Warning: Illegal string offset 'name' in [path]/includes/functions.php on line 6112
Yves le sympathique frontovik vs Don l'affreux prussien (Wite)
+ Répondre à la discussion
Page 24 sur 35
PremièrePremière ... 14 22 23 24 25 26 34 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 231 à 240 sur 341
  1. #231
    Date d'inscription
    janvier 2013
    Messages
    8
    sauf qu'on arrive à début 44 très bientôt, que l'allemand tiens toujours stalingrad, léningrad et reste aux portes de moscou... ya plus d'un an de retard sur la réalité historique quand-même!

  2. #232
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Localisation
    provence
    Messages
    630
    certes mais suivant l'état des forces de l'axe ,tout peut aller tres vite, la debandade des roumains laisserait des parties de territoires vides ou l'armée rouge peut s'engouffrer et que les divisions de la wermacht ne pourront pas tenir come un front compact

  3. #233
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    Du 23 au 29 décembre 1943 :

    Comme cela était prévisible, les 3 Corps blindés de Rotmistrov qui occupaient une étroite tête de pont sur la rive droite du Don en amont du confluent avec le Donetz sont balayés par une violente contre-attaque dans laquelle sont engagées, outre 3 ID, la 1ère brigade motorisée SS et surtout la surpuissante 5ème SS PzD. Les Allemands ne mégotent pas sur le soutien, avec 3 bataillons de Stug, 3 compagnies de Nebelwerfer et le 505ème bataillon de chars lourds. Tout ce joli monde renvoie les Soviétiques sur l'autre rive, avec 2200 hommes et 130 chars en moins. Curieusement, l'ennemi n'en profite pas pour réoccuper le terrain ainsi abandonné et se tient à plusieurs km en retrait du fleuve. Rotmistrov fait aussitôt retraverser les 13ème et 29ème Corps, qui viennent d'être sérieusement amochés, ainsi que le 27ème, encore relativement frais et qui relaie le 3ème mis en déroute lors de l'attaque allemande.

    Le Front de Transcaucasie parvient même à élargir sa tête de pont en repoussant la 298ème ID qui doit céder face à 6 Corps blindés, 3 de fusiliers et 2 divisions d'artillerie. Les seules unités ensuite disponibles pour occuper le terrain sont 3 autres Corps blindés de la 19ème Armée et « prêtés » par le 4ème Front d'Ukraine.

    Les 1er, 2ème et 3ème Fronts d'Ukraine se rapprochent également du Don. La 5ème Armée blindée n'est plus qu'à 15 km du fleuve à hauteur de l'Aksai-Kumoyarsky après avoir bousculé la 6ème division de la Luftwaffe et la 78ème Sturm division.

    Sur la rive gauche de l'Aksai, 2 Corps de fusiliers de la 63ème Armée sont contre-attaqués par la 24ème PzD et la 1ère SS PzD. Shaposhnikov prend sa revanche trois jours plus tard grâce à sa 6ème Armée blindée qui, épaulée par 3 Corps de fusiliers et une division d'artillerie, met à mal cette même 24ème PzD, qui y perd près de 50 chars, ainsi que la 355ème ID.

    Sur la Myshkova, une attaque classique de 6 Corps de fusiliers et d'une division d'artillerie contraint au repli la 384ème ID et la 13ème DI roumaine.

    Sur la Volga, au sud de Stalingrad, le 2ème Front d'Ukraine est durement contre-attaqué par les 2ème et 22ème PzD, qui y laissent tout de même 30 chars. Les Soviétiques parviennent cependant à reprendre le terrain perdu en repoussant, avec 3 Corps mécanisés, 2 de cavalerie, un de fusiliers, 2 divisions d'artillerie et une brigade de lance-roquettes, la 342ème ID et la 22ème PzD qui y perd 40 chars supplémentaires.

    À noter que dans tous ces combats sur la rive gauche du Don, la Luftwaffe a perdu 71 avions et l'aviation soviétique 123.



    Le Front de Biélorussie est également durement secoué par les contre-attaques allemandes menées principalement par les 5ème, 13ème, 14ème et 17ème PzD et la 25ème PzGr. Là également, les pertes en chars de l'ennemi ne sont pas négligeables puisqu'il laisse 90 carcasses sur le terrain.

    Sokolovsky parvient même à gagner un peu de terrain le long de la Volga en lançant à l'assaut 3 Corps de cavalerie (3ème, 4ème et 6ème Gardes), 3 de fusiliers, 2 brigades parachutistes, 2 divisions d'artillerie et une de lance-roquettes auxquels ne peuvent résister ni les 50ème et 336ème ID, ni la 20ème DI roumaine qui y perdent plus de 3500 hommes.

    La 8ème Armée aérienne est en revanche nettement surclassée, avec la perte de 88 appareils contre seulement... 2 au 8ème Fliegerkorps.

    Le Front du Nord-Caucase progresse encore au sud de la Tersa à la suite d'une série d'attaques et de contre-attaques qui engagent d'un côté les 2ème et 4ème Armées blindées et les 2ème, 4ème et 5ème Armées de choc, de l'autre les 6ème, 7ème, 20ème et 23ème PzD et au cours desquelles l'ennemi perd plus de 100 chars, 6500 hommes et 100 canons, au prix pour les Soviétiques de 8500 hommes, 110 canons et 400 chars.



    Le Front de l'Ouest est de nouveau mis en échec à 50 km à l'est de Tambov et sur la Para. Boudienny doit regrouper ses forces avant d'envisager une nouvelle progression vers l'ouest.

    Les 2 Corps mécanisés du Front du Volkhov subissent une sévère contre-attaque devant Klin. Les Allemands parviennent à engager dans l'affaire, outre 5 ID et une division de la Luftwaffe, la 25ème PzD et la 3ème SS PzD ainsi qu'une pléthore d'unités de soutien, dont 2 bataillons de chars lourds. L'ennemi y perd 37 chars, les Soviétiques 179.

    Moins d'une semaine plus tard, Bagramyan lance ses 2 Corps mécanisés à peine remis, 7 Corps de fusiliers et le soutien d'artillerie habituel contre une 24ème PzD qui récupère elle aussi dans le même secteur que les 46ème et 93ème ID. Les Allemands sont repoussés avec fracas, perdant au passage plus de 3000 hommes, 65 canons et 50 chars.



    Le Front de Leningrad remporte une série de succès à l'approche de la Mologa et contraint les troupes germano-finlandaises à reculer sur toute la ligne. L'ennemi perd au total 8500 hommes, 220 canons et 25 blindés sur les routes de sa retraite. Pour le moment, le seul renfort significatif intervenu dans ce secteur est la 2ème division parachutiste, déjà bien usée par deux semaines de combat.



  4. #234
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    Du 30 décembre 1943 au 5 janvier 1944 :

    La 9ème Armée et l'Armée côtière repoussent lentement les Roumains vers Tamanskaia. Tolbukhin a prévu de s'emparer de la ville puis de poster quelques brigades de fusiliers marins en face de Kertch et des faibles unités roumaines du secteur. Le reste des deux armées remontera vers Rostov pour rejoindre le gros du 4ème Front d'Ukraine.



    La tête de pont tenue par le Front de Transcaucasie sur la rive droite du Don est le théâtre de combats acharnés. Les Alemands veulent visiblement empêcher les troupes de Kozlov de s'y implanter durablement et contre-attaquent systématiquement les positions soviétiques. En deux jours, la 4ème PzD et la 5ème SS PzD, avec le soutien de plusieurs ID, repoussent sur la rive gauche 6 Corps de tanks de la 19ème Armée et de la 1ère Armée blindée. Les Allemands perdent 30 chars, les Soviétiques 215...

    Kozlov insiste pourtant et fait cette fois occuper la tête de pont par 6 Corps de fusiliers des 42ème et 53ème Armées. 3 d'entre eux lancent aussitôt une attaque contre la 298ème ID qui doit reculer.

    À 50 km plus à l'ouest, la 1ère Armée blindée repousse vers le Don la 21ème division de la Luftwaffe. Sur sa droite, 3 Corps de fusiliers de la 66ème (3ème Front d'Ukraine) doivent renouveler trois fois leur attaque pour en faire de même avec la 331ème ID. Galitsky doit même pour cela obtenir l'aide de 2 Corps blindés de la 3ème Armée de tanks de Katukov.

    Sur l'Aksay-Kumoyarsky, la 5ème Armée blindée subit les assauts de la 1ère SS PzD et des 16ème et 18ème PzGr. Les tankistes de Biryuzov doivent céder momentanément, mais bousculent quelques jours plus tard les 16ème et 18ème PzGr qui y perdent 2300 hommes, 70 canons et 40 chars.

    La 1ère SS PzD,qui s'est replacée plus au nord, prend elle de plein fouet les furieux assauts de la 6ème Armée blindée et laisse sur le terrain 2000 hommes, 50 canons et 50 chars.

    Sur la Myshkova, à la jointure des 1er et 2ème Fronts d'Ukraine, les Allemands doivent également céder du terrain. La 22ème PzD, largement affaiblie puisque ne comptant plus que 90 chars, en perd 15 de plus en reculant vers le Don.

    Au total, dans les combats menés par les 1er, 2ème et 3ème Front d'Ukraine, ces derniers perdent 20000 hommes, 350 canons, 650 chars et 90 avions, les troupes de l'Axe 16000 hommes, 340 canons, 175 chars et 85 avions.



    Le long de la Volga, le Front de Biélorussie a maintenant dépassé Kamyshin et poursuit sa lente avance vers le sud et Stalingrad. Il subit les contre-attaques permanentes de plusieurs PzD qui enregistrent des succès locaux mais également la perte de 70 chars en une semaine. Quant à la 20ème DI roumaine, laissée à elle-même au sud de Kamyshin, elle est facilement délogée de ses positions par 3 Corps de fusiliers, un de cavalerie et 2 brigades parachutistes.

    Le Front du Nord-Caucase recherche les points faibles des défenses ennemies au sud de la Tersa. Cela le conduit à modifier légèrement son axe de progression du sud-ouest vers le sud où les 2ème et 4ème Armées blindées et les 2ème et 5ème Armées de choc ont facilement raison de troupes hongroises et roumaines simplement corsetées par la 246ème ID et la 2ème brigade motorisée SS. De même, d'autres Corps blindés et mécanisés des Armées de tanks de Koniev profitent de l'extension de la ligne de front de l'Axe pour attaquer plein ouest les 6ème et 12ème DI hongroises et détruire une zone fortifiée.

    Dans ce secteur également, plusieurs PzD sont à la manœuvre et mènent des contre-attaques certes victorieuses, mais coûteuses. En une semaine, les troupes de Koniev détruisent ainsi plus de 80 chars ennemis.



    Le Front de l'Ouest est toujours englué dans les défenses ennemies qui l'empêchent d'avancer vers Tambov et de franchir la Para. Ses attaques permettent cependant de fixer d'importants effectifs allemands.

    Au nord de Moscou, Joukov et Bagramyan tentent d'écarteler le dispositif ennemi. Le 1er Front de la Baltique s'empare de Povarovo après en avoir expulsé avec 6 Corps de fusiliers 2 ID et une division de la Luftwaffe, préalablement assommées par le bombardement de 5 divisions d'artillerie. En revanche, une nouvelle attaque au-delà de Povarovo, sur la route de Kalinine, est un échec. Joukov, à l'instar des autres commandants de Fronts, commence à doter de manière systématique ses Corps de fusiliers d'un régiment de chars lourds et d'un autre de chasseurs de chars, ce que permet sans problème la gigantesque production des usines soviétiques.

    Sur la droite du 1er Front de la Baltique, Bagramyan avance vers Kalinine dans les zones marécageuses qui bordent la rive occidentale du canal Moskowa-Volga. Ses troupes détruisent deux zones fortifiées et repoussent vers le nord-ouest les 132ème et 197ème ID.

    De manière plus inattendue, le 2ème Front de la Baltique commence à faire le vide devant lui, en détruisant une zone fortifiée sur la rive ouest du canal et élargit sa tête de pont sur la Volga autour de Kashin. 5 Corps de fusiliers, un Corps blindé et 2 divisions d'artillerie démolissent une autre zone fortifiée et repoussent vers l'ouest 2 ID qui y perdent plus de 2000 hommes.

    Les lignes germano-finlandaises subissent toujours une forte pression au nord du réservoir de Rybinsk. Les 5ème et 6ème Corps blindés de la Garde atteignent la Mologa en repoussant devant eux la 17ème DI finlandaise.

    Sur leur gauche, la 2ème division parachutiste continue de subir le martyre, perdant cette fois 1500 hommes, 70 canons et 20 chars en cédant devant les fusiliers de Markian Popov.

    Sur leur droite, c'est la division blindée finlandaise qui est écrasée par 3 Corps de fusiliers, 2 mécanisés et une division d'artillerie et perd au passage 2000 hommes et 50 chars, contre seulement 7 aux Soviétiques.



  5. #235
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    Du 6 au 12 janvier 1944 :

    Sur le Don, les affrontements autour de la tête de pont tenue par le Front de Transcaucasie sont toujours aussi féroces. La 5ème SS PzD, avec cette fois à ses côtés la 9ème PzD, multiplie les efforts pour limiter l'extension des positions soviétiques sur la rive droite. Elle parvient le 7 janvier à repousser sur l'autre rive 3 Corps de fusiliers de la 42ème Armée. Épuisés, les Allemands ne peuvent avancer jusqu'au fleuve, arrêtés par trois autres unités soviétiques dont 2 Corps blindés.

    De l'autre côté de la tête de pont, Yushkevich en profite pour lancer 6 Corps de fusiliers, appuyés par 3 divisions d'artillerie et une brigade de lance-roquettes, à l'assaut de la 212ème ID livrée à elle-même. Les fantassins allemands doivent céder et 3 Corps blindés soviétiques occupent aussitôt le terrain abandonné, élargissant ainsi de nouveau la tête de pont.

    Sur la rive gauche, en face de Cymlyanskaya, le 3ème Front d'Ukraine parvient à une quinzaine de km du fleuve, repoussant devant lui 2 ID, une division de la Luftwaffe et une de montagne. La 64ème Armée et les 3ème et 5ème Armées blindées infligent coup sur coup à l'infanterie ennemie.

    Le 1er Front d'Ukraine avance également entre Aksay-Kumoyarsky et Myshkova où les défenses allemandes semblent de plus en plus fragiles. Les fantassins allemands et roumains ne peuvent tenir le choc face aux fusiliers soviétiques appuyés par une puissante artillerie. Même la 24ème PzD et la 78ème Sturm division sont emportées par les furieux assauts de la 6ème Armée blindée.

    Le 2ème Front d'Ukraine, moins puissant, rencontre plus de difficultés mais est cependant prêt de border les quartiers sud de Stalingrad.

    Ces combats entre Rostov et Stalingrad entraînent la destruction de 167 chars et 116 avions allemands.



    Aux approches nord-est et nord de la boucle du Don, les défenses de l'Axe semblent proches de l'effondrement. Le Front de Biélorussie avance d'un coup de 30 km sur les deux rives de l'Ilovlya, repoussant 2 ID et des unités roumaines qui craquent et s'enfuient vers le sud-ouest. L'ennemi a visiblement retiré ses unités blindées en arrière des premières lignes.

    Le Front du Nord-Caucase avance également vers le sud aux approches de la Medveditsa, dispersant Roumains et fantassins allemands, mais mettant aussi à mal la 6ème PzD qui, prise à partie par 5 Corps mécanisés, un Corps de fusiliers et 2 divisions d'artillerie, doit reculer vers le Don et perd 23 de ses 153 chars.



    Le Front de l'Ouest avance enfin vers Tambov en délogeant 3 ID de leurs positions. Sa 13ème Armée est durement contre-attaquée sur la Para mais 6 Corps de fusiliers de ses 20ème et 24ème Armées, renforcés par plusieurs régiments de chasseurs de chars et appuyés par 2 divisions d'artillerie et une brigade de lance-roquettes, expulsent de ses positions sur la rive gauche de la rivière la 18ème PzD, qui y perd 30 chars.



    Le 1et Front de la Baltique et le Front du Volkhov unissent leurs efforts pour élargir le saillant qui prend de l'ampleur au nord-ouest de Moscou. Plusieurs ID doivent encore reculer et une zone fortifiée est détruite, même si les troupes de Bagramyan sont freinées dans la direction de Kalinine.

    Le 2me Front de la Baltique élargit encore sa tête de pont sur la rive gauche de la Volga, en repoussant la 79ème ID. Son action permet de fixer une quinzaine de divisions d'infanterie allemandes qui ne peuvent intervenir plus au nord.

    Là, c'est le Front de Leningrad qui est prêt d'atteindre son objectif de la campagne d'hiver, à savoir déboucher des zones marécageuses qui bordent la Mologa. Une fois de plus, la 2ème division parachutiste, les 3ème et 6ème brigades motorisées SS, les fantassins de la Luftwaffe et les soldats finlandais prennent de plein fouet la puissance des blindés, des fusiliers et de l'artillerie de Markian Popov.



  6. #236
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    Du 13 au 19 janvier 1944 :

    Alors que les Soviétiques ont repris Tamanskaya, l'ennemi a posté à Kertch les 62ème et 377ème ID pour renforcer les Roumains et éviter ainsi de voir la Crimée menacée.

    Pour Tolbukhin, il n'est nullement question de tenter de passer en force dans ce secteur. Le gros de ses troupes est maintenant concentré sur le Don, en face de Rostov. Afin de distendre un peu plus les défenses de l'Axe, ses 18ème et 19ème Armées attaquent les défenses allemandes de la rive droite, en face de Manych. Une seule PzD, la 3ème, rôdant dans ce secteur mais arrivée trop tard pour intervenir, les Soviétiques parviennent à se tailler une nouvelle tête de pont à 30 km en amont de Rostov. Elle est occupée par 3 Corps de cavalerie, 2 de tanks et un de fusiliers qui ont ordre de la tenir le plus longtemps possible en attendant de faire passer d'autres Corps de fusiliers du 4ème Front d'Ukraine.

    À 80 km en amont, le Front de Transcaucasie s'accroche lui aussi à ses têtes de pont, contre-attaqué par les 4ème et 16ème PzD qui ont rejoint la 9ème PzD et la 5ème SS PzD. À chacune de leurs contre-attaques, les Allemands laissent quelques dizaines de chars sur le terrain et s'affaiblissent ainsi peu à peu.

    Au confluent entre Don et Aksai-Kumoyarsky, le 3ème Front d'Ukraine effectue un spectaculaire bond en avant qui amène les 3ème et 5ème Armées blindées, après un effort initial des 64ème et 66ème Armées, à balayer 30 km de la rive droite du grand fleuve. La malheureuse 21ème division de la Luftwaffe est ballottée sur quelques dizaines de km et les 73ème et 331ème ID doivent elles aussi reculer. C'est la troisième tête de pont constituée par les Soviétiques sur le Don, les réserves ennemies commençant apparemment à s'épuiser dans le colmatage incessant des brèches.

    Le 1er Front d'Ukraine est sur le point de border le fleuve en avançant le long de l'Aksai. La 6ème Armée blindée, appuyée par la 6ème division d'artillerie de la Garde, force la 1ère SS PzD à passer sur la rive droite du Don en abandonnant au passage une trentaine de chars.

    Les unités du 2ème Front d'Ukraine sont en vue des quartiers sud de Stalingrad après avoir écarté de leur passage la 2ème PzD qui perd elle aussi une trentaine de chars.

    De manière générale, l'espace tenu par les troupes de l'Axe sur la rive gauche du Don se réduit comme peau de chagrin.



    Au nord de Stalingrad, c'est également de plus en plus difficile pour l'ennemi de tenir ses positions. Le Front de Biélorussie avance lentement mais sûrement sur les deux rive de l'Ilovlya, bousculant l'infanterie allemande et les fantassins roumains à coups de masses de fusiliers soutenus par l'artillerie de Front.

    Plus à l'ouest, les défenses de l'Axe semblent sur le point de se désagréger sous les coups du Front du Nord-Caucase. Koniev éparpille les unités hongroises mais attaque aussi avec succès du fort au fort en lançant 5 Corps mécanisés et un blindé sur les 6ème et 23ème PzD qui cèdent devant les tankistes et fusiliers portés soviétiques et perdent une cinquantaine de chars.Le Don est à moins de 50 km des avant-gardes soviétiques.



    Boudienny, même s'il ne progresse pas, remplit avec succès sa mission de fixation de nombreuses ID et des 1ère et 12ème PzD.

    Le 1er Front de la Baltique avance toujours et dépasse la route entre Moscou et Kalinine. Lors d'une de ces attaques massives dont il a le secret, Joukov, avec 9 Corps de fusiliers et 5 divisions d'artillerie, envoie valser la 3ème SS PzD et reprend Klin dans la foulée. Les Waffen-SS perdent 40 chars dans l'affaire.

    Le Front du Volkhov avance vers Kalinine et inflige de terribles pertes à l'infanterie ennemie. En deux attaques menées en direction du nord-ouest par les hommes de Bagramyan, les Allemands perdent 6000 hommes et 170 canons. Konakovo est sur le point d'être reprise. Le 2ème Front de la Baltique n'est pas en reste et avance le long de la Medveditsa, repoussant 2 ID et détruisant une zone fortifiée.



    Alors que le Front de Leningrad continue d'éparpiller les fantassins de la Luftwaffe et les Finlandais, une nouvelle unité ennemie, la 15ème division de grenadiers SS, vient de faire son apparition pour tenter de colmater les brèches. Cela n'empêche pas les troupes de Markian Popov d'effectuer une nouvelle poussée vers l'ouest et de border la Mologa sur plus de 100 km. Le 4ème Corps blindé de la Garde parvient même à franchir la rivière à l'ouest du réservoir de Rybinsk.



  7. #237
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    Du 20 au 26 janvier 1944 :

    Le long du Don, entre Rostov et Stalingrad, l'usure des forces de l'Axe devient manifeste, même si la panzerwaffe contre-attaque encore partout où elle le peut.

    Le 4ème Front d'Ukraine est maintenant confronté à la 3ème PzD et à la Feldherrnhalle dans le secteur de Novocherkassk. Les Corps de tanks et de cavalerie de Tolbukhin subissent de lourdes pertes, mais les fusiliers soviétiques parviennent à s'accrocher au terrain conquis sur la rive droite du Don et à lancer des assauts victorieux sur des points faibles des défenses ennemies.

    À l'est de Konstantinovsky. Le Front de Transcaucasie conquiert 15 km supplémentaires de la rive droite grâce à l'action combinée de ses Corps de tanks et de fusiliers soutenus par 2 divisions d'artillerie et une brigade de lance-roquettes et qui bousculent les 82ème et 299ème ID. Là également, les troupes de Yushkevich sont secouées par des contre-attaques incessantes où sont engagées la 5ème SS PzD et les 4ème, 9ème et 18ème PzD.

    Plus loin en amont, l'action conjointe des 1er et 3ème Fronts d'Ukraine a permis aux Soviétiques d'établir une seule tête de pont qui, jointe à celle du Front de Transcaucasie, court sur plus de 150 km de la rive droite du Don. Encore fragile, sa profondeur ne dépasse à aucun endroit les 15 km. Dans ce secteur opèrent la 1ère SS PzD, la 24ème PzD et les 16ème et 18ème PzGr. Cependant, si les tankistes soviétiques prennent parfois des retours cinglants de leurs homologues allemands, ils n'hésitent plus à les affronter comme le 24 janvier, où la 1ère SS PzD est une nouvelle fois contrainte de regagner la rive droite du Don sous la pression des 9ème et 13ème Corps mécanisés, de 2 Corps de fusiliers et d'une division d'artillerie.

    Enfin, le 2ème Front d'Ukraine, qui couvre l'aile droite du dispositif soviétique au sud de Stalingrad, avance patiemment le long de la Myshkova et commence à menacer sérieusement les troupes de l'Axe qui tiennent la ville.

    Dans tout ce secteur, les Allemands perdent en une semaine 270 chars et 100 avions.

    Au nord de Stalingrad, le Front de Biélorussie poursuit son avance sur la rive droite de la Volga. Il fixe un nombre important de divisions d'infanterie allemandes ainsi que les 11ème et 13ème PzD. Son action permet au Front du Nord-Caucase et à ses 2ème et 4ème Armées blindées d'avancer dans une direction générale ouest-sud-ouest et d'étriller des unités hongroises de moins en moins bien corsetées malgré la présence des 6ème, 7ème, 17ème et 23ème PzD. Ces dernières doivent toutes reculer devant les forces de Koniev qui ne sont plus qu'à 30 km du confluent entre Don et Medveditsa. Exemple de l'affaiblissement continu de la panzerwaffe, la 23ème PzD ne compte plus que 70 chars dans ses rangs.



    Le Front de l'ouest semble enfin embrayer devant un ennemi qui abandonne la rive gauche de la Para, mais recule pour le moment en bon ordre.

    Le 1er Front de la Baltique avance sur la route de Moscou à Rzhev mais la Wehrmacht sort parfois des griffes qu'elle conserve encore bien acérées. À Klin, une contre-attaque menée par les 2ème et 3ème SS PzD et la 25ème PzD met en déroute un Corps de fusiliers et un Corps blindé. Seul le 45ème Corps de fusiliers de la Garde parvient à reculer en bon ordre au prix de lourdes pertes.

    Le Front du Volkhov est maintenant devant Kalinine après avoir malmené 5 ID et fait reculer de 30 km la 5ème brigade motorisée SS. Sur sa droite, le 2ème Front de la Baltique maintient la pression sur l'ennemi en progressant le long de la Medveditsa.

    Le Front de Leningrad, qui ne rencontre aucune opposition sérieuse, est sur le point de déboucher des marais à l'ouest de la Mologa. Ses prochains objectifs sont les carrefours d'Ovinische et Sonkovo. Markian Popov dispose maintenant de 11 Corps de fusiliers (dont 9 de la Garde), 4 Corps blindés de la Garde, 2 Corps mécanisés, 4 divisions d'artillerie (dont 3 de la Garde) et d'une ribambelle de brigades de fusiliers marins. Avec la 13ème Armée aérienne et le Commandement aérien de la Flotte de la Baltique, cela représente une force de frappe considérable, même si elle manque d'un peu de mobilité.


    Dernière modification par Yves ; 21/02/2016 à 16h43.

  8. #238
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    Du 27 janvier au 2 février 1944 :

    L'Armée rouge poursuit une campagne d'hiver qui met sérieusement à mal les forces de plus en plus éprouvées de l'ennemi. Les nouvelles encourageantes sont à peine ternies par la mort au combat de deux officiers généraux de l'Armée de l'air, les commandants des 5ème et 6ème Armées aériennes, respectivement Sergei Khudyakov et Evgeny Nikolaenko. Le premier est remplacé par Timofei Khryukin, le second par Konstantin Vershinin.

    Par ailleurs, un 2ème Front de Biélorussie vient d'être activé par la Stavka. Avec à sa tête l'excellent Maksim Purkaev, il viendra s'intercaler entre le Front du Nord-Caucase et le Front de l'Ouest sur l'axe Penza-Tambov. Pour le moment, il ne compte qu'une seule armée, la 70ème à 2 Corps de fusiliers et un Corps mécanisé, et en soutien la 4ème division d'artillerie de rupture et la 7ème brigade de lance-roquettes de la Garde.

    Au confluent entre Don et Donetz, les défenses de l'Axe éclatent brusquement sous la poussée conjointe des forces de Tolbukhin et Yushkevich. Avec la Felderrnhalle et la 3ème PzD sur leur gauche et la 5ème SS PzD et les 9ème et 16ème PzD sur leur droite, les Corps blindés de la 1ère Armée de tanks de Rotmistrov et ceux des 18ème et 19ème Armées du 4ème Front d'Ukraine mettent en pièces les maigres régiments d'infanterie que l'ennemi a laissés dans ce secteur. Les Soviétiques tiennent maintenant sur la rive droite du Don une telle étendue de terrain qu'il sera maintenant impossible de les en déloger.

    Cela est d'autant plus vrai qu'en amont, le 3ème Front d'Ukraine s'emploie lui aussi à avancer vers l'ouest. Il est confronté à forte partie avec en face de lui 2 PzD, 2 PzGr et quelques ID de bonne qualité. Une attaque conjointe d'unités des 3ème et 5ème Armées blindées entraîne même le recul des 4ème et 24ème PzD et de la 18ème PzGr, rejetées en arrière avec 70 chars, 65 canons et 2500 hommes en moins.

    Le 2ème Front d'Ukraine atteint le Don au confluent avec la Myshkova après avoir écarté de son chemin la 22ème PzD et la 25ème PzGr. Battues, les unités mobiles allemandes se replient vers le nord pour rejoindre la GrossDeutschland et couvrir Stalingrad. Les troupes de Kuznetsov en profitent alors pour foncer droit vers l'ouest en passant sur les divisions roumaines qui tentent de leur barrer la route et parviennent au Don.

    Les Allemands perdent 330 chars en une semaine entre Rostov et Stalingrad.

    L'ennemi renonce d'ailleurs à défendre cette dernière puisque le Front de Biélorussie ne trouve plus devant lui que du vide. Les reconnaissances aériennes montrent que les troupes allemandes retraitent à marches forcés vers la boucle du Don alors que quelques unités roumaines sont laissées en sacrifice le long de la Volga.

    En conséquence et selon le plan initial, le Front du Nord-Caucase oblique franchement vers l'ouest pour longer la rive gauche du Don, dans un premier temps vers Boguchar. Il n'a en face de lui que les Hongrois, tout de même corsetés par les 6ème, 7ème, 19ème et 23ème PzD, ces dernières ne pouvant que freiner l'avance des Soviétiques. Les 4 PzD perdent dans ces combats 170 chars en une semaine.



    Le Front de l'Ouest repousse l'ennemi au sud des sources de la Para et se trouve à moins de 50 km de Tambov.

    Le 1er Front de la Baltique tente de dégager un peu plus le nord-ouest de Moscou en attaquant entre Povarovo et Khimki. L'assaut pourtant massif de 8 Corps de fusiliers et d'un Corps blindé soutenus par 3 divisions d'artillerie s'avère prématuré et se heurte à la vive résistance des 161ème et 267ème ID. Les Soviétiques sont repoussés avec de lourdes pertes. Joukov avait pourtant engagé en soutien 5 régiments de chars lourds et 5 régiments de chasseurs de chars.

    Cela se passe mieux pour le Front du Volkhov qui menace fortement Kalinine dont il n'est plus qu'à 15 km et pour le 2ème Front de la Baltique qui progresse nettement sur la rive gauche de la Medveditsa.

    Le Front de Leningrad opère maintenant à l'ouest du réservoir de Rybinsk, éparpillant les unités allemandes qui lui font face. Le dispositif ennemi ne tient plus en place que grâce à la 2ème division parachutiste, pourtant largement éprouvée, les unités de la Luftwaffe qui l'entourent paraissant proches de la dislocation.

    Plus au nord, les Finlandais résistent un peu mieux, mais doivent poursuivre leur recul vers l'ouest sous les coups des unités de Markian Popov.



  9. #239
    Date d'inscription
    avril 2012
    Localisation
    A Vesoul, bien sûr !
    Messages
    228
    J'ai l'impression que le pmanque de mobilité handicape gravement l'armée rouge....
    Où en es-tu dans ton pool de véhicules ?
    Comprenez, une supposition que les Allemands reculent...Crac ! On est là !
    - Pour les empêcher de reculer ?
    - Non pour euh.......la t'naille, quoi.

  10. #240
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    Citation Envoyé par Chef Chaudard Voir le message
    J'ai l'impression que le pmanque de mobilité handicape gravement l'armée rouge....
    Où en es-tu dans ton pool de véhicules ?
    Le déficit est assez énorme mais je ne suis pas certain que ce soit un si gros handicap. Pour le moment, j'ai plus besoin de puissance que de mobilité, car en face il y a encore du lourd .
    Pour le moment, je cherche à gagner de bonnes bases de départ pourl'offensive d'été. On verra en juin-juillet s'il y a moyen de manoeuvrer .

Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages