Warning: Illegal string offset 'name' in [path]/includes/functions.php on line 6112
Yves le sympathique frontovik vs Don l'affreux prussien (Wite)
+ Répondre à la discussion
Page 25 sur 35
PremièrePremière ... 15 23 24 25 26 27 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 241 à 250 sur 341
  1. #241
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    Du 3 au 9 février 1944 :

    L’hécatombe se poursuit pour les officiers généraux soviétiques avec la disparition du commandant de la 53ème Armée, Mikhail Lukin, et son remplacement par Trifon Shevaldin.

    Autour de Konstantinovsky, au niveau du confluent entre le Don et le Donetz, les unités mobiles allemandes ne savent plus où donner de la tête pour combler des brèches qui apparaissent à plusieurs endroits. Conscient du danger qu'a entraîné la dislocation du faible dispositif qui faisait face à la 1ère Armée blindée, l'ennemi regroupe la Feldherrnalle, la 9ème PzD et la 5ème SSPzD pour lancer plusieurs violentes contre-attaques sur les Corps blindés de Rotmistrov et de ses camarades des 18ème et 19ème Armées. Les Soviétiques encaissent des coups sévères, avec la perte de 230 chars contre 30 aux Allemands.

    Tolbukhin etYushkevitch profitent de ce regroupement des forces ennemies à la jointure de leurs Fronts pour attaquer à leur tour. Sur la rive droite du Donetz, le premier lance ses chars et ses cavaliers vers le nord-ouest en direction de Kuybyshevo et bouscule facilement deux régiments de la 282ème ID. Le second attaque sur les deux rives du Donetz et parvient à encercler, mais de manière sans doute précaire, deux ID et la 16ème PzD.

    Sur la Tsymia, les Allemands sont incapables de résister à la poussée des 1er et 3ème Fronts ukrainiens. Malgré la présence de 2 PzD et 2 PzGr, l'ennemi doit reculer devant les troupes de Kozlov et Shaposhnikov et perd plus de 12000 hommes, 400 canons et 50 chars.

    Au sud-ouest de Stalingrad, les grosses unités allemandes se sont mises à l'abri sur la rive droite du Don. Sont présentes dans ce secteur la 1ère SS PzD, la GrossDeutschland, la 22ème PzD et la 25ème PzGr. Seule la 14ème PzD reste sur l'autre rive pour retarder de quelques jours la reconquête de Stalingrad. Cela permet au 2ème Front d'Ukraine d'avancer vers la ville qui n'est plus défendue que par deux DI roumaines. D'autres unités de Kuznetsov franchissent la Volga au nord de Stalingrad et repoussent les Roumains à l'intérieur de la ville.

    Le Front de Biélorussie, rebaptisé 1er Front de Biélorussie, atteint le Don à Ilovlinskaia et en amont, n'ayant plus devant lui que de l'infanterie, les blindés ennemis s'étant repliés sur l'autre rive du fleuve.

    Les troupes de Koniev reprennent leur souffle après leur forte activité des semaines précédentes et s'apprêtent à un nouveau bond en avant dans la direction de Boguchar.



    Alors que le 2ème Front de Biélorussie vient lentement s'intercaler entre les Fronts du Nord-Caucase et de l'Ouest, ce dernier bataille contre une forte opposition au nord de Tambov.

    Le 1er Front de la Baltique reprend son avance au nord-ouest de Moscou. Au sud de Povarovo, les 161ème et 267ème ID, pourtant fortement retranchées, sont écrasées par 8 Corps de fusiliers renforcés par 6 régiments de chars et 5 de chasseurs de chars et canons d'assaut, un Corps blindé et 5 divisions d'artillerie.

    Le Front du Volkhov est maintenant très proche de Kalinine. Devant Turginovo, 2 ID et la 25ème PzD ne peuvent rien face à 5 Corps de fusiliers renforcés eux aussi par 4 régiments de chars lourds et 6 régiments de chasseurs de chars et canons d'assaut, 2 Corps mécanisés, une division d'artillerie, une division et 2 brigades de lance-roquettes.

    L'avance conjointe du 2ème Front de la Baltique et du Front de Leningrad oblige les unités ennemies à abandonner leurs positions aux environs du réservoir de Rybinsk, par crainte d'être contournées puis encerclées. Les troupes de Markian Popov ont maintenant débouché des zones marécageuses au nord du réservoir et vont maintenant trouver un terrain plus favorable pour continuer leur progression vers l'ouest.



    Voici l'état des stocks début février 1944. Ces derniers sont bien garnis mais l'acheminement vers les premières lignes pose problème. On voit d'ailleurs le déficit en matériel de transport, problème structurel de l'Armée rouge (mais que je n'ai pas réussi à résoudre non plus, faut avouer ).



  2. #242
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    Du 10 au 16 février 1944 :

    Le froid intense n'empêche pas les Soviétiques de maintenir une forte pression sur des troupes de l'Axe obligées maintenant d'effectuer des replis préventifs afin de raccourcir leurs lignes ou de se mettre à l'abri derrière des rivières.

    L'ennemi a perdu tout espoir de se maintenir sur la rive droite du Don. Un peu en amont de Rostov, le 4ème Front d'Ukraine et le Front de Transcaucasie ont largement dépassé Konstantinovsky et le confluent avec le Donetz. Les Allemands contre-attaquent dés qu'ils en ont la possibilité, avec la présence dans le secteur de fortes concentrations blindées : 5ème SS PzD, Feldherrnhalle, 3ème, 9ème et 16ème PzD. Cela n'empêche ni Tolbukhin ni Yushkevich d'avancer vers l'ouest en direction de Stalino. Le 12 février, à hauteur de Shakhty, la 9ème PzD perd 20 de ses 140 chars face à l'assaut de 3 des Corps blindés de Rotmistrov et de 2 Corps de fusiliers de la 42ème Armée.

    Sous la pression des 1er et 3ème Fronts d'Ukraine, l'ennemi a reculé d'une trentaine de km vers l'ouest pour préserver l'intégralité de ses lignes de défense et s'abriter derrière la Chir. Il est serré de près par Kozlov et Shaposhnikov qui disposent maintenant d'un espace de 80 km de profondeur sur la rive droite du Don entre le Donetz et la Chir.

    La décision du commandement de l'Axe revient à abandonner Stalingrad de manière définitive, puisque les dernières unités allemandes encore en pointe de part et d'autre de Kalach sont maintenant derrière le Don. Seule la 321ème ID n'a pas encore traversé le fleuve. L'honneur de reprendre la ville reviendra au 2ème Front d'Ukraine dont le 8ème Corps de cavalerie de la Garde caracole dans les faubourgs ouest et isole dans les quartiers centraux les 1ère et 20ème DI roumaines.

    Libéré de la mission de reconquête de Stalingrad, le 1er Front de Biélorussie bifurque plein ouest et franchit lui aussi le Don au nord de Sirotinskaia. Il y disperse facilement quelques unités roumaines, dont la 1ère division blindée, placées là en mission de retardement.

    Le Front du Nord-Caucase menace d'éparpiller les défenses ennemies sur la Khoper et accentue son avance vers Boguchar. La présence des 7ème et 19ème PzD ne semble même plus suffisante pour corseter correctement une armée hongroise qui donne de sérieux signes de démoralisation. Les coups de boutoir des 2 armées blindées et des 2 armées de choc de Koniev sont terribles pour la 19ème PzD, qui ne compte guère plus de 50 chars, et pour la 7ème PzD, qui perd en un seul combat 25 de ses 130 blindés.L'aile droite de Koniev, avec les 39ème et 46ème Armées, a elle aussi enclenché la marche avant et avance en direction de Voronezh.

    Le Front de l'Ouest avance également et contraint par son activité l'ennemi à engager au nord de Tambov 3 PzD. L'une d'entre elles, la 1ère PzD, est d'ailleurs secouée le 14 février à 30 km de Tambov par 2 Corps blindés et 5 Corps de fusiliers lancés à l'assaut par Boudienny, ces derniers généreusement renforcés par plusieurs régiments de SU-122 et SU-85.



    Le 1er Front de la Baltique reprend Khimki, aux abords de Moscou, pas supplémentaire sur le chemin de la libération et du dégagement complet de la capitale.

    Les lignes allemandes s'étirent dangereusement au nord-ouest de la ville, puisque les soldats du Front du Volkhov campent sur la Lama au sud de Kalinine et sont sur le point d'atteindre cette dernière. Le 11 février, au sud de Turginovo, une unité ennemie nouvellement apparue dans le secteur, la 11ème SS PzGr, fait connaissance de manière douloureuse avec les troupes d'élite de Bagramyan, soit les 2ème et 3ème Corps mécanisés de la Garde et les 22ème et 31ème Corps de fusiliers de la Garde, ces derniers eux aussi largement renforcés par des chars lourds et autres canons d'assaut lourds et chasseurs de chars. L'ensemble bénéficiant du concours de la 1ère division de lance-roquettes de la Garde et de la 1ère brigade de lance-roquettes de la Garde, l'affaire ne fait pas un pli et les flamboyants Waffen-SS doivent, en compagnie des landsers de la 254ème ID, reculer piteusement à l'abri derrière la Lama, laissant bon nombre de leurs camarades et quantité de leur matériel sur la rive droite.

    Le 2ème Front de la Baltique avance le long de la Medveditsa, l'infanterie allemande n'étant pas en mesure de stabiliser la situation dans son secteur.

    Le Front de Leningrad, quant à lui, accélère le pas devant des Finlandais qui chancellent et des Allemands qui ne peuvent que limiter la casse. Les 5ème et 6ème Corps blindés de la Garde atteignent Pestovo après avoir mis en déroute une brigade finlandaise et sont à deux doigts de couper la retraite à la 2ème FjD et à la 15ème division de grenadiers SS. Les Finlandais doivent reculer sur le cours de la Chagodoscha, avec sur les talons la 7ème Armée indépendante dont les Corps de fusiliers leur taillent des croupières.



  3. #243
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    Du 17 au 23 février 1944 :

    Les efforts continus de l'Armée rouge depuis le début de l'hiver semblent maintenant porter leurs fruits, et l'ennemi semble prêt de lâcher prise en plusieurs endroits.

    La reconquête de Rostov n'est plus qu'une question de jours. Les forces de Tolbukhin bordent la ville qui n'est défendue que par un régiment de la 56ème ID, cependant fortement retranché dans la ville. Au nord de celle-ci, la 19ème Armée repousse lentement vers l'ouest l'infanterie allemande.

    Autour de Shahkty, le Front de Transcaucasie est confronté à de fortes concentrations blindées ennemies et subit quelques contre-attaques qui bloquent momentanément son avance.

    Entre Tatsinskaia et Morozovskaia, les 5ème (3ème Front d'Ukraine) et 6ème (1er Front d'Ukraine) Armées blindées font le ménage devant elles. La 1ère SS PzD est bousculée le 20 février par 2 Corps blindés et 3 mécanisés et perd une trentaine de chars. Kozlov et Shaposhinkov ont donné l'ordre d'avancer plein ouest en direction de Voroshilovgrad, le flanc droit couvert par le 2ème Front d'Ukraine.

    Ce dernier est à deux doigts de reprendre Stalingrad,dont seule la partie nord est encore occupée par une 1ère DI roumaine à l'agonie. La 20ème DI roumaine est quant à elle isolée en rase campagne au sud-ouest de la ville et promise à un très proche anéantissement.



    Le Front du Nord-Caucase effectue une avancée importante en faisant voler en éclats les défenses de l'Axe sur la Khoper. 3 Corps blindés et un Corps mécanisé franchissent la rivière après avoir délogé de la rive droite les Hongrois et la 19ème PzD. Cette dernière, de nouveau prise à partie dans son recul au nord de Boguchar, perd encore 7des 53 chars qui lui restaient.

    L'avance de Koniev vers l'ouest est couverte sur sa gauche par le 1er Front de Biélorussie qui s'échelonne sur la rive gauche du Don mais dont plusieurs Corps opèrent déjà sur l'autre rive.



    Le Front de l'Ouest progresse plus lentement, mais est maintenant en vue de Tambov.

    Le 1er Front de la Baltique avance encore au nord-ouest de Moscou et parvient devant Istra et Manikhino.

    Le Front du Volkhov démolit les défenses allemandes de la rive gauche de la Lama et arrive devant Kalinine, que l'ennemi a visiblement l'intention de défendre vigoureusement. Sont présentes dans le secteur, outre de nombreuses divisions d'infanterie, la 25ème PzD et la 5ème brigade motorisée SS.



    Le 2ème Front de la Baltique et le Front de Leningrad forment maintenant un front continu, après avoir fait leur jonction à 80 km à l'ouest du réservoir de Rybinsk. Si Matvei Popov doit marquer une pause, Markian Popov continue d'éprouver les défenses allemandes et finlandaises. Sandovo et Babaevo sont à portée de fusil, la Chagodoscha est atteinte et rien ne semble pouvoir arrêter le flot des quatre Armées du Front de Leningrad.



  4. #244
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    Du 24 février au 1er mars 1944 :

    La grande nouvelle de la semaine est la reconquête de Stalingrad, perdue durant l'été 1942 et enfin reprise aux fascistes. La 1ère DI roumaine, enfermée dans la ville, a préféré se rendre rapidement plutôt que d'être écrasée par les forces du 2ème Front d'Ukraine. La première unité ayant l'honneur d'entrer dans la ville est la modeste 348ème division de fusiliers, formée à l'automne 1943 sur l'Oural.

    Le 4ème Front d'Ukraine connaît une semaine difficile aux approches de Rostov. La 9ème PzD, la 25ème PzGr et de fortes concentrations d'infanterie malmènent les 18ème et 19ème Armées dont plusieurs Corps sont mis en déroute et se replient en désordre sur la rive gauche du Don. Les forces de Tolbukhin parviennent cependant à maintenir la pression sur l'ennemi, la 25ème PzGr étant elle-même bousculée à Novocherkassk par 3 Corps blindés et 3 Corps de cavalerie.

    Les combats les plus intenses se déroulent dans le secteur des 1er et 3ème Fronts d'Ukraine où les Soviétiques ont massé leurs meilleures unités. Les 3ème, 5ème et 6ème Armées blindées avancent inexorablement devant un ennemi qui ne peut que les retarder, mais non les arrêter. Les Allemands n'engagent en face d'elles que la 4ème PzD et les 16ème et 18ème PzGr, les grosses unités autour de la 5ème SS PzD se situant en face du Front de Transcaucasie, sur la rive droite du Donetz. Les troupes de Kozlov sont maintenant proches de la boucle du fleuve, alors que celles de Shaposhnikov sont en vue de la Kalitva.

    Le Front de Biélorussie élimine quatre zones fortifiées sur la rive droite du Don, autour de Serafimovitch. Le Front du Nord-Caucase évolue maintenant entre la Khoper, qu'il a nettement dépassée, et le Don, en approche de Boguchar. L'ennemi commence visiblement à être inquiet de la progression de Koniev, puisque plusieurs PzD viennent de faire leur apparition pour tenter de limiter la casse. Cela n'empêche pas les 2ème et 4ème Armées blindées et les 2ème, 4ème et 5ème Armées de choc de poursuivre leur avance et de secouer les 11ème, 13ème, 17ème et 19ème PzD qui tentent de leur barrer le passage. Le 28 février, devant Kazanskaia, les trois premières doivent reculer en désordre et laisser 120 de leurs 450 chars sur le terrain face à 4 Corps mécanisés, 3 Corps blindés et 2 Corps de cavalerie du Front du Nord-Caucase.



    Plus au nord, le reste des troupes de Koniev est bloqué devant la Vorona alors que le Front de l'Ouest continue de dégager les abords de Tambov.

    Le 1er Front de la Baltique chasse de Manikhino les 161ème et 267ème ID, détruisant au passage une zone fortifiée. Les unités d'appui formées de chars et canons d'assaut lourds donnent aux Corps de fusiliers de Joukov une force de pénétration supplémentaire face aux fortifications allemandes.

    Le Front du Volkhov dégage le terrain au sud de Kalinine, sur la rive gauche de la Lama. 3 de ses Corps de fusiliers et ses deux Corps mécanisés ont maintenant franchi la rivière et se préparent à l'assaut sur la ville.

    Sur la Medvedistsa, le 2ème Front de la Baltique cause de lourdes pertes à l'infanterie allemande, contrainte de reculer vers l'ouest.

    L'ennemi germano-finlandais ne peut se maintenir sur la Chagodoscha face au Front de Leningrad. Si les Allemands connaissent un certain répit en resserrant leurs lignes aux abords de Lesnoe, les Finlandais doivent de nouveau céder du terrain face à des Soviétiques qui approchent de Podborovye.



  5. #245
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    Du 2 au 8 mars 1944 :

    Une hausse très relative des températures ne tempère pas l'ardeur des Soviétiques qui poursuivent leur avance vers l'ouest malgré une très vive résistance des forces de l'Axe.

    Rostov est sur le point d'être reprise. Les Allemands font donner au nord de la ville des forces blindées conséquentes qui contre-attaquent durement les troupes du 4ème Front d'Ukraine. 1ère SS PzD, 22ème et 24ème PzD et GrossDeutschland ont souvent le dessus sur les blindés et la cavalerie de Tolbukhin qui poursuivent cependant leur progression. Peu à peu isolée, Rostov n'est plus défendue que par un régiment de la 56ème ID qui s'y est solidement retranché.

    Au carrefour de Shakhty, le Front de Transcaucasie a également affaire à forte partie avec la 5ème SS PzD, les 3ème, 14ème et 16ème PzD et la Feldnerrhalle. Il se contente de faire front, quitte à reculer provisoirement, afin de fixer là les forces ennemies et assurer la liaison avec les puissants 1er et 3ème Fronts d'Ukraine.

    Ces derniers et leurs trois Armée blindées peuvent avancer plus facilement, n'ayant devant eux que 3 PzGr et la 4ème PzD, toutes déjà très affaiblies. Les soldats de Kozlov et de Shaposhnikov démolissent ainsi les défenses allemandes sur une quarantaine de km de profondeur et atteignent puis dépassent la Kalitva au confluent de celle-ci et du Donetz. Une forte concentration d'infanterie ennemie, en position entre la Chir et la Kalitva et fixée par le 2ème Front d'Ukraine, est ainsi dépassée et contrainte à brève échéance à un repli significatif.

    Au nord de Boguchar, les Allemands semblent avoir pris la mesure de la gravité de la situation de leurs alliés hongrois devant l'avance du Front du Nord-Caucase. Les 5ème, 6ème, 7ème, 11ème, 13ème, 17ème et 19ème PzD, très affaiblies pour certaines d'entre elles, parviennent à se concentrer et à lancer quelques contre-attaques dévastatrices sur les pointes avancées de Koniev. Les Corps blindés et mécanisés ainsi que la cavalerie de ce dernier doivent momentanément céder du terrain dans des actions qui coûtent à la Wehrmacht 160 chars. Ce n'est d'ailleurs que partie remise puisque Koniev relance les assauts avec des unités fraîches qui bousculent à leur tour les panzertruppen qui perdent 150 chars supplémentaires. Cela amène les 3ème et 4ème Corps de cavalerie de la Garde du 1er Front de Biélorussie à 15 km du Don et de Boguchar.

    Ces actions permettent en outre à l'aile droite du Front du Nord-Caucase de bousculer au confluent Khoper-Vorona quelques divisions d'infanterie hongroise qui doivent reculer sous le choc, de même qu'en amont sur la Vorona une infanterie allemande livrée à elle-même et qui ne peut se maintenir sur la rive droite.



    Le Front de l'Ouest avance péniblement vers Tambov dont il n'est plus distant que de 15 km.

    Après la libération de Stalingrad, une nouvelle encore plus importante est sur le point de tomber. Après maints efforts, le 1er Front de la Baltique est parvenu à faire céder les défenses allemandes de la rive droite de la Moskowa, en amont de Moscou. Démarrant de Manikhino et Khimki, 5 Corps de fusiliers et un Corps blindé, aidés par 3 divisions d'artillerie, ont délogé de leurs positions les 106ème et 129ème ID et détruit une zone fortifiée. La partie ouest de Moscou, maintenant enserrée par les troupes de Joukov, n'est plus tenue que par la 87ème ID et est prête à tomber comme un fruit mûr.

    Joukov parvient également à avancer au nord d'Istra, dans la direction de Rzhev.

    Ce qui est vrai pour Moscou l'est également pour Kalinine, peu à peu isolée par le Front du Volkhov. Ce dernier a maintenant définitivement pris pied sur la rive gauche de la Lama, au sud de la ville, et s'apprête à avancer vers Rzhev ou Torzhok. La 197ème ID doit abandonner ses positions au nord-est de Kalinine, qui n'est plus défendue que par la 5ème brigade motorisée SS et déjà bordée par 4 des Corps de fusiliers de la Garde de Bagramyan.

    Le 2ème Front de la Baltique avance tranquillement vers Vysnhy Volochek, dans un rôle de fixation des forces allemandes.

    En effet, l'essentiel de l'offensive au nord de Moscou relève du Front de Leningrad qui atteint et dépasse la Chagodosha et expulse de Pestovo les forces de l'Axe qui s'y retranchaient.



  6. #246
    Date d'inscription
    janvier 2013
    Messages
    8
    Ton duel est toujours aussi passionnant à lire Yves le rouge!
    Néanmoins, afin d'avoir une meilleure appréciation des différents combats, ce serait bien que tu précises également tes pertes en plus de ceux des teutons!
    bon jeux!

  7. #247
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    Citation Envoyé par mikaschiste Voir le message
    Néanmoins, afin d'avoir une meilleure appréciation des différents combats, ce serait bien que tu précises également tes pertes en plus de ceux des teutons!
    Je ne donne pas beaucoup d'informations sur les pertes soviétiques qui sont, il est vrai, très lourdes, non pour des raisons de propagande , mais parce qu'elles n'ont plus grande incidence sur les opérations. Objectivement, c'est l'abondance, avec du matériel à ne plus savoir qu'en faire. Seule la mise en route est parfois laborieuse, le temps que la production monte en puissance : cela a été le cas avec les antichars de 57 et 76 mm comme maintenant avec les IS-2 et SU-85. Même problème lorsqu'un nouveau matériel en remplace un ancien présent en abondance, comme pour le T34/85. Mais une fois les dotations complètes, les stocks s'accumulent, quelle que soit l'intensité des combats. Voici les tableaux des pertes, de la production et des stocks soviétiques début mars 1944. Tout se joue maintenant selon la vitesse à laquelle s'usent les unités d'élite allemandes, et accessoirement la Luftwaffe.









  8. #248
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    Du 9 au 15 mars 1944 :

    Le 11 mars au soir, la nouvelle tant attendue par les Soviétiques tombe enfin sur Radio-Moscou : les quartiers de l'ouest de la capitale, sous contrôle ennemi depuis plus de deux ans, ont été repris par les troupes de Joukov. Les Allemands, dont les défenses à l'ouest de Moscou étaient sur le point de céder, avaient largement évacué l'agglomération, n'y laissant pour finir qu'une malheureuse zone fortifiée tenue par un effectif d'un demi-régiment. Le commandant du 1er Front de la Baltique, ne voulant rien laisser au hasard vu l'importance de l'opération, engageait à l'aube du 11 mars dans la libération de la ville 4 Corps et 2 divisions de fusiliers. Ces derniers avançaient rapidement devant une faible opposition et en une demi-journée, les soldats soviétiques finissaient par stopper leur avance devant les premières défenses ennemies situées en rase campagne sur la route de Kubinka.

    Cette excellente nouvelle n'est pas la seule puisque l'Armée rouge avance maintenant sur l'ensemble du front.
    Le 4ème Front d'Ukraine et le Front de Transcaucasie sont toujours bloqués aux abords de Rostov par la présence d'une dizaine d'unités d'élite de la panzerwaffe, dont la Feldherrnhalle et les 1ère et 5ème SS PzD. Tolbukhin et Yushkevich continuent cependant de rendre les coups puisque les Allemands perdent dans les combats plus de 120 chars.

    Les 1er et 3ème Fronts d'Ukraine, confrontés à une moindre opposition, franchissent la Kalitva malgré de vigoureuses réactions ennemies sur leurs flancs.Les 3ème et 5ème Armées blindées sont prêtes à avancer le long de la rive gauche du Donetz dans la direction de Voroshilovgrad, alors que la 6ème Armée blindée s'est légèrement décalée vers le sud pour se placer dans leur sillage, flanc gauche protégé par le Donetz et flanc droit par l'infanterie des 1er et 2ème Fronts d'Ukraine.

    Alors que le 1er Front de Biélorussie avance aisément sur la rive droite du Don, confronté uniquement à des troupes roumaines et hongroises placées en premier rideau, sur l'autre rive, l'ennemi semble ne plus avoir les moyens de stopper la progression du Front du Nord-Caucase qui remonte le fleuve vers Voronezh. Les divisions blindées allemandes sont elles-mêmes prises dans la tourmente puisque du 9 au 15 mars, les troupes de Koniev remportent des succès face aux 6ème, 7ème, 11ème, 13ème, 19ème et 23ème PzD. L'ennemi perd dans ces affrontements la bagatelle de 240 chars.

    Pour l'anecdote, le 2ème Front de Biélorussie de Purkaev remporte sa première victoire à 60 km au sud-est de Tambov. 2 Corps mécanisés de la 70ème Armée et une division d'artillerie bousculent la 292ème ID.

    Le Front de l'Ouest arrive devant Tambov après avoir repoussé quelques régiments allemands qui stationnaient en avant de la ville. Les troupes de Boudienny se paient même le luxe de battre à 75 km au nord-ouest de la ville la 18ème PzD qui doit reculer en compagnie de la 253ème ID face aux assauts de 6 Corps de fusiliers et de leurs désormais inséparables régiments de chars et canons d'assaut, régiments au nombre de 12 dans cette opération.



    Comme on l'a vu précédemment, le 1er Front de la Baltique libère Moscou de manière définitive. Les troupes de Joukov avancent également sur la route de Rzhev et reprennent Istra. Elles ont ordre de progresser droit vers l'ouest, sans s'occuper de la situation de leur flanc gauche, sur lequel Joukov espère que les défenses ennemies vont se distendre au-delà du raisonnable.

    Le Front du Volkhov regroupe une partie de ses forces sur la Lama devant l'arrivée dans ce secteur des 2ème et 3ème SSPzD arrivées à la rescousse de la 11ème SS PzGr, durement étrillée auparavant par les troupes de Bagramyan. Ce dernier enregistre cependant un succès retentissant avec la libération de Kalinine, la 1ère brigade motorisée SS étant incapable de tenir la ville face aux 3 Corps de fusiliers de la Garde, à la divisions d'artillerie et aux 2 brigades de lance-roquettes qui l'en délogent.

    Pour la première fois, le 2ème Front de la Baltique parvient à avancer sur un front de 50 km de large dans la direction de Vyshny Volochek.

    Quant au Front de Leningrad, il poursuit imperturbablement son avance vers l'ouest et est sur le point de reprendre Kabozha aux Allemands et Podborovye aux Finlandais, ces derniers paraissant à l'agonie et sans doute ravis de n'avoir devant eux aucune Armée blindée capable d'exploiter les brèches qu'ils ont le plus grand mal à combler..



  9. #249
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    Du 16 au 22 mars 1944 :

    Alors que les températures deviennent peu à peu plus douces, l'Armée rouge, pour la fin de sa campagne d'hiver, accentue sa pression sur un ennemi qui donne de plus en plus de signes de faiblesse.

    Au nord de Rostov, le 4ème Front d'Ukraine et le Front de Transcaucasie ne peuvent avancer, toujours bloqués par la présence de fortes concentrations blindées allemandes. Quelques signes montrent cependant la faiblesse de certaines unités ennemies après plusieurs mois de combats ininterrompus. Le 18 mars, dans les envisons de Rostov, les troupes de Tolbukhin bousculent une 24ème PzD qui ne compte plus que... 57 chars et en perd la moitié dans la journée.

    Un peu plus au nord, la 1ère Armée blindée contraint au recul la Feldherrnhalle et la 3ème PzD qui perdent 30 des 130 chars qui leur restaient.

    Le 3ème Front d'Ukraine poursuit sa progression au-delà de la Kalitva, mais malgré ses efforts, il ne parvient pas à percer. Le même constat peut être fait pour les 1er et 2ème Fronts d'Ukraine entre la Kalitva et la Chir, où l'ennemi, bien que très sérieusement malmené, ne craque pas et parvient à maintenir un front cohérent.

    Le 1er Front de Biélorussie effectue un balayage systématique des deux rives du Don à partir du confluent avec la Khoper. Il repousse devant lui des unités hongroises et roumaines à bout de souffle.

    Les succès les plus importants sont encore le fait du Front du Nord-Caucase, devant lequel la résistance de l'ennemi s’effiloche de jour en jour. Koniev avance de plus de 50 km vers la Bityug en repoussant devant lui des infanteries hongroise et allemande à l'agonie. Au milieu de cette tourmente, les 7ème (moins de 60 chars restants) et 20ème PzD sont elles aussi ballottées et reculent largement vers l'ouest.Plus au nord, les troupes de Koniev dépassent la Vorona et sont proches d'atteindre la Karachan.

    Le Front de l'ouest continue de batailler aux abords de Tambov. Plutôt de d'attaquer la ville de front, Boudienny appuie au nord de celle-ci, avec la prise de Sosnovka et une poussée vers la Voronezh.



    Le 1er Front de la Baltique s'empare de Zvenigorod et poursuit son avance en direction de Rzhev. Rien ne semble pouvoir arrêter la progression des troupes de Joukov, qui constate par ailleurs avec satisfaction que les Allemands s'accrochent à leurs positions sur son flanc gauche, très loin au sud-est de Moscou.

    Le Front du Volkhov avance en éventail, à la fois vers Rzhev et vers Torzhok. Sur la Lama, la 3ème SS PzD fait les frais de l'allant des soldats de Bagramyan. Les Waffen-SS, attaqués par 4 Corps de fusiliers auxquels sont rattachés de nombreux régiments blindés, 2 Corps mécanisés et une artillerie surpuissante, sont refoulés sur la rive gauche, perdant au passage une vingtaine de chars.

    Le 2ème Front de la Baltique avance lentement vers Vyshny Volochek, alors que le Front de Leningrad est à deux doigts de se retrouver en terrain libre après une violente attaque à mi-chemin entre Podboroye et Kabozha, attaque que des Finlandais au bord de l'effondrement n'ont pu parer. Un seul régiment d'infanterie finlandais barre la route vers l'ouest aux 3ème et 6ème Corps blindés de la Garde en pointe du corps de bataille de Markian Popov.



  10. #250
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 792
    Du 23 au 29 mars 1944 :

    La fin de la campagne d'hiver de l'Armée rouge met en évidence la situation de plus en plus précaire des défenses de l'Axe, qui doit partout céder du terrain.

    Malgré une vive opposition, le 4ème Front d'Ukraine grignote du terrain au nord de Rostov que l'ennemi n'est toujours pas décidé à abandonner, même s'il ne pourra s'y maintenir très longtemps. Le 28 mars, la 22ème PzD doit reculer devant 3 Corps blindés et les 12ème et 13ème Corps de cavalerie de la Garde. L'unité allemande perd dans l'affrontement 12 des... 26 chars qui lui restent. Sa valeur combattante équivaut maintenant à celle d'une division de campagne de la Luftwaffe.

    Heureusement pour les Allemands, d'autres unités maintiennent des dotations plus élevées, comme la 24ème PzD, elle aussi battue le même jour au nord-ouest de Rostov ou la 14ème PzD, la 1ère SS PzD, la Feldherrnhalle ou la GrossDeutschland qui opèrent à une cinquantaine de km plus au nord et résistent mieux face au Front de Transcaucasie.

    Au nord de la boucle du Donetz, la 3ème Armée blindée est durement contre-attaquée par un groupe de combat ennemi qui comprend les 4ème et 16ème PzD et la 5ème SS PzD. En deux assauts victorieux, les Allemands perdent tout de même 140 chars, contre 130 pour les Soviétiques. Katukov parvient à se maintenir sur la rive droite de la Kalitva, alors qu'un peu plus au nord, la 6ème Armée blindée prend le relais pour élargir le front d'attaque vers Voroshilovgrad.

    Entre Kalitva et Chir, le 2ème Front d'Ukraine sécurise le flanc droit soviétique en avançant de 30 km vers le nord-est, face il est vrai à des unités d'infanterie allemandes et roumaines. Durant ces combats, Kuznetsov doit déplorer la mort de Kolpakchi, remplacé à la tête de la 69ème Armée par Nikolai Krylov.

    L'ennemi abandonne peu à peu la boucle du Don, presque toutes ses unités s'étant repliées derrière la Chir. Alors que quelques unités se contentent de jouer les voitures-balais dans la boucle du fleuve, l'enfer se déchaîne sur la rive gauche au nord-ouest de Boguchar, le Front de Biélorussie s'étant joint à celui du Nord-Caucase pour démolir les défenses de l'Axe qui barrent la route de Voronezh. Sur un front d'attaque d'une largeur de 150 km, Sokolovsky à gauche et Koniev à droite mettent en pièces les unités allemandes et hongroises qui leur font face. Les 13ème, 19ème et 7ème PzD doivent également reculer au milieu des nuées de chars soviétiques. La dernière citée passe à la moulinette, devant retraiter sur près de 50 km et étant réduite à 37 chars sur les 70 qu'elle comptait encore une semaine auparavant. Elle doit d'ailleurs abandonner la Bityug peu après l'avoir franchie, talonnée de près par le 7ème Corps mécanisé de la Garde qui établit une tête de pont sur la rive droite. Entre la Karachan et la Savala, les troupes de Koniev avancent de 50 km vers le nord-ouest et placent dans une situation difficile la 335ème ID et les 7ème et 17ème DI hongroises.

    Même le poussif Front de l'ouest commence à sérieusement étirer les défenses ennemies au nord-ouest de Tambov, atteignant les sources de la Voronezh.



    À l'ouest et au nord-ouest de Moscou, la situation des Allemands n'est guère plus brillante. Le Front de la Baltique opère sur la rive droite de la Moskowa en amont de Moscou et sur la rive gauche, ses avant-gardes atteignent Ruza et Volokolamsk. Au nord de la localité, la 2ème SS PzD est battue par 5 des Corps de fusiliers et 3 des divisions d'artillerie de Joukov.

    À la suite de ce recul, la 3ème SS PzD et la 11ème SS PzGr, collées à la Lama, se retrouvent en mauvaise posture, en l'air sur leurs deux flancs, l'infanterie en position sur leur gauche ayant complètement cédé face aux coups de boutoir du Front du Volkhov. Ce dernier a maintenant débarrassé de toute unité ennemie la rive droite de la Volga en amont de Kalinine.

    Le 2ème Front de la Baltique est maintenant à 80 km de Vyshny Volochek.

    Le Front de Leningrad atteint Kabozha et, une fois n'est pas coutume, encercle par une manœuvre en tenaille des 3ème, 4ème et 5ème Corps blindés de la Garde et des 5ème et 10ème Corps mécanisés la 4ème brigade motorisée SS.



Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages