Warning: Illegal string offset 'name' in [path]/includes/functions.php on line 6112
Charleroi 1914
+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Discussion: Charleroi 1914

  1. #1
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 794

    Charleroi 1914

    Paco et moi expérimentons ce scénario de 22 tours, lui côté allemand, moi côté franco-belge.

    22 août 1914 - La 5ème Armée de Lanrezac tient des positions qui forment un angle droit, avec au nord une ligne horizontale formée par la Sambre et à l'est une ligne verticale formée par la Meuse. L'angle droit est prolongé vers le nord-est par une excroissance, le camp retranché de Namur. La gauche de Lanrezac est couverte par deux brigades de cavalerie anglaises et par le corps de Sordet, intégré à la 5ème Armée.

    Les Allemands se sont emparés de Charleroi et commencent à déboucher en nombre sur la rive sud de la Sambre.

    La 6ème DI reçoit l'assaut de la 19ème ResDiv et un bataillon français part en vrille. Les pertes de l'ennemi sont cependant lourdes. Sur la droite, les coloniaux de la 38ème DI se déploient alors que la 5ème DI "accueille" la 19ème ID. Cette dernière attaque conjointement avec la 20ème ID à la charnière des 3ème et 10ème corps français. Trois bataillons de la 20ème DI sont mis en déroute et deux autres sévérement secoués. Les quelques 75 et mitrailleuses françaises qui ont pu être déployés font des ravages dans les rangs serrés de l'infanterie allemande.

    Un peu plus loin, les avant-gardes des troupes coloniales de la 37ème DI doivent épauler leurs camarades de la 18ème DI qui prennent de plein fouet l'attaque de la 2ème division de la garde prussienne. Les Français tiennent à peu près le choc, même si un bataillon de zouaves et deux autres de la 19ème DI sont brisés.

    Sur toute la ligne, l'ennemi a fait avancer ses 77 qui canardent les premières lignes françaises, alors que sa supériorité en artillerie lourde est pour le moment absolue.

    Les Belges voient arriver les premières troupes ennemies autour de Namur tandis que les premières unités de cavalerie allemandes viennent tâter le terrain le long de la Meuse.

  2. #2
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 794
    Milieu de matinée du 22 août. La gauche de Lanrezac est toujours attaquée par la 19ème ResDiv, mais les lourdes pertes subies par les Allemands les obligent à lever un peu le pied. L'ennemi vient de faire passer la Sambre à une division d'active encore mal identifiée et devrait l'engager dans peu de temps.

    Les attaques les plus violentes sont celles des 19ème et 20ème ID qui secouent durement les 5ème et 20ème DI, dont certaines unités donnent des signes de faiblesse. Les pertes allemandes sont également sensibles dans ce secteur.

    Un peu plus à l'est, un bataillon de Zouaves est mis en déroute par la Garde prussienne, mais le reste de la 37ème DI est maintenant largement déployé. Sur sa droite se trouve la 19ème DI qui a subi le premier choc et tente de se regrouper sur les hauteurs qui dominent la Sambre.

    Au nord-est, les Allemands avancent timidement vers le camp retranché de Namur et subissent quelques pertes du fait de l'artillerie belge de forteresse.

    En face de Dinant, la 23ème ID arrive en force pour tenter un franchissement de la rivière. Les reconnaissances aériennes françaises détectent une ResDiv également en route vers ce secteur, à environ 5km au nord-est de la ville.

    Les pertes sont d'environ 3600 soldats côté franco-belge, 3300 côté allemand.

  3. #3
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 794
    Fin de matinée - Sur la gauche française, devant Montigny, les Allemands viennent d'engager, outre la 19ème ResDiv, la 2ème division de réserve de la Garde. La 11ème brigade de la 6ème DI s'arc-boute autour de la localité avec en soutien quelques unités du 10ème Corps d'armée.

    Au centre, les assauts de la 19ème ID ont été brisés par la 5ème DI. Sur la droite de cette dernière, les Allemands poursuivent leurs attaques. La 20ème ID semble converger vers la 2ème division de la garde pour une avancée conjointe vers le sud ou le sud-est. La 20ème DI tient convenablement le choc alors que sur sa droite, les coloniaux de l'excellente 37ème DI sont malmenés par la garde prussienne. Quelques unités de zouaves et de tirailleurs marocains donnent de la bande alors que plusieurs bataillons de la 19ème DI ont perdu pied. L'avance allemande, ici comme ailleurs, se paie cependant très cher.

    La ceinture de forts autour de Namur est pour le moment intacte, l'ennemi semblant se regrouper avant d'avancer au contact.

    Enfin, sur la Meuse, la 23ème ID accompagnée d'une ResDiv arrive au contact de la 51ème division de réserve devant Dinant.

    Les pertes sont de près de 5000 soldats et 14 canons côté franco-belge et 4700 hommes et 5 canons côté allemand.

  4. #4
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 794
    Début d'après-midi - La 2ème ResDiv de la Garde a fortement secoué l'aile gauche de Lanrezac, mais la 6ème DI, épaulée par les troupes du 10ème Corps, tient encore les hauteurs devant Montigny. Les pertes allemandes sont également très lourdes. De nouvelles unités ennemies sont repérées aux débouchés sud de Charleroi.

    Toujours le long de la Sambre, au centre des lignes françaises, la 19ème ID tente d'enfocer un coin entre les 5ème et 20ème DI. Les Allemands montrent là également des signes de fatigue.

    Sur la droite, l'affrontement entre les gardes prussiens et les Nord-Africains de la 37ème DI est féroce, aucun des deux adversaires ne voulant céder. La 19ème DI en est réduite à garder le flanc droit des troupes coloniales.

    L'ennemi approche toujours prudemment les fortifications autour de Namur, mais son artillerie lourde commence à faire des dégâts importants parmi les troupes belges de forteresse.

    Sur la Meuse, la 23ème ID et la 23ème ResDiv se sont emparées de Dinant, isolant deux bataillons et une section de mitrailleuses de la 51ème division de réserve. Les Allemands préparent visiblement le franchissement de la rivière dans la foulée.

    Les Français et les Belges ont perdu 8159 hommes et 19 canons, les Allemands 9586 hommes et 15 canons.

  5. #5
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 794
    18 heures, la nuit commence à tomber et l'obscurité limite fortement les déplacements d'unités qui risquent alors une désorganisation immédiate.

    L'avance allemande est stoppée devant Montigny où la 14ème ID et la la 2ème ResDiv de la Garde sont venues buter sur une 6ème DI qui tient tant bien que mal les hauteurs boisées à l'avant du village. Un peu plus loin à droite, un bataillon épuisé de la même division vient de perdre pied, laissant seuls en pointe une batterie de 75 et une section de mitrailleuses.

    Plus à l'ouest, les efforts conjugués des 19ème et 20ème ID sont sur le point de faire tomber un objectif encore aux mains de la 20ème DI mais qui est assailli de plusieurs directions et n'est plus défendu que par des sections de mitrailleuses. Dans le même secteur, la Garde prussienne a pris pied sur les hauteurs qui dominent la Sambre et continue de s'étriper avec les fantassins de la 19ème DI et les zouaves et les tirailleurs de la 37ème DI.

    Sur la Meuse, à hauteur de Dinant, les bataillons français encerclés rive droite tiennent toujours tandis que les Allemands ont lancé la construction de deux ponts sur la rivière.

    Les pertes après 7 tours sont de 10663 soldats et 23 canons belges et français ; 12338 soldats et 26 canons allemands.

    L'usure des unités est assez terrifiante. L'infanterie allemande a une formidable puissance de feu, sans compter les mitrailleuses et l'artillerie lourde, bien supérieures à celles des Français. En revanche, le 75 est une vraie plaie pour les Allemands et domine le 77.
    Il me semble enfin que, contrairement aux PzC, la tâche de l'attaquant est ici plus compliquée que celle du défenseur.

  6. #6
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 794
    Aube du 23 août - Sur l'aile gauche française, la 2ème ResDiv de la Garde relance ses efforts face à une 6ème DI très éprouvée. Quelques éléments de la 5ème DC du Corps de cavalerie viennent épauler les fantassins. Sur la droite de la 6ème DI, devant les positions de la 38ème DI, c'est une autre musique : l'infanterie allemande est venue buter sur les coloniaux avec peu d'espoir de les bouger. En revanche, les éléments avancés de la 37ème DI doivent reculer devant les furieux assauts de la Garde prussienne. Pour le moment, le ligne française reste cohérente, la 10ème DI tenant un môle de résistance sur la droite des Nord-africains et pouvant menacer le flanc allemand.

    La 14ème ResDiv a trouvé une brèche sur le côté ouest du camp retranché de Namur, à hauteur du fort de Suarlée. Les Belges continuent de s'accrocher. De l'autre côté, c'est la 38ème ID qui semble sur le point de percer la ceinture de fortifications.

    Sur l'aile droite de la 5ème Armée, les Allemands ont franchi la Meuse au niveau de Dinant. Le 1er Corps s'apprête à faire face à l'ennemi. Les troupes encerclées sur l'autre rive ont été anéanties.

    Les Alliés ont perdu 15015 hommes et 23 canons, les Allemands 14566 hommes et 27 canons.

Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages