+ Répondre à la discussion
Page 10 sur 16
PremièrePremière ... 8 9 10 11 12 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 91 à 100 sur 157
  1. #91
    Date d'inscription
    mars 2009
    Messages
    255
    Semaine du 24 au 30 mars 1942

    • Pacifique
    Le I-159 continue de narguer les navires et avions alliés près des Fidji. L’USS Crane détecte le submersible dans la nuit du 24 mars mais perd rapidement le contact ASDIC et ne peut lancer ses grenades sous-marines. Les autres navires de la zone sont alertés et arrivent rapidement sur zone. L’USS Walke lance ses dernières grenades sur l’intru et le touche une fois. Cela n’est pas suffisant pour le faire renoncer. Il attaque un convoi le lendemain matin mais est forcé de plonger avant d’avoir pu lancer ses anguilles. Le commandant japonais ne semble pas découragé par cette mésaventure et retente sa chance l’après-midi. Cette fois-ci, le destroyer de l’escorte réussi à localiser et à attaquer le submersible qui encaisse 5 impacts de grenades.

    L’USS Crane retrouve le I-159 dans la nuit du 26 mars mais ne parvient pas à le grenader.

    Dans la nuit du 24 au 25 mars, les destroyers américains Bagley et Patterson attaquent le porte-hydravions Kiyokawa Maru qui a jeté l’ancre devant Ocean Island. Le navire japonais réussi à s’enfuir en flammes après avoir encaissé 4 obus. Il est retrouvé dans la journée et est coulé par les navires américains. L’Amirauté américaine n’est pas décidée à abandonner les eaux des Iles Gilbert aux japonais. Les 2 destroyers US continuent leur virée dans le triangle Tarawa – Nauru Island – Ocean Island. Ils coulent 4 corvettes à Nauru Island le 26 mars.

    Le 27 mars, le croiseur Vincennes s’engage dans la rade de Pearl-Harbor et échappe deux fois de suite à un torpillage de l’I-22. Décidément peu en réussite, le commandant japonais rate également une des corvettes en patrouille dans le secteur. Le sous-marin sera retrouvé et attaqué par ces mêmes corvettes 2 jours plus tard



    Le croiseur lourd USS Vincennes échappe par deux fois à une attaque du I-22


    • Philippines
    Le 25 mars, une quinzaine de croiseurs japonais bombardent Batangas au sud de Manille. C’est trop tard, les troupes alliées en retraite sont déjà à Manille et les japonais ne font que détruire des installations qui vont tomber entre leurs mains le lendemain tandis qu’à Clark Field, les japonais n’attaquent toujours pas, comme si elles attendaient que les troupes alliées du front sud finissent leur retraite.

    Dans la nuit du 26 mars, 2 cargos chargés de ravitaillement à destination de Bataan sont coulés par des croiseurs japonais avant d’arriver à leur destination. Les derniers soldats de 15 600 hommes du front sud atteignent Clark Field dans la journée du 26 mars et Manille est déclarée ville ouverte. La poche de résistance alliée sur Luzon se résume désormais à 2 bases (Clark-Field avec 3 niveaux de fortifications et Bataan) où 54 000 hommes doivent survivre sans aucun ravitaillement. Les japonais se décident alors à lancer leur première attaque de faible envergure sur Clark-Field qui tourne au désastre : les défenseurs américains et philippins jettent leurs dernières forces dans la bataille et repoussent facilement les 20 000 japonais. Plus de 6 300 nippons sont mis hors de combat contre seulement 280 alliés.

    • Mer de Corail & Australie
    A Darwin à l’extrême nord de l’Australie, le I-158 coule le destroyer HMS Decoy le 24 mars alors que ce dernier escortait un convoi de troupe rapatriant des troupes australiennes depuis l’Afrique. Les HMS Hotspur et Griffin vengent leur camarade en criblant le submersible nippon de grenades (17 impacts relevés).

    Au large de Rabaul, tous les sous marins US présent dans la région ont convergé pour tenter d’achever le Hiryu touché la veille par une torpille de l’USS Silversides. L’USS Nautilus retrouve le porte-avions nippon et lance une gerbe de 4 torpilles qui se révèlent toutes défectueuses. Le miracle de la veille (une torpille US qui explose) ne se reproduit pas. Il est à noter que le commandant du Nautilus n’a pas rapporté d’avarie majeure ni de feu à bord de l’Hiryu. La propagande de Radio Tokyo, qui clame que le porte-avions n’a subit que des avaries mineures, serait donc vrai…



    L'USS Nautilus ne réussi pas à rééditer l'exploit de son confrère le Silversides


    Les japonais maintiennent leur pression sur Port Moresby : bombardements quotidiens de Betty et Nell et bombardements navals les 25 et 30 mars. Le RO-65 heurte une mine à en tentant de rentrer dans la rade de Sydney le 26 mars.

    Partie de Rabaul le 26 mars, le KB pénètre dans la Mer d’Arafura vers l’ouest le 28 après avoir passé le détroit de Torres entre l’Australie et la Nouvelle-Guinée. Tous les navires présents à Darwin sont évacués d’urgence vers Perth.

    • Indes Néerlandaises
    Devant la faible présence de l’aviation nippone en mer de Java, les britanniques ont décidé de lancer des opérations coup de poing avec 8 de leurs destroyers. Dans la nuit du 24 au 25 mars, la TF britannique coule les transports de troupes Husimi Maru et Rakuyo Maru (classe Hakone Maru de 7400 tonneaux) qui ont été repérés à Singkawang, à la pointe nord-ouest de l’île de Bornéo. Pendant ce temps, les submersibles alliés continuent marauder au large de Miri et de ses installations pétrolières. Le O-21 batave y coule le cargo Tyuwa Maru après que celui-ci eu encaissé une torpille de l’USS S-41 quelques heures auparavant. Les jours suivants, 2 navires ASW nippons attaquent à plusieurs reprises les sous marins alliés dans les environs sans réussite. Deux destroyers arrivent sur place le 28 mars et touchent les sous-marins KXIV et S-41 de 4 grenades chacun. Le lendemain, l’USS S-38 est coulé par les navires ASW japonais au large de Miri.

    • Malaisie et Birmanie et Inde
    Les bombardiers nippons continuent d’harceler les arrières gardes britanniques en retraite vers Singapour. Le commandement de la RAF a cependant remarqué que les chasseurs japonais se font rares dans le secteur. Décision est prise de renvoyer des chasseurs à Singapour dont la base n’abritait plus que des hydravions. 3 groupes de chasses y sont envoyés entre le 20 et le 24 mars (54 chasseurs dont 27 Buffalo et 24 P400 Airacobra américains).

    Les japonais font leur connaissance le 25 mars lorsque 3 Nell attaquent sans escorte Singapour. Ils sont tous abattus par les 28 avions en CAP. Le raid de 14 Sally qui suit est également décimé : 10 avions sont abattus par les chasseurs et un par la DCA. Curieusement, les japonais envoient de nouveau des bombardiers sans escorte 3 jours plus tard : 6 Nell, 35 Sally et 21 Lily. C’est de nouveau un massacre : 20 Sally, 12 Lily et 2 Nell sont envoyés au tapis.



    Les Buffalo I sont de retour à Singapour

    Dernière modification par Garfield93 ; 05/03/2012 à 01h30.

  2. #92
    Date d'inscription
    mars 2009
    Messages
    255
    Semaine du 31 mars au 05 avril 1942

    • Philippines
    Le siège de Clark-Field et Bataan commence avec des duels d’artillerie entre les deux camps à Clark-Field.

    • Mer de Corail & Australie
    Comme prévu le KB se présente au large de Darwin le 31 mars. Tous les navires ont été évacués depuis 2 jours et seuls les avions assignés à des missions de recherche ont été laissés sur l’aérodrome. Le raid des avions japonais ne fait donc que des dommages aux installations.

    Port-Moresby subit quotidiennement des raids de Betty et Nell ainsi que des bombardements navals fréquents accompagnés d’un blocus de la part des sous-marins nippons. Les cargos légers Kaipng, Shinai et Tatung sont ainsi coulés le 03 avril avant de pouvoir atteindre le port de la base alliée.

    Les japonais tentent un débarquement à Terapo à quelques centaines de kilomètres au nord de Port Moresby. 2 destroyers démineurs de l’US Navy tentent de s’interposer mais ne réussissent qu’à toucher une seule fois le navire de débarquement japonais. Cela n’est pas suffisant et les 1500 nippons venus capturer cette base vide prennent pied sur les plage et hisse le drapeau nippon dans la soirée.

    Le 05 avril à Lae, le commandant du S-45 américain à la chance de voir une de ses torpilles exploser sur le transport de troupes Hie Maru de plus de 11 000 tonneaux.



    Le transport Hiei Maru victime de l'USS S-45 à Lae en Nouvelle-Calédonie

    • Indes Néerlandaises
    Le 03 avril, un sous-marin japonais de la classe I-3 heurte une mine en tentant de pénétrer dans la rade de Balikpapan.

    Pendant ce temps, 8 destroyers britanniques pénètrent en Mer de Chine après avoir appareillés de Batavia. Ils doivent mener un raid sur les tankers et les cargos venant remplir leurs soutes de pétrole à Miri et Brunei sur la côte nord de Bornéo. Ils atteignent Miri dans la nuit du 03 au 04 avril et tombent sur une TF composée de 4 gros destroyers japonais (3 de la classe Kagero et un de la classe Yugumo pesant chacun plus de 2000 tonneaux). La supériorité des destroyers japonais face aux vieux et petits destroyers de Sa Majesté (classe Admiralty S, T à moins de 1000 tonneaux et classe E) saute alors aux yeux du commandant Cartwright à la tête des vaisseaux alliés. Le premier accrochage nocturne tourne à l’avantage des nippons qui enflamment 3 destroyers ennemis avec leurs canons de 127mm à 8000 yards. Les britanniques ne peuvent que toucher deux fois leurs assaillants avant de battre en retraite derrière un écran de fumée. Le répit dure quelques heures pour Cartwright qui est retrouvé après le levé du soleil. A 4 contre 8 les japonais infligent une cuisante défaite aux destroyers britanniques : 3 sont très sévèrement touchés, 3 autres sont en feu contre un seul destroyer nippon en flamme. Les destroyers HMS Tenedos et HMS Express coulent peu après l’engagement, le HMS Scout reçoit l’ordre de tenter de rallier Singapour tandis que les 3 autres navires reçoivent l’ordre de se retirer sur Batavia. Sévère rappel à l’ordre pour l’Amirauté de l’ABDA : derrière la catégorie des destroyers se cachent des navires ayant des puissances de feu assez différentes et qu’il convient d’analyser avant d’envoyer les navires en première ligne… Pendant ce temps, le O-21 batave est très sévèrement grenadé au large de Miri. Sale journée pour les forces alliées dans ce secteur.




    Destroyer japonais de la classe Kagero. Ces bâtiments sont beaucoup plus imposant que les destroyers britanniques de la classe Admirality
    ci dessous






    Le 04 avril, le KB stationne dans le triangle Célèbes – Java – Bornéo et des avions de l’aéronavale japonaise attaquent Balikpapan coulant 2 cargos et perdant un Zéro contre un P40E. Les japonais sont donc à porté de vol de deux bases vitales de l’ABDA dans le secteur : Balikpapan et ses puits de pétrole et raffineries, Soerabaja qui abrite la vingtaine de B17E qui bombardent quotidienne Palembang mais également les avions torpilleurs britanniques et australiens ainsi que les seuls chantiers naval des Indes Néerlandaises. L’aviation de chasse alliée est en position de faiblesse pour défendre ces cibles :
    • à Balikpapan : 20 P40E américains à Balikpapan du 24ème PG avec ses pilotes d’élite (200 victoires aériennes aux Philippines) et 12 Buffalo hollandais
    • à Soerabaja : 30 chasseurs hollandais (Demon, Hawk, Hurricane)
    • à Batavia : 12 P40E hollandais.

    Devant l’incapacité de la chasse à défendre ses bases, le commandement de l’ABDA décide d’évacuer les B17E de Soerabaja afin de leur éviter la destruction au sol et des les éparpiller sur différentes bases de Java. L’Amiral Brooke Popham décide cependant de tenter un coup contre le KB avec ses 30 avions torpilleurs basés à Soerabaja (Swordfish et Videlbeest III) avant de les disperser. L’ensemble des chasseurs de la région sont regroupés à Soerabaja y compris une escadrille de P400 américain basés à Singapour. Bien qu’en nette infériorité technologique et numérique, l’amiral britannique espère bien placer une ou plusieurs torpilles dans les navires du KB avant que les avions de ces derniers ne ravagent la base hollandaise.



    Totalement dépassé technologiquement, les Vildebeest III constituent cependant une redoutable menace pour la marine japonaise


    En ce 5 avril 1942, les pilotes alliés viennent de quitter sous la pluie le tarmac de l’aérodrome de Soerabaja. Ils entendent à la radio les pilotes des avions de reconnaissance décrire les différentes TF ennemis qui naviguent dans la région. Malheureusement, le pilote de reconnaissance du Catalina qui survole le KB indique que la météo est trop mauvaise pour procéder à une attaque aérienne sur les porte-avions nippons. L’ordre d’attaque arrive néanmoins : la TF de ravitaillement du KB a été repérée et est à portée ! Les 29 avions torpilleurs escortés par une flotte de 88 chasseurs hétéroclites (P40E, P400, Hurricane, Hawk, Demon, Buffalo) se heurtent à une escorte composée de 31Claude et 36 Zéro. Les chasseurs alliés se sacrifient pour occuper les japonais pendant que les avions torpilleurs plongent au ras des flots et mettent 6 torpilles au but sur les ravitailleurs japonais : 3 sur le Suhinkoku Maru, 1 sur l’Ondo, le Kokuyo Maru et le Hayamoto. 9 chasseurs alliés sont perdus contre un Claude et un Zéro. Le mauvais temps empêchera le deuxième raid de l’après-midi d’avoir lieu. Le soir même, les escadrilles sont dispersées sur les différents aérodromes de la région, Brooke Popham s’attendant à une réaction musclée des avions japonais sur Soerabaja.


    Le Kokuyo Maru, l'un des ravitailleurs torpillés à Java par les biplans alliés

    • Malaisie et Birmanie et Inde
    Déclarée ville ouverte, Kuala Lumpur tombe le 31 mars. Le lendemain, les dernières unités du Commonwealth franchissent le bras de mer séparant Johore Bahru à Singapour et rejoignent la forteresse. La Malaisie est désormais vide de tout soldat des forces alliées.
    Dernière modification par Garfield93 ; 05/03/2012 à 01h27.

  3. #93
    Date d'inscription
    mars 2009
    Messages
    255
    Semaine du 06 avril mars au 12 avril 1942 - Partie 1



    • Mer de Corail & Australie

    Dans la nuit du 05 au 06 avril, les cuirassés Hyuga et Fuso bombardent Darwin. Ayant été repérés et suivis depuis plusieurs jours l’ensemble de l’aviation alliée a été évacuées à Katherine, à 300 kilomètres au sud. Seules les infrastructures sont touchées tandis que les canons des batteries côtières touchent deux fois le Hyuga et plusieurs destroyers. Au lever du jour, les bombardiers se tiennent en alerte sur le tarmac de Katherine. Il s’agit de B26 Marauder dont les pilotes n’ont pas encore connus le combat mais qui s’entrainent à l’attaque navale depuis plusieurs semaines. Une escadrille de bombardiers en piqués Vindicator avec des pilotes vétérans est également présente. Les pilotes profitent d’une amélioration des conditions météorologiques lors de l’après-midi pour attaquer l’escadre japonaise qui est encore devant Darwin. Ce sont les 15 Vindicator qui attaquent en premier et logent 2 bombes sur le Hyuga. 29 Marauder tentent ensuite leur chance mais ils ne parviennent pas à toucher les cuirassés. Refroidit dans leur élan, les navires japonais quittent la zone dans la nuit.


    Les SB2U Vindicator des Marines mettent en fuite les cuirassés nippons Fuso et Hyuga à Darwin


    Sur la côte est australienne, l’opération Spring est sur le point de débuter. Elle se compose de deux volets : l’un logistique qui consiste à amener à Port-Moresby du ravitaillement et deux brigades US de DCA pour lutter contre les bombardements quotidiens ; l’autre militaire qui consiste à stopper le bombardement naval de la base et à reconquérir l’espace aérien. Une TF composée de deux cargos et deux transports de troupe escortés par 2 destroyers est suivi un peu plus au sud par l’escadre du porte-avions Saratoga (3 croiseurs lourds, 1 léger et 2 destroyers). L’interruption le 05 avril d’une escadre japonaise qui bombarde Port Moresby (au moins deux croiseurs lourds et un léger) vient perturber le plan initial. L’opération est tout de même maintenue mais retardée de quelques jours. On demande donc aux transports de se placer le long de la côte australienne, le plus loin possible de Port-Moresby. Malheureusement, le 6 avril, les transports sont repérés par un hydravion japonais alors qu’ils se trouvent au nord de Cooktown du mauvais côté de la barrière de corail. Ils reçoivent l’ordre de faire immédiatement demi-tour à toute vapeur car ils sont dans le rayon d’interception des navires japonais de Port-Moresby. Pendant ce temps, l’USS Saratoga vient se placer à l’est de Cooktown pour parer à cette menace.


    C’est un choix qui se révèle payant le lendemain : les transports ont servi d’appâts et les croiseurs japonais sont arrivés à toute vitesse sur leurs coordonnées de la veille pour les détruire. Le commandant japonais comprend rapidement sont erreur : la mer est vide de cible tandis que dans le ciel, un vrombissement de plus en plus insistant se fait entendre bientôt suivi par le bruit terrible des bombes frappant les navires nippons. Le croiseur léger Tama encaisse 4 bombes, le Yura 1, le croiseur lourd Aoba en encaisse 3 et le Chikuma 1. Le raid de l’après-midi place une nouvelle bombe dans le Chikuma, 3 dans le Yura et 2 dans l’Aoba. Les navires japonais sont ravagés mais sont encore à flots.

    La nuit du 08 avril est faste pour les submersibles US. Le transport de troupes Hie Maru, déjà torpillé le 05 avril, reçoit une nouvelle torpille de la part du S-34 tandis que le Terukuni Maru en torpillé au nord-ouest de Port Moresby par l’USS Dolphin. Toujours dans la nuit du 8, la TF des portes avions US rencontrent 4 destroyers nippons en retraite après l’affrontement de la veille. Les 2 commandants préfèrent ne pas engager le combat. Cependant, obnubilés par cette menace de surface, les guetteurs des destroyers US ne voient pas arriver les I-29 qui a le temps de placer une torpille dans le croiseur léger Néo-Zélandais Achilles et de plonger dans les profondeurs. Le navire rejoindra à grand peine Brisbane via Cooktown et partira ensuite pour plusieurs mois de réparations. Dans la journée, les Dauntless et Devastator finissent le travail commencé la veille : les croiseurs Aoba, Chikuma et Yura sont achevés et les 4 destroyers rencontrés dans la nuit sont coulés.



    Les dernières minutes du croiseur Chikuma qui succombe aux bombes des Dauntless de l'US Navy


    Le 9 avril, les porte-avions américains se sont placés au sud-ouest de Port Moresby afin d’envoyer les Wildcat en LRCAP au-dessus des transports de troupes alliés en route pour Port Moresby. 12 Kate et 12 Val se présentent et arrivent à percer la défense des 6 Wildcat présents malgré la perte de 5 appareils. Le cargo Momba encaisse 5 bombes et le transport de troupes Koolinda en encaisse 6. Il emmène avec lui au fond de l’eau le 203ème régiment de DCA. Un raid de 9 Betty transperce la CAP sans dommages et place une bombe sur le transport Koolama. Peu après, 31 Dauntless attaquent 3 destroyers japonais à proximité de Port-Moresby. La présence de 6 Zéro en CAP provoque la perte de 5 appareilset les survivants ne parviennent qu’à placer une seule bombe. Les Betty, Kate et Val reviennent dans l’après-midi mais ne parviennent pas à toucher d’autres navires. Le cargo Koolama est achevé dans la nuit par le I-155 alors qu’il quitte le port après avoir débarqué le 95ème régiment de DCA à bon port. Le lendemain 10 avril, les combats font de nouveau rage au dessus de Port-Moresby où la vingtaine de Wildcat en LRCAP a du travail. Plusieurs raids de Nell et Val escortés par des Zéro réussissent à couler le dernier cargo, le Mernoo, qui faisait route vers Brisbane. La journée coûte 6 Zéro, 4 Wildcat et 3 Val.

    Les combats des 6 derniers ont obligé les japonais à utiliser leurs bombardiers contre les navires. Ils ont ainsi délaissé le bombardement des pistes de Port Moresby qui sont quasiment opérationnelles au soir du 10 avril lorsque l’USS Saragota se retire vers Brisbane. Pour conserver la supériorité aérienne au dessus de la base australienne, et ainsi empêcher que les pistes soient de nouveau rendues inutilisables, les Wildcat du porte-avions américains sont envoyés sur l’aérodrome en compagnie de deux escadrilles de P39D. Le 11 avril, 1 Sweep de 12 Zéro a ainsi la mauvaise surprise de trouver 30 chasseurs US en l’air (5 sont abattus contre 1 P39D) tandis que 12 Betty de Rabaul tentent de bombarder les navires présent à Cooktown à l’extrême limite de leur rayon d’action. Les 17 P39D en CAP font un carton : 1 seul appareil nippon rentre à la base !

    La base aérienne de Port Moresby étant totalement opérationnelle le soir du 11 avril, d’autres escadrilles sont amenées en renfort (P400 et P40E) faisant monter le nombre de chasseurs à 100. Les japonais tentent de nouveaux de récupérer la maitrise du ciel le 12 avril mais les différents sweep se révèlent trop peu puissants pour inquiéter les aviateurs US. Les nippons perdent 16 appareils contre 3 chasseurs US.


    Carte de l'opération Spring, Avril 1942


    Bilan de l’opération Spring au soir du 12 avril 1942 : si la composante logistique de l’opération s’avère être un demi échec (seuls 2 navires sur 4 ont pu décharger et tous ont été coulés entrainant la destruction d’une unité) et que le niveau de ravitaillement de Port Moresby reste faible, la composante militaire est un complet succès. 2 croiseurs lourds, 2 croiseurs légers, 7 destroyers ont été coulés et la supériorité aérienne est de nouveau alliée au dessus de Port Moresby. De bon augure pour les mois cruciaux à venir dans cette région du globe…

  4. #94
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    2 563
    2 parties de AE, 2 pièges tendus aux japs du coté de Port Moresby!!
    Pas évident en effet pour ces derniers de s'occuper de cette base, avec l'obligation d'un long crochet par le sud de la Papouasie.
    Bien joué!!
    Mais les joueurs expérimentés de AE seraient bien inspirés de jouer les japs à leur tour


    PS: trop bons les P-39

  5. #95
    Date d'inscription
    mars 2009
    Messages
    255
    Citation Envoyé par rominet Voir le message
    Mais les joueurs expérimentés de AE seraient bien inspirés de jouer les japs à leur tour
    Je ne sais pas si ta dernière phrase est pour moi mais je ne me considère pas comme un jouer expérimenté (1ère partie PBEM sur AE, et une seule de 4 mois seulement sur WITP)

    2 parties de AE, 2 pièges tendus aux japs du coté de Port Moresby!!
    Pas évident en effet pour ces derniers de s'occuper de cette base, avec l'obligation d'un long crochet par le sud de la Papouasie.
    Bien joué!!
    Sur ce coup là c'est plutôt de la chance. Mon intention n'était pas d'attaquer les croiseurs car je ne voulais pas rapprocher le Saratoga trop près de Port Moresby par peur des Betty basés à Rabaul. Si B1bis les avait laissé bombarder PM et revenir sur Rabaul le long de la pointe de la Papouasie au lieu de foncer vers l'Australie, ils seraient toujours à flot

  6. #96
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Localisation
    Nantes
    Messages
    149
    Bonjour Garfield

    Tu auras tout de même du mal à te faire passer pour un jeune grizzly de l'année.
    Ton CR en témoigne.
    Alors, d'où tires-tu ton expérience ; wargames cartons, lectures ?

    Cordialement

    B1bis

    Citation Envoyé par Garfield93 Voir le message
    Je ne sais pas si ta dernière phrase est pour moi mais je ne me considère pas comme un jouer expérimenté (1ère partie PBEM sur AE, et une seule de 4 mois seulement sur WITP)
    B1bis



    Le commandant de notre "Force Mobile" estime que l'ennemi, bien que manquant de volonté à combattre, est susceptible
    de contre-attaquer lorsque nos opérations d'occupation progresseront de façon satisfaisante.

  7. #97
    Date d'inscription
    mars 2009
    Messages
    255
    Salut B1bis!

    Puisque tu le réclame, voici le quart d'heure 3615 ma vie.

    Je suis trop jeune pour les wargames en carton, je fais partie de la génération née avec une souris dans la main . Et même sur PC je n'ai finalement pas beaucoup joué aux wargames : je n'ai joué en multi qu'à la trilogie UV-WITP-AE, et j'ai du passer quelques heures en solo sur Steel Panther World At War, The Operational Art Of War et Battles In Normandy mais là on est assez loin du Pacifique

    Je suis également passé par les séries Combat Mission, Close Combat et Heart Of Iron mais bon ça n'a pas grand chose à voir avec WITP AE.

    Côté lecture j'ai une trentaine de bouquins dans ma bibliothèque sur la WW2 mais plutôt axés sur le front européen et sur l'aviation / troupes aux sol. Malgré la lecture très instructive des 2 tomes "Les grandes batailles navales de la Seconde Guerre mondiale" de Jean-Jacques Antier, j'ai de grosses lacunes sur la marine (illustration avec la défaite de mes 8 DD britanniques vs tes 4 DD à Miri. Pour moi, avant cette rencontre, tous les destroyers se valaient plus ou moins... Tandis que si tu me dis qu'un Panzer III ça vaut un T34 là je sais que non ).

    /3615 ma vie

  8. #98
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    2 563
    Et pis, avec 16 heures de sommeil par jour, ça laisse peu de temps pour la lecture.
    Chui bien placé pour savoir!!

  9. #99
    Date d'inscription
    mars 2009
    Messages
    255
    Semaine du 06 avril mars au 12 avril 1942 - Partie 2

    • Indes Néerlandaises

    Comme anticipé la veille après le raid contre les ravitailleurs nippons, Soerabaja subit les foudres de l’aviation nippone le 06 avril. Après plusieurs sweep de Zéro, des Betty bombardent le port et le chantier naval. Suivent ensuite les avions du KB qui s’attaquent également au port : 10 patrouilleurs côtier sont coulés ainsi que 2 navires de soutient.

    Les 07 avril est marqué par plusieurs affrontements avec des submersibles japonais entre Java et Sumatra. Le I-17 coule la frégate ASW Hollyhock et le cargo Clan Macinness et reçoit en retour une grenade de la frégate Nigella. Le I-156 encaisse une torpille du sous-marin néerlandais KX et est présumé coulé. A l’est, Sorong tombe dans la soirée.

    Le 08 avril, les KB se présentent au large de Batavia. L’attaque aérienne sur le port vide de navires n’endommage que les installations. Plus grave, 22 Zéro du KB sont en LRCAP pour accueillir le raid quotidien des bombardiers alliés sur les puits de Palembang. 5 bombardiers sont perdus (2 B25, 2 DB-7 et 1 B17D). L’ABDA suspend donc les bombardements de Palembang jusqu’à nouvel ordre. Les reconnaissances estiment qu’il ne reste alors que 39 puits seulement en production (sur plus de 800).



    B25 bataves en route pour bombarder les puits de pétrole de Plaembang


    Le 09 avril, l’escadre japonaise du Hyuga et du Fuso, repoussé de Darwin 3 jours plus tôt, s’en prend à la base d’Ambon au nord. De plus, de nombreux croiseurs lourds japonais sont également repérés entre Ambon et Darwin. Durant la journée, les Hudson australiens et bataves et les B26 Maraudeur essaieront en vain de toucher les navires japonais. Devant Batavia, le submersible néerlandais KXV réussi à se placer et à lancer une gerbe de 6 torpilles sur le porte-avions Soryu dans la nuit du 9 au 10 avril. Malheureusement, le porte-avions détecte et réussi à esquiver les anguilles. Cela n’empêche pas les avions japonais de décoller au petit matin pour achever la destruction du port de Batavia du 10 au 12 avril. Dans la nuit du 10 au 11 avril, 6 vedettes lance torpilles réussissent à s’approcher à 2000 yards du KB grâce à la mauvaise visibilité et à lancer leurs torpilles avant de filer se réfugier à Batavia. Malheureusement les navires japonais réussissent à éviter les anguilles. Les marins bataves menés par le capitaine de vaisseau De Kruif y prennent goût et retentent leur chance le lendemain soir. Ils réussissent une nouvelle fois à s’approcher à 2000 yards de l’escorte des portes avions nippons et à lancer leur torpilles qui sont de nouveau esquivées. L’une des vedettes réussi tout de même à toucher le porte-avions léger Zuiho d’une balle de 12.7mm. La riposte des destroyers et croiseur japonais est plus précise que la veille et 2 vedettes sont coulés en tentant de fuir.



    Une vedette lance torpille néerlandaise. Attaquer le KB à bord de ces vedettes équivaut à la mission suicide



    A l’est, l’activité japonaise continue d’être très intense en Mer de Banda : de nombreux croiseurs lourds, destroyers et deux cuirassés sont en maraude et apportent leur soutient aux opérations de débarquement (Ambon, Boela, Sorong, Babo) tandis que le KB est à plusieurs jour de mer à l’ouest, en train de pilonner Batavia. C’est pourquoi l’ABDA décide de passer à l’action dans le secteur et d’engager l’escadre du porte avion britannique HMS Indomitable qui est en patrouille dans l’Océan Indien depuis plusieurs semaines et dont les pilotes commencent à trouver le temps très long.



    Les avions torpilleurs Albacore sont préparés sur le pont de l'HMS Indomitable


    C’est donc le 10 avril 1942 que les japonais vont faire connaissance pour la première fois avec les pilotes de l’Indomitable. La journée commence par le raid des Vindicator basé à Darwinqui logent 1 bombe dans les croiseurs lourds Kumano et Suzuya. Mais cette même escadre n’est pas au bout de ses peines puisqu’une dizaine de minutes plus tard, ce sont des Albacore du porte-avions Indomptable qui viennent finir le travail. Le croiseur léger Kashii encaisse 4 torpilles et sombre immédiatement. Le Kumano et deux destroyer encaissent chacun 1 torpille. L’après-midi est encore pire pour les marins nippons. Le croiseur lourd Maya encaisse une bombe des Vindicator, le Chokai en encaisse une d’un B26 Marauder (premier succès en 3 jours de bombardements) tandis que les Albacore s’attaquent aux 2 cuirassés présents au nord de leur porte-avions : le Hyuga succombe aux 7 torpilles qui éventrent ses flancs tandis que le Fuso réussi à maintenir son cap malgré les 3 torpilles reçues. L’attaque surprise des avions du HMS Indomptable est donc un succès quasi complet dès le premier jour avec 1 cuirassé, 1 croiseur lourd, un croiseur léger et 2 destroyers coulés + 1 cuirassé endommagé.



    Le Hyuga coulé par 7 torpilles le 10 avril 1942


    Il reste encore 10 torpilles disponibles sur l’Indomitable et un cuirassé japonais à achever (le Fuso). Avec trois torpilles dans ses flancs, ce-dernier est sans doute ralenti par les entrées d’eau et restera à portée des avions le lendemain. Le commandant de l’escadre britannique reçoit donc l’ordre de poursuivre le Fuso au nord. Le KB sera toutefois surveillé de près afin de donner l’ordre au porte-avions britannique de fuir les lieux s’il s’avère qu’il se dirige vers la Mer de Banda (3 jours de navigation à pleine vitesse environ).

    Malheureusement, le mauvais temps vient contrarier les plans : le Fuso est à l’abri sous un orage et les Albacore doivent se rabattent sur les croiseurs japonais au sud de leur position (et donc tirer les dernières torpilles disponibles). Le croiseur lourd Maya en encaisse une lors de l’attaque du matin tandis que les B26 ne réussissent pas à renouveler leur « exploit » de la veille… L’après-midi, les Albacore attaquent à la bombe l’autre escadre japonaise du sud et place 3 bombes de 500 livres dans le Kako, 1 dans le destroyer Kazgumo et une autre dans le croiseur lourd Mikuma. Les bombes de 500 livres ne seront pas d’un grand secours face au blindage des navires japonais. Le HMS Indomitable reçoit l’ordre de se replier sur Soerabaja puisque le KB fait lui-même route vers Singapour.

    Dans la nuit du 11 au 12 avril, l’USS Stingray surprend le Fuso en train de passer la pointe nord-ouest de la Nouvelle-Guinée. Comme bien souvent auparavant, le navire japonais réussi à s’en sortir grâce à la piètre qualité des torpilles américaines qui ricochent sur la coque du cuirassé sans exploser… Une heure plus tard, la technologie des alliés va cette fois-ci leur éviter une mauvaise rencontre. Alors que la visibilité est extrêmement réduite (7000 yards) et que l’escadre de l’HMS Indomitable a mis le cap sur Batavia, les radars des croiseurs légers britanniques repèrent une importante flotte de surface japonaise (5 croiseurs lourds, 3 légers et une dizaine de destroyers) à 8000 yards ! Les britanniques changent immédiatement de cap afin de s’éloigner des nippons et réussissent à ne pas se faire détecter. Il s’en ai fallu de seulement 1000 yards ! Au lever du soleil, les Albacore attaquent les navires rencontrés dans la nuit mais sans réussir à les toucher avec leurs bombes.



    Dernière modification par Garfield93 ; 23/03/2012 à 19h22.

  10. #100
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    2 563
    Les torpilleurs de AE ont encore frappé!!!
    16 torpilles alliées au but en 2 petits raids, faut le faire quand même.

    En tout cas, belle manœuvre des alliés.

Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages