Warning: Illegal string offset 'name' in [path]/includes/functions.php on line 6112
L'histoire officielle de la grande guerre patriotique (AAR WITE)
+ Répondre à la discussion
Page 2 sur 17
PremièrePremière 1 2 3 4 12 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 11 à 20 sur 170
  1. #11
    Date d'inscription
    avril 2012
    Localisation
    A Vesoul, bien sûr !
    Messages
    228
    C'est vrai que le meilleur est à venir !
    Comprenez, une supposition que les Allemands reculent...Crac ! On est là !
    - Pour les empêcher de reculer ?
    - Non pour euh.......la t'naille, quoi.

  2. #12
    Date d'inscription
    avril 2012
    Localisation
    A Vesoul, bien sûr !
    Messages
    228
    Semaine du 2 Avril 1942
    Les météorologues de la Stavka l'avaient anticipé. Le dégel est arrivé, et l'URSS, de la Carélie à la mer Noire, se transforme en un océan de boue.
    Se mouvoir dans de telles conditions relève de l'exploit, et les opérations sont complètement figées. Cette pause opérationnelle permet de tirer un bilan de la campagne d'hiver...

    La carte de situation générale du front permet de tirer un bilan de la campagne hivernale.




    Au Nord, les nationalistes bourgeois finlandais ont été repoussés en Carélie. Ils sont hors de combat pour le moment et ne manifestent plus de velléités offensives. Le front de Leningrad peut se permettre de passer à une stricte défensive dans ce secteur.
    Le long du Volkhov, et à l'est du lac Ilmen, de furieux combats d'attrition ont eu lieu, mais les lignes n'ont pratiquement pas bougé. On se croitrait revenu au temps de la guerre impérialiste de 1914-17. Mais les troupes du front du Volkhov se sont fortement aguerries, et elles sont considérées comme solides par la Stavka.

    Entre Vishny Volochek et Kalinine, les fronts du Nord Ouest et de Kalinine ont bien progressé, mais les lignes forment un saillant devant Thorzok, que l'ennemi va être tenté de réduire. Il n'est pas sûr que l'arméee rouge ait les capacités de se fortifier suffisamment dans ce secteur, où l'on a identifié le LVI panzerkorps commandé par l'aristocrate prussien von Manstein.
    Devant Moscou, les fronts de Kalinine et de l'Ouest n'ont pu que repousser frontalement l'ennemi à une centaine de kilomètres de la capitale soviétique. En particulier, le point clé de Rjev est toujours aux mains de l'ennemi. La capitale est toujours menacée, et la Stavka est contrainte d'y masser ses meilleures troupes.
    Le Front de Briansk est resté inactif. Il avait face à lui des troupes excellement retranchées. Les assauts frontaux n'ont rien donné, à part quelques modifications de détail.
    Plus au sud, le front de Voronej a écarté la menace fasciste sur cet important centre de production aéronautique.
    Mais dans le Donbass, les bandits allemands, massant l'essentiel de leurs forces blindées, ont pu passer à l'offensive. Ils ont atteint le Donets, ainsi que l'embouchure du Don. Par contre, ils n'ont pas progressé en Crimée, où l'armée Côtière fait peser une menace sur leurs arrières.
    L'état-major est dans l'expectative....
    La Stavka attend une offensive d'été de grand style de la part de l'ennemi, mais il est difficile de deviner ses intentions. Nos avions de reconnaissance sont trop peu nombreux pour pouvoir percer efficacement le dispositif ennemi. La Stavka a identifié trois possibilité :
    1 - Une tentative de pincement du saillant de Thorzok. Cette région n'est pas stratégique, et, en manœuvrant habilement, il devrait être possible de s'en extraire en cas de manœuvre ennemie visant à l'encercler.


    2 - Une attaque frontale devant Moscou. Les fortifications devant la capitale doivent être poussées avec énergie. Une puissante réserve blindée est en train de se constituer à l'est de la capitale, mais elle ne sera peut-être pas prête à temps.
    3 - Une attaque dans le sud : c'est la solution qui offre le plus de possibilités à l'ennemi, qui peut, soit border la Volga à Stalingrad, soit tenter l'invasion du Caucase pour mettre hors services les installations pétrolières de Maikop, Groznyi et Bakou. Dans la première hypothèse, deux armées de réserves sont stationnées à l'Est du Don devant Stalingrad et se fortifient activement. Dans le deuxième cas, le front transcaucasien en cours de formation, prépare des lignes de résistance successives au sud du bas Don.
    A Taganrog, les divisions encerclées résistent avec héroïsme face aux chacals fascistes, aidés de leurs alliés fantoches roumains. La Stavka a ordonné aux troupes de résister jusqu'à la dernière extrémité, pour retenir un maximum de divisions ennemies.



    La production aéronautique est satisfaisante. Les appareils modernes comme le Yak7 commencent à entrer en service. Les terribles avions d'attaque au sol Sturmovik sortent en masse des usines de Voronej. La production de blindés est satisfaisantes, mais nous sommes à flux tendu pour l'artillerie en général.



    Les réserves en hommes et véhicules ne donnent pas lieu à inquiétude. La situation critique de l'automne 41 semble jugulée, et l'armée rouge, sous la sage direction du camarade Staline, le meilleur ami des soldats et des ouvriers, se forge pour la victoire finale !
    Comprenez, une supposition que les Allemands reculent...Crac ! On est là !
    - Pour les empêcher de reculer ?
    - Non pour euh.......la t'naille, quoi.

  3. #13
    Date d'inscription
    avril 2012
    Localisation
    A Vesoul, bien sûr !
    Messages
    228
    Semaine du 9 Avril 1942
    Le terrain est épouvantable. Les deux armées se font face dans un océan de boue.
    Les opérations se réduisent à quelques patrouilles. Les pertes s'en ressente : elles sont plutôt faibles. Les services du GRU estiment les pertes ennemies à seulement 8600 hommes, 330 canons, et 41 blindés. Quant au pertes soviétiques, elles n'ont jamais été aussi faibles avec 41761 hommes, 740 canons et 13 blindés. Les opérations aériennes sont également au ralenti avec 15 avions allemands abattus, contre 57 soviétiques.
    L'armée rouge en profite pour se renforcer, les effectifs augmentent de 1,39%, le nombre de canons de 1,19%. L'augmentation est plus faible concernant les blindés (0,67%) et les avions (0,81%).
    Le front est resté parfaitement statique depuis la semaine dernière. La Stavka en profite pour réorganiser les unités les plus éprouvées. 32 divisions sont en cours de réorganisation aux arrières du front, en attendant de rmeonter en ligne. Elles y rmeplaceront les unités usées. Cette noria permet de garder une force défensive conséquente, et dissuade l'ennemi de tenter quoi que ce soit.


    La météo ne décourage pas nos valeureux partisans qui ont mené 14 attaques contre les voies de communications de l'envahisseur, perturbant ainsi son ravitaillement.

    Côté réserves, six corps blindés relevant de la Stavka sont à l'instruction. il faudra encore plusieurs semaines avant de les engager. On ne transforme pas des conducteurs de tracteurs en tankistes en quelque jours...

    La 53° Armée, commandée par le général Tchouikov, est en cours de formation dans la région de Voronej. Deux divisions de cavalerie et deux divisions de fusiliers sont arrivées en renfort.


    La Stavka profite également de cette pause opérationnelle pour moderniser les unités.

    Dans les VVS, les régiments échangent leurs vieux appareils d'avant guerre contre des modèles rutilants juste sortis des usines...
    La nouvelle armée rouge est en cours de constitution !

    Dans les forêts de Biélorussie et de Russie centrale, les héroïques partisans harcèlent l'ennemi...
    Comprenez, une supposition que les Allemands reculent...Crac ! On est là !
    - Pour les empêcher de reculer ?
    - Non pour euh.......la t'naille, quoi.

  4. #14
    Date d'inscription
    avril 2012
    Localisation
    A Vesoul, bien sûr !
    Messages
    228
    Semaine du 16 Avril 1942
    Le temps se réchauffe, le printemps est de retour, et avec lui, la terrible saison des routes liquides...


    Par ces circonstances, peu d'opérations à signaler, et les pertes sont à l'avenant. Seulement 10000 ennemis mis hors de combat, avec 250 canons, 20 blindés et 12 avions détruits. Côté soviétique, le bilan est moins flatteur avec 45000 pertes humaines, 740 canons, 13 blindés et 57 avions détruits.
    Dans le saillant de Torzhok, les troupes se fortifient avec frénésie, en attendant l'attaque ennemie qui devrait arriver dès les beaux jours.


    A l'Est de Koursk, la 57° Armée tente de profiter de la situation logistique défaillante de l'ennemi pour lancer une offensive limitée. Le régiment d'élite "Gross Deutschland" est repoussé et laisse 200hommes, 5 canons et un char dans l'affaire.
    Plus au sud, la 23° Armée connait moins de réussite dans une attaque locale contre la 167. ID. Le résultat est tout aussi infructueux pour la 49° armée, face à la 298. ID.


    Devant Rostov, les VVS lancent une attaque au sol contre la faible 9° brigade de cavalerie roumaine, avedc l'intention de l'attaquer pour ré-ouvrir la poche de Taganrog. Mais ce raid ne donne rien, les pertes sont minimes chez les roumains.

    Même les partisans manquent de ressort, seulement 4 attaques de voies ferrées à signaler cette semaine. Pourtant, 30 missions de ravitaillement de partisans ont été accomplies. Les effectifs de partisans sont estimés avec toute l'incertitude d'usage, à 33000 hommes. Régulièrement, des groupes d'agents du NKVD sont parachutés derrière les lignes ennemies pour les encadrer.
    10 corps de tanks ont été formés, mais leur expérience est encore très faible, et ils doivent encore s'instruire pour avoir une chance d'affronter avec succès les Pzdiv ennemies.


    Cette semaine, l'Etoile Rouge, le journal des forces armées, a mis à l'honneur le 158° régiment de chasse, équipé de Yak1, et titulaire de 72 victoires homologuées. Le célèbre correspondant de guerre Vassili Grossman a publié un article émouvant sur les jeunes faucons de Staline de ce régiment d'élite.

    Vassili Grossman, correspondant de guerre pour Krasnaïa Zvezda, en mission auprès du front du Sud Ouest.
    Comprenez, une supposition que les Allemands reculent...Crac ! On est là !
    - Pour les empêcher de reculer ?
    - Non pour euh.......la t'naille, quoi.

  5. #15
    Date d'inscription
    avril 2012
    Localisation
    A Vesoul, bien sûr !
    Messages
    228
    Semaine du 23 Avril 1942
    Les semaines se suivent et se ressemblent. La raspoutitza règne de la Carélie à la Mer Noire. Les opérations sont réduites à leur strict minimum : activité de patrouilles, reconnaissance, sabotage du dispositif ennemi.
    La Stavka a envoyé à chaque front une note exigeant la capture de prisonniers ennemis. Devant les difficultés de notre aviation de reconnaissance à percer le dispositif adverse, l’obtention de langues doit être une priorité. Cet ordre a été bien reçu, mais l'armée rouge n'a capturé aucun prisonnier !
    Par contre, les partisans se réveillent. 14 action de sabotage sont à mettre à leur compte, principalement dans la région de Dnepropetrovsk/Zaporoje. Ceci devrait entraver sérieusement le ravitaillement du groupe d'armée sud ennemi, le plus menaçant à court terme. deux autres attaques d'envergure ont eu lieu au sud est immédiat de Leningrad.


    Le saillant de Torzhok est progressivement garni par des unités de la réserve de la Stavka (1° et 4° armées de choc, 33° et 39° armées). Elles viennent épauler les 11°, 31° et 54° armées du front du Nord Ouest, ainsi que la 22° armée du front de Kalinine. Les frontoviki sont transformés en terrassiers, mais le terrain gluant ne leur facilite pas la tâche.
    Dans la région de Koursk, les VVS ont mené plusieurs raids de bombardement contre l'ennemi, sans grand succès.


    Le long du Donets, la 26° armée a lancé deux attaques locales contre le 7° corps roumain et le corps expéditionnaire italien, sans succès.
    A Voronej, la 53° armée est maintenant opérationnelle, de même que la 59° armée le long du Don, au nord de Stalingrad.


    Au sud du bas Don, le front du Transcaucase se place en deuxième ligne, avec pour mission d'élaborer une ligne fortifiée de protection du Caucase. Mais le terrain est plat comme la main, et la tâche est difficile.

    Dans leur travaux, les frontoviki du front transcaucasien utilisent les bêtes de somme locales...
    Comprenez, une supposition que les Allemands reculent...Crac ! On est là !
    - Pour les empêcher de reculer ?
    - Non pour euh.......la t'naille, quoi.

  6. #16
    Date d'inscription
    avril 2012
    Localisation
    A Vesoul, bien sûr !
    Messages
    228
    Semaine du 30 Avril 1942

    La raspoutitza continue à paralyser toute activité. L'ennemi a selon les renseignements du GRU, eu à déplorer la perte de 9000 hommes, 284 canons, et 11 blindés, essentiellement lors d'accrochages locaux.
    De notre part, nous avons souffert de 48000 pertes, 710 pièces d'artillerie et 32 blindés. Mais ce pertes légères (pour l'armée rouge), sont facilement compensées par une industrie de guerre qui tourne maintenant à plein régime. Les ouvriers stakhanovistes se donnent corps et âme à la cause du parti et de la patrie soviétique...

    Très peu d'activités à signaler.


    Profitant de la situation logistique délicate de l'ennemi, la 49° armée se lance à l'assaut de la 298. ID ennemie, près de Stary Oskil, mais en pure perte.


    Le long du Donets, la 26° Armée se lance une fois de plus à l'attaque de la 7° DI roumaine, ainsi que de la 9° DI italienne "Pasubio". Mais là encore, les résultats sont nuls.


    Dans le secteur de Rostov, les VVS harcèlent les troupes roumaines qui font obstacle entre le front de Crimée et les divisions de la poche de Taganrog, afin de monter une offensive dans cette direction.


    Anticipant une offensive ennemie vers la grande cité industrielle de Stalingrad, la Stavka a positionné les 59° et 42° armées, ainsi que plusieurs divisions et brigades indépendantes le long du Don. Elles sont chargées d'y construire de puissantes fortifications pour infliger un coup d'arrêt décisif à l'ennemi en cas d'offensive contre la ville de Staline.
    9 attaques de partisans ont été recensées par le NVKD, dans les régions de Leningrad, de Novgorod, Velikie Luki et Zaporoje, principalement.
    Le temps se met au beau, et bientôt les chemins devraient s'assécher. Il est vraisemblable que l'ennemi, certes affaibli durant l'hiver, va lancer une offensive de grand style, en espérant abattre la patrie des travailleurs. Mais les réserves sont en place, et le moral des frontoviki est au plus haut, grâce au zèle de leurs commissaires politiques...


    Le camarade Staline tient bon la barre !
    Comprenez, une supposition que les Allemands reculent...Crac ! On est là !
    - Pour les empêcher de reculer ?
    - Non pour euh.......la t'naille, quoi.

  7. #17
    Date d'inscription
    avril 2012
    Localisation
    A Vesoul, bien sûr !
    Messages
    228
    Semaine du 7 Mai 1942

    Le temps s'est mis au beau, et, comme le craignait la Stavka, la Wehrmacht se lance dans une offensive tous azimuts. Aucun secteur du front n'est épargné, et les stratèges soviétiques ont du mal à discerner le schwerpunkt de l'ennemi.


    Le long du lac Ladoga, la 55° Armée est attaquée par une division allemande et deux divisions finlandaises, mais elle résiste. La Stavka exige une contre-attaque, et la 12° région fortifiée ennemie est pulvérisée. Mais le manque de mobilité de nos forces empêche de pousser l'avantage.
    Devant Bugodosh, 3 corps allemands font retraiter les 8° et 60° armées.


    Comme on pouvait s'y attendre, le saillant de Torkhok est attaqué au nord et au sud par les XXXXI° et XXXIX° panzer korps. Les 1° et 4° armées de choc, la 33° armée, ainsi que la 22° armée du front de Kalinine sont obligées de retraiter. La face Ouest du saillant n'est pas attaquée, mais il est clair qu'il faut songer à l'évacuer dans l'ordre si possible.
    Dans le secteur du front de Kalinine, les 29° et 40° armées cèdent du terrain, mais une violente contre attaque de la 29° armée rejette le 3° régiment de chasseurs de la Luftwaffe en arrière.
    Le front de l'Ouest résiste vaillament aux agressions de l'ennemi.
    Sur le balcon du Donets, le front du sud ouest se rue à l'assaut des divisions fantoches hongroises, italiennes et roumaines pour tenter un enveloppement des troupes ennemies massées le long du Don. Les 6° et 26° armées enfoncent les positions ennemies, mais ne peuvent pousser leur avantage.


    Le long du Don, les 12° et 60° armées attaquent avec bravoure les troupes mécanisées de l'ennemi, mais cette attaque ne donne rien pour le moment. La plus grave nouvelle est la chute de Rostov sur le Don. Attaquée par 5 divisions blindées d'élite, la 56° armée n'a pu tenir la ville.


    Autour de Taganrog, les héroïques soldat rouges, encouragés par leurs commissaires, se ruent à l'assaut des troupes germano-roumaines.
    A Taganrog, les 3 divisions encerclées se battent à un contre dix, au milieu des ruines de la ville. Mais le port est toujours utilisable pour leur ravitaillement. Les furieux assauts fascistes échouent devant la détermination des soldats encerclés.


    Les journaux américains rendent hommage aux exploits de l'armée rouge.

    Les attaques ennemies ne donnent rien en Crimée.
    La Stavka est en train de constituer de solides réserves. La 62° armée est en formation à Tambov. Treize corps de tansks sont à l'instruction.
    L'ennemi a pour le moment deux objectifs, le saillant de Torzhok, et le sud du front. Mais nous ne sommes plus en 41, et l'armée rouge rend coup pour coup, souvent avec succès. Les allemands sont obligés de protéger leur flancs à l'aide des troupes de leur misérables alliés, et cela causera leur perte !!!
    Comprenez, une supposition que les Allemands reculent...Crac ! On est là !
    - Pour les empêcher de reculer ?
    - Non pour euh.......la t'naille, quoi.

  8. #18
    Date d'inscription
    avril 2012
    Localisation
    A Vesoul, bien sûr !
    Messages
    228
    Semaine du 14 Mai 1942
    De violentes pluies se sont à nouveau abattues, et le tchernoziom est redevenu quasiment liquide. La sanction est immédiate, les opérations stagnent de nouveau, ce qui n'est pas pour déplaire à la Stavka. Ceci devrait apporter, sinon un coup d'arrêt, mais au moins une pause salutaire dans l'offensive allemande.
    Les pertes sont néanmoins élevées au vu de la faible activité : 16000 hommes, 350 canons, 71 blindés et 43 avions manquants chez l'ennemi, contre 48000 hommes, 754 canons, 35 blindés et 124 aéronefs pour l'armée rouge.
    Les positions n'ont pour ainsi dire pas évolué.
    Tentant de profiter des difficultés logistiques ennemies, la 21° armée (front de Voronej), tente une attaque locale contre le XXIV panzer korps, en pure perte.
    Seulement 6 attauqes de partisans sont à signaler. Ce n'est pas come cela que l'on va entraver les mouvements des fascistes. Une remotivation de l'état major des partisans est à l'ordre du jour.


    15 corps de tanks ont déjà été formés, mais ils manquent dramatiquement d'expérience. Les kolkhoziens conducteurs de tracteurs et autre moissonneuses batteuses ne deviennent pas des bons tankistes du jour au lendemain.


    Quelques généraux arrivent à se mettre en valeur. Le général Sobennikov, commandant la 8° Armée, est promu lieutenant général.
    Par contre, la Stavka sait châtier les incompétents. Le général Sokolovski, commandant le front de Crimée, est puni de son inaction. Mais le camarade Staline est devenu plus coulant. Il ne sera pas fusillé, ni même envoyé au Goulag. Il est remplacé par un chef en qui le vojd a toute confiance : son vieux camarade de la guerre civile Semion Boudienny.
    La reconnaissance aérienne est quasiment inexistante. La Stavka n'arrive pas à identifier où se trouvent les forces blindées ennemies, et donc, où se produira le coup de massue prévisible de la Wehrmacht.


    Dans les usines de l'Oural, la production aéronautique bat son plein (en particulier pour les avions d'assaut Sturmovik.


    Pour les blindés, c'est aussi satisfaisant.


    L'armée rouge de la victoire se forge dans les monts de l'Oural ! Des chars KV1 sont à l'assemblage dans l'usine géante de Tcheliabinsk, surnommée "Tankograd".
    Comprenez, une supposition que les Allemands reculent...Crac ! On est là !
    - Pour les empêcher de reculer ?
    - Non pour euh.......la t'naille, quoi.

  9. #19
    Date d'inscription
    avril 2012
    Localisation
    A Vesoul, bien sûr !
    Messages
    228
    Semaine du 21 Mai 1942

    La météo de ce printemps 42 est capricieuse. Le temps est de nouveau au sec, et l'ennemi en profite pour relancer son offensive, contre les positions soviétiques. Les pertes ennemies s'élèvent à 27000 hommes, contre 75000 soldats soviétiques.


    Sur les rives du lac Ladoga, l'attaque germano finlandaise échoue face à une défense rageuse de la 55° armée, qui contre attaque, et extermine la 285° division de sécurité.
    Face au front du Volkhov, les attaques du XXVII corps ennemi échouent devant les 8°, 60° et 41° armées.
    Devant le front nord ouest, la 48° armée tente de repousser le XXXVIII corps allemand, en vain.


    Dans le saillant de Torzhok, les troupes soviétiques sont copieusement bombardées par la Luftwaffe. 11 avions ennemis sont abattus contre 12 soviétiques. L'évacuation du saillant se poursuit sans panique. A l'extrème ouest du saillant, 3 divisions de la 31° armée sont laissées en bouchon, et en mission de sacrifice. C'est une armée Panzer au complet qui se déchaine contre nos positions.
    Devant Rjev, la 38° armée met en échec la 8° division de chasseurs. A l'ouest de Borodino, les attaques soviétiques ne donnent rien de notable.


    Au nord de Koursk, face au front de Briansk, les attaques fascistes se heurtent à la défense féroce des 37° et 57° armées. Le camarade Reiter, qui commande la 57° armée, a été promu colonel général pour ses exploits.


    Le tout nouveau colonel général Maks Andreievitch Reiter


    Sur le balcon du Donets, la 26° armée inflige un sérieux revers aux matamores mussoliniens, de même qu'aux fantoches roumains. L'objectif est de faire peser une menace permanente sur le flanc nord du groupe d'armées sud ennemi, afin de l'empêcher de s'enfoncer dans la steppe du Don.
    A l'extrème sud, l'ennemi, à court de ravitaillement, ne tente pas de passer le Don en force. Dans la poche de Taganrog, trois divisions de la 12° armées continuent à résister héroïquement face au XI° corps ennemi.
    En Crimée, rien à signaler. Les divisons roumaines opposées à l'armée côtière font de la figuration.
    La Stavka anticipe une réduction du saillant de Torzhok par l'ennemi, mais le principal danger semble se localiser au sud, où les reconnaissances aériennes ont détecté au moins une armée panzer. L'ennemi semble vouloir attaquer, soit vers Stalingrad, soit ver le Caucase. Dans le premier cas, le front du sud ouest attaquant comme la foudre le long du Donets, coupera les arrières des envahisseurs, les contraignant à la retraite, dans le deuxième cas, les fronts de Crimée et du Transcaucase ont reçu pour ordre de bâtir des fortifications imprenables au sud du Don. L'armée rouge est prête ! Il ne manque pas une bouteille de vodka....

    Les nombreux prisonniers italiens et roumains, raflés sur le balcon du Donetsk, sont ravis d'échapper à l'enfer des combats...
    Comprenez, une supposition que les Allemands reculent...Crac ! On est là !
    - Pour les empêcher de reculer ?
    - Non pour euh.......la t'naille, quoi.

  10. #20
    Date d'inscription
    avril 2012
    Localisation
    A Vesoul, bien sûr !
    Messages
    228
    Semaine du 28 Mai 1942

    Une fois de plus, la raspoutitza règne sans partage... ce qiu n'est pas pour déplaire à la Stavka, car cela ralentit la progression allemande, et restreint sérieusement ses capacités.
    Les pertes sont néanmoins non négligeables, avec 16000 hommes, 386 canons, 57 blindés, 52 avions perdus pour l'ennemi, contre 50000 hommes, 885 canons, 89 blindés et 90 avions manquants pour l'Armée Rouge.


    La raspoutitza tue dans l'oeuf l'offensive du front de Leningrad le long du lac Ladoga. La 55° armée se révèle incapable de progresser vers Novaya Ladoga, qui n'est pourtant pas défendue.


    Plus au Sud, le saillant de Torzhok si vide comme une baudruche. Trois divisions de la 31° armée, disposées en bouchon, sont maintenant encerclées. Il n'y a plus guère d'espoir de les secourir.
    Face aux fronts de Kalinine et de l'Ouest, la situation reste inchangée.


    Au nord de Koursk, le front de Briansk, commandé par le talentueux général Vatutin, reprend des force avant de se lancer à l'assaut de la grande cité.
    Autour de Voronej, la 53° armée du général Chouikov est à l'instruction.


    Le front du Sud Ouest attaque une fois de plus la 9° division italienne, mais en pure perte. Néanmoins, il continue à faire peser une sérieuse menace sur le flanc nord du GA Sud ennemi.
    Dans la poche de Taganrog, la résistance continue. L'héroïsme des divisions encerclées leur a permis d'obtenir la distinction de "Garde".
    L'armée rouge se réorganise. 18 corps de tanks ont été créés (dont un corps de tanks de la Garde, affecté à la valeureuse 26° armée, de même que 15 corps de cavalerie.
    La Stavka appréhende le retour du temps sec. En anticipation d'une offensive vers Stalingrad, les 42° et 59° armées ont pris position le long du Don, et se fortifient avec frénésie.
    Le bureau du personnel étudie avec soin les états de service des généraux commandants d'armée. Mais les statistiques sont imparables. Pour le moment, seul les généraux Kostenko, (26° armée), Bagryamian (37° armée), et Reiter (57° armée) affichent un ratio victoires/défaites favorable. Il faudra penser à eux pour de futures promotions.
    Le meilleur commandant de front est le général Vatutin (front de Briansk), suivi par .... le maréchal Vorochilov (front du Volkhov)!
    En ce qui concerne les VVS, le seul commandant à afficher un ratio positif est le général Shakht, de la 2° armée de l'air (front de Briansk).

    Le tableau d'honneur des généraux soviétiques.

    La Stavka a décidé, pour fouetter l'émulation socialiste entre les généraux, de rétablir les ordres de Koutouzov, de Souvarov, et d'Alexandre Nevski... L'appel aux grands ancêtres et au patriotisme va galvaniser les ardeurs !



    Voilà de gands soldats russes !




    Cette brochette de médailles attend toujours ses titulaires...
    Comprenez, une supposition que les Allemands reculent...Crac ! On est là !
    - Pour les empêcher de reculer ?
    - Non pour euh.......la t'naille, quoi.

Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages