bordeaux (dans une cave), la semaine à Niort dans un château (sans cave)
    Messages
    1 045
    Il est 18 heures ce 6 juillet

    Flanc Nord

    La 262eme ID, recule toujours pas à pas. Son dépôt a été abandonné et sera surement pris par les troupes russes. Nous les avertissons gentiment, qu’il ne contient que du Schnaps frelaté, et qu’il serait bon de ne point le prendre.

    Par contre pour la 299eme ID l’ordre est tombé. On en recule plus, l’attaque est le mot d’ordre. Un poing mécanisé constitué de Panzer des 18eme et 20eme Pzd, de Stug IIIg et de Ferdinand est lancé à l’attaque et fait reculer précipitamment plusieurs unités de la 170eme et 73eme RD Russe. Malgré l’envoie de plusieurs avions de reconnaissance, l’arrière du dispositif russe reste incertain, grâce à ses intercepteurs. Les différents blindés ont pu néanmoins s’enfoncer de 2 à 3 kilomètres dans la ligne russe. Cette attaque a été appuyée par pratiquement toute la Luftwaffe présente à cette heure. Derrière la ligne de blindé ce sont des troupes fraîches qui se positionnent flanquées par des Nebelwerfer attendant leur heure.



    Au centre du front Nord, la résorption de quelques points de résistance continue.
    Une unité de la 8eme RD, rend les armes.
    Une unité de la 15eme et 132eme RD hisse le drapeau blanc.
    Une nouvelle unité de la 132eme RD défendant le village de Grillets (100PV) est à l’agonie. Lui restant moins de 10 hommes, elle sera ensevelie sous les décombres dans les prochaines heures.
    Il en est de même pour une unité de la 280eme RD Son martyr devrait cesser dans peu de temps.

    Peu de troupe sont employées. L’ordre au centre est le repos, et la remise en ordre des unités.
    Ce repos est troublé quelque peu par des T34 russes, qui viennent de recevoir une volée d’obus, qui devrait quelque peu calmer leurs ardeurs de fin d’après midi.

    Secteur de l’offensive Nord.

    La 102eme ID continue son déploiement en remplaçant les unités de la 2eme Panzer. Celles-ci ont commencé leur redéploiement ailleurs. J (aucune précision sur l’endroit ne peut être donné).

    La 19eme Panzer, depuis plusieurs heures longeait la Svapa (rivière non franchissable hormis par des ponts) et vient enfin d’arriver en vue des faubourgs de Dimitriyev L’govski. Surprenant une unité de pontonnier en plein mouvement, un appui aérien est demandé. 166 russes flamberont dans les tourments de l’enfer.
    La Svapa revait une importance géographique de premier ordre. Elle a permis de protéger le flanc gauche de l’offensive, sans absorber trop d’unité en flanc garde. C’est aussi une des raisons qui a fait pencher la balance sur le lieu de l’offensive.

    A sa droite la 4eme Panzer se heurte à une ligne de résistance russe constituée par unités de la 37eme RD russe de la Garde. A la droite de la 4eme Panzer, c’est la 12eme Panzer qui prend contact aussi avec des unités de la 37eme RD russe de Garde. Cette division russe semble étalé à l’extrême de ses possibilités.

    Sur le flanc droit de l’offensive, la 72eme ID anéantie les points de résistance russe. 3 unités de la 149eme RD et 2 unités de la 102eme RD viennent de disparaître définitivement de l’ordre de bataille russe.
    Sur le front de la 137eme DI, c’est à nouveau une unité de la 354eme RD russe qui est anéantie.

    Sur le Front de la 251eme ID, toujours appuyé par les panzers d’un KG de la 8eme Pzd, la marche en avant plein est à repris. Direction Dimitriyev L’govski !!



    Front Ouest

    La poussée des VII AK et XIII AK continue. Son anéantissement aussi. Malgré tout le russe est résistant. Nombre d’assaut se solde par des victoires à la Pyrrhus, entrainant de lourdes pertes.

    Front Sud

    Les panthers des 51eme et 52eme Abt sont en vue des faubourgs de Miripol’ye, ville proche de la rivière Psel.
    La 6eme Panzer continue son œuvre de destruction, avec l’aide conjointe des 57eme et 68eme ID. D’ici quelques heures, ce sont les unités restantes des 340eme RD, 232eme RD et 237eme RD russe qui seront définitivement enfermées dans une poche prenant appui sur la rivière Psel. Il reste encore un seul pont, encore libre … Plus pour longtemps !
    Durant les dernières heures, devant le déploiement de la Grossdeutchland la ligne russe a préféré reculer. Aussitôt les retranchements commencent à être occupés par les unités de cette division.

    Sur le flanc droit de l’offensive la 255eme ID est en cours de redéploiement. Une unité d’AT russe de la 100eme RD fait de la résistance, et ne tremble même pas devant les assauts répétés de cette division.

    La 332eme ID continue à avancer et à tirailler sur des unités de la 219eme RD.

    La 3eme Panzer, après avoir laminée une unité de la 71eme RD de la Garde continue à avancer.



    Le centre du front sud est calme.
    Un dépôt est pris par la 11eme Panzer.

    Seul point d’attention au sud de Yakovlevo, l’artillerie allemande commence à tonner de plus en plus fort.

    A l’extrême du Front sud, la tête de pont sur le Donets ne parvient pas à s’agrandir. Là à cet endroit le russe domine le sujet.
    Dernière modification par EcVa233 ; 24/12/2009 à 17h20.
    aka Biroute en fleur
    Quand on demandait à Baudelaire s'il aimait les enfants, il répondait : "Oui, surtout la cervelle".
    J'ai dépensé 90% de mon fric dans la boisson, les filles et les bagnoles. Le reste, je l'ai gaspillé. (George Best)

  10. #30
    Date d'inscription
    septembre 2008
    Localisation
    Besançon
    Messages
    694
    C'est interressant de noter que lorsque on joue comme vous sur la carte complète, il existe malgré tout des possibiltés de choisir des axes de progression différents.
    Sur ma partie contre totobadluck, la Grossdeutchland a percé bien plus à l'est.
    Sur la bataille "pince sud only" le choix stratégique est limité, il faut avancer devant soi alors que dans votre partie, l'allemand peut décider de la profondeur de son attaque, voire même de ne pas chercher à tout pris à encercler Koursk.
    Si la tenaille est plus "courte" l'allemand s'expose moins sur les flancs mais il n'obtiendra évidemment pas de résultat probant...
    Dernière modification par stratego ; 25/12/2009 à 19h14.


    "Il n'y a pas de mauvaises troupes, il n'y a que de mauvais colonels"

Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages