Warning: Illegal string offset 'name' in [path]/includes/functions.php on line 6112
AAR WITP-AE - Le géant se réveillera-t-il?
+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 16
1 2 3 11 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 157
  1. #1
    Date d'inscription
    mars 2009
    Messages
    255

    AAR WITP-AE - Le géant se réveillera-t-il?

    AAR WITP - AE, Scénario 1 - B1Bis Japonais vs Garfield Forces Alliées


    Semaine du 07 au 13 décembre 1941

    • Pacifique
    L’attaque du dimanche 7 décembre 1941 à Pearl-Harbor se révèle être un échec relatif pour la Marine nippone. Si la base aérienne est ravagée et plusieurs dizaines d’avions détruits au sol, seul un cuirassé est coulé lors de l’attaque (le BB California) en compagnie de 5 autres navires (2 AMc, 1 AM, 1 DMS, 1 PT).


    Devant un tel échec, les japonais décident de bombarder la base durant la nuit. Les quelques rares navires à avoir pu sortir de la rade tentent vainement de s’interposer. Ce sont tout d’abord 3 patrouilleurs qui sont envoyés par le fond. Suivent 4 vedettes lance torpilles qui n’arrivent pas à placer une seule anguille dans une cible. Leur action à au moins eu l’intérêt de mettre en alerte les hommes à terre. Sous les yeux incrédules des guetteurs, la task force composée de 2 BB, 2 CA, 1 CL et 5 DD s’approche jusqu’au rivage pour bombarder la base ! Les dégâts sont mineurs (une dizaine d’avions détruit et 130 hommes mis hors de combats) côté américain. A l’inverse, la marine impériale paye un lourd tribut pour cette tentative osée : le BB Kirishima ainsi que 2 DD heurtent des mines. Sous les cris de joie des soldats durement éprouvés par cette journée marquée du sceau de l’infamie, le cuirassé coule en quelques minutes, accompagné par l’un des 2 destroyers.





    Le cuirassé Kirishima dont la carrière durant la guerre n'aura durée qu'un seul jour...


    Le 08 décembre, alors que la base panse ses plaies, un nouveau raid aérien frappe la rade hawaïenne. Cette fois, une soixantaine de chasseurs attendent les japonais. Ils arrivent à prélever une vingtaine d’avions nippons au prix de 10 Warhawk et Mohawk abattus par les Zéros. 2 cuirassés encaissent chacun une bombe, un destroyer dragueur de mine et un navire ravitailleur sont coulés.



    Le 09, le SS Pompano lance 4 torpilles sur le Hiryu. Aucune n’explose au contact de la coque du porte avion…. Cela n’empêche pas les japonais de lancer une nouvelle attaque aérienne. 6 chasseurs sont perdus contre une dizaine d’avions japonais. A plusieurs milliers de kilomètres à l’ouest, les portes avions US sont arrivés en maraude autour de Wake pour s’opposer à un éventuel débarquement japonais. Ils ne doivent pas attendre longtemps avant que les hydravions de recherche signalent un convoi se dirigeant droit sur l’atoll. 2 vagues le matin et 2 vagues l’après-midi coulent 2 croiseurs légers (le Kashima et le Katori), 2 destroyers, 2 escorteurs et le transport de troupes armé AMC Kinryu Maru. Seuls 130 japonais arrivent sur les plages de Wake et tentent le soir même une charge suicide qui se solde pas la disparition de la totalité des soldats japonais.



    A Pearl-Harbor, les 10 et 11, seul une dizaine de Zéros parviennent à traverser l’orage et réussissent à descendre 11 appareils alliés pour une seule perte malgré un rapport défavorable de 6 contre 1



    Après une journée de répit, le KB se signale le 13 décembre au sud de Pearl Habor en attaquant une TF composée de 5 DMS et du CA Indiannapolis. Ce dernier encaisse 4 bombes le matin et 1 l’après-midi avant de sombrer en compagnie de 2 DMS. Plus à l’ouest, au large de Johnston Island, les portes avions américains vengent l’Indiannapolis en coulant 3 destroyers japonais qui se repliaient vers Kwajalein ainsi que le corsaire AMC Aikoku Maru




    Le croiseur Indianapolis coulé près de Pearl Harbor le 13 décembre
    • Philippines
    Dès les premières heures de la guerre, les japonais s’acharnent sur l’aérodrome majeur des Philippines : Clark Field. Les quelques chasseurs américains ne peuvent rien. Plus d’une vingtaine de chasseurs sont perdus lors des 2 premières journées de combat et l’état major décide d’abandonner le ciel au japonais le temps de réorganiser les escadrilles sur l’aérodrome de Manille. Seuls les hydravions Catalina tentent d’attaquer à la torpille les navires japonais mais sans grande réussite.


    Plusieurs cargos et transports de troupes sont incendiés par l’aviation nippone et coulés en évacuant Manille entre le 7 et le 10 décembre. De même, des mines lâchées par un sous marin dans la rade de Manille coulent l’AK Capillo, le destroyer Pope et la corvette Tulsa.



    Une TF comprenant 2 CA, 2CL et 8 DD et qui couvre les débarquements à Vigan et Appari est attaquée durant la journée du 10 décembre par 9 vedettes lance torpilles américaines et 8 vedettes anglaises venues de Hong-Kong. 7 vedettes sont coulées sans avoir réussi à mettre une torpille au but. Vigan et Appari tombent sans combat le 11 décembre et, au sud, Legaspi tombe le 13 décembre.



    Après une semaine de guerre, aucun combat terrestre n’a encore eu lieu aux Philippines. En revanche, dans les airs, la bataille fait rage. Les escadrilles regroupées à Manille tentent de s’interposer au dessus de Clark Field, Manille et Iba aux raids japonais. Une quinzaine de bombardiers et de chasseurs nippons sont abattus entre le 9 et le 13 décembre pour au moins autant de pertes côté américain. Clark Field est définitivement fermé tandis que le port et l’aérodrome de Manille sont endommagés et que la base d’Iba subit deux jours de bombardements navals. Les B17D tentent une sortie au dessus d’Appari mais les Zéros les repoussent. Le lendemain changement de tactique : ils s’attaquent au front sud, hors d’atteinte des Zéros : 143 japonais sont mis hors de combat sur les plages de Legaspi.



    Sur la mer, les forces alliées ne se laissent pas non plus démoraliser puisque le commandant Haerlen K. de la marine néerlandaise inscrit le premier gros navire de guerre japonais au tableau de chasse des sous marins alliés. Il s’agit du croiseur lourd Myoko qui encaisse une torpille au sud de Davao et qui coule dans le lendemain. Le commandant du sous marin KXVI est même proche de réussir un deuxième exploit mais sa salve de 4 torpilles rate l’autre croiseur de la TF, le CA Nachi.




    Le croiseur japonais Myoko en difficulté après avoir encaissé une torpille

    • Mer de Corail & Australie
    Le secteur est calme jusqu’au 11 décembre, date à laquelle les japonais débarquent à Kavieng. Le dragueur de mine Penguin, réfugié à Rabaul après sa fuite de Guam, appareil immédiatement et fonce plein nord pour attaquer les 2 cargos non escortés. Il arrive dans la nuit du 11 au 12 décembre. Les cargos japonais détectent sa présence et ont le temps de quitter les lieux. C’est alors que le croiseur léger Kashima, qui avait échappé aux reconnaissances aériennes, surgit et touche à deux reprises le Penguin avec ses canons de 14cm. En feu, le navire n’atteindra jamais Rabaul. Kavieng tombera le 13 décembre, juste après un timide bombardement de Rabaul par le Kashima.



    Le dragueur de mine USS Penguin coulé au nord de Rabaul le le 12 décembre
    • Indes Néerlandaises
    Du côté des Indes Néerlandaises et durant les premiers jours de la guerre, seuls les sous-marins japonais sont là pour rappeler que la région vient de s’embraser. Le tanker néerlandais Manvantara est coulé le 09 décembre au large de Batavia alors que plusieurs autres sous marins japonais ratent leurs cibles. La côte nord de l’ile de Borneo est attaqué à partir du 11 décembre et Miri est la première localité à tombé le 12 décembre.


    Mais le drame le plus important se joue à plusieurs centaines de kilomètres au sud-est, au large de Tarakan. Le 13 décembre, une TF comprenant 6 cargos est attaquée par le mini-KB alors qu’elle vient de quitter la mer de Sulu en direction de Darwin. Depuis le 8 décembre et son départ d’Hong-Kong, cette TF zigzag en mer de Chine et de Sulu pour échapper aux reconnaissances et aux navires de surfaces. A son bord, plus de 3000 hommes qui sont encore sous l’euphorie d’avoir échappé à une captivité assurée s’ils étaient restés à Hong-Kong. Les Kates font un ravage avec leurs torpilles. 3 cargos sont coulés dans la matinée et 2 autres dans l’après midi. A peine 15% des évacués d’Hong-Kong arriveront sains et saufs à destination.


    • Malaisie
    Dès les premières heures de la guerre, la situation tourne à l’avantage des japonais dans cette région : le cuirassé Prince Of Wales encaisse 4 torpilles le matin du 7 décembre tans que le Répulse en encaisse également 4 l’après-midi. Cela tient du miracle, mais les 2 navires flottent encore au couché du soleil. Le Répulse réussira à se trainer à 5 nœuds pendant 2 jours vers Singapour mais coulera le 9 décembre au moment où le Prince of Wales entre en cale sèche à Singapour. La veille, Kota Bahru est tombée aux mains des japonais.


    Tous les chasseurs Buffalo de la région sont alors mobilisés au-dessus de Singapour pour protéger les réparations d’urgences apportées au cuirassé. Plus au nord, l’escadrille n°27 de la RAF équipés de chasseurs Blenheim IF se distingue dans la défense aérienne de Georgetown en malmenant les raids de Sally et d’Oscar et les sweep de Nate. Comme à Manille, les japonais ont minés la rade de Singapour. 3 corvettes en font les frais lors du déminage.



    Le 13 décembre, les bombardiers basés à Singapour sont mis en alerte : une TF comprenant plusieurs cuirassés japonais tente de passer entre Bornéo et Sumatra. Malheureusement la TF est trop loin pour permettre aux avions torpilleurs (Swordfish et Vildebeest). Seules les Blenheim I et IV peuvent intervenir mais la piètre qualité des avions et des pilotes empêche le raid d’être efficace. Des Martin B10 hollandais décollant depuis Palembang connaissent également le même échec.


    • Chine
    Les japonais optent pour une tactique prudente concernant Hong-Kong. Ils se contentent de bombardements terrestres et aériens durant la première semaine de guerre.
    Dernière modification par Garfield93 ; 17/08/2011 à 23h37.

  2. #2
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    4 536
    Cela démarre trés mal pour les Japonais: déjà un cuirassé, un croiseur lourd, deux croiseurs légers, 5 destroyers coulés, beaucoup d'avions au dessus de Pearl Harbor et de Clark Field perdus + un régiment partis au fond de l'eau et tout ceci sans beaucoup de résultats.
    Attendons la suite !

    "il n'y a que deux espèces de plans de campagne, les bons et les mauvais. les bons échouent presque toujours par des circonstances imprévues qui font souvent réussir les mauvais. " Napoléon

  3. #3
    Date d'inscription
    avril 2011
    Localisation
    Haute-Loire. Beauzac
    Messages
    204
    Chouette un nouvel AAR à suivre!

    Belles photos! Tu les as trouvés où celles des navires alliés - cela pourrait mettre utile pour mon AAR?

    Effectivement déjà pas mal de casse pour le joueur japonais. Seulement 1 cuirassé allié coulé à PH, c'est du FOW ou c'est la réalité? Dans ma partie contre Christian, selon le brouillar de guerre, je nen avais coulé aucun malgré deux raids. Puis fin décembr début janvier, 4 ont été en définitive confirmés comme coulés...

    Bonne continuation...

  4. #4
    Date d'inscription
    mars 2009
    Messages
    255
    Citation Envoyé par grisouille43 Voir le message
    Belles photos! Tu les as trouvés où celles des navires alliés - cela pourrait mettre utile pour mon AAR?
    Les images viennent de ce site : http://www.history.navy.mil/ tu as un moteur de recherche en haut à droite


    Effectivement déjà pas mal de casse pour le joueur japonais. Seulement 1 cuirassé allié coulé à PH, c'est du FOW ou c'est la réalité? Dans ma partie contre Christian, selon le brouillar de guerre, je nen avais coulé aucun malgré deux raids. Puis fin décembr début janvier, 4 ont été en définitive confirmés comme coulés...
    Sans trahir de secrets, c'est bien la réalité au soir du 13 décembre 1941. 1 seul BB coulé à PH (bon les autres font pas les fiers non plus hein )

  5. #5
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Localisation
    provence
    Messages
    630
    Oups!!!
    que c'est il passé pour les japonais?
    cette tactique d'aller finir au canon de marine le travail éffectué par les avions a été mortel, surtout que PH est quand meme bien défendu en batterie cotiere !
    mememoi qui suis assez peu comptable de mes forces quand je joue japonais (n'est ce pas mike?) j'aurais évité cet acharnement!
    Garfield, ton evacuation de troupes de HK a travers une mer infestée de navires japonais en pleine phase de'invasion ,c'était de l’assassinat!!!!

    B1Bis, rien n'est perdu, un faux pas au depart ça se rattrape, soit cruel mais fait gaffe quand meme!

  6. #6
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Localisation
    Nantes
    Messages
    149
    Merci Dirty Harry

    J'en profite pour faire le point des pertes navales Alliées en ce 10 Janvier 42

    BB x 2
    BC x 1
    CL x 5
    DD x 9
    Transports, Cargos x 40




    Citation Envoyé par dirtyharry500 Voir le message
    B1Bis, rien n'est perdu, un faux pas au depart ça se rattrape, soit cruel mais fait gaffe quand meme!
    B1bis



    Le commandant de notre "Force Mobile" estime que l'ennemi, bien que manquant de volonté à combattre, est susceptible
    de contre-attaquer lorsque nos opérations d'occupation progresseront de façon satisfaisante.

  7. #7
    Date d'inscription
    mars 2009
    Messages
    255
    N'écoutez pas la propagande de radio Tokyo!

  8. #8
    Date d'inscription
    mars 2009
    Messages
    255
    Semaine du 14 au 20 décembre 1941


    • Pacifique

    Le blocus continue à Pearl-Harbor. Les sous-marins ont remplacé pour quelques jours le KB : le cargo français Lorraine est coulé le 18, le destroyer USS Cassin le 19 et le ravitailleur Tippecanoe le 20.

    Le KB se signale de nouveau le 20 décembre en coulant 2 petits cargos en train de ravitailler Johnston Island. Pearl-Harbor est de nouveau mise en alerte.



    Le destroyer USS Cassin, victime des sous-marins japonais à Pearl-Harbor
    • Philippines
    Les B17D décollent chaque jour de Manille pour attaquer les troupes japonaises du sud. Une centaine de victimes est dénombrée quotidiennement dans les rangs nippons.

    Au nord, les forces américaines et philippines se retranchent derrière une ligne San Fernando – Lingayen – Cabanatuan. Au sud, la localité d’Atimonan est choisie pour servir de point fortifié. Le 16 décembre, les avant-gardes japonais attaquent San Fernando bien qu’étant en sous nombre (1200 japonais vs 3250 défenseurs). 600 japonais sont mis hors de combat contre 15 alliés.

    Gros raid aérien japonais le 18 décembre sur le port de Manille : 72 Zéro escortant 22 Nell et 30 Betty font des ravages malgré les 37 chasseurs américains en CAP. 9 chasseurs sont abattus, 6 cargos, un sous-marin et les installations sont gravement touchés pour la seule perte de 3 Zero. Les japonais remettent ça le lendemain et le surlendemain pour la perte de 2 Zéro et d’un Betty contre 3 chasseurs US. Le port n’est plus qu’un amas de ruines jonché d’épaves de cargos.


    • Mer de Corail & Australie
    Le 16 décembre, une grosse TF de 23 navires (AK, AKL, PB) accoste sur les plages près de Rabaul. L’Amirauté gardait depuis plusieurs jours une TF de combat au sud de la localité pour prévenir toute tentative de débarquement. Les 3 croiseurs lourds, 4 croiseurs légers et 2 destroyers (dont le FFL Le Triomphant) tente d’attaquer les navires en train de débarquer mais la très faible visibilité due à l’absence de lune permet aux japonais de s’enfuir. Un autre navire français est engagé dans une action de guerre cette nuit là à Rabaul : le dragueur de mine FFL Chevreuil qui encaisse malheureusement une torpille fatale du RO-60.

    Le 17, 4 croiseurs lourds japonais bombardent Rabaul. La TF de croiseurs alliés décide de retenter sa chance dans la nuit suivante. 4 CA et 4 DD japonais affrontent 3 CA 4CL et 2 DD et ce sont ces derniers qui sortent victorieux. 2 CA et un DD japonais sont en feu et se retirent. Les alliés décident de poursuivre vers les plages de Rabaul pour contrarier le débarquement japonais qui continue. Seuls le CL Adelaide et le DD Voyager ne sont plus en état de combattre et font demi-tour. Le destroyer coulera peu après l’accrochage tandis que le CL Adelaide sera torpillé le lendemain par le RO-60.

    Voyant les alliés progresser, les navires japonais encore à flot tente de s’interposer une seconde fois. En vain, un seul impact est relevé sur le FFL Le Triomphant contre 18 sur les 2 CA et 4 DD japonais. Les croiseurs alliés arrivent enfin à porté de tir des cargos japonais : 7 sont confirmés coulés et plusieurs autres incendiés avant que les navires de guerres ne se retirent par manque de munitions. Le soir, les japonais prendront la base aux 147 australiens qui n’avaient pas encore été évacués de Rabaul durant la première semaine de la guerre.


    Le croiseur Adelaide à son départ de Brisbane. Il ne reviendra jamais...

    • Indes Néerlandaises
    La TF du CVL Ryujo s’engage dans le détroit de Makassar dans la nuit du 14 décembre. 2 Claude viennent tester la CAP au dessus de Balikpapan.
    Plus à l’ouest, c’est l’escadre de cuirassés bombardé la veille qui avance en direction de Batavia. Plusieurs raid de Martin B10 hollandais échouent à toucher les cuirassés Kongo et Haruna. Seuls les biplans britanniques Vildebeest arrivent à placer 7 bombes de 220kg sur le Kong et l’Haruna à la limite de leur rayon d’action. La différence de niveau entre les pilotes des deux nationalités est criante.

    Le 15 décembre, le CVL Hermes réalise sa première action de guerre. Depuis l’Océan Indien sur la côte ouest de Sumatra, les Swordfish attaquent une TF au nord de Batavia. L’amirauté qui pensait tomber sur les cuirassés japonais est déçue : il ne s’agit que de destroyer envoyé en éclaireurs. Le DD Usugumo est coulé à la torpille pour rentabiliser le trajet des Swordfish.



    Le 16 décembre, l’objectif des japonais dans la région de Batavia est maintenant clair. Il s’agit de Palembang et de ses puits de pétroles. De nombreuses TF sont repérées dans le secteur :

    - Celle des cuirassés japonais attaqué la veille et qui rôdent depuis 3 jours dans le secteur Singapour – Batavia – Palembang

    - Une autre un peu plus au nord qui semble être composée de 2 porte avions légers

    - Au moins deux autres TF composées de cargos, transport de troupes et destroyers qui se dirigent vers le sud-ouest depuis l’hex situé au nord de Singkawang.

    - La TF du CVL Ryujo en maraude au nord de Soerabaja

    En face, les forces alliées sont en infériorité numérique :

    - Une TF de combat mixte (néerlandais, britanniques et américains) composée d’un croiseur lourd (le Houston), 7 croiseurs légers et 7 destroyers est en attente entre Toboali et Billiton

    - Une TF composé de 8 destroyers (dont 6 hollandais) est en attente à l’est de Billiton. Elle est commandée par le commander Randall à bord de l’USS Alden

    - 8 vedettes lance torpilles hollandaises à Palembang

    -
    La TF du CVL Hermes, sur le point d’atteindre Batavia, est volontairement laissée en retrait du fait de la présence des portes avions légers japonais

    - Les bases aériennes de Palembang et Batavia accueillent une vingtaine de bombardiers Martin B10 hollandais avec des pilotes très peu entrainés et une dizaine de Blenheim britanniques.

    - Singapour possède des biplans Vildebeest et Swordfish qui peuvent attaquer à la bombe et à la limite de leur rayon d’action les navires qui passent au nord de l’île de Bangka. Beaucoup moins efficace sur les cibles navales, des Blenheim I et IV sont également disponibles.

    Le plan est ambitieux et repose sur deux hypothèses : que la flotte de cuirassés attaquée la veille ne tente pas de protéger les convois sur leur route mais directement à Palembang ; que les prévisions météo qui indique du mauvais temps soient fiables pour empêcher les avions japonais de décoller des portes avions légers.


    Les 24 heures qui vont suivre seront extrêmement agitées dans ce coin du globe :




    · (1) Dans la nuit, la TF du CA Houston tente de se placer sur la trajectoire estimée des cargos japonais. Le commandant du CA Houston croit avoir réussi en coulant une première vague de 9 patrouilleurs japonais. Il apprendra quelques heures plus tard qu’il n’a seulement détruit que la TF qui fermait le convoi de débarquement à Palembang.

    · (2) En effet, au même moment, 2 croiseurs légers japonais surprennent 9 petits cargos hollandais en train de quitter le port. 6 sont coulés, les autres prennent la fuite (et seront coulés le lendemain par des Kate). Malgré l’action de 8 vedettes lance torpilles (7 sont coulées), les troupes japonaises accostent dans la foulée.

    · (3) Au petit matin, la TF des 8 destroyers, qui s’est placé à 2 hex au nord-est de celle du CA Houston, tombe sur la TF des portes avions légers japonais. Les destroyers alliés arrivent à se rapprocher à 7 000 yards de leurs cibles mais les 4 destroyers japonais de l’escorte réussissent à bloquer la situation assez longtemps pour permettre aux CVL Zuiho et au CVE Hosho de s’échapper. 2 destroyers japonais sont en feu contre un côté alliés. Le commandeur Randall reçoit l’ordre de se retirer sur Batavia.

    · (4) 15h00. Le commander Randall se remet petit à petit de ses émotions sur la passerelle du destroyer Alden. Ce n’est pas tous les jours que l’on a au bout de son télescope des portes avions ennemis. Une fois n’est pas coutume, le temps exécrable le réjouit. Il sait que cela empêchera les avions de l’IJN de décoller. Soudain, l’alarme retentie ! une TF japonaise est signalée au sud. Randall saisit ses jumelles et commence à identifier les cibles potentielles : il distingue 6 destroyers, 2 croiseurs lourds (son visage commence à se tendre) et … le porte avion léger Ryujo ! L’équipage doit s’y reprendre à deux fois pour faire sortir Randall de sa torpeur et obtenir les ordres du commandeur. « On Fonce ! » s’exclame-t-il encore sous le choc de cette rencontre. Pour la deuxième fois de la journée, les 8 destroyers partent donc à l’abordage d’un porte avion. Seulement cette fois-ci les japonais ont deux croiseurs lourds et leurs canons vont décider du sort de la bataille : le DD Witte de With encaisse plusieurs obus de 203mm et commence à prendre feu. L’euphorie de Randall est retombée et il sait qu’il ne peut rien faire contre cette puissance de feu. Ordre est donné à la TF de se replier. Ce n’est pas en ce 16 décembre que le commandeur de l’USS Alden pourra se vanter d’avoir coulé un porte avion ennemi avec des destroyers !

    · (5) En fin d’après-midi, le temps se dégage dans la région et permet à 30 Blenheim et 9 Swordfish venus de Singapour de bombarder les cargos japonais en train de décharger. 4 cargos japonais sont incendiés ainsi qu’un transport de troupes rapide.

    · Au même moment, un raid de 3 Kates attaque le port de Batavia. Les 23 B-339D hollandais présent en CAP malgré la pluie réussissent abattre un bombardier.

    La nuit tombe en cette journée du 16 décembre et c’est un sentiment de frustration qui domine dans le bunker de l’ABDA à Batavia. Le convoi de troupe n’a pas été intercepté, et la TF de croiseur a raté les portes avions japonais. L’absence de pertes navales côté alliés permet se consoler.


    Le lendemain, 17 décembre, les attaques aériennes alliées se multiplient. Aucun coup au but n’est enregistré contre les navires débarquant à Palembang. En revanche, c’est une fois encore les biplans britanniques qui s’illustrent : Le BB Kongo encaisse 3 bombes, le CA Mikuma et le BB Haruna 2, le CA Tokan 1.

    Le 18, c’est au tour des CVL nippons d’être la cible des bombardements mais les 26 Claude en CAP tiennent tête aux avions néerlandais tandis que sur terre un premier assaut japonais réduit les fortifications à 0.

    Le 19 décembre, les japonais décident de s’attaquer à Batavia. Dès le lever du jour, un sweep de 3 Zéro teste la CAP composée de 12 Demon et 3 B-339D. Un de ces derniers est d’ailleurs abattu. Puis se sont 21 Kate qui se présentent sans escorte : 2 cargos sont touchés par des bombes mais la chasse hollandaise revendique 6 Kate détruit et autant endommagés. Palembang et ses puits de pétrole tombe au coucher du soleil.

    Enfin le 20 décembre, c’est au tour des cuirassés de se présenter devant Batavia. 15 Zéros sont présents en couverture aérienne et font un massacre lorsque 18 Blenheim et 26 Martin escortés par 7 chasseurs tentent de bombarder les intrus. Une dizaine d’avions partent au tapis

    • Malaisie
    Le 14 décembre, 18 Zéros se présentent au dessus de Singapour. Les 33 Buffalo présent pour protéger les réparations du Prince of Wales souffrent (7 pertes) mais ne lâchent rien (2 Zéros abattus). Le même affrontement le lendemain débouche sur la perte de 3 Buffalo contre 1 Zéro.

    La dégradation de la situation dans la région de Palembang entrainera bientôt la fermeture du détroit de Batavia et donc une porte de sortie pour le Prince of Wales et pour les convois en provenance de Singapour. L’Amirauté britannique décide de profiter du débarquement à Palembang qui mobilise les cuirassés et portes avions japonais pour lancer l’opération Cerberus le 16 décembre. Objectif : évacuer le Pince of Wales et un convoi de troupes contenant 10 navires de Singapour via le détroit de Malacca. Pour couvrir cette évacuation, les escadrilles de Buffalo sont disposées sur 3 bases tout au long du détroit.

    Le Prince of Wales quitte le port le 16 décembre. Il ne subira aucune attaque aérienne et attendra sain et sauf sa destination. Le convoi de troupes quitte Singapour dans la nuit du 16 au 17 décembre. Après seulement quelques heures de navigations une explosion illumine le convoi : l’AP Matang vient d’encaisser une torpille du I-154. Il coulera en quelques minutes entrainant beaucoup des hommes qu’il transportait par le fond. Le calvaire du convoi ne fait que commencer. Au levé du soleil, 61 Nell et 22 Betty attaque le convoi au milieu de détroit. La vingtaine de chasseur est dépassée par le nombre et 5 cargos sont coulés. Les 4 navires survivants ne seront plus inquiétés et parviendront à mener les hommes qu’ils transportent à bon port.

    A noter durant cette semaine, la grande réussite des sous marins hollandais qui coulent 7 cargos japonais sur l’autoroute navale entre l’Indochine et le front de Malaisie



    Le Prince of Wales est à présent en lieu sûr
    • Chine
    Après une première semaine calme, le front chinois commence à s’agiter. Le 14 décembre, 12 000 chinois attaquent Ichang. Les 14 000 japonais retranchés derrière 3 niveaux de fortifications repoussent l’assaut aisément en infligeant 1400 pertes aux chinois. L’Etat-major chinois comprend alors qu’il aura besoin de plus de troupes. Il décide dans un premier temps d’isoler la ville en rejetant les forces japonaise sur l’hex à l’est tout en amenant des troupes des régions voisines. Les 2200 japonais à l’est d’Ichang sont repoussés par 19 000 chinois le 18 décembre. Malheureusement un nouvel assaut le 20 sur la ville elle-même est un nouvel échec qui coute encore 1400 hommes.

    Sur le front sud, le 15 décembre, un premier assaut prudent leur permet de réduire les fortifications d’Hong-Kong à 2 niveaux pour la perte de 200 hommes contre 400 britanniques. Le lendemain, un nouvel assaut brise les fortifications érigées autour de la ville et pousse à la reddition les 3200 britanniques encore vivant. Radio Tokyo fête en grande pompe la chute de la première grande ville alliée dans le Pacifique.



    Artillerie chinoise en action contre l’aérodrome d'Ichang
    Dernière modification par Garfield93 ; 21/08/2011 à 03h27.

  9. #9
    Date d'inscription
    avril 2011
    Localisation
    Haute-Loire. Beauzac
    Messages
    204
    Superbe AAR... On ne s'ennuie pas en vous lisant que d'actions!!!

    Entre un joueur japonais très aggressif et un joueur allié qui se défend bec et ongles ca donne lieu à de beaux affrontements...

    Sans être un expert, il me semble néanmoins que la progression rapide des japonais se paye au prix fort. Les joueurs expérimentés du forum confirmeront peut être ce point de vue..

  10. #10
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    4 536
    Citation Envoyé par grisouille43 Voir le message
    Superbe AAR... On ne s'ennuie pas en vous lisant que d'actions!!!


    Sans être un expert, il me semble néanmoins que la progression rapide des japonais se paye au prix fort. Les joueurs expérimentés du forum confirmeront peut être ce point de vue..
    En effet les pertes japonaises sont excessives. Le joueur japonais ne protège pas assez ses convois tant au niveau aérien que maritime. Il a gardé ses Claudes sur son PA. A ce rythme la prise de Java et des Philipinnes sera difficile car les réserves sont déjà entamées.

    "il n'y a que deux espèces de plans de campagne, les bons et les mauvais. les bons échouent presque toujours par des circonstances imprévues qui font souvent réussir les mauvais. " Napoléon

Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages