Warning: Illegal string offset 'name' in [path]/includes/functions.php on line 6112
L'histoire officielle de la grande guerre patriotique (AAR WITE)
+ Répondre à la discussion
Page 3 sur 17
PremièrePremière 1 2 3 4 5 13 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 21 à 30 sur 170
  1. #21
    Date d'inscription
    avril 2012
    Localisation
    A Vesoul, bien sûr !
    Messages
    226
    Semaine du 4 juin 1942

    Semaine humide et boueuse de nouveau. Les opérations sont au point mort.
    Le général Ernst Genrikovitch Shakht, a été promu lieutenant général pour ses bons résultats à la tête de la 2° armée de l'air. Ce général est d'origine suédoise, voilà une fois de plus un magnifique exemple de l'internationalisme de larmée rouge des ouvriers et paysans !
    Cette semaine, un focus sur les VVS.
    Les VVS comportent en tout 472 groupes (en général des régiments), pour un total de 9195 aéronefs disponibles.
    La chasse comporte 205 régiments (4000 appareils disponibles), l'attaque au sol 110 régiments (2000 appareils), le bombardement 123 régiments pour 2300 appareils, le transport 23 régiments (438 appareils), et la reconnaissance 11 régiments (200 appareils).
    La reconnaissance est clairement le point faible des VVS. Il est très difficile de se fair eune idée du dispositif ennemi dans la profondeur. Le nombre de missions menées est faible et les pertes sont élevées, car une bonne partie des avions sont des U2 aux performances d'un autre âge.
    Les terribles pertes de la première année de guerre ont au moins eu le mérite d'accélérer le remplacement des modèles obsolètes par des appareils plus modernes. Par exemple, la chasse est intégralement équipée de Yak1, Mig 3, LaGG3, avec quelques Huricanes IIB envoyés dans le cadre du prêt bail par les britanniques.
    Les avions d'attaque au sol sont des IL2 Sturmoviks, et aussi des U2, spécialisés dans le bombardement de nuit. Les régiments de bombardement sont majoritairement équipés de Pe2, avec là aussi quelques avions "Boston" américains.
    Les transports sont assurés par des U2. Ces petits avions obsolètes sont très efficace dans le largage de nuit, pour le ravitaillement des partisans.
    Les VVS ont déjà payé un lourd tribut, avec plus de 12000 avions perdus depuis le début de la grande guerre patriotique.


    Le meilleur régiment de chasse est le 158° IAP, avec 73 victoires à son actif. Il vole sur Yak1, et appartient à la 8° armée aérienne, en appui du fornt du Sud Ouest.


    En attaque au sol, le 2° GShAP revendique 241 pertes au sol, et 2 avions ennemis. Il vole sur IL2, et appartien à la 6° armée aérienne (front du Nord Ouest).

    Quant aux bombardiers, c'est le 52° BAP (8° armée aérienne, front du Sud Ouest) qui s'en tire le mieux. il vole sur Pe2.
    Plus de 3000 appareils sont en réserve, à l'instruction.
    Le chasseur le plus répandu est le Lavochine LaGG3. La Stavka a soigneusement étudié ses performances en comparaison de celles des appareils ennemis.
    Selon nos services de renseignement, l'appareil ennemi le plus moderne en fonction dans la Luftwaffe du poussah Goering, serait le Messer BF109-F4. Les services du GRU ont réussi à se procurer les caractéristiques techniques de cet avion, pour le comparer avec notre LaGG3.

    Il est clairement plus performant dans la plupart des domaines, sauf peut-être la robustesse et la fiabilité. Il est indispensable de mettre au point de nouveaux modèles pour contrecarrer ceux de l'ennemi. Leurs pilotes sont en effet généralement plus expérimentés, il nous faut donc un matériel nettement supérieur.


    En matière de bombardement (tactique et level), nos appareils Il2 et Pe2 tiennent bien la comparaison.
    Le front de Voronej a été créé ... à Voronej. Son commandement est attribué au général Kurdyumov. Les 62°, 53°, 38° armées combinées, ainsi que la 3° armée de choc lui sont affectées. Il compte 450000 hommes, 5600 pièces d'artillerie, et 475 véhicules blindés. Il est prévu dans les plans de la Stavka, qu'il s'insère entre les fronts de Briansk (Vatutin) et du Sud-Ouest (Kirponos), dont les secteurs opérationnels avaient pris une ampleur trop importante. Son futur secteur s'entedra de Kours au coude du Donets.
    Concernant les opérations, les 3 divisions de la 31° armée encerclées à l'Ouest de Torkhok tiennent encore. Elles retiennent 7 divisions ennemies, et permettent de reconstituer une ligne fortifiée devant Torkhok.
    Devant Luganskoe (front du Sud Ouest), une attaque locale de la 6° armée contre la 113. ID ennemie a échoué. tout est calme sur le reste du front.
    L'activité des partisans est faible, avec seulement 4 attaques contre les voies ferrées.

    A l'arrière, les Komsomols devancent l'appel et se ruent vers les bureaux d'engagement de l'armée rouge. Leur zèle socialiste est la garantie de la victoire finale !
    Comprenez, une supposition que les Allemands reculent...Crac ! On est là !
    - Pour les empêcher de reculer ?
    - Non pour euh.......la t'naille, quoi.

  2. #22
    Date d'inscription
    avril 2012
    Localisation
    A Vesoul, bien sûr !
    Messages
    226
    Semaine du 11 juin 1942

    Avec le retour du temps sec, la Wehrmacht relance son offensive...
    Les pertes s'en ressentent : si les fascistes perdent 27000 hommes, 560 canons, 67 blindés et 75 avions, 110000 soldats rouges sont manquants, de même que 1900 canons, 92 blindés et 272 avions.
    Les attaques ennemies se déroulent dans pratiquement tous les secteurs avec des intensités variables.


    Au Nord, la 55° armée démolit une fois de plus la 285° division de sécurité ennemie, mais se casse les dents devant les 10° et 15° divisions finlandaises.
    Dans le secteur du front du Volkhov, les attaques allemandes contre les 27° et 60° armées provoquent une retraite d'une quinzaine de kilomètres, mais l'attaque est contenue.
    Dans le secteur de Vishny Volochek, le puissa nt LVI° panzerkorps, de l'arrogant Manstein, s'attaque à la 11° armée. La 3. division motorisée ennemie enfonce un coin dans nos défenses.

    Comme on pouvait s'y attendre, le saillant de Torzhok est liquidé. Les attaques de 2 corps d'infanterie et de 4 corps blindés ennemis ont eu raison de la résistance des 31° armées et de la 1° armée de choc. Les fornt du nord ouest se replie sur une ligne passant à 60km à l'ouest de Kalinine. Dans cette ville, la 39° armée est en cours de constitution, elle sera engagée au plus vite.

    Dans le secteur du front de Kalinine, l'ennemi tente des attaques locales, qui échouent devant la solide résistances des 32° et 40° armées. Deux corps ennemis s'en prennent à la 29° armée sur la route de Borodino, celle-ci est forcée de retraiter sur 15 km.
    Quelques attaques ennemies sont à signaler entre Viazma et Briansk, mais elles ne sont pas décisives.

    entre Briansk et Orel, le front de Briansk est aventurée "en coin". La Stavka autorise le général Vatutin à se replier sur une ligne plus facilement défendable. L'objectif est d'aligner le front sur une ligne Briansk, rivière Oka, Kastornoe. Au sud de cette localité commencera le secteur du nouveau front de Voronej.


    Le nouveau front de Voronej doit s'aligner le long de la rivière Oskol, y bâtir de puissantes fortifications défensives, pour, une fois l'ennemi usé, sur ruer vers Kharkov, en coopération avec le front sud Ouest.


    Le général Kirponos ayant été blâmé par la Stavka pour son inefficacité, il reprend l'offensive avec énergie. Les 19°, 6°, et 26° armées se ruent à l'assaut des divisions hongroises et roulaines qui flanc-gardent le groupement ennemi du sud, et lui infligent de sérieux revers, l'empêchant ainsi de développer son offensive vers le Don moyen.


    Sur le front sud, la 12° armée attaque avec succès le LIV corps ennemi dans la boucle du Don, de même que la 61° armée du front de Crimée, commandée par le fidèle et énergique camarade Boudienny.


    Anticipant une attaque germano roumaine dans le Caucase, la Stavka a décidé la formation de la 63° armée à Krasnodar. Au sud et à l'est du Don, les fortifications sont en cours d'élaboration. Mais la rive est est difficile à défendre, étant dominée par les hauteurs de la rive ouest.
    La Stavka est perplexe. L'axe d'effort principal ennemi n'est pas encore clair. Il y a de nombreuses attaques locales, mais il est difficile de cerner les intentions ennemies pour la campagne d'été. Après la liquidation du saillant de Torzhok, il ui sera possible d'attaquer Moscou par le Nord. Plus au sud, entre Rostov et Vorochilovgrad, il est en train de se constituer une base offensive pour atteindre, soit Stalingrad, soit le Caucase, soit les deux objectifs. Ceci oblige la Stavka à positionner les réserves un peu partout, au risque de se trouver faible partout.


    Anticipant un ultime coup de reins ennemi, la propagande soviétique en appelle aux grands ancêtres. Le film "Alexandre Nevski" de SM Eisentstein, ressort sur les écrans et connait un grand succès.


    Le service de renseignement du front de Crimée a trouvé cette cargte de planification ennemie sur le cadavre d'un officier allemand. Elle indique une offensive vers le Kouban, mais il s'agit peut être d'une manœuvre d'intoxication !
    Comprenez, une supposition que les Allemands reculent...Crac ! On est là !
    - Pour les empêcher de reculer ?
    - Non pour euh.......la t'naille, quoi.

  3. #23
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 786
    Citation Envoyé par Chef Chaudard Voir le message
    La Stavka est perplexe. L'axe d'effort principal ennemi n'est pas encore clair.
    Manifestement, il n'y en a pas . Je penche pour des poussées locales avec encerclements tactiques.
    Superbe défensive en tout cas. J'ai peur que ton adversaire ne prenne cher à partir de 1943...

  4. #24
    Date d'inscription
    avril 2012
    Localisation
    A Vesoul, bien sûr !
    Messages
    226
    Sans vouloir dévoiler la suite, l'été 42 va quand même être très très chaud pour les soviétiques !!!
    Comprenez, une supposition que les Allemands reculent...Crac ! On est là !
    - Pour les empêcher de reculer ?
    - Non pour euh.......la t'naille, quoi.

  5. #25
    Date d'inscription
    avril 2012
    Localisation
    A Vesoul, bien sûr !
    Messages
    226
    Semaine du 25 juin 1942

    Une nouvelle fâcheuse : le lieutenant général Muzychenko, commandant de la 6° armée a trouvé la mort dans un accident. Il est aussitôt remplacé par le major général Melnik.
    Par contre, le colonel général Kostenko, à la tête de la 26° armée, voit sa combativité récompensée. Il obtient le grade de général d'armée.
    La 16° armée aérienne a été créée. Elle est affectée au soutien du front de Voronej.
    Les pertes de la semaine précédente sont toujours lourdes : 80000 hommes, 1500 canons, 190 blindés et 265 avions soviétiques perdus, contre seulement 33000 hommes, 517 canons, 79 blindés et 63 avions pour l'ennemi.


    Au nord, et ça devient une habitude, la 55° armée du général Merestskov attaque la 285° division de sécurité, qui se replie. La contre-attaque fasciste ne donne rien. Les 60° et 41° armées du front du Volkhov, sont de nouveau assaillies, et doivent céder un peu de terrain.


    A l'ouest de Torzhok, les XXXX° et XXXXI° panzerkorps se ruent à l'assaut de la 1° armée de Choc, qui le tient bien (le choc).


    Devant Rjev, le XXXIX panzerkorps ennemi attaque furieusement la 32° armée, qui tient tout d'abord, mais est ensuite obligée de lâcher du terrain, en infligeant plus de 700 morts à l'ennemi, ainsi qu'en détruisant une dizaine de blindés.


    A Kirov, le VII° corps ennemi unflige un revers aux 24° et 3° armées, qui retraitent en laissant plus de 3500 frontoviki sur le carreau.


    Le front de Briansk poursuit son repli méthodique sur la ligne Briansk/rivière Oka/rivière Sosna, où il rejoint le front de Voronej. La 37° armée est sévèrement étrillée par une attaque des XXXVII° et XXIV° panzerkorps ennemis, et pers près de 4000 hommes. Mais l'énergie du général Bagramyan permet de garder les troupes en main.


    Comme planifié, le front de Voronej s'aligne le long de l'Oskol entre Kastornoe et Kupiansk. Il y a commencé à se fortifier. UNe attaque locale du XXIV° panzerkorps échoue lamentablement devant les défenses de la 62° armée.


    Le front du Sud Ouest prend ensuite le relais jusqu'à Vorochilovgrad, en suivant le Donets.
    Une fois de plus, le long du Donets, les lamentables alliés des fascistes se font étriller par la valeureuse 26° armée. Cette activité incessante est l'assurance du front sud, stationné dans la steppe du Donets.


    Dans la boucle du Donets, le front Sud est assailli par plusieurs panzerkorps ennemis. La Stavka a identifié la présence de la 1° armée Panzer ennemie, ce qui est un signe qu'une offensive de grand style se prépare dans la région. Mais si l'ennemi tente de percer vers l'est (vers le Don), ses flancs seront dangeureusement menacés par les fronts du Sud Ouest et de Crimée, avec le front du Transcaucase en deuxième rideau (il semble d'ailleurs que le FHO ennemi ne l'ait pas encore repéré). Par contre, plusieurs parachutages de ravitaillement laissent à penser que l'effort ennemi devrais se concentrer dans cette zone.

    La double ligne défensive Kouban Caucase.
    Sur les isthmes barrant le passage vers la Crimée, les ridicules fantoches roumains se cassent encore une fois les dents sur les solides défenses de l'Armée côtière.
    Côté réserves stratégiques, la 63° armée est en formation à Krasnodar, 2 armées (42° et 59°) sont stationnées dans la région de Stalingrad, ainsiu qu'une dizaine de divisions de fusiliers directement rattachées à la Stavka. L'armée rouge a de quoi voir venir si les fascistes commettaient la folie d'attaquer vers le Don paisible !

    Alors que les écoles modèles soviétiques vont bientôt fermer leurs portes pour l'été, l'amour des jeunes soviétiques pour le camarade Staline fait plaisir à voir !
    Comprenez, une supposition que les Allemands reculent...Crac ! On est là !
    - Pour les empêcher de reculer ?
    - Non pour euh.......la t'naille, quoi.

  6. #26
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    4 536
    Excellent AAR sur les opérations. On ne voit pas comment les Allemands peuvent gagner. Ils n'atteindront jamais le Caucase ! Le front soviétique a l'air complétement verrouillé. Où en est la production soviétique ?

    "il n'y a que deux espèces de plans de campagne, les bons et les mauvais. les bons échouent presque toujours par des circonstances imprévues qui font souvent réussir les mauvais. " Napoléon

  7. #27
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Localisation
    provence
    Messages
    629
    sans vouloir devoiler la suite des operations ,admirablement resumées par la chef chaudard, on s'aperçoit que dans ce jeu rien n'est ecrit dans le marbre
    on peut pratiquer ,contrairement a la realité ou Hitler était le commandant supreme de la wermacht , des tactiques permettant aux panzer armee tres mobiles de voler d'un front a l'autre fonction des besoins ponctuels afin de faire basculer les situations .ça semble etre la clé des combats sur ce front , la grande mobilité des panzers
    il s'agit de posseder suffisament de points d'administration.
    le gros soucis de la wermarcht est le reseau ferré mis a mal par les partisans et qui reclame sans cesse au troupes de securité d'intervenir sur tout le territoire russe ainsi qu"aux groupes de reparation des voies ferrées.
    le ravitaillement necessite donc le rail , les camions et les Ju 52, c'est essentiel sinon les terribles panzers sont des colosses aux pieds d'argile.

  8. #28
    Date d'inscription
    avril 2012
    Localisation
    A Vesoul, bien sûr !
    Messages
    226
    dirtyHarry sait de quoi il parle !!!
    Je crois que les partisans ont en effet sauvé larmée rouge de la débacle, sans vouloir déflorer la suite.
    Il va y avoir de l'action très chaude en cet été 42, et la partie est loin d'être perdue pour les troupe harristes !!!
    En ce qui concerne la production, elle se porte pas trop mal, les usines ayant pu en majorité être évacuées (sauf à Leningrad, où je me suis fait piéger comme un bleu).
    Je ferai un petit focus sur la production prochainement.
    Comprenez, une supposition que les Allemands reculent...Crac ! On est là !
    - Pour les empêcher de reculer ?
    - Non pour euh.......la t'naille, quoi.

  9. #29
    Date d'inscription
    avril 2012
    Localisation
    A Vesoul, bien sûr !
    Messages
    226
    Semaine du 2 juillet 1942

    L'ennemi attaque en divers points du front, mais pour l'instant, aucun schwerpunkt n'est identifié par la Stavka. L'état-major soviétique a "perdu" les armées panzer allemandes.


    Au nord, les réactionnaires finlandais obligent à la retraite la 30° armée, qui laisse 2000 hommes sur le carreau contre 1000 finlandais. Le L° corps ennemi, de concert avec le XXVI° corps, attaquent et font retraiter dans la panique la 41° armée. La 2° armée de choc, qui se retrouvait de ce fait "en flèche", est également contrainte à un repli en bon ordre.


    Dans le secteur du front Nord Ouest, le célèbre LVI° panzerkorps de l'aristocrate von Manstein, attaque avec fureur les 48° et 11° armées. S'il se casse les dents contre la 48° armée, il contraint à la retraite la 11° armée. 1A l'ouest de torzhok, de féroces combats mettent aux prises le XXXI° panzerkorsp, du général Rheinhardt et la 54° armée du général Tolbukhin, qui fait mieux que résister, puisqu'elle inflige un revers à la 36° division motorisée allemande.
    Sur le front de Kalinine, les combats sont également indécis au nord et au sud de la position clé de Rzhev. Pour l'instant, les positions soviétiques sont solides et inentamés, malgré plusieurs assauts des panzerkorps ennemis.
    Pas d'activité dans le secteur du front Ouest.


    Le front de Briansk est en cours de redéploiement le long de l'Oka. L'ennemi attaque les 4° et 37° armées, mais ne provoque pas de panique. Le camarade Vatutin a les choses en main.
    Le front de Voronej s'est retranché le long de l'Oskol. Les défenses étant solide, l'ennemi s'en tient à une attitude défensive, et ne tente aucune attaque d'envergure.


    Le front de Stalingrad (nouvelle dénomination pour le front du Sud Ouest), entame un repli non prévu par la Stavka, derrière la rivière Aidar. Ce faisant, le général Kirponos laisse à découvert le flanc sud de la 3° armée de choc. Pourtant, ce front ne faisait face qu'à de misérables divisions roumaines et italiennes. Il semblerait que le général Kirponos ait cédé à la panique suite à l'attaque de la division SS Wiking en direction de Belovodsk. En d'autres temps, cela lui aurait valu le poteau, mais en cette période critique, le camarade Staline a décidé de ne pas envoyer de signaux négatifs à l'armée. Mais il ne perd rien pour attendre.


    Au sud du front, l'ennemi pousse vers le Donets (au sud de Sverdlovsk). Le long du Don, à l'Est de Rostov, la 46° armée du front de Crimée inflige une cuisante défaite à la 36° division roumaine, qui cède à la panique.


    Concernant la production de guerre, les usines de blindés tournent à plein régime. Les stocks de chars légers T60 et T70 sont élevés, et permettent de remplacer le matériel perdu sans difficulté. La production de T34 est élevée, mais le niveau des pertes fait qu'elle est à flux tendu. Pour la production aéronautique, l'état est satisfaisant. Les stocks de Sturmovik permettent d'équiper plusieurs nouveaux régiments d'attaque au sol, et les premiers chasseurs modernes La5 commencent à entrer en production.



    Les artistes réalistes socialistes, ont su rendre comme personne la puissance de l’industrie lourde soviétique, où se forge la victoire finale...
    Comprenez, une supposition que les Allemands reculent...Crac ! On est là !
    - Pour les empêcher de reculer ?
    - Non pour euh.......la t'naille, quoi.

  10. #30
    Date d'inscription
    avril 2012
    Localisation
    A Vesoul, bien sûr !
    Messages
    226
    Semaine du 9 juillet 1942

    Il semble que cette semaine, l'ennemi tente un gros coup. Les pertes sont à l'avenant : 87000 frontoviki portés manquants (contre 30000 landsers), 1489 pièces d'artillerie perdues (contre 552), 228 blindés au tapis (contre 152), et 388 avions descendus (contre 172). Les attaques sont généralisés contre tous les secteurs du front, avec quelques attaques plus prononcées en divers secteurs.


    Le long du lac Ladoga, la 55° armée (général Golikov) pulvérise de nouveau la 285° division de sécurité ennemie, mais plus au sud, la 30° armée se casse les dents sur 2 divisions finlandaises bien retranchées.
    Une attaque ennemie échoue devant la 27° armée, mais elle réussit face aux 8° et 60° armées, contraintes à la retraite.


    entre Vishnyi Volochek et Rzhev, l'ennemi attaque tous azimuts, avec des fortunes diverses. La 1° armée de choc résiste, alors que les 54°, 22°, et 34° armées sont éprouvées et doivent reculer. L'axe d'attaque de l'ennemi se situe quelque part entre Kalinine et les faubourgs nord de Moscou qui ne sont plus à l'abri maintenant.
    entre Rzhev et Viazma, deux attaques ennemies font reculer les 40° et 29° armées. Il semble que l'Ouest de Moscou doive à nouveau être renforcé.
    La situation est relativement calme pour le front de l'Ouest.


    Le front de Briansk est lui aussi sévèrement attaqué, ce qui ne fait que renforcer l'importance d'un retrait sur une ligne défensive s'appuyant sur la ville d'Orel, qui peut être un solide môle où accrocher les troupes.
    Le front de Voronej, appuyé sur de bons retranchements, n'est pas inquiété.


    La situation est critique également pour le front de Stalingrad. La 3° armée de choc, qui était en l'air, doit reculer devant le noeud ferroviaire de Valuyki. Kirponos, sévèrement tancé par la Stavka pour son attitude paniquarde, se lance à l'offensive avec les 3° armée de choc, 5° et 49° armées qui étrillent les divisions hongroises qui leur sont opposées. Cependant, le XIV. Panzerkorps ennemi a pu traverser le Donets, et repousse devant lui la 26° armée.


    Dans la boucle du Donets, l'offensive allemande fait rage. Timochenko, constatant la difficulté à défendre sur ce terrain idéal pour les blindés, décide prudemment de reculer son dispositif derrière le Donets, où la résistance pourra s'appuyer sur le fleuve. Deux Panzerkorps opèrent dans cette zone (appartenant vraisemblablement à la I. Panzerarmee).


    L'ennemli semble vouloir attaquer en direction de Stalingrad, important centre de production d'armements. Deux armées de réserve (42° et 59°) ont été positionnées le long du Don avec pour mission d'empêcher la traversée du fleuve par l'ennemi.
    Le sud de Rostov est gardé par les fronts du Transcaucase et de Crimée. Les troupes qui sont opposées ne sont que de misérables divisions roumaines. Il ne semble donc pas que l'ennemi ait pour intention d'attaquer le Kouban. Cependant, un rideau de fortifications est en cours de construction sur la Yeya.
    L'offensive d'été ennemie est enfin démarrée. Mais, contrairement à l'été 41, l'armée rouge ne donne pas de signe de dissolution. Les envahisseurs n'arrivent pas à ré-éditer les encerclements géants de l'an passé. S'ils réalisent quelques succès, les divisions rouges luttent pied à pied, et chaque kilomètre perdu est payé au prix fort par les vautours fascistes...


    La steppe du Don est un terrain idéal pour les blindés...
    Comprenez, une supposition que les Allemands reculent...Crac ! On est là !
    - Pour les empêcher de reculer ?
    - Non pour euh.......la t'naille, quoi.

Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages