Warning: Illegal string offset 'name' in [path]/includes/functions.php on line 6112
AAR WITP-AE - Le géant se réveillera-t-il?
+ Répondre à la discussion
Page 2 sur 16
PremièrePremière 1 2 3 4 12 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 11 à 20 sur 157
  1. #11
    Date d'inscription
    mars 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    5 269
    Passée la phase de conquête le Japonais a plus de cargos que nécessaire
    Donc en perdre qques uns de plus n'est pas un problème selon moi surtout si ça permet une accélération du rythme...

    Je parle pour witp car je n ai pas joué à AE

    Très bon AAR par ailleurs
    ma fille Louise (3 ans) : "moi m'en vais monter dans une fusée pour aller croquer la Lune"

  2. #12
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    4 536
    Citation Envoyé par elpaco Voir le message
    Passée la phase de conquête le Japonais a plus de cargos que nécessaire
    Donc en perdre qques uns de plus n'est pas un problème selon moi surtout si ça permet une accélération du rythme...

    Je parle pour witp car je n ai pas joué à AE

    Très bon AAR par ailleurs
    A AE le Japon a tout juste les cargos qu'il faut. En effet une grande partie de la flotte marchande est employée à acheminer des ressources vers le Japon.

    "il n'y a que deux espèces de plans de campagne, les bons et les mauvais. les bons échouent presque toujours par des circonstances imprévues qui font souvent réussir les mauvais. " Napoléon

  3. #13
    Date d'inscription
    mars 2009
    Messages
    255
    Journées du 20 et 21 décembre 1941 :

    • Pacifique

    Poursuite du blocus de Pearl Harbor par les sous marins japonais. Une dizaine de submersibles sont repérés quotidiennement autour de la base navale. Leur agressivité est remarquable. Pas moins de 7 attaques à la torpille sont recensées durant la nuit du 20 décembre. Si 5 destroyers (qui chasse qui ?) en réchappent, un cargo côtier ne peut éviter les 2 torpilles lancées contre sa coque et sombre.

    Mais ce sont les événements de la journée qui vont donner des sueurs froides aux amiraux de Pearl Harbor. Ceux-ci ont passé la semaine précédente à planifier l’évacuation des 3 cuirassés suffisamment valides pour atteindre les chantiers navals de la côte ouest. La sortie est prévue pour la nuit du 20 au 21 décembre. La plus grande menace perçue est alors celle des sous marins japonais et c’est ce qui explique la multiplication des contacts entre les TF ASW américaines et les submersibles nippons des derniers jours. 2 jours avant le début de l’opération, une TF japonaise est repérée au nord-ouest de Johnston Island par les Catalina de l’escadrille VP-71. Faisant confiance aux rapports des pilotes qui indiquent une TF de destroyers, l’Amirauté décide de maintenir l’opération d’autant plus qu’aucun navire n’est repéré le lendemain 20 décembre.



    Un des PBY Catalina du VP-71 en charge de la surveillance maritime à Johnston Island


    Comme prévu, la TF composée des cuirassés West Virginia, Oklahoma et Maryland et de 8 destroyers d’escorte quitte le port à minuit. En ce matin du dimanche 21 décembre, le port de Pearl Harbor est calme. Travaillant sans relâche depuis exactement 2 semaines pour réparer les cuirassés endommagés lors de l’attaque initiale, les hommes se sont vu accorder une journée de repos avant de s’attaquer aux 3 cuirassés restés en cale sèche. Les pilotes également font relâche. Sans les drapeaux en berne et l’épave du California au fond de la rade, on se croirait encore en temps de paix, comme un certain dimanche 7 décembre…

    C’est ce qu’on dû se dire les pilotes japonais en piquant sur les navires à quai, deux semaines jours pour jours après leur premier exploit. Ils ont également pu observer les mêmes scènes de panique lorsque l’alarme retenti à bord des navires ou sur la base aérienne. Encore une fois, la suffisance des américains a permis aux japonais d’avoir l’effet de surprise. Et seule la mauvaise exploitation de cet avantage par les japonais et beaucoup de réussite allaient permettre aux américains d’éviter la catastrophe. En effet, alors que le ciel est vide de chasseurs américains, que la DCA est endormie et que 3 cuirassés sont en cale sèche, les bombardiers nippons vont préférer s’attaquer à des cibles secondaires : seuls 2 navires auxiliaires de type AG, un tanker et un cargo sont ciblés (seul le tanker s’en sortira). De même, les japonais dispersent leurs forces en attaquant la demi-douzaine de TF ASW éparpillée autour de Pearl Harbor. 2 destroyers dragueurs de mines seront ainsi coulés.



    L'USS Lamberton ,coulé près de Pearl Harbor par un Kate


    Sortant de son domicile, l’Amiral Kimmel se croit en plein cauchemar. Il croit revivre le 7 décembre et doit se pincer pour s’assurer que ce qu’il voit est bien réel. Reprenant ses esprits, il court dans son bureau pour décrocher son téléphone. Il sait que 3 de ses cuirassés sont au large et ont surement été repérés par les japonais. A peine son correspondant a-t-il décroché que l’Amiral lui assène la question qui le taraude :

    - « Que deviennent les cuirassés sortie cette nuit ? »
    - « Nous n’avons aucune nouvelle pour l’instant Amiral, ils ne répondent pas à nos demande de rapport de situation ».

    Kimmel peste contre ses pilotes incapables de faire la différence entre des portes avions et des destroyers. Il devra patienter encore une bonne heure avant d’avoir le rapport du commandant de l’escadre :
    - « Avons subis une attaque aérienne à 2 hex de Pearl Harbor. USS West Virginia sérieusement touché par 3 bombes. USS Maryland a encaissé une bombe. Nous rentrons sur Pearl Harbor ».

    L’amiral américain sait qu’il s’agit d’un petit miracle. Les pilotes japonais de l’IJN ne sont pas des bleus. Il apprendra plus tard que les 15 Kate auront tous échoués à placer une torpille dans l’un des 3 mastodontes et que 14 des 18 Val auront ratés leur cible. Il est 9 heures et l’ordre de retraite sur Pearl-Harbor est envoyé à toutes les TF du secteur. En début d’après-midi, les japonais continuent de gâcher l’effet de surprise en n’envoyant qu’un seul raid de 27 Kates attaquer une TF ASW et couler un destroyer. Les cuirassés rentrent dans la rade peu de temps après.



    L'USS West Virginia qui réussi à rejoindre Pearl Harbor malgré les 3 bombes reçues

    Ce sera tout pour ce dimanche 21 décembre. Kimmel, seul dans son bureau, hésite entre la colère d’avoir une nouvelle fois gravement sous-estimé la menace japonaise et le soulagement quant aux faibles dégâts infligés par les japonais : 1 cargo, 2 navires auxiliaires, 3 destroyers. Les cuirassé sont rentrés, les pistes de la base sont intactes de même que les nombreux avions qui s’y trouvaient alignés comme à la parade. Il se saisit alors des rapports qu’il n’a pas encore eu le temps de lire depuis le début de la journée. Il ouvre le premier dossier de la pile, le rapport d’observation de l’escadrille VP-71 : « 21/12/1941 10h00 – Plusieurs navires repérés à l’ouest de Pearl Harbor. Au moins 5 tankers et des destroyers». S’en est trop pour l’amiral qui referme le dossier d’un air blasé, se lève et va se servir un grand verre de whisky. Il sait qu'avec le KB au large de Pearl Harbor, les ennuis en font que commencer...
    Dernière modification par Garfield93 ; 25/08/2011 à 08h52.

  4. #14
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    4 536
    Il faut virer Kimmel et l'envoyer pêcher les avec sa bouteille de whisky !

    "il n'y a que deux espèces de plans de campagne, les bons et les mauvais. les bons échouent presque toujours par des circonstances imprévues qui font souvent réussir les mauvais. " Napoléon

  5. #15
    Date d'inscription
    avril 2011
    Localisation
    Haute-Loire. Beauzac
    Messages
    204
    Le joueur allié a eu de la chance sur ce coup... Mais bon ca compte aussi!

    Enfin, les japs sont encore dans les parages c'est pas fini!

    Les cuirassers que tu as renvoyés sur la cote ouest ne sont pas trop endommagés? Lors de mes parties coté américains j'ai eu à plusieurs reprises des déboires avec des navires endommagés qui coulaient entre PH et SF... Du coup dans mes dernières parties, j'attendais qu'ils soient à 0 de dégat système avant d'entreprendre la traversée...

  6. #16
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Localisation
    provence
    Messages
    629
    pas de chasseurs US dans le ciel d'Hawai ????
    A quoi servent ils tous ces chasseurs alors ?
    le 8 decembre il devrait deja y avoir des squadrons a lahina pour faire la cap de PH!
    il etait quand meme un peu tot pour evacuer les gros cubes sur la cote ouest, ça c'est bien passé mais un c'est un miracle.
    au fil des aar on va avoir des sueurs froides

  7. #17
    Date d'inscription
    mars 2009
    Messages
    255
    Semaine du 21 au 27 décembre 1941

    • Pacifique

    Comme attendu, l’aviation du KB attaque de nouveau Pearl Harbor le 22 décembre. Les américains disposent d’une centaine de chasseurs dont un tiers sont totalement dépassés technologiquement (P-26A et P-36A). Les japonais procèdent en plusieurs vagues. Un premier sweep de 12 Zéro descend 3 chasseurs US mais perd deux avions. Un deuxième sweep de 51 Zéro descend 6 américains pour la perte de 2 nouveaux Zéro. Puis ce sont 101 Kate et 98 Val qui se présentent mais sans escorte ! 15 nippons sont abattus et 24 sont endommagés. Le cuirassé Maryland encaisse 6 bombes et l’Oklahoma en encaisse 4. Les cuirassés ont été placés en cale sèche pour éviter les attaques à la torpille. Plus au sud, 15 Val coulent deux cargos côtiers en train de fuir la zone.


    USS Maryland après l'attaque japonaise du 22 décembre 1941
    (avec à sa gauche l'épave de l'USS California, coulé le 7 décembre 1941)


    Après une journée de répit le 23, les japonais attaquent de nouveau le 24 décembre. Ils adoptent une tactique plus basique cette fois-ci : l’assaut massif de l’ensemble des bombardiers escortés par les chasseurs. Les 80 chasseurs américains qui sont en CAP voient arriver sur eux une formidable vague de 230 appareils dont 52 Zéros ! Cette fois-ci c’est réellement un nouveau 7 décembre 1941. Les japonais attaquent le port et l’aérodrome. 11 navires sont touchés dans le port dont 2 croiseurs 1 destroyer et 7 cuirassés. Ces derniers encaissent pas moins de 17 bombes ! Cependant, dans le domaine aérien, les américains réussissent des prouesses : 2 Zéros et 27 bombardiers japonais sont abattus pour la perte de seulement 4 appareils (+ 3 autres incendiés au sol) ! Une heure après le passage de la première vague, 14 Zéro font un sweep sur la base et profitent de la fatigue des pilotes (seulement une vingtaine sont encore en l’air) pour faire un petit carton : 5 chasseurs US sont détruits contre aucun japonais.

    Nouveau raid massif le jour de Noël. Seuls 60 chasseurs américains sont en état de prendre l’air. Ils prélèvent 3 Kate et 6 Val mais perdent 5 des leurs. 19 bombes frappent les cuirassés américains en cale sèche, 1 destroyer est coulé dans la rade et 2 navires support sont touchés.

    Après 5 jours de bombardements, le KB semble s’éloigner de Pearl Harbor à partir du 26 décembre. La chasse américaine à perdu 25% de ses avions durant la semaine

    • Philippines

    La situation était jusqu’à présent calme aux Philippines. Au nord, les troupes japonaises restent cantonnées dans leur base d’Appari et ne sont au contact des forces alliées qu’à San Fernando. Au sud, après avoir pris Legaspi, les nippons se sont arrêtés à Altimonan devant les 6 200 défenseurs alliés, sans chercher à attaquer. Ils perdent quotidiennement 100 hommes dans les bombardements des B17D basés à Manille



    Descriptions des opération aux Philippines du 21 au 27 décembre


    Depuis le 18 décembre, un convoi japonais attire toute l’attention de Mac Arthur. Il est passé à l’est d’Appari et se dirige au sud-ouest. Quelle est sa destination ? Les plages de Mauban, celles d’Atimonan ou le port capturé de Legaspi ? La situation est en tout cas critique : aucune unité ne se trouve à Mauban et les hommes présents à Atimotan ne pourront résister à un débarquement massif. Mac Arthur décide de dégarnir le front nord pour envoyer 2 unités sur les lieux possibles de débarquement. Il sait qu’elles n’arriveront dans le meilleur des cas que le lendemain de l’arrivée des japonais.

    Le 20 décembre au petit matin, le général américain à sa réponse : les japonais débarquent à Atimonan pour renforcer unités déjà en place. C’est donc un soulagement que le débarquement ne vise pas Mauban. Les japonais décident d’attendre un jour avant de lancer une première attaque. C’est ainsi que le 21 décembre 8155 nippons se lancent à l’assaut des lignes alliées qui comptent désormais 10173 hommes et un niveau de fortification érigé à la hâte. Cette dernière ne résiste pas à l’assaut et les japonais sont à tout près de percer les lignes (500 pertes japonaises contre 413 alliées). Seule l’arrivée des hommes de la 1ère Division d’Infanterie des Philippines qui ont à peine le temps de descendre de leurs camions pour combattre permet de contenir l’assaut japonais. Dans les airs, le raid journalier de B17 se heurte à 5 Zéros en LRCAP. Les 40 Warhawk et 8 chasseurs dépassés réussissent l’exploit de descendre 2 nippons sans pertes, permettant aux bombardiers de réaliser leur besogne.

    Malgré la fatigue, les défenseurs réussissent à ériger une nouvelle ligne de fortifications dans la nuit. Elle sera d’un grand secours dans l’attaque du lendemain. Encore une fois les japonais sont à deux doigts de repousser les alliés mais ils ne réussissent finalement qu’à détruire les fortifications (129 pertes nippones vs 182 alliées)

    Pour la troisième journée consécutive, les japonais se lance à l’assaut des lignes alliées qui ont de nouveau pu ériger un niveau de fortification. Cette fois-ci les américains et les philippins repoussent aisément les assauts de japonais fatigués. 1150 japonais sont mis hors de combat contre 295 alliés. Pour la première fois en trois jours, les hommes du génie américain n’auront pas à reconstruire la première ligne de fortification.

    Les japonais n’attaquent pas le 24 décembre mais tentent de nouveau une attaque le 25 décembre. Ils ont repris des forces et réduisent de nouveau les fortifications à 0 entrainant la perte de 630 soldats alliés vs 293 japonais. Ils essayent d’exploiter cette opportunité en attaquant de nouveau le lendemain. Une fois encore, ils sont repoussés in extremis, les pertes des 2 camps étant identiques (307 hommes de chaque côté). La dernière attaque japonais du 27 décembre est en revanche plus facilement repoussé par les défenseurs qui ont eu le temps de reconstruire de nouveau la première ligne de fortifications. 680 japonais en font les frais contre 60 soldats alliés.


    Soldats Philippins à Atimonan posant avec une prise de guerre : un sabre


    Les 24 et 25 décembre, une dizaine de bombardier Nell et Betty non escortés sont abattus au dessus de Manille par les P40B et E.

  8. #18
    Date d'inscription
    janvier 2011
    Messages
    368
    Bonjour Garfield93,

    De retour de vacances que vois je ? Encore un AAR fait par un matou
    AAR très soigné qui plus est .

    J'adore, entre autre, les cartes. Si vous arrivez à un Midway, aura-t-on le droit à une carte du style :



    I subscribe

    Dernière modification par stereo ; 01/09/2011 à 09h24.
    .......
    « Veuillez accepter mes plus sincères félicitations.J'y joins mes meilleurs vœux pour votre bonne santé et pour l'avenir heureux des peuples de notre amie l'Union soviétique. » - 1939 Hitler pour l'anniversaire de Staline. La réponse de Staline n'est pas mal non plus ...

  9. #19
    Date d'inscription
    mars 2009
    Messages
    255
    C'est noté pour la carte et merci pour les compliments.

  10. #20
    Date d'inscription
    mars 2009
    Messages
    255
    Semaine du 21 au 27 décembre 1941

    • Indes Néerlandaises

    L’escadre de cuirassés qui s’étaient présentée la veille devant Batavia, commence son bombardement de la base néerlandaise durant la nuit du 21 décembre. 3 avions sont détruits au sol, 200 hommes sont touchés et la base aérienne est sévèrement touchée. Cependant, la même mésaventure qu’à Pearl Harbor se produit à Batavia : la TF de bombardement c’est beaucoup trop rapproché de la côte et 3 navires sont touchés par des mines : 2 destroyers et le cuirassé Haruna. Ce dernier est dès lors considéré comme coulé par l’Amirauté alliée jusqu’à preuve du contraire. C’est le deuxième cuirassé japonais coulé depuis l’entrée en guerre.


    Le Haruna, deuxième cuirassé japonais coulé par des mines


    Ce même jour, le terrain d’aviation de Palembang fraichement tombé entre les mains japonaise reçoit la visite de bombardiers britanniques venus de Singapour. Les 17 Blenheim et 7 Hudson font des dégâts appréciables. Le lendemain matin, l’aviation néerlandaise se joint aux britanniques depuis Batavia. Une cinquantaine de bombardiers s’attaquent aux installations pétrolières. 40 puits sont touchés. L’après midi, la TF du porte avion léger Hermes et la TF des portes avions légers japonais lancent chacune des raids dans le secteur :

    • les Swordfish attaquent sans succès un cargo au large de Palembang et tentent d’en attaquer le port. 8 Zéros en LRCAP depuis les CVL japonais les repoussent en en descendant un

    • Les 15 Kate japonais s’attaquent quant à eux, au port de Batavia. Les 24 chasseurs hollandais en CAP font un carnage : 9 japonais ne regagnent pas leur porte avion d’attache.

    Nouveau raid allié sur les installations de Palembang le 23 décembre. 11 puits sont endommagés et 7 points de Manpower tandis que de nombreux incendies font rage. 4 bombardiers et 3 chasseurs hollandais sont abattus par les 6 Claude et 7 Zéro en LRCAP. 40 puits de pétrole sont endommagés le 25 décembre et 34 le 26 décembre.




    Carte de la bataille de Manado



    Le matin du 24 décembre, l’Etat Major de l’ABDA décide de rentrer en mer des Célèbes pour tenter d’empêcher un débarquement imminent à Manado. Une escadre regroupant hollandais, britanniques et américains est constituée à Balikpapan. Elle comprend 3 croiseurs lourds (Houston, Cornwall et Exeter), 8 croiseurs légers et 7 destroyers. Elle est suivie à une centaine de kilomètres par la TF du porte avion léger Hermès. 5 sous marins sont également en patrouille dans la mer des Célèbes. En face, la TF du croiseur lourd Chokai composée de 2 croiseurs légers et de 5 destroyers est placée en protection à l’entrée du détroit de Makassar. Bien qu’en net infériorité numérique, les japonais se sacrifient et interceptent les navires alliés.

    Les 2 commandants se repèrent à 22 000 yards. La mêlée est furieuse et le Chokai se montre héroïque : bien qu’encaissant de nombreux coups au but il réussi à endommager gravement le CA Cornwall, le CL Ceres et les destroyers Peary et Thanet avant de se retirer en feu. 12 Swordfish en provenance de l’Hermès tentent de finir le travail mais aucune torpille ne touche sa cible. Dans son bunker de commandement à Batavia, l’Amiral Brooke-Popham est furieux. Un raid d’Hudson et un nouveau raid des Swordfish à la bombe l’après-midi ne donneront pas de résultat non plus.

    Durant la nuit, le sous marins hollandais KIX place une torpille dans le flanc du croiseur léger Naka. Le lendemain matin, aucune trace n’est du Chokai n’est trouvée. Les destroyers de la TF japonaise sont retrouvés par les Swordfish qui arrivent à placer une bombe dans des navires. La TF de débarquement est attaquée par les Martin hollandais et Hudson australien près de Manado. Un cargo est touché par une bombe de 300kg et s’embrase rapidement. Les autres navires accostent dans l’après midi.

    Le 26 décembre, la TF alliée tente une nouvelle fois de sortir du détroit de Makassar pour attaquer les troupes débarquant à Manado. La TF de combat japonaise s’interpose à nouveau. Il ne lui reste plus qu’un seul croiseur léger (le Nagara) tandis que 4 nouveaux destroyers sont venus la renforcer. Les alliés alignent encore 2 CA, 6 CL et 4 DD. Les japonais prouvent une nouvelle fois leur courage. Ils réussissent à toucher gravement un destroyer néerlandais (le Van Ghent) et à mettre 3 coups au but sur le CA Houston et sur le CL Glasgow. Le Nagara est touché à 15 reprises et n’est plus qu’une épave. 1 destroyer japonais est également gravement touché alors que 2 autres sont incendiés. Le destroyer Murasame encaisse une bombe d’un Swordfish peu après la bataille navale. L’après ce sont enfin les transports de troupes qui sont ciblés à Manado. 2 AK et 1 AKL sont touchés. Cela n’empêche pas les japonais de capturer la base néerlandaise dans la soirée, plus de 10 000 ayant déjà réussi à être débarqués.

    Dans la nuit du 26 au 27 décembre, le sous marin KIX (à nouveau lui) achève d’une torpille l’un des destroyers endommagés la veille. Plus à l’est, les navires de combats de l’ABDA arrivent enfin à atteindre Manado. Il s’agit d’une deuxième TF composée d’une partie de l’escorte du CVL Hermes qui s’est détachée durant la nuit. Bien que comprenant deux croiseurs légers et 7 destroyers elle laisse s’échapper les 4 cargos en train de décharger, ne réussissant qu’à toucher à 3 reprises les navires nippons. Un nouveau destroyer est touché par un Swordfish l’après midi, ce qui clôt les hostilités.

    Une nouvelle fois, le bilan de la bataille qui vient de se dérouler est frustrant pour le camp allié. Le Chokai à lui seul a réussi à bloquer une TF très supérieure en nombre, les Swordfish ont été incapable de remplir leur rôle en ne touchant que 2 fois un destroyer, les bombardiers hollandais et australien confirme qu’ils ne sont pas fait pour attaquer des navires et Manado est tombée. Du point de vue comptable, les pertes japonaises sont supérieures aux pertes alliées : 2 CL, 3 DD et peut-être le CA Chokai qui n’a plus été observé depuis la bataille du 24 décembre contre aucun navire allié.


    L’État Major de l'ABDA avec l'amiral Brooke-Popham

Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages