Warning: Illegal string offset 'name' in [path]/includes/functions.php on line 6112
Vous avez dit "Pacific" ?? Aar witpae - interdit à Gilles65
+ Répondre à la discussion
Page 12 sur 12
PremièrePremière ... 2 10 11 12
Affichage des résultats 111 à 114 sur 114
  1. #111
    Date d'inscription
    mai 2015
    Messages
    130
    8 décembre,

    Philippines

    Dans la nuit, le groupe Naka composé du croiseur léger éponyme et de 7 destroyers bombarde l’aéroport d’Iba. L’aérodrome est détruit au tier.

    A l’aube, les bimoteurs de la 11ème Flotte et les bombardiers du Kido Butai s’élancent à nouveaux à l’assaut des Philippines. Cette fois-ci le port de Manille est délaissé et toute la force de frappe est dévolue à l’obtention d’une supériorité aérienne durable.
    La Flak s’adjuge un D3A1 Val mais en contrepartie les aérodromes de Clark Field, Manille et Iba sont totalement détruit, une douzaine de chasseurs américains sont abattus et 20 B17 sont lourdement endommagés au sol. Hélas, une partie des B17 avait déjà décollé et bombardé le port de Babeldaob ou un ravitailleur et un cargo sont éventrés par les bombes en dépit de l’opposition des A5M Claude qui peinent à rayer la peinture des forteresses volantes.

    Enfin, les zéros de Formose assurent une couverture aérienne soutenue au-dessus de la baie d’Aparri soutenus par les Ki43 de l’armée qui se sont installé sur l’île de Batan. Sous ce parapluie qui repousse les PBY venus tenter de torpiller les cargos, ceux-ci s’apprêtent à décharger leur cargaison d’hommes, de chars et de ravitaillement.

    Mais les américains ne comptent pas en rester là. Une demi-douzaine de vedettes lance-torpilles appareille de Manille en direction du nord. Deux sont détruites par le champ de mine déposé dans la nuit par les sous-marins japonais et une troisième est coulé par le groupe Naka au large d’Iba.

    Un peu plus au nord, deux petite corvettes (APD) patrouillent au sud de Hong Kong en vue d’intercepter les cargos qui chercherait à fuir vers Singapour. Hélas, ils sont repérés par 3 destroyers anglais aguerris qui les prennent en chasse. L’engagement commence à 8000 mètres et hélas, sous une lune presque pleine, les destroyers plus rapides s’approchent à 4000 mètres avant d’ouvrir le feu. Le Yomogi est incendié par les obus et achevé d’une torpille tandis que le Tsuta lourdement touché s’échappe derrière un rideau de fumée. Il coulera hélas trois jours plus tard à l’ancre dan Samah, malgré les efforts des ouvriers du port.
    Le premier engagement naval de la guerre s’achève donc par une défaite.

    Au sud des Philippines, le groupe aéronaval formé autour du porte-avion léger Ryujo détache 2 croiseurs lourds (Myoko et Haguro) ainsi qu’un croiseur léger et 7 destroyers pour former le groupe Myoko qui doit bloquer tout repli vers Java dans le détroit entre les Célèbes et Bornéo. Après avoir rapidement coulé un petit cargo (le Montanes), il marche plein sud afin de refermer la nasse.

    A l’aube, un datai de 12 B5N Kate repère un petit pétrolier Hollandais qui quitte Tarakan et l’envoie par le fond à la torpille. Pendant ce temps les destroyers du groupe Myoko se déploient en ligne le long du détroit et ne tardent pas à repérer le croiseur lourd Houston qui marche à toute vapeur vers le sud. L’amiral du groupe a tout loisir de déployer sa flottille qui barre le T au croiseur américain. Le combat inégal ne dure guère, le croiseur américain encaisse une quarantaine d’obus de 203 qui immobilise le navire. Bientôt seul sa tourelle n°2 est opérationnelle et alors que l’eau commence à affleurer sa plage avant, laissant augurer une fin proche une dernière salve vengeresse vient frapper le croiseur Haguro, premier coup au but américain de l’engagement. Un obus frappe les tubes de lancement de longue lance tribord. La détonation des charges et des réservoirs d’oxygène pur endommage lourdement le navire dont la superstructure est en feu. Pour le croiseur, c’est retour au Japon.

    Le croiseur Haguro, en feu après l’engagement contre le Houston.


    Le Houston, peu avant qu’il ne coule.



    Malaisie

    Dès l’aube, les soldats de Yamashita s’emparent sans difficulté de Kota Bharu soutenus par les croiseurs de bataille de Tanaka. 9 bombardiers sont sabotés par les rampants lorsque les japonais s’emparent de la base.
    Tous les bimoteurs de la marine sont en l’air pour tenter de repérer et détruire les cuirassés britanniques, mais aucune trace de ces navires, y compris à Singapour. Pendant ce temps, les soldats débarqués à Singora en Thaïlande commencent à marcher vers Georgetown.


    9 décembre,

    Philippines

    Bien sur, il est hors de question de laisser les destroyers anglais s’en tirer à si bon compte. Un groupe de destroyer appareille de Cam Rah Bay afin de couvrir les côtes d’indochine. Le groupe Chokai composé d’un croseur lourd et de 5 destroyers couvre la côte nord de Bornéo tandis que le KB détache le croiseur lourd Tone et 5 destroyers afin de bloquer la retraite vers les Célèbes. Le résultat ne se fait pas attendre. Les 3 destroyers anglais sont repérés dans la nuit au large de Palawan par le groupe Chokai. Hélas, les destroyers anglais représentent brillament la Royal Navy et parviennent à s’échapper non sans avoir collé un obus dans les superstructure d’un destroyer japonais.

    Une poursuite effrenée est alors déclenchée et une heure plus tard les destroyers sont accrochés par les projecteur du Chokai. Cette fois ci le Scout encaisse un obus de 203, de même que le Thracian, le Thanet encaisse lui 3 obus qui incendient le navire…

    L’issue est prévisible, alors que l’aube se lève, un feu nourri du Chokai achève de désemparer les destroyers qui coulent rapidement. C’est une excellente nouvelle car ces destroyers bien équipés et bien entrainés sont une menace sérieuse pour nos sous-marins.


    Pendant ce temps les débarquements continuent à Appari et les américains envoient cette fois une flotille de 8 vedettes lance torpilles. A leur vue, le convoi d’invasion de Lingayen fait demi-tour, mais le groupe Maya intervient et en coule 2 mais surtout les repousse vers le nord. Un groupe de patrouilleurs (SC) qui chasse le sous-marin entre Formose et Luzon repère les vedettes mais n’ose intervenir. Le lendemain, le groupe Maya finira de détruire la flottille au large de Hong Kong.
    Célèbes

    Le groupe Myoko continue ses patrouilles dans le détroit et envoie par le fond un mouilleur de mines et une corvette.

    Sumatra

    Deux sous-marins sont embusqués devant Palembang. L’I-121 lande 4 torpilles sur le cargo Neleus et le rate, l’I-122 lance lui 4 torpilles sur le juteux pétroilier Strix de 6000 tonnes, et le rate…

    Guam

    En prélude au débarquement à venir, 4 croiseurs lourds et 4 destroyer bombardent la base de Guam.

  2. #112
    Date d'inscription
    mai 2015
    Messages
    130
    avec la carte c'est mieux, désolé.


  3. #113
    Date d'inscription
    mai 2015
    Messages
    130
    10 décembre – 12 décembre.

    Malaisie - Sumatra – Java – Bornéo, la chasse est ouverte !

    Le I-165 qui patrouille entre Java et Sumatra repère le pétrolier Pina, lui lance 4 torpilles, et le rate… décidément. Soucieux d’éviter de voir l’état-major impérial envoyer de dépit à la fonderie l’ensemble des sous-marins, il s’applique un petit peu plus et envoie une heure plus tard par le fond le pétrolier anglais Harpa de 4600 tonnes. Ouf !

    Le signale de cette victoire se propage sur les ondes, et manifestement donne des idées à l’ensemble des commandants qui rivalisent d’audace. A 20 nautique de là, l’I-166 coule le mouilleur de mine Rigel de 1400 tonnes. Le même jour un peu plus tard, l’I-123 entre en rade de Balikpapan, se faufile entre les champs de mine et colle deux torpilles dans le pétrolier British Sailor de 7500 tonnes qui s’embrase en une immense colonne de feu, et ne manque pas de déposer ses 40 mines dans le chenal en repartant.
    Le lendemain, l’I-162 qui patrouille également entre Sumatra et Java rate lamentablement le gros pétrolier British Judge. Mais dans la même nuit, au large de Batavia, l’I-153 coule le transport de troupe Kepong et l’I-157 coule le pétrolier Manvantara (4600t).

    L’halali de cette chasse est sonné lorsque l’I-156, qui croise en travers du détroit de Malacca, repère au sonar le battement rapide des hélices d’un puissant navire. Après cette positionné pour l’intercepter, il reconnait dans son périscope la haute silhouette du Dominion Monarch, puissant paquebot anglais qui faisait sensation à Singapour. Trop sûr de lui, et souhaitant garder ses anguilles pour d’hypothétiques navires de guerre, le commandant ne lance hélas que 2 torpilles… Les secondes s’égrènent tandis que dans le central, les officiers essuient la sueur qui leur pique les yeux. Tout à coup un immense fracas fait sursauter l’équipage. Le commandant hisse à nouveau le périscope. Le paquebot accuse une gite d’au moins 20 degrés et brule sérieusement. Hélas, il marche encore 15 nœud et sans difficulté s’éloigne définitivement du submersible. Va-t’il tenter de réparer à Rangoon, auquel cas nos bombardiers auront l’occasion de finir le travail, ou tenter de rejoindre Calcuta ou Tricomlae ? Va-t’il couler en route ? mystère…

    Le Dominion monarch, puissant paquebot héritier de la vénérable compagnie des Indes.




    Birmanie :


    Enervé par la fuite ignominieuse de la force Z, le commandant de la 11ème Flotte décide de bouleverser la doctrine d’emploi de ses bombardiers. Les bimoteurs G3M2 Nell décollent de Saigon et de Bangkok à 7h du soir le 10 décembre, direction Singapour. Le soleil se couche rapidement dans leur dos. Hélas, ils sont peu habitués au vol de nuit, ne maitrisent ni la radiogoniométrie ni le vol en formation de nuit. Résultat, c’est moins de la moitié des avions qui atteignent Singapour par petit paquet de 5 ou 6 appareils… 5 avions sont abattus par la flak, 20 autres endommagés. Aucune bombe n'atteint le port, sans parler des navires… Quelques bombes se perdent dans la ville faisant craindre à la population locale d’avoir à vivre un blitz. Heureusement pour eux, la 11ème flotte renonce définitivement à ces opérations nocturnes couteuses et inefficaces…

    Les bombardiers de l’IJA poursuivent eux leurs raids sur les aérodromes et les formations défensives des anglo-indiens. Un second raid est lancé sur Rangoon et permet la destruction d’une demi-douzaine de chasseurs et de quelques cargos déjà endommagés. Pendant ce temps, Yamashita organise ses troupes et les répartis entre deux pinces, uns qui remontera vers Singapour sur la piste nord tandis que le gros de ses troupes reste en réserve à Singora ou tout le matériel ferroviaire du Siam a été réquisitionné et stocké.


    Philippines :


    Les troupes impériales qui avaient été repoussées par les vedettes lance-torpilles prennent enfin pied à Luzon. Un premier groupe d’assaut composé d’un Régiment d’infanterie et d’un petit groupe de reconnaissance s’empare du port de Loang, au nord de Luzon. Les troupes débarquées à Aparri continuent leur progression vers le sud précédées du 2ème régiment de char qui laboure à toute vitesse les routes de Luzon en repoussant sans difficulté l’armée des Philippines dont le fanfaron Mac Arthur faisait grand cas il y a peu…

    Pendant ce temps, le blocus de la mer des Philippines continue, le croiseur Nachi coule deux petits cargos dont notre ami l’infortuné Bisayas… Un pétrolier ravitailleur de 7000 tonnes, le Pecos tombe par hasard sur le Kido Butai. Soucieux d’éviter tout incident avec ses précieux navires, et malgré la présence de cuirassés et de croiseurs au sein de sa flotte, le prudent Nagumo décide ne pas attaquer cette cible juteuse. Le groupe Myoko continue de patrouiller au large des Célèbes et envoie par le fond une poussière navales variée, mouilleurs de mines, dragueurs, et petits caboteurs.

    Enfin, les raids quotidiens de Zeros et de G3M2 partant de Formose poursuivent leur œuvre de destructions à ClarkField et Manille, les uns abatants en vol les vénérables P26 et les patauds P40, les seconds détruisant au sol B17 et Catalinas. Aucun avion japonais n’a été abattu en combat aérien au-dessus de Luzon, aucun bombardier n’a pu approcher ni même toucher le moindre cargo. L’apport du KB dans les premières heures de l’offensive a été déterminante et les forces aériennes de Formose sont désormais suffisante pour maintenir la domination totale des japonais dans le ciel philippin.

    Borneo :


    Partis de Saigon, et Hainan et de Formose, des groupes d’assaut de la marine s’emparent des ports de Borneo, Sarawak et Brunei. La raffinerie de Miri est à moitié détruite hélas. Deux cargos japonais sont détruits, torpillés par des Catalinas partis manifestement de Balikpapan.

    Papouasie :

    Des troupes de marines s’emparent de toutes les bases de la côte nord de la Papouasie, tout en restant à l’écart de Rabaul et ses bombardiers. De même, un régiment d’infanterie capture sans difficulté la base de Guam qui avait été préalablement neutralisée par les canons de 4 croiseurs. Néanmoins, La 4ème flotte a renoncé à toute opération majeure vers Wake ou vers la Nouvelle Bretagne car tous les porte-avions sont employés en Asie du Sud-Est. Il est clair qu’avec les croiseurs australiens et les portes avions américains, la mer est notre ennemie à l’Est et au Sud de Truk.

    Les croiseurs qui avaient bombardé Guam patrouillent perpendiculairement à la côte nord de la Papouasie afin de refermer le piège autour des Philippines, en effet nos hydravions ont repérés plusieurs navires dont le ravitailleur Pecos se dirigeant vers Rabaul, l’ennemi ayant compris que la route du sud était bloquée par le groupe Myoko. D’ailleurs, le doute commence à naitre dans l’esprit de Yamamoto. Si la force Z renforcée des croiseurs léger hollandais tentait une remontée vers le nord en contournant Bornée, elle pourrait détruire sans efforts nos groupes de croiseurs. Tout repose sur la peur que propage le KB, mais fonder sa stratégie sur un comportements supposément raisonnable de son adversaire, c’est se préparer à des déconvenues….

    La mort dans l’âme, Yamamoto décide de renoncer partiellement à son dogme de la concentration des forces. Il scinde le KB en deux, un tier (Akagi Kaga) sera chargée de couvrir les opérations aéronavales vers Singapour et Sumatra tandis que le reste sera mis à disposition de la 4ème Flotte à Truk après avoir couvert l’invasion de la côte est de Bornéo.

  4. #114
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    4 532
    Scinder le KB peut amener à de grosses déconvenues surtout si l'un des morceaux tombe sur 4 PA américains. Sinon très bon AAR avec d'excellentes cartes.

    "il n'y a que deux espèces de plans de campagne, les bons et les mauvais. les bons échouent presque toujours par des circonstances imprévues qui font souvent réussir les mauvais. " Napoléon

Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages