Warning: Illegal string offset 'name' in [path]/includes/functions.php on line 6112
Kharkov 42 aar dccb
+ Répondre à la discussion
Page 2 sur 5
PremièrePremière 1 2 3 4 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 11 à 20 sur 50

Discussion: Kharkov 42 aar dccb

  1. #11
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    2 902
    Citation Envoyé par Tortue Agile Voir le message
    C'est fait. Pour changer le titre il faut cliquer sur modifier le message puis aller en mode avancé et la tu devrais avoir accès au titre et le modifier comme tu voudras.

    Merci Tortue.
    Toutefois, si j'arrive à changer le titre en en-tête du 1er post, je n'arrive pas à changer celui qui apparaît dans la liste du forum.

  2. #12
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    2 902
    12 mai 1942/Tour 1 allemand:

    Coté allemand, la surprise est si compléte que les 2 divisions blindées stationnées pourtant dans les faubourgs de Kharkov ne sont pas prévenues de la situation. Il va falloir faire sans pendant 2 jours.


    Retour au front où la situation est grave.

    Au centre, 2 régiments de la 9ième division allemande sont encerclés par des masses soviétiques.
    Seule chance de succés: attaquer et repousser les tanks de la 38ième brigade blindée ennemie qui ferme le goulet. C'est le point le plus faible.

    L'attaque a lieu à l'aube du 13 mai: seuls les 2 régiments encerclés peuvent attaquer mais les 2 autres en dehors de la poche sont prêt à accueillir les survivants.
    L'attaque est précédée d'un raid de Stukas qui fait des dégâts et la brigade soviétique est totalement surprise par la tentative de sortie de allemands qui, contre toute attente, réussit à détruire les tanks russes.



    La division est provisoirement sauvée.


    A l'est de Kharkov, les Allemands font tout pour réduire la tête de pont soviétique.
    Le général Halder à la tête de l'OKH fait une visite surprise à l'état-major du XVII Corps pour remanier le personnel: la situation l'exige.



    Puis 3 des 4 régiments de la 294ième division aidés par 1 régiment de la 79ième font une attaque concentrique sur la verrue ennemie avec l'aide d'un fort appui aérien ainsi que d'un tir de barrage d'un régiment d'artillerie indépendant détaché de la 6ième armée.



    L'attaque réussit, les allemands repoussent la 81ième division d'infanterie derrière le fleuve.
    Pendant ce temps, tous les ponts sur le Donetz sont dynamités.



    Mais l'optimisme n'est pas de mise à l'état-major, étant donnée les rapports d'observation sur la quantité de troupes dont disposent les russes de l'autre coté.


    Curieusement, plus au sud, le saillant tenu par le LI Corps allemand n'est pas attaqué; les russes semblent plutôt en défensive dans ce secteur.

    Par contre, il y a danger dans le secteur de Mereta au sud de Kharkov, tenu seulement par la 108ième division roumaine.
    Celle-ci reçoit rapidement le renfort de la 113ième division allemande ainsi que d'un régiment de Flak doté de canons de 88 et d'un petit bataillon de Stug III.
    Il faut absolument tenir ce secteur forestier par lequel les unités russes pourraient remonter vers le centre de Kharkov.



    Dans le secteur de Krasnograd, le VIII Corps reçoit le renforts de 2 régiments de la 213ième division de sécurité arrivant par train depuis le QG de l'OKH.
    De plus, l'autre division du VIII Corps (la 454ième de sécurité) abandonne Sagovshina pour étoffer la défense de Krasnograd en s'appuyant au sud sur un affluent de la rivière Orel.

    La 454ième division est immédiatement relevée par la 4ième division roumaine.




    La 17ième armée allemande de Von Salmuth a été mise au courant de la situation et les ordres du haut commandement sont clairs: faites tout
    ce qui est en votre pouvoir pour soulager la 6ième armée et remontez vers le nord, vers Izium.
    De fait, le III Corps est le seul à disposer d'une division blindée, la 14ième.

    A l'aube du 13 mai, c'est le début de l'attaque.

    C'est la 51ième division d'infanterie soviétique qui en fait les frais.
    Un premier régiment est repoussé assez facilement sur Barvenkowo que les allemands vont toutefois chercher à éviter dans un premier temps.



    Puis la 14ième Pz qui a rassemblé tous ses éléments perce les 2 autres régiments de la division ennemie et les poursuit sur 20 km vers le nord.
    Les russes sont pratiquement anéantis.

    Puis la 14ième vire vers l'est et à l'exception de son régiment blindé, attaque en tenaille Barvenkowo avec l'aide de la 100ième division allemande qui attaque du sud.



    Le 2ième régiment de la 51ième division soviétique est pratiquement disloqué par l'attaque allemande mais le 3ième régiment de la 333ième division d'infanterie soviétique bien retranché dans la ville depuis plusieurs jours, tient le choc et arrête les allemands à quelques km du centre-ville, en dépit des bombardements de l'aviation et de l'artillerie allemande.

    Barvenkovo a tenu le choc mais le front tenu par la 9ième armée soviétique est percé.


    Bilan des pertes du tour 1:





    Situation en fin de tour:




  3. #13
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    2 902
    14 mai 1942/Tour 2 russe:

    La pression des russes diminue un peu.
    En particulier, les russes ne tentent aucun assaut à travers le Donetz, se contentant seulement de pilonner les positions allemandes avec leur aviation mais surtout leur artillerie ce qui occasionne quelques pertes à nos troupes.
    Seul Belgorod subit un assaut massif de la part des 76ième et 293ième divisions soviétiques qui avaient franchi le Donetz 2 jours plutôt.
    Mais l'attaque russe s'essoufle vite au prix de sévères pertes (600 contre 100).

    Dans le centre, les russes ne tentent pas d'encerclement mais se vengent sur la 62ième division d'infanterie allemande qui avait réussi à briser de justesse son encerclement.
    Un second régiment est pratiquement anéanti par les blindés et l'infanterie russes.



    Plus au sud, dans le secteur de Losowaya, la 57ième armée soviétique continue de pousser vers le sud-ouest.
    Les roumains plient; par contre, les allemands de la 298ième division d'infanterie tiennent le choc.

    Enfin, au sud-est, ce sont les allemands qui dominent.
    Prenant conscience du danger, les russes raccourcissent leurs lignes en abandonnant un peu de terrain et en concentrant des moyens sur la route reliant Losowaya à Izium.
    La 9ième armée soviétique ne contre-attaque pas la 14ième Pz en pointe mais conserve toutefois Bavenkovo.



    Les pertes s'équilibrent à nouveau et sont lourdes pour les 2 camps (10000 dans chaque camp depuis le début).

  4. #14
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    4 536
    En fait les Russes avaient perdu les 2/3 de leur capacité de mouvement pour ce tour 2 d'où une certaine apparence d'inertie pour toutes leurs armées sauf une. L'option command control lorsqu'elle activée simule les problémes d'organisation, de commandement et de communication entre la Stavka et les QG d'armées et entre ceux çi et les unités opérationnelles. Les Russes reçoivent le renfort du 24eme corps blindé qui ne peut pas avancer au delà d'Izium faute de point de mouvement. D'autre part au début du scénario le compteur d'activation des cartes dans les QG est au plus bas. Je me suis concentré sur les unités les plus faibles de l'Axe, division de sécurité, roumains et 62eme DI.
    Dernière modification par Micke ; 24/08/2012 à 20h34.

    "il n'y a que deux espèces de plans de campagne, les bons et les mauvais. les bons échouent presque toujours par des circonstances imprévues qui font souvent réussir les mauvais. " Napoléon

  5. #15
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    2 902
    14 mai 1942/Tour 2 allemand:


    Ça y est, les 3ième et 23ième Pz qui se reposaient dans la banlieue de Kharkov s'ébranlent et se trouvent à disposition de Paulus.
    Le problème est de savoir quoi en faire.

    Or, dans le nord, la situation est critique.
    On peut déjà considérer comme presque miraculeux d'avoir réussi à repousser la veille la 81ième division soviétique mais ces derniers amassent une quantité impressionnante d'hommes et de matériels derrière le Donetz.
    S'ils passent à l'offensive et franchissent avec succés le Donetz, les XXIX et XVII Corps allemands qui encadrent à peine les effectifs de 4 divisions d'infanterie ne pourront pas les arrêter.



    Dans ce secteur, les allemands se contentent d'utiliser leur artillerie lourde pour pilonner les grosses concentrations soviétiques.

    Plus au sud, au sud-est de Kharkov et en particulier dans le saillant allemand de Balakleja, tout est calme et les russes semblent même assez faibles.

    Paulus est donc confronté à un grave dilemne: doit-il envoyer ses Panzers au nord pour contenir voire briser l'assaut des soviétiques ou
    doit-il au contraire les envoyer dans le saillant tenu par le LI corps allemand pour percer la ligne de la 38ième armée soviétique puis foncer sur Izium ou encore dans le secteur de Krasnograd pour secourir le VIII Corps en perdition?



    En fait, il doit pour cela attendre les résultats de l'offensive de la 17ième armée allemande de Von Salmuth.


    Dans le centre, le VIII Corps qui a reçu 2 régiments de sécurité de l'OKH s'est mis en hérisson en s'appuyant sur la petite rivière au sud.
    Les 2 régiments de la 62ième réduit à 300 hommes en tout se sont repliés dans Krasnograd.

    La 4ième division roumaine qui tient Sagovschina en a profité pour faire sauter les ponts.
    Mais la situation dans ce secteur est vraiment très critique.



    Heureusement, plus à l'est, la 17ième armée continue sa progression vers le nord.

    Von Mackensen qui commande le III Corps laisse une totale initiative à la 14ième Pz.



    Celle-ci continue sa progression, écrabouille sous ses chenilles les restes des 2 régiments soviétiques de la 51ième division qui lui barrent encore le passage, atteind la route reliant Losowaya à Izium et tombe en plein sur du génie russe et un régiment anti-char en plein déplacement.
    Ce dernier est complétement anéanti par la charge des Panzers soutenus par des raids aériens tandis que les soldats du génie survivant ne doivent leur salut qu'à la traversée rapide du Donetz et s'enfoncent dans la forêt.
    La route vers Izium est coupée.

    Profitant de la route Bavenkovo-Izium, des unités du génie motorisées allemandes en profitent pour passer derrière les combats et atteignent finalement Izium en fin d'après-midi.
    L'un des ponts sur le Donetz est désormais bloqué par les allemands. L'une des 2 routes qui assurent le ravitaillement de 2 armées soviétiques à l'ouest est coupée.

    Dans le même temps, les divisions de montagne du XXXX Corps de De Angelis avec un fort appui d'artillerie rejettent de 20 km en arrière un régiment russe de la 333ième division d'infanterie soviétique. Barvenkovo est presque isolée.



    Finalement, la 14ième Pz incurve sa trajectoire vers l'est et inflige de lourdes pertes à des troupes russes un peu plus à l'ouest.
    Ces derniers refluent en désordre.
    La division reste toutefois un peu en pointe mais heureusement, la 60ième division mécanisée du III Corps vient d'arriver du sud et atteint l'ouest de Barvenkovo le soir du 15 mai. Elle devrait pouvoir prêter main-forte à la 14ième Pz à partir du 16.




    Les nouvelles qui parviennent donc à Paulus de Von Salmuth sont donc plutôt bonnes.

    Décision est donc prise le soir du 14 mai: les 3ième et 23ième division de Panzer filent vers Balakleja, dans le saillant tenu par le LI Corps.



    Paulus prévient lui-même Stecker qui commande le XVII Corps: il ne devra compter sur aucun secours dans les jours qui suivent.
    Celui-ci rend rapidement une visite à la 79ième division d'infanterie qui se trouve sur les points les plus chauds: elle doit tenir à tout prix.



    Les russes ont subi 4000 pertes supplémentaires.

    Dernière modification par rominet ; 26/08/2012 à 20h53.

  6. #16
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    2 902
    16 mai 1942/Tour 3 russe:

    Les russes intensifient leurs attaques sur l'ensemble du front. Heureusement, elles sont un peu dispersées.


    Dans le nord, Belgorod est de nouveau assaillie de 2 cotés à la fois mais nos troupes tiennent bon. Les russes perdent vainement 900 hommes.

    Puis les russes tentent de franchir le Donetz plus au sud en plusieurs endroits.
    La 79ième division allemande boostée par Stecker repousse non sans mal 2 assauts de grande ampleur.

    Malheureusement, les russes attaquent également à la jonction entre la 79ième division et la 294ième.
    Le 1er régiment de la 294ième cède sous la pression et abandonne plus de 1000 hommes sur le terrain.
    Le 22ième Corps Blindé russe traverse le fleuve mais ne peut exploiter la percée.
    Chugulev n'est qu'à 20 km.

    Le 3ième régiment de la division qui se trouve dans la forêt d'une boucle du Donetz est attaqué également mais cette fois, les Allemands solidement retranchés derrière le fleuve tiennent bon malgré la supériorité numérique russe.


    Enfin, le saillant de Balakleja est aussi attaqué et percé sur 10 km.



    Au sud, ce n'est pas mieux.

    Les russes accentuent leur pression vers Krasnograd en attaquant directement tout en tentant un débordement par le nord avec leurs brigades blindées.

    Le secteur de Sagovschina est également attaqué mais les roumains tiennent bon.
    Idem au sud de Losowaya où les russes échouent mais s'infiltrent entre les 2 villes avec leurs unités de cavalerie.

    Enfin, les russes abandonnent Barwenkowo et les collines avoisinnantes pour échapper à l'encerclement et tentent des contre-attaques sur nos pointes avancées avec l'aide notamment du 24ième Corps Blindé qui attaque à partir d'Izium mais celles-ci échouent.



    Les pertes se sont alourdies de 7000 hommes pour les russes et de presque 6000 pour les allemands.


  7. #17
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    2 902
    16 mai 1942/Tour 3 allemand:


    Dans le saillant de Balakleja, les Panzers s'impatientent.
    Ce qui est surprenant, c'est que malgré leur proximité avec les russes, ces derniers ne semblent pas avoir perçu le danger et n'ont effectué aucun mouvement notable pour renforcer la 38ième armée soviétique.
    Seules 2 divisions (en fait, 2 régiments de la 300ième et la 304ième au complet) tiennent l'est de Balakleja.

    L'ordre d'attaque arrive enfin, les Panzers descendent vers le sud-est.

    En quelques heures, avec l'aide d'un pilonnage d'artillerie et de raids aériens, le front soviétique est percé, les russes laissant plus de 3000 hommes sur le carreau.

    Le soir du 17 mai, Paulus est très satisfait, il vient de recevoir un message:
    le second et dernier pont qui permettait au ravitaillement russe de passer à l'ouest du Donetz vient d'être pris par les allemands.



    Toutes les troupes soviétiques qui se trouvent à l'ouest du Donetz vont avoir de sérieux problèmes de ravitaillement dans les jours qui suivent, ce qui est une excellente nouvelle,
    en particulier pour les troupes du VIII Corps qui défendent Krasnograd et qui font face à de véritables hordes soviétiques.


    L'attaque de Balakleja n'a de sens que si la route du sud est solidement verrouillée par les allemands.
    Ce à quoi la 17ième armée s'emploie activement.

    Les renforts allemands affluent vers la route d'Izium qu'il s'agit de tenir.

    Une attaque est tentée pour bloquer le dernier passage sur le Donetz et capturer plusieurs unités soviétiques.
    La 14ième Panzer attaque du nord-ouest, la 101ième division du sud.

    Un régiment russe est anéanti dans la bataille mais un régiment d'artillerie ennemi dans les collines arrête les allemands in extremis.
    Très dommage.

    Sentant le danger d'une ré-ouverture possible de la route par les grosses masses soviétiques présentes à Izium, les allemands attaquent vers l'ouest pour élargir leur corridor.

    En 2 jours, 4000 russes sont mis hors de combat, 4 régiments sont anéantis; seuls le 2ième régiment de la 351ième division d'infanterie soviétique survit et stoppe provisoirement les allemands.

    Dans le même temps, la 298ième division allemande abandonne sa position défensive dans le sud et remonte flanquer l'attaque de la 17ième armée.



    Plus au sud, devant la menace de la cavalerie soviétique, les roumains se replient sur Pavlograd.

    Entre la 3ième PzD et la 14ième PzD, le goulet d'étranglement ne fait plus que 20 km de large mais le terrain est très favorable à la défense, en particulier dans le sud.



    Enfin, dans le nord, les allemands ne lancent aucune contre-attaque et se contentent de raccourcir leurs lignes en abandonnant un peu de terrain, en particulier dans les bois de la petite boucle du Donetz.
    Dans ce secteur, il faut gagner du temps et ralentir le plus possible la progression ennemie.

    Le maximun est fait également pour entourer le 22ième Corps blindé soviétique.
    Heureusement, la 389ième division d'infanterie allemande, venant du nord-est de Kharkov arrive en renfort dans le secteur de Chugulev.



    Au sud de Belgorod, la situation s'est dégradée pour les allemands qui ont dû se séparer de plusieurs unités pour colmater la brêche faite par le 22ième Corps Blindé russe au sud.
    Nul doute que le prochain choc contre la 79ième division sera le bon.



    Les russes ont subi 8000 pertes supplémentaires.



    Et les 6ième et 57ième armées soviétiques risquent d'avoir des soucis de ravitaillement dans les jours qui suivent.


  8. #18
    Date d'inscription
    janvier 2011
    Messages
    371
    Sauf erreur votre partie (humain contre Humain) semble prendre le même chemin que la réalité historique.

    D'ailleurs, dans le scénario sous WITE (Allemand contre IA) j'en suis arrivé à la même conclusion. Faudrait essayer en prenant les soviétiques de renforcer/contre attaquer le secteur d'Izyum au lieu de plonger vers Krasnograd ...

    Étonnant non ?


    "De nombreux auteurs ont tenté de préciser les raisons de la débacle de l'Armée rouge à la seconde bataille de Kharkov. Plusieurs généraux soviétiques ont blâmé l'incapacité de la Stavka et de Staline à apprécier la puissance de la Wehrmacht sur le front de l'est après ses défaites de l'hiver 1941-1942 et du printemps 1942. Dans ses mémoires, Joukov résume cette thèse en disant que l'échec de l'opération était largement prévisible, car l'offensive était organisée de façon inepte, le risque d'exposer le flanc gauche du saillant d'Izioum aux contre-attaques allemandes étant évident sur une carte42. Selon lui, la principale raison de la défaite soviétique réside pourtant dans les erreurs de Staline, qui sous-estimait le danger représenté par les armées allemandes du secteur sud-ouest et n'avait pas pris la peine de concentrer de réserves stratégiques significatives pour contrer une éventuelle menace allemande."(Wikipedia)
    Dernière modification par stereo ; 31/08/2012 à 22h58.
    .......
    « Veuillez accepter mes plus sincères félicitations.J'y joins mes meilleurs vœux pour votre bonne santé et pour l'avenir heureux des peuples de notre amie l'Union soviétique. » - 1939 Hitler pour l'anniversaire de Staline. La réponse de Staline n'est pas mal non plus ...

  9. #19
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Localisation
    Toussus le Noble
    Messages
    3 625
    Surtout que les allemands avaient prévu d'éliminer le saillant par le sud quoi qu'il arrive. L'attaque russe préventive semble avoir servi leurs plans au final.
    Sur les Pzcs, toutes les parties sur cette bataille se sont aussi soldées par le même résultat.
    "Les ponts qui sautent? Ca dépend à quel hexagone est rattaché le pont..."

    Arnaud featuring "Madiran" le 11/06/08

  10. #20
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    2 902
    Citation Envoyé par stereo Voir le message
    Sauf erreur votre partie (humain contre Humain) semble prendre le même chemin que la réalité historique.

    D'ailleurs, dans le scénario sous WITE (Allemand contre IA) j'en suis arrivé à la même conclusion. Faudrait essayer en prenant les soviétiques de renforcer/contre attaquer le secteur d'Izyum au lieu de plonger vers Krasnograd ...

    Étonnant non ?
    Ce que j'explique dans la suite de l'AAR, c'est que l'encerclement des armées soviétiques engagées à l'ouest n'est pas l'objectif principal des allemands car on n'est pas ici en grande campagne mais dans un petit scénario où il faut garder/capturer des villes.
    Certes, si l'encerclement est réalisé, ça aide les allemands mais ces derniers peuvent quand même perdre la partie avec 200000 soldats soviétiques totalement encerclés s'ils n'ont pas le bon nombre de villes.

    J'ai joué ce scénario (en vanilla) 2 fois en russe; on peut parfaitement empêcher la manoeuvre historique des allemands et obtenir sans trop de difficultés une victoire mineure soviétique. Par contre, ça me semble quasi impossible d'obtenir une victoire majeure russe. En tout cas, je n'y suis toujours pas arrivé.

Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages