Warning: Illegal string offset 'name' in [path]/includes/functions.php on line 6112
[CeaW-GS 3.1] Stratcom contre Rominet
+ Répondre à la discussion
Page 5 sur 7
PremièrePremière ... 3 4 5 6 7 DernièreDernière
Affichage des résultats 41 à 50 sur 63
  1. #41
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    2 902
    20 octobre 1941 (T40):

    la Russie se recouvre d'un manteau blanc; ce n'est pas encore le grand hiver russe mais ça ralentit tout et les forces de l'Axe (finlandais excepté) commencent à souffrir.
    De fait, peu de progression de l'ennemi et même des repli dans le Caucase et en Crimée.





    Le front de Konev reçoit encore des renforts et se met en marche vers l'ouest et la boucle du Don.





    Dans le nord et le centre, nos forces commencent à recoller aux allemands mais sans faire d'attaque pour l'instant.
    Par contre, dans les airs, la chasse soviétique sort les griffes et attaque des bombardiers au sol (2 pertes en chasseurs et 2 pertes en bombardiers pour l'Axe contre 1 seule perte pour notre chasse).





    Il y a très peu de chance pour que le beau temps revienne maintenant.






    En Mediterannée, hélas, l'ennemi ne renonce pas et commence même à envoyer des renforts vers la Lybie.
    Voilà qui n'est pas bon.





    Avec ces nouvelles, Montgomery décide de renforcer sa position, de faire monter des garnisons et de réparer sa flotte et ses groupes de chasse.

    Les sous-marins sont envoyés au loin pour tenter d'intercepter les renforts suivants.





    En Irak, un corps d'infanterie anglais est arrivé pour liquider les rebelles.
    Et Montgomery vient de recevoir un nouveau corps mécanisé, débarqué près Suez.






    Dans l'Atlantique, nos DD partis escortés un convoi de 47 pts font une drôle de découverte: un sub adjacent à notre convoi mais qui n'a pas attaqué.





    La seule explication raisonnable, c'est que Stratcom a envoyé son sub directement sur la position du convoi (sans le voir, bien évidemment) et le sub a "rebondi" sur le convoi, sans pouvoir l'attaquer.
    Et maintenant, l'attaquer serait très risqué.



  2. #42
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    2 902
    9 novembre 1941 (T41):

    toujours beaucoup de mouvements maritimes en Méditerranée centrale et notre blocus partiel de Benghazi n'a rien donné.
    Le BB italien qui montait la garde à Tobrouk est remonté et le corps d'infanterie allemand présent à Reggio au tour précédent est arrivé à Tobrouk.
    On remarquera que, à terre, les forces de l'Axe se sont repliées mais vu l'arrivée de renforts ennemis en Lybie, ce n'est qu'un repli tactique donc méfiance.





    La prudence reste donc de mise en Lybie-Egypte.
    Le front progresse lentement, au rythme des garnisons et Montgomery profite de cette accalmie pour renvoyer la flotte dans les ports pour de légères réparations mais surtout pour un "upgrade" anti sous-marin.
    Pour rappel, il reste au moins un sub italien en Méditerranée.
    L'un de nos subs fait une attaque portuaire sur le corps allemand en déchargement à Tobrouk (1 coup).





    L'autre sub, lui, est parti au port de Malte pour "upgrade" tandis que l'aviation maltaise entre en jeu en attaquant au sol des bombardiers allemands repliés de Lybie.
    La chasse allemande à long rayon d'action manifestement, intervient depuis l'Albanie (2 coups à l'Axe contre 1 coup pour nous) mais ne peut empêcher 2 pertes au TAC.









    En Russie, il ne s'est rien passé de spécial.
    Le front est figé et la neige continue de tomber.


    Toutefois, rassuré sur son front est face au Japon, Staline a ordonné le transfert des renforts sibériens qui viennent d'arriver dans l'Oural.





    2 corps mécanisés de la Garde (dont celui de Meretskov) ainsi qu'un corps blindé sont immédiatement envoyés à Konev qui se rapproche doucement du Donetz.





    Dans le nord et le centre, Rokossovsky vient de prendre le commandement du l'aile droite du front de Joukov; nos forces collent aux allemands sans attaquer.
    Sauf dans les airs où notre chasse inflige de nouvelles pertes par des attaques au sol sur 1 TAC allemand.





    Sauf coup de malchance (10%), le beau temps ne devrait plus revenir avant le printemps.





    Dans l'Atlantique, les Uboats ont disparu mais doivent être bien présents, hélas.
    Les ports de l'Atlantique sont systématiquement attaqués par l'aviation britannique qui découvre un Uboat à La Rochelle* mais sans lui infliger de pertes. 1 de nos chasseurs subit une perte en attaquant Brest.





    * La Rochelle dans les Landes!! C'est un ricain qui a fait la carte, c'est pas possible???!

  3. #43
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    2 902
    29 novembre 1941 (T42):

    à la surprise générale, le beau temps est de retour en Russie (10% de chance); on se croirait presque en été!!


    Du coup, les allemands en ont profité pour lancer une attaque massive sur Léningrad qui, heureusement, a tenu (6 pertes partout).
    Quant à l'escadre de la Baltique, elle est toujours assiégée et attaquée par des Uboats à Cronstadt.





    Au nord de Bryansk, une armée russe a été détruite.
    On observe aussi un glissement de la seconde ligne allemande vers le sud-est.





    Enfin, dans le sud, les troupes de l'Axe se replient légèrement, probablement parce qu'elles ont aperçu les troupes de Konev en approche.







    Conscient que cette période de climat favorable ne se reproduira plus, que l'hiver va arriver au mois de décembre (100%) et même peut être les très grands froids (75%), la Stavka lance ses armées en avant pour arriver le plus au contact de l'ennemi.


    Cela commence au centre où le corps mécanisé de Joukov, aidé de 2 armées, attaque un point faible du dispositif ennemi, au nord-est de Bryansk.





    Au prix de pertes légères, le LXV corps allemand est détruit ce qui permet aux armées soviétiques d'enfoncer un coin en direction du sud et de se placer sur les arrières d'un puissant groupement de blindés allemands.


    Au même moment, Konev lance un de ses corps blindé en direction de Kurk et découvre avec stupéfaction que toute la région au nord-est de la rive du Donetz est totalement déserte.
    Seules 2 unités, imprudemment avancées et isolées, sont repérées du coté de Voronezh.





    Du coup, c'est la ruée en avant.

    Tandis que quelques unes de ses troupes collent au Donetz, le gros des forces de Konev, dirigé par Meretskov file en direction de Kursk pour prendre à revers les unités ennemies de Voronezh, très fortement menacées maintenant.


    En coordination avec Konev, Joukov fait descendre davantage de troupes vers le sud.





    Les mouvements se terminent avec la descente du maximum de troupes le long du Don, ce qui permet d'avoir une vision complète de toute la région autour de Kursk.








    Ailleurs, c'est plutôt calme.

    Les italiens envoient des renforts en Lybie.
    Quant à la flotte italienne, manifestement, elle s'est regroupée en mer Ionienne.





    Tout le terrain perdu en Egypte est reconquis à petite vitesse.





    Seule l'aviation maltaise combat (2 pertes subies contre 3 infligées).







    Enfin, dans l'Atlantique, un de nos convois s'est planté sur un Uboat qui a plongé avant l'arrivée de nos avions (SAC).


    Dernière modification par rominet ; 11/03/2016 à 18h17.

  4. #44
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    2 902
    19 décembre 1941 (T43):

    en Russie, c'est le retour du froid mais pas encore des grands froids.
    Les allemands, aidés des Finlandais en profitent pour assaillir Léningrad qui est à 2 doigts de tomber maintenant (2 steps restants).





    Les allemands ont effectué également des attaques meurtrières au nord et au sud-est de Bryansk, détruisant 2 armées et en endommageant sérieusement une 3ième.

    Et du coté de Voronezh, les allemands ont tenté de s'extraire de leur position trop avancée mais ont échoué, de peu (armée réduite à 1 step mais qui a tenu bon).




    Il y a malheureusement peu de chance que Léningrad puisse tenir avant l'arrivée des grands froids (c'est pour le tour allié prochain, 100% de chance maintenant).
    Afin de donner une dernière chance aux défenseurs de Léningrad, les forces de Vatutin attaquent l'un des corps allemand.





    Dans le centre, Orel est encerclée et Voronezh reprise.
    2 corps allemands dont 1 mécanisé sont encerclés également au nord-ouest de Voronezh par un corps blindé du groupement de Konev.





    Plus au sud, rien de spécial sinon que nos forces ont franchi le Donetz à l'est de Rovtov et se rapproche de Kharkov.







    En Méditerannée, c'est calme.
    Des mouvements navals nord-sud et sud-nord sont observés entre Tobrouk et le sud de l'Italie.
    Les forces anglaises font une entrée prudente en Lybie.





    Mais c'est alors que la nouvelle tant attendue par les Alliés tombe: les USA entrent enfin dans la danse.



  5. #45
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    2 902
    8 janvier 1942 (T44):

    les allemands ont profité des derniers jours d'un climat modérément froid pour s'emparer de Léningrad.





    Quelques attaques ont eu lieu au sud-ouest d'Orel et les allemands ont essayé vainement de sortir de leur encerclement en attaquant un corps blindé.






    La perte de Léningrad, loin d'avoir découragé les russes, les fait entrer en furie d'autant qu'un froid glacial est tombé sur la Russie et que les forces de l'Axe n'y sont pas du tout préparées.




    L'offensive commence par des attaques sur les aérodromes des bombardiers allemands dans le secteur de Novgorod et dans le secteur Chernigov.
    La chasse allemande et hongroise est bien incapable d'arrêter les groupes de chasse soviétiques qui opèrent presque sans pertes (6 pertes infligées pour 1 seule perte subie).







    L'objectif est simple: il faut infliger le plus de pertes à l'ennemi durant l'hiver.

    Dans le secteur d'Orel, un corps d'infanterie réduit à 4 est sacrifié pour permettre au corps mécanisé de Joukov d'attaquer les blindés SS de Guderian.
    Ces derniers subissent 4 coups à l'aide de 2 TAC.

    En même temps, Orel, tenue par une garnison allemande est assaillie.





    Le corps blindé de Rommel est attaqué à son tour par un corps d'infanterie et est repoussé vers le sud tandis que les SS de Guderian subissent un assaut supplémentaire qui les réduisent à 2 steps.

    Orel finalement succombe sous le nombre.


    Au nord-est de Kursk, un corps allemand est pratiquement anéanti par l'attaque concentrique de 2 corps d'infanterie et d'un blindé russe.
    Les forces allemandes encerclées du coté de Voronezh sont progressivement réduites.


    Enfin, plus au sud, les forces de Merestkov franchissent le Donetz en 2 endroits au nord de Kharkov, mettant sérieusement à mal 1 garnison et 1 corps allemands.

    Plus au nord, de violents combats ont lieu également dans le secteur de Smolensk.

    Plusieurs corps allemands sont repoussés vers l'ouest et le sud par les forces de Rokossovsky.


    Une percée est aussi effectuée au sud du lac Ilmen.





    Dans le sud, c'est plus calme.
    Les forces de Konev parviennent tout de même à détruire un corps d'infanterie hongrois à travers le Donetz.





    La contre-offensive d'hiver de l'Armée Rouge commence assez bien!





    Retour en Méditerranée maintenant où il se passe des choses aussi.
    L'ennemi effectue des mouvements navals difficile à interpréter.
    Evacuation? Envoi de renforts en Lybie? Mystère!
    Une chose est sûre: un transport italien s'est planté sur un de nos subs (pour une fois) et est isolé en mer.
    On va s'en occuper!





    En terre, nos forces pénètrent doucement en Lybie et un chasseur se pose juste derrière nos lignes.
    Et là surprise, la Lybie semble assez vide, du coté de Tobrouk du moins.
    Où sont passés les blindés allemands?


    Au même moment, le transport italien est coulé au large de Benghazi.





    Du coup, nos forces progressent plus hardiment vers l'ouest.

    Quant à l'aviation maltaise, elle continue de harceler la base des bombardiers allemands de Reggio.



  6. #46
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    2 902
    28 janvier 1942 (T45):

    L'offensive de l'Armée Rouge continue.


    Au nord et au centre, les allemands se sont légèrement repliés.






    Dans le secteur nord, nos troupes ont besoin de se reconstituer mais au centre, entre Bryansk et Kharkov, l'offensive ne connait aucune pause.





    Soutenu par un TAC, un corps mécanisé sibérien de la Garde percute violemment les blindés de Rommel et les force au repli (en avant).




    Finalement, trop avancé au milieu des masses soviétiques, le corps blindé de Rommel est détruit par plusieurs assauts dont celui de Joukov, réduit à 4 steps (attention!).

    Il reste l'équivalent de 2 PzK sur les 4 dans le secteur.





    L'Armée Rouge enregistre aussi d'autres progrès au nord de Kharkov.
    Tandis que le corps d'infanterie allemand au nord-est de Kursk est détruit, les corps mécanisés de Meretskov s'enfoncent vers l'ouest entre Kursk et Kharkov.
    Le groupement blindé allemand est menacé sur son flanc sud également.





    Enfin, au sud, les forces de Konev se contentent de coller au Donetz; seul un corps hongrois est attaqué à travers le fleuve.








    En Méditerranée, les forces de l'Axe font des manoeuvres pour éviter nos subs.


    Un DD italien venant du nord a pris la place d'un transport qui a quitté le port de Tripoli pour celui de Tobrouk tandis que le transport allemand a quitté Tobrouk pour le port de Benghazi.
    Ca sent la méfiance vis à vis de nos subs.





    Une chose cependant semble de plus en plus certaine: il ne s'agit probablement pas d'une manoeuvre d'intoxication mais bien d'un retrait exécuté avec prudence du théâtre lybien par les forces de l'Axe.
    Nos forces progressent donc vers Tobrouk avec plus d'assurance.


    Dernière modification par rominet ; 02/04/2016 à 19h37.

  7. #47
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    2 902
    17 février 1942 (T46):

    en Russie, les allemands se sont contentés de lancer une contre-attaque limitée sur un corps mécanisé en pointe au sud-ouest de Kursk. Le corps a été presque anéanti.
    Mais le corps blindé de Manstein n'a pas pu se replier suffisamment et reste très exposé.





    L'aviation tactique est lancée dessus et inflige 4 coups en tout.
    Il n'y a pas eu d'intervention de la chasse adverse.





    Finalement, le corps de Manstein est détruit par l'action conjuguée d'un corps mécanisé de la Garde et d'une armée, pourtant déjà affaiblie.
    C'est une victoire en soi!





    On notera qu'on a retrouvé les restes du corps blindé SS très éprouvé précédemment mais il est hors d'atteinte.
    Sauf au nord, l'attaque se poursuit sur une bonne partie du front.
    Kursk est libéré; nos forces progressent en débordant Kharkov par le nord et l'attaque se poursuit en direction de Chernigov.





    Plus au nord, le groupe de Rokossovsky passe également à l'attaque et menace Smolensk de tout coté ou presque.




    Enfin, au sud, le groupe de Konev qui a perdu une partie de ses unités au profit de Joukov et Meretskov lance quelques attaques à travers le Donetz, avec moins d'efficacité.








    Loin de là, dans l'Atlantique Nord, les britanniques font ce qu'ils peuvent pour escorter les convois à destination de Mourmansk.
    Comme à leur habitude, les Uboats n'hésitent pas à s'infiltrer, d'autant que ce ne sont que des BB en escorte.





    Pourtant, cette fois-ci, la réaction anglaise est exemplaire.

    Le CV inflige 2 coups au Uboat et le BB, 3 coups contre 1 perte.
    L'amirauté envoie alors des DD pour protéger le CV d'une contre-attaque des Uboats car le second BB a été envoyé pour protéger le convoi.
    C'est alors qu'un DD tombe sur un second Uboat embusqué plus au sud.
    Les sous-marins allemands nous attendaient mais ils prennent cher finalement, avec un peu de chance de notre coté (pas d'évasion malgré la mauvaise saison et des hits)!!






    Les alliés commencent enfin à avoir des moyens pour l'escorte des convois.
    Les USA viennent de recevoir plusieurs unités de destroyers.




    En Méditerranée, il est maintenant évident que l'Axe abandonne la Lybie; certes, il y a encore du monde mais ce n'est pas de la qualité.


    On constate également que l'ennemi tente d'évacuer le PzK allemand mais par peur de nos sous-marins embusqués, il le fait par étapes et prudemment.





    Fortement rassuré désormais sur ce front (on l'a échappé belle à un moment), les britanniques se vengent sur les italiens.
    Une garnison est détruite au sud de Tobrouk et la Royal Navy fait le blocus de la ville.





    Enfin, Tobrouk est progressivement isolé.


    Quant aux subs, ils sont envoyés au nord de Tripoli pour intercepter l'éventuel repli des blindés allemands vers le nord.
    On remarquera également que la Sicile a été vidée de ses troupes italiennes.
    Bizarre?!



  8. #48
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    2 902
    9 mars 1942 (T47):


    c'est peut être le dernier tour d'hiver sévère en Russie, il va falloir en profiter un maximum.
    Comme on peut le constater, les forces de l'Axe en Russie sont exsangues et n'ont effectué aucune contre-attaque et peu de mouvement.







    Seuls les 3 PzK amochés dans le secteur centre se sont repliés vers Chernigov et placés derrière un écran de 2 Mécanisés et 1 Infanterie.
    On peut même être sûr que celui à 8 steps du tour précédent se trouve forcément sous l'un des Mécanisés.
    Quant au corps d'infanterie à 4 steps, il est à Chernigov même, c'est sûr.
    (Comparez avec les photos du tour précédent)





    Peu probable que nous réussissions à détruire ces fameux PzK maintenant mais on va se défouler sur l'écran.

    Ca commence par la 2ième armée blindée sibérienne qui frappe le PzGr et lui inflige 5 pertes contre 2 avec l'aide d'un groupe de chasse.





    Le PzGr est achevé par une autre attaque aérienne et celle d'un Mécanisé qui permet de découvrir effectivement le PzK à 8 steps et le corps d'infanterie à 4 steps aux emplacements prévus.





    Il y a probablement une unité de l'Axe au nord de Chernigov ce qui signifie que si le Mécanisé allemand intact est attaqué par le nord et forcé au repli, il devra se replier "vers l'avant", c'est à dire vers les troupes russes et donc, il sera plus facile à détruire.


    Un corps d'Infanterie russe doit malheureusement franchir la Desna pour découvrir les unités de l'Axe derrière puis l'autre infanterie attaque avec l'aide d'un fort soutien aérien.

    Hélas, l'attaque n'est pas suffisante et le corps mécanisé allemand tient bon.


    Un corps d'infanterie ennemi est également amoché par une autre corps blindé sibérien.





    Les attaques continuent de plus belle et mettent les 2 corps ennemis à 2 doigts de la destruction. Le Mécanisé allemand s'est enfin replié vers l'avant.





    Les 2 corps ennemis sont détruits ce qui permet de lancer une attaque sur le XXXVII PzK (celui à 8 steps): il est laissé à 3 steps.


    Les opérations dans le secteur centre-sud sont terminées: elles ont permis la destruction complète d'1 corps d'infanterie et de 2 corps mécanisés allemands; de plus, 1 PzK de plus est très amoché ainsi qu'1 garnison. La chasse allemande a brillé par son absence.


    Cependant, même si les pertes russes restent légères, elles s'accumulent sans répit depuis le début de la contre-offensive soviétique d'hiver en janvier dernier et nos corps s'affaiblissent.
    Seuls les CB (corps blindés) sont à peu près intacts.




    Le reste du front n'est pas en reste.


    Plus au nord, le groupement de Rokossovsky reprend de haute lutte Smolensk tandis que de multiples attaques ont lieu avec plus ou moins de succès en remontant jusqu'au lac Ladoga. Bryansk est isolé du reste de l'armée allemande.





    Enfin, les corps mécanisés de Konev relancent un assaut assez coûteux à travers le Donetz sur un corps italien.








    Retour à l'ouest où la guerre sous-marine fait rage.


    2 Uboats ont rattrapé le convoi de Mourmansk et lui ont infligé 25 coups; les 13 PP restants sont arrivés à Mourmansk.





    Plus au sud, même topo.





    Puisque 2 Uboats ont été endommagés au tour précédent, cela signifie que la Kriegsmarine a au moins 6 Uboats dans l'Atlantique!!

    Les 3 contre-attaques aériennes de la RAF font toutes chou-blanc: les subs ont tous plongé à temps. Super!!


    Notez que 2 autres convois sont en approche: 1 de 49 PP vers Mourmansk et un gros de 80 PP vers l'Angleterre; on va les escorter.


    On remarquera aussi la présence d'une grosse flotte de transport de troupes (non escortée pour l'instant) au large de la Nlle Ecosse.
    Ce sont surtout des corps US qui sont en route vers l'Angleterre en passant d'abord par le nord en attendant une lourde protection une fois les convois passés. Il n'y a probablement pas de subs dans ce secteur.






    Enfin, en Méditerranée, nous avons été complètement leurrés: ce n'était pas un PzK qui se trouvait dans le port de Tripoli mais une misérable garnison.

    A part ça, les italiens sont totalement coincés du coté de Tobrouk par la flotte britannique.





    Comme il semble qu'il n'y ait plus beaucoup de risques maintenant, Montgomery se lance vers Benghazi et y détruit 1 garnison tandis que Tobrouk est progressivement encerclée.
    L'aviation maltaise inflige une dérouillée à l'aviation italienne de Sicile (5 coups contre 2 pertes).


    Dernière modification par rominet ; 31/08/2016 à 18h49.

  9. #49
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    2 902
    Na Berlin




    29 mars 1942 (T48):

    par chance, un froid sévère continue à sévir sur la Russie ce qui empêche les allemands de se rétablir.

    Toutefois, surtout avec l'aide des finlandais, ils ont réussi à détruire notre armée avancée au sud de Leningrad mais c'est leur seul succès.

    En effet, en Carélie, les finlandais ont amorcé un repli.



    Dans le secteur centre, le repli des armées de l'Axe est plus important.
    La perte de Smolensk les semaines précédentes a poussé les allemands à repasser le Dniepr.
    Il reste surtout un écran de garnisons.



    Plus surprenant encore est le repli constaté dans la boucle du Donetz.



    Pour l'état-major soviétique, la situation commence à être délicate.
    L'hiver favorise encore l'Armée Rouge mais le redoux est annoncé pour bientôt (2 tours, grand max).
    De plus, excepté les 4 corps blindés, les forces soviétiques commencent à accuser des pertes importantes et elles risquent de se trouver en mauvaise posture en cas de contre-attaque violente des allemands avec le redoux.

    Cela dit, compte tenu des lourdes pertes subies par l'Axe durant cet hiver, il est peu probable que les Allemands redeviennent dangereux avant juin 42.

    Dans ces conditions, l'Armée Rouge profite du retrait ennemi pour avancer, surtout du coté du Dniepr mais
    l'intensité du combat diminue globalement avec de nombreuses réparations d'unités.
    5 garnisons ennemies sont détruites, une 6ième est amochée et une 7ième est encerclée à Rostov-le-Don.

    Un TAC allemand est attaqué au nord également.





    Plus au sud, les blindés de Meretskov détruisent 1 garnison tandis que les forces de Konev en détruisent 2 autres et isolent Rostov. Les mines du Donbass sont reprises.



    On remarquera toutefois que Kharkov, solidement tenue par des paras allemands, reste une épine dans le flanc de l'avancée russe.


    En Méditerranée, les mouvements ennemis semblent contradictoires puisqu'on assiste à une nouvelle tentative d'envoi de renforts italiens vers l'Afrique du Nord.
    L'un des convois à destination de Benghazi est toutefois stoppé par nos sous-marins.



    Sur terre, l'offensive continue avec pour objectif principal d'empêcher l'évacuation du maximum d'unités italiennes en les isolant le plus possible du port de Benghazi.



    Puis, compte tenu du calme relatif sur mer, notre CV retourne à Alexandrie pour menues réparations, accompagné du seul DD présent.



    On constate qu'après l'avoir vidée, le commandement ennemi a décidé de défendre à nouveau la Sicile: ce n'était qu'une mesure temporaire.


    Dans l'Atlantique, les Uboats ont été absents ce tour-ci.

    Un bon convoi pour Mourmansk (49 pts) est fortement escorté



    tandis qu'un gros convoi de 80 pts vers l'Angleterre bénéficie d'une solide protection américaine.



    Un Uboat, en réparation à Brest (probablement celui endommagé il y a 2 tours par nos DD et avions), est attaqué et subit 1 perte.


    Par contre, plus à l'ouest, changement complet de programme:
    les forces terrestres US ne filent plus vers l'Angleterre mais vers le sud; direction l'Afrique du Nord pour y débarquer bientôt.


  10. #50
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    2 902
    18 avril 1942 (T49):

    dans l'Atlantique nord, les Uboats lancent des attaques presque suicidaires contre nos convois.
    Celui de Mourmansk, qui a filé au nord de l'Ecosse, perd 10 points et notre CV est attaqué.





    La réplique des destroyers et avions alliés est toutefois meurtrière.
    Le Uboat le plus au nord ne doit son salut d'extrême justesse au fait qu'il a réussi à s'évader d'une des attaques d'1 DD.
    Mais le second est coulé aussi sec, sans avoir même besoin du deuxième destroyer.





    Ce dernier part, ainsi que 3 autres pour escorter l'autre convoi à destination de l'Angleterre qui a été
    sérieusement diminuée par une autre attaque de Uboat plus au sud.
    Notre CV, lui, retourne au port pour réparation.





    La réplique des DD US est toutefois moins efficace que plus au nord; déjà, il n'y a d'avion pour les aider et les flottilles ennemies sont particulièrement aguerries; l'une d'elles réussit d'ailleurs une évasion.


    Plus à l'est, Brest est attaquée à nouveau par nos chasseurs-bombardiers mais sans infliger de pertes.





    La puissance sous-marine allemande vient de prendre un sacré coup; il ne leur reste que 2 flottilles
    opérationnelles, manifestement.




    Beaucoup plus au sud, notre force d'invasion se rapproche de la côte africaine; la menace sous-marine étant probablement négligeable, il est probable que cette force se scinde en 2, une pour Casablanca, l'autre pour Oran.







    En Méditerranée, les forces de Montgomery stagnent et se renforcent pour préparer l'assaut sur Tobrouk.









    En Russie, le temps s'est radoucit mais la neige persiste encore.
    Mais le beau temps est prévu dès le mois de mai.


    Nos armées se recomplètent et se mettent en état de défense.
    Le ligne du Dniepr n'a malheureusement pas pu être atteinte en totalité:
    dans le secteur de Rokossovsky et Joukov, il y a un large trou au nord de Gomel;
    et plus au sud, les corps blindés soviétiques de Meretskov, trop exposés se sont repliés vers le nord-est.





    Les seules attaques proviennent du front de Konev qui tente de reprendre Stalino et échoue d'un cheveu.

    Quelques combats ont lieu également à l'ouest de Kharkov.
    Les allemands ont encore reculé dans ce secteur.







    Le bilan de la contre-offensive d'hiver soviétique est positif:
    2 PzK ont été détruits ainsi que 3 corps mécanisés plus un certain nombre de corps d'infanteries ennemis et de garnison.
    Les allemands puisent maintenant dans une main-d'œuvre de moindre qualité (71%).
    2 autres PzK ont été sérieusement amochés ainsi que d'autres unités moins importantes.


    Voici le tableau des pertes:



    à comparer avec celui des pertes, daté de la fin novembre 1941, date des premières contre-attaques russes:



    Les allemands ont perdu 21 unités terrestres, c'est lourd!!

Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages