Warning: Illegal string offset 'name' in [path]/includes/functions.php on line 6112
Yves le sympathique frontovik vs Don l'affreux prussien (Wite)
+ Répondre à la discussion
Page 34 sur 34
PremièrePremière ... 24 32 33 34
Affichage des résultats 331 à 340 sur 340
  1. #331
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 786
    Du 18 au 24 janvier 1945 :

    Les forces soviétiques sont maintenant très proches de Vyborg. Les unités finlandaises qui défendent la ville offrent une résistance farouche, mais elles ne peuvent que retarder l'échéance, souffrant d'une large infériorité en infanterie, artillerie, blindés et aviation. Sur la côte de la Baltique, les éléments de reconnaissance du 18ème Corps mécanisé sont entrés dans le port finlandais de Kotka vers lequel rapplique en catastrophe la division blindée finlandaise dans l'espoir d'empêcher les Soviétiques d'en prendre totalement le contrôle.



    L'avance du Front de Leningrad est toujours laborieuse, mais quelques brèches apparaissent dans les défenses allemandes, sonnées par l'accumulation des coups reçus. Les 2ème et 9ème Corps de fusiliers de la Garde parviennent ainsi devant Kretinga, à quelques encablures de la frontière de 1941.

    Cette frontière est enfin atteinte sur une largeur de 30 km à hauteur de Virbalis par le 2ème Front de la Baltique. Ce dernier doit auparavant livrer de durs combats au cours desquels 6 de ses Corps de fusiliers, soutenus par 4 divisions d'artillerie, laminent rien moins que la 3ème SS PzD Totenkopf, la 11ème SS PzGr et la 102ème PzBrigade. Fait intéressant, les armées de Matvei Popov, largement supérieures en infanterie et en artillerie, n'engagent que 288 chars contre 274 aux Allemands. 44 de ces derniers sont détruits contre seulement 18 aux Soviétiques. Les pertes en infanterie et artillerie sont également deux fois plus élevées chez l'ennemi.

    Le 1er Front de la Baltique enfonce également quelques coins dans les défenses ennemies, avec des victimes de marque comme la 22ème PzD qui perd 20 de ses 113 chars et les 7ème et 14ème PzD qui y laissent 51 des 245 chars qu'elles avaient engagés.

    Après une pause, le 1er Front de Biélorussie reprend sa marche en avant entre Lida et Schuchin. Devant cette dernière, la 27ème PzD, attaquée en compagnie de la 102ème ID par 4 corps de fusiliers et le 3ème Corps de cavalerie de la Garde, doit reculer et laisser sur le terrain 35 des 70 chars qui lui restaient.
    Un peu plus loin vers le sud-est, la 3ème PzD et la 101ème PzBrigade, attaqués par 9 Corps de fusiliers et une nuée de régiments blindés, perdent dans leur retraite 41 chars, contre seulement 13 aux Soviétiques.

    Le 3ème Front de Biélorussie n'est pas en reste qui atteint la Shara, non loin de Slonim, en bousculant des forces allemandes il est vrai moins étoffées, mélange d'ID, de divisions de la Luftwaffe et d'unités de sécurité. Le 24ème Corps de fusiliers est sur le point d'atteindre Pinsk, dans les marais du Pripet.



    Le Front du Nord-Caucase parvient à percer au sud de Rovno. Koniev fait d'abord donner ses Corps de Fusiliers qui «sonnent» les 75ème et 168ème ID, la 23ème PzD et des régiments des 6ème et 17ème PzD et de la prestigieuse GD. Les Allemands sont repoussés sur 30 km avant que la 2ème Armée blindée n'entre dans la danse et bouscule sur 30 km supplémentaires la 118ème Chasseurs. Les 6ème et 7ème Corps blindés parviennent ainsi à 15 km de Kremenets, dans la profondeur des défenses ennemies désarticulées.

    Le 3ème Front d'Ukraine attaque au nord de Proskurov et le 1er au sud de la ville. Ils y encerclent la 296ème ID et la 7ème DI roumaine. Au nord, le 14ème Corps de fusiliers de la Garde fait plier la 332ème ID avant que les chars de la 3ème Armée blindée ne viennent s'engouffrer dans la brèche au nord-ouest et à l'ouest de Proskurov. Au sud, c'est la 6ème Armée blindée qui accomplit le gros du travail, faisant céder avec le concours de la 64ème Armée la 9ème ID et la 2ème DB hongroise.

    Le 8ème Corps de fusiliers entre dans Kishinev d'où la DI slovaque a réussi à s'extraire. Quelques renforts allemands parvenus au nord de la ville, avec les 18ème et 24ème PzD et la 18ème PzGr, permettent à l'ennemi de stabiliser la situation dans ce secteur face au Front de Transcaucasie.

    Le 4ème Front d'Ukraine poursuit sa course en terrain libre vers la Roumanie. Plusieurs unités de Tolbukhin ont atteint la frontière et le 15ème Corps de cavalerie de la Garde arrive à Reni, dernière localité en territoire soviétique avant la ville de Galati.



  2. #332
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 786
    Du 25 au 31 janvier 1945 :

    Le 26 janvier, à l'aube, des émissaires finlandais se présentent devant les premières lignes soviétiques au nord de Vyborg, dans le secteur de la 1ère Armée de choc de Novoselsky. Depuis quelques jours, le maréchal Mannerheim, bien informé de la situation sur le front, sait que la situation est désespérée et que ses troupes ne luttent plus que pour retenir un maximum de forces soviétiques loin de la Wehrmacht. Ses officiers généraux l'ont cependant averti que l'Armée finlandaise n'était plus en mesure de résister, souffrant d'une infériorité de plus en plus écrasante, en hommes mais plus encore en matériels. Après la chute de Vyborg et la prise à revers des meilleures divisions retranchées dans et autour de Leningrad, ce sera l'invasion puis l'occupation du cœur du pays. C'est pourquoi en ce 26 janvier, une délégation finlandaise dûment mandatée roule vers le quartier général d'Ivan Bagramyan qui, après sa brillante campagne d'hiver, a reçu tout pouvoir du Kremlin pour négocier la capitulation d'Helsinki. Cette dernière devra intervenir dans les 24 heures, avec remise aux forces soviétiques de tous les armements lourds, retour aux frontières de 1941, expulsion du territoire finlandais de tous les militaires allemands qui pourraient encore s'y trouver, participation au nouveau Gouvernement du Parti communiste finlandais et signature dans les trois mois d'un traité de paix et d'amitié entre les peuples soviétique et finlandais. Le territoire finlandais ne sera pas occupé et aucun gage territorial ne sera exigé. Les plénipotentiaires finlandais s'empressent d'accepter des conditions dont ils pouvaient craindre qu'elles seraient beaucoup plus sévères,. Le 27 janvier à minuit, l'Armée finlandaise dépose les armes, ce qui met fin pour elle au conflit. Bagramyan a déjà depuis plusieurs heures ordonné à ses troupes de faire mouvement. Lentement, les unités du 3ème Front de la Baltique embarquent dans les nombreux convois ferroviaires qui vont les conduire vers le sud. Pour le moment, la Stavka hésite quant au secteur de leur affectation, Biélorussie ou Ukraine.



    Aux abords de la Prusse-orientale et en Biélorussie, l'avance soviétique est toujours laborieuse. Le Front de Leningrad est bloqué devant Taurage et Memel, même s'il atteint non loin de la première la frontière de 1941.

    Le 2ème Front de la Baltique est sur le point de franchir cette même frontière après avoir rejeté de Ebenrode la 3ème SS PzD dont il détruit plus de 40 chars.

    Le1er Front de la Baltique poursuit péniblement son avance, Joukov ayant dû engager à contre-emploi les unités d'élite de la 5ème Armée blindée pour donner l'assaut aux premières lignes allemandes.

    Le 1er Front de Biélorussie, avec ses masses de fusiliers et une artillerie pléthorique, inflige des pertes sévères à l'infanterie allemande, mais doit faire face à une défense musclée par 4 divisions et 3 brigades de panzers.

    L'air de rien, le 3ème Front de Biélorussie réduit peu à peu son écart d'alignement avec ses homologues précités et atteint la Shara, bousculant au passage la 103ème PzBrigade et la 22ème division de cavalerie SS et détruisant une bonne vingtaine de chars ennemis.



    En Ukraine, la situation est plus favorable malgré la présence de la GD, de la 1ère HG PzD et des 6ème, 17ème et 23ème PzD. En effet, la largeur du front oblige l'ennemi à disperser ses unités d'élite en régiments qui ne peuvent rien face à la ruée soviétique.

    Le Front du Nord-Caucase avance au sud de Rovno et parvient devant Kremenets et Lanovtsy. Les 1er et 3ème Fronts d'Ukraine prennent Volochinsk et avancent vers Tarnopol dont elles ne sont plus qu'à une trentaine de km. Les Allemands perdent plus de 120 chars dans ces combats.

    Le Front de Transcaucasie parvient au pied des premières pentes des Carpates, non loin de Vaslui.

    Le 4ème Front d'Ukraine entame l'invasion de la Roumanie, ou plutôt la libération du peuple roumain courbé sous le joug fasciste. Le 14ème Corps blindé passe en trombe dans Galati et entre ensuite dans Braila, aucune opposition ne s'étant manifestée. Il est suivi de près par le gros des troupes de Tolbukhin, dont le prochain objectif est Bucarest.




  3. #333
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 786
    Du 1er au 7 février 1945 :

    Le Front de Leningrad atteint Taurage et avance vers Tilsit à grands coups de bélier. Des combat d'une rare violence se déroulent le long de la frontière de 1941 et les Allemands ne cèdent qu'après une forte résistance. La 8ème PzD, la Brandenburg PzGr et la 109ème PzBrigade perdent près de 100 chars, soit 7 à 8 fois plus que les Soviétiques.

    Le 2ème Front de la Baltique avance de part et d'autre d'Ebenrode et inflige de lourdes pertes à la 2ème HG PzGr qui perd 50 chars.

    Le 1er Front de la Baltique progresse sur un large front et parvient devant Suwalki et à proximité de Grodno. Bien que contre-attaqué dans un premier temps par la 12ème PzD et la 20ème PzGr, il refoule vers l'ouest ces dernières, leur détruisant 75 chars.

    Le 1er Front de Biélorussie met à mal rien moins que les 4ème, 16ème, 19ème et 25ème PzD qui laissent sur le terrain plus de 100 chars. La 6ème Armée libère Schuchin.

    Le 3ème Front de Biélorussie nettoie complètement la rive orientale de la Shara et se ménage une fragile tête de pont sur l'autre rive. Seul est parvenu à y prendre pied le 9ème Corps blindé, entouré à présent de nombreuses unités d'infanterie allemandes.



    La cavalerie du Front du Nord-Caucase entre dans Rovno alors que plus au sud, la 4ème Armée blindée de la Garde et la 2ème Armée de choc bousculent les 6ème et 23ème PzD pour atteindre le nord de Tarnopol, dans la direction de Lvov. De part et d'autre de cette pointe blindée, le 2ème Front de Biélorussie d'une part, les 1er, 2ème et 3ème Fronts d'Ukraine d'autre part avancent sans combattre à la poursuite d'un ennemi qui recule pour tenter de maintenir un front cohérent.

    Sur les arrières du 3ème Front d'Ukraine arrivent les premiers convois qui transportent les troupes du 3ème front de la Baltique en provenance de Finlande. La Stavka a estimé que celles-ci seraient plus utiles dans les espaces relativement ouverts entre Ukraine et Pologne que dans les forêts de Biélorussie, de Lituanie et de Prusse-Orientale. L'objectif final de la campagne d'hiver est bien de se procurer une bonne base de départ à partir du nœud ferroviaire de Kovel pour ensuite, au printemps, déferler sur les plaines polonaises.

    Le Front de Transcaucasie se prépare à attaquer le massif des Carpates sur un terrain très favorable à la défense.

    Le 4ème Front d'Ukraine, après avoir dépassé Galati et Braila, avance vers Bucarest sans rencontrer d'opposition. À sa tête se trouve maintenant l'inévitable Semyon Boudienny que le Kremlin, pas encore tout à fait guéri de ses erreurs de 1941 et 1942, a placé là en remplacement de Tolbukhin...



  4. #334
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 786
    Du 8 au 14 février 1945 :

    Le Front de Leningrad entre dans Memel que doivent évacuer les Allemands après leur défaite face aux 59ème Armée et 1ère Armée de la Garde.

    Le 2ème Front de la Baltique avance vers Gumbinnen, mettant à mal la 20ème PzD et un régiment de la 3ème SS PzD Totenkopf. Les Allemands perdent 11500 hommes, 350 canons et 60 chars dans ces combats face aux troupes de Matvei Popov.

    Le 1er Front de la Baltique bataille dans le triangle Alytus-Suwalki-Augustov et met hors de combat 7000 soldats, 200 canons et 20 chars, pour l'essentiel ceux de la 14ème PzD.

    Le 1er Front de Biélorussie avance tel un rouleau-compresseur à l'ouest de Schuchin. Les Allemands perdent dans son secteur 9000 hommes, 280 canons et 50 chars. Les victimes marquantes des assauts ordonnés par Sokolovsky sont la 1ère PzD et la 101ème PzBrigade.

    Le 3ème Front de Biélorussie franchit la Shara sur une largeur de 50 km à hauteur d'Ivatsevichi mais son avance est très lente.



    La concentration des défenses allemandes au nord des marais du Pripet favorise les opérations de l'Armée rouge dans l'ouest de l'Ukraine. Pour la première fois, les forces soviétiques opèrent sur deux axes divergents, dans l'espoir d'écarteler au maximum le dispositif de l'Axe.

    Le Front du Nord-Caucase bifurque derrière Rovno vers le nord-ouest dans la direction générale de Kovel dont la prise avant la fin de la campagne d'hiver ouvrirait les perspectives les plus intéressantes. Comme souvent, après un franchissement assez simple des premières lignes ennemies, Koniev doit engager de manière un peu prématurée la 2ème Armée blindée qui conjointement avec la 2ème Armée de choc, est près d'atteindre Lutsk et Kivertsy.

    Plus au sud, les 3ème et 4ème Armées blindées (3ème Front d'Ukraine) frappent plein ouest, dans la direction générale de Lvov, les défenses allemandes, notamment les 6ème et 23ème PzD, sur une trentaine de km de profondeur avant de laisser le relais à la 6ème Armée blindée qui s'attache à éparpiller autant qu'elle le peut les unités allemandes se trouvant sur sa route. Le 6ème Corps mécanisé de la Garde et les 9ème et 13ème Corps mécanisés atteignent ainsi Zborov et dessinent un contournement de Tarnopol par le nord.

    Le 2ème Front d'Ukraine avance sans opposition vers Chernovtsy. Le Front de Transcaucasie est à Iasi, Vaslui et Focsani.

    Le 12ème Corps de cavalerie de la Garde (4ème Front d'Ukraine) est à 80 km de Bucarest alors que le 15ème Corps de cavalerie de la Garde est à 30 km de Constanza. La Roumanie est de fait hors jeu, avant de l'être officiellement sous peu.



  5. #335
    Date d'inscription
    mai 2007
    Localisation
    Le Mans
    Messages
    83
    Merci pour cet AAR, c'est presque aussi addictif qu'une série
    Penser en stratège, agir en primitif.

    En cours:
    ...

  6. #336
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 786
    Citation Envoyé par Elphilou Voir le message
    Merci pour cet AAR, c'est presque aussi addictif qu'une série
    Merci . Malheureusement, les coups de théâtre y sont nettement moins nombreux .

  7. #337
    Date d'inscription
    mai 2007
    Localisation
    Le Mans
    Messages
    83
    C'est pas Hitchcock qui disait: le suspense, c'est de savoir que quelque chose va arriver: scène de rue, une bombe explose: c'est la surprise, ca a duré quinze seconde. Scène de rue, on voit le méchant poser une bombe et déclencher le minuteur de quinze minutes, et autant de temps de suspense
    Penser en stratège, agir en primitif.

    En cours:
    ...

  8. #338
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 786
    Du 15 au 21 février 1945 :

    La pression de l'Armée rouge s'accentue en cette fin d'hiver. Il est essentiel de s'assurer de bonnes bases de départ pour l'offensive d'été qui se voudra décisive.

    Les 1er, 2ème, 9ème, 25ème, 28ème et 52ème Corps de fusiliers de la Garde (Front de Leningrad) donnent l'assaut au sud de Memel et rejettent vers le sud-ouest la 5ème PzD et les 15ème et 25ème SS PzGr. Les Allemands perdent 3600 hommes, 110 canons et 45 chars.

    Après une avance de 15 km, les 5ème et 6ème divisions parachutistes de la Garde peuvent apercevoir Tilsit sur l'autre rive du Niemen. Sur leur gauche, les troupes du 2ème Front de la Baltique déblaient le terrain, bousculant notamment la 11ème SS PzGr.

    Les troupes de Matvei Popov avancent également au sud de Gumbinnen, toujours aux mains de l'ennemi, en balayant sur 30 km deux ID et deux des régiments de la Totenkopf.

    Le 1er Front de la Baltique avance sur une largeur de 60 km au nord-ouest de Grodno mais ne peut entamer la deuxième ligne de défense ennemie.

    Aux approches de Mosty, le 1er Front de Biélorussie lance plusieurs attaques couronnées de succès et met à mal les 4ème et 27ème PzD qui perdent dans ces combats une quarantaine de chars.

    Le 3ème front de Biélorussie franchit enfin l'obstacle de la Shara et avance vers Volkovysk. Sa 3ème Armée, qui progresse dans les marais du Pripet, n'est pas loin de déboucher de ces derniers, avec pour récompense ultime de cette campagne d'hiver la ville de Brest-Litovsk.



    Les défenses allemandes d'Ukraine occidentale subissent maintenant de terribles coups de boutoir et semblent à la limite de la rupture.

    Sur un axe d'attaque dirigé vers le nord-ouest, le Front du Nord-Caucase atteint Rozhische, non loin de Kovel, dans un secteur apparement peu défendu. En effet, les Allemands ont dû y étendre leurs lignes de défense, les marais y cédant peu à peu la place à de la plaine. Les Corps de cavalerie de la 2ème Armée de choc peuvent donner là leur pleine mesure face à une infanterie allemande de plus en plus démunie.

    Dans le même temps, Koniev poursuit sa poussée vers l'ouest, dans la direction générale d'Ivanichi avec en pointe les 3 Corps mécanisés de la Garde de la 2ème Armée blindée. Les défenses de l'Axe sont tronçonnées sur une quarantaine de km, ce qui permet à la 4ème Armée blindée de la Garde d'effectuer un crochet gauche pour encercler la 23ème PzD et le 3ème régiment de la 6ème PzD. Le rideau de troupes mis en place par Chernyakhovsky et Rybalko est cependant assez mince et ne présente aucune garantie face à d'éventuelles contre-attaques qui pourraient rompre l'encerclement, la 12ème SS PzD et la GD rôdant dans le secteur.

    Cette dernière a cependant fort à faire entre Brody et Zolochev pour parer aux violents assauts des 6ème (1er Front d'Ukraine), 3ème et 4ème (3ème Front d'Ukraine) Armées blindées. Katukov, Rodin et Bogdanov avancent allègrement en direction de Lvov, étrillant au passage, outre la GD, la 23ème SS PzGr, la Juterborg PzD et le reste de la 6ème PzD.

    Pour sécuriser le flanc gauche de cette poussée, Shaposhnikov a détaché au sud de Tarnopol la masse de son infanterie, avec pas moins de 14 Corps de fusiliers de la Garde qui s'apprêtent à franchir en force la Seret.

    Les unités du 3ème Front de la Baltique sont sur le point d'être introduites entre le Front du Nord-Caucase et le 3ème Front d'Ukraine pour accentuer la pression dans ce secteur relativement ouvert du front et ainsi tenter de disloquer les défenses ennemies. Bagramyan engagera dans un premier temps 7 Corps de fusiliers, dont 5 de la Garde, 3 divisions d'artillerie et une division et 3 brigades de lance-roquettes, soit une puissance de feu non négligeable.

    La 66ème Armée (3ème Front d'Ukraine) est en passe d'atteindre Chernovtsy. Le 2ème Front d'Ukraine s'apprête à franchir la frontière de 1941 à hauteur de Stefanesti.

    Le Front de Transcaucasie, très étiré, reste en position au pied des Carpates, avec l'entrée dans Focsani de sa 138ème division de montagne.

    Le 4ème Front d'Ukraine déferle sur la Roumanie. Le 4ème Corps blindé est sur le point d'entrer dans Constanza. Le 15ème Corps de cavalerie de la Garde a atteint la frontière bulgare à hauteur de Silistria. Le 7ème Corps de cavalerie est à moins de 50 km de Bucarest, alors que l'armée roumaine semble s'être volatilisée.



  9. #339
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 786
    Du 22 au 28 février 1945 :

    La fin de cette campagne d'hiver s'avère de plus en plus pénible pour des troupes de l'Axe fortement malmenées. Un indice probant de ces difficultés est le nombre important d'unités qui ne se replient plus en plus en moins bon ordre mais craquent de manière soudaine face aux assauts soviétiques.

    Au sud de Memel, le Front de Leningrad atteint l'embouchure du Niemen après un recul de la 4ème SS PzGr et de la 28ème chasseurs. Un régiment de la 201ème ID, qui tenait les premières lignes avec les Waffen-SS, lâche pied et cède à la panique.

    Un peu plus au sud, aux abords de Tilsit, c'est une attaque de 6 Corps de fusiliers et de 2 divisions parachutistes qui met en déroute les 1ère et 3ème divisions de la Luftwaffe et la 370ème ID. Dans ce cas comme dans le précédent, les pertes allemandes sont très lourdes et atteignent près du double de celles des unités de Markian Popov.

    Au sud de Tilsit, lors d'une attaque du 2ème Front de la Baltique, c'est la 31ème division de grenadiers SS qui craque alors que la 293ème ID et la 544ème VgD, bien que durement secouées et contraintes de se replier, parviennent tant bien que mal à conserver leur cohésion.
    Les hommes de Matvei Popov ne peuvent cependant franchir la Pissa et se contentent pour le moment d'en mettoyer la rive droite.

    Le 1er Front de la Baltique connaît des fortunes diverses entre Suwalki et Avgustov. Si ses Corps blindés entrent dans la première agglomération, la résistance allemande est vive en de nombreux secteurs. Les forces de Joukov parviennent cependant à bousculer devant Suwalki la 22ème PzD, la 2ème HG PzGr et un régiment de la 7ème PzD et à détruire à cette occasion 65 chars ennemis, n'en perdant elles-mêmes que 50.

    Le 1er Front de Biélorussie a affaire à forte partie avec les 3ème, 12ème, 16ème et 19ème PzD. Il parvient cependant à avancer suffisamment pour prendre Mosty grâce à l'intervention de ses Corps de cavalerie.

    Le 3ème Front de Biélorussie avance lui aussi avec lenteur mais sûrement dans la direction générale de Brest-Litovsk. Ses soldats entrent dans Drobchin, les autres objectifs intermédiaires sur la route de Brest étant Pruzhany et Kobrin.



    Appuyé sur sa droite par le 2ème Front de Biélorussie, le Front du Nord-Caucase enfonce les défenses germano-hongroises entre Kovel et Redekhov, dans la direction d'Ustilug. La 4ème Armée blindée de la Garde progresse d'une cinquantaine de km vers l'ouest alors que la 2ème Armée blindée de la Garde menace Kovel qui n'est plus qu'à une vingtaine de km de ses avant-gardes. Plusieurs divisions hongroises sont mises en déroute, de même que la 335ème ID, épuisée et sur laquelle roulent les tanks du 9ème Corps blindé de la Garde.

    Sur le flanc gauche de Koniev vient s'insérer le 3ème Front de la Baltique tandis que le 3ème Front d'Ukraine, et notamment sa 4ème Armée blindée, encaisse au nord-ouest de Tarnopol les contre-attaques de fortes concentrations allemandes constituées entre autres des 2ème, 9ème, 10ème SS PzD, de la GD et des 6ème, 13ème, 17ème et 18ème PzD. Les Soviétiques perdent là 280 tanks tout en détruisant une centaine de chars allemands.

    Les lourds et puissants Corps de fusiliers du 1er Front d'Ukraine franchissent en force la Seret, démolissant méthodiquement les unités allemandes et hongroises qui leur sont opposées.

    Les unités du front de Transcaucasie gravissent les premières pentes et commencent à s'engager dans les défilés de l'est des Carpates.

    Le 7ème Corps de cavalerie s'apprête à entrer dans Bucarest alors que le reste du 4ème Front d'Ukraine, dont Semyon Boudienny a pris le commandement (ordre du Kremlin), occupe une large partie de la Roumanie et que ses unités s'échelonnent progressivement au pied des Carpates, la route de Brasov étant bloquée par la 21ème PzD.



  10. #340
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 786
    Du 1er au 7 mars 1945 :

    Après la Finlande, la Roumanie jette l'éponge. Depuis plusieurs semaines, les unités roumaines reculaient vers l'ouest, le moral visiblement au fond des chaussettes et ayant perdu toute volonté combative. L'allié germanique en était apparemment conscient, n'ayant affecté en soutien des Roumains qu'un minimum de formations de la Wehrmacht. Des pourparlers avaient par ailleurs été entamés par les autorités roumaines en vue d'une capitulation suivie d'un éventuel changement de camp. Un accord ayant été conclu avec les Soviétiques, l'Armée rouge est désormais lestée des 1ère et 3ème Armées roumaines, soit 3 divisions d'infanterie, 2 de montagne et 2 de cavalerie, le tout d'une valeur combative très faible. La Roumanie hors jeu, les forces soviétiques du secteur, essentiellement le 4ème Front d'Ukraine, vont pouvoir se tourner vers le nord et la Hongrie, dont elles sont séparées par l'obstacle majeur des Carpates.



    Dans le nord, le Front de Leningrad et le 2ème Front de la Baltique foulent maintenant le sol de la Prusse-orientale. Le chemin qui mène à Koenigsberg est cependant encore long. Les troupes de Markian Popov ont pris Tilsit, solidement tenue par le 51ème Corps de fusiliers de la Garde et les 1ère et 3ème divisions de parachutistes de la Garde. Les forces de Matvei popov ont quant à elles franchi la Pissa, mettant en fuite la 549ème VgD, un régiment de la 221ème ID et les traîtres de la 600ème ID russe qui n'ont aucune pitié à attendre de nos vaillants soldats. Le prochain objectif d'importance dans ce secteur est le nœud ferroviaire d'Insterburg. On notera également que le nid de vipères de Rastenburg ne se trouve plus qu'à 80 km des avant-gardes du 2ème Front de la Baltique.

    Le 1er Front de la Baltique reprend son avance vers Goldap, Treuburg et Avgustov. Les Allemands offrent une résistance désespérée, leurs unités étant largement affaiblies. À titre d'exemple, la 14ème PzD compte moins de 50 chars, la 12ème moins de 30, soit nettement moins qu'un seul Corps de fusiliers soviétique avec ses unités de soutien.

    Le 1er Front de Biélorussie prend Mosty puis se regroupe, momentanément bloqué à une vingtaine de km de Volkovysk.

    Le 3ème Front de Biélorussie marque une pause avant de reprendre son avance vers Brest-Litovsk.

    À la limite entre l'Ukraine et la Pologne, le lent travail de sape opéré par les Soviétiques durant tout l'hiver finit par porter ses fruits. À la suite de violentes attaques menées par le Front du Nord-Caucase au sud de Kovel, les forces de Koniev finissent par trouver l'ouverture sous la forme d'un effondrement local de la défense allemande.

    De manière classique, Koniev engage alors sa 2ème Armée blindée et sa 4ème Armée blindée de la Garde qui progressent rapidement à l'ouest de Kovel, prennent Lyuboml et atteignent Wlodava. Après l'écroulement de la 327ème ID, les chars soviétiques ne rencontrent plus que des régiments d'infanterie et quelques unités hongroises en piteux état.

    Un peu surpris par la faiblesse de la résistance rencontrée, Rybalko et Chernyakhovsky font remonter l'information à l'état-major du Front. Aussitôt, Koniev demande à la Stavka l'engagement de toutes les unités mobiles disponibles chez ses voisins Kozlov et Shaposhnikov.

    La 6ème Armée est ainsi rattachée dans les meilleurs délais au Front du Nord-Caucase alors que les 3ème et 4ème Armées blindées sont engagées plein ouest dans la direction de Lublin.

    Rodin, maintenant sous les ordres de Koniev, appuie vers le nord-ouest de Kovel et coupe presque complètement la liaison entre celle-ci et Brest-Litovsk.

    Katukov et Bogdanov, quant à eux, remontent vers le nord puis obliquent vers l'ouest, brûlant tout le carburant disponible pour entrer en Pologne, prendre Ustilug et atteindre Chelm.

    Plus de 100 km ont été parcourus par les unités de pointe et les routes vers Brest-Litovsk et Lublin, sur lesquelles foncent maintenant 5 Armées de tanks, ne semblent plus défendues que par quelques régiments d'infanterie, au demeurant largement dispersés.

    Pour maintenir la pression sur les fortes concentrations blindées allemandes qui barrent la route de Lvov et sont susceptibles d'encorner les Armées blindées soviétiques, le 3ème Front de la Baltique fait donner ses puissants Corps de fusiliers à Brody et rejette vers l'ouest la 12ème SS PzD et la 23ème SS PzGr qui perdent plus de 3500 hommes, 100 canons et 40 chars.

    Plus au sud, les forces soviétiques entrent dans Chernovtsy abandonnée par l'ennemi, se regroupent et pour une partie d'entre elles s'engagent dans les défilés des Carpates dont la traversée sera longue et difficile.



Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages