Warning: Illegal string offset 'name' in [path]/includes/functions.php on line 6112
Wite - à l'est rien de bien nouveau
+ Répondre à la discussion
Page 8 sur 8
PremièrePremière ... 6 7 8
Affichage des résultats 71 à 73 sur 73
  1. #71
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Localisation
    Toussus le Noble
    Messages
    3 622
    Oui, l'erreur pour le soviétique c'est de mettre les corps en première ligne à l'été 42.
    C'est le meilleur moyen pour les perdre trop vite. En 42, on recule encore partout où l'Allemand met le paquet.

    Perso, les corps sont toujours au chaud à s'entrainer à cette époque.
    Je ne les sors qu'à la fin de l'offensive d'été de l'Allemand pour les aguerrir. Et dès 43 j'ai plein de corps aguerris qui font mal.
    "Les ponts qui sautent? Ca dépend à quel hexagone est rattaché le pont..."

    Arnaud featuring "Madiran" le 11/06/08

  2. #72
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 756
    Du 18 juin au 1er juillet 1942 :

    Les nombreux convois ferroviaires qui transportent la 8ème Armée italienne traversent l'Ukraine. La destination des troupes de Gariboldi est le sud du front, sans doute la boucle du Don, où elles flanc-garderont l'offensive allemande.

    Sur une ligne entre le lac Onega et Moscou, les Finlandais et les 18ème, 16ème et 2ème Armées sont sur une stricte défensive. Leur seule activité est la mise en place de retranchements et de fortifications.

    Les Soviétiques s'étant retranchés derrière l'Oka, la 9ème Armée s'échelonne peu à peu sur la rive droite du fleuve. Là également, les travaux de terrassement débutent. Pour le moment, aucune offensive visant Moscou n'est à l'ordre du jour. La 216ème ID s'installe dans Ryazan abandonnée par l'ennemi.

    L’offensive se poursuit entre l'Oka et le Don. Il s'agit surtout d'un recul des Soviétiques, les forces blindées allemandes s'offrant un répit pour se ravitailler avant le prochain bon en avant. À Ryazhsk, le 29ème Corps blindé, encerclé, est anéanti en compagnie de deux divisions de fusiliers. La 4ème Armée franchit la Para et s'approche de la Tsna, choisie par les Soviétiques comme nouvelle ligne de défense.

    La 330ème ID (6ème Armée) arrive devant Tambov alors que plus au sud, les troupes de Reichenau s'apprêtent à border la Bityug. Sur les arrières de la 6ème Armée, les chars des 3ème et 4ème PzArmeen font chauffer les moteurs pour un vaste raid programmé sur la rive gauche du Don et qui doit permettre d'exploser les défenses soviétiques sur une vaste portion du front. Le XXXXème PzK a été enlevé à la 1ère PzArmee et rapatrié du côté de Svoboda pour participer à la fête. Au total, en comptant la 2ème PzArmee qui fait une pause au nord-ouest de Tambov, ce sont 16 PzD et 9 divisions motorisées qui s'apprêtent à fondre sur des Soviétiques en pleine retraite.

    La 2ème Armée hongroise avance tranquillement vers la boucle du Don en suivant l'ennemi en retraite, ce dernier s'étant replié plus au sud derrière le Donetz. Voroshilovgrad est prise sans combat par les Roumains tandis que la route de Rostov est barrée par de fortes concentrations soviétiques, en particulier dans les marais à l'ouest de la ville.











  3. #73
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 756
    Du 2 au 8 juillet 1942 :

    Pour l'anecdote, une pluie de promotions arrose l'armée roumaine, dont le rôle certes discret a été éminent depuis le début de Barbarossa. Pas moins de 8 généraux de brigade gagnent une étoile supplémentaire durant la semaine.

    L'offensive d'été de la Wehrmacht reprend, après une pause due au ravitaillement des unités blindées et motorisées.

    La 9ème Armée prend position sur la rive droite de l'Oka, en face des troupes soviétiques, jusqu'au confluent avec la Para.

    Au nord de Tambov, la 4ème Armée avance lentement sur les traces des Soviétiques qui se sont prudemment repliés vers l'est et le cours de la Tsna.

    C'est entre Tambov et Voroshilovgrad que la force irrésistible de quatre Armées blindées frappe des Soviétiques qui avaient pourtant reculé de manière significative derrière la Bityug et l'Aïdar.

    Sur la Bityug, c'est dans le secteur d'Anna, à 100 km au sud de Tambov, que la 2ème PzArmee perce les lignes soviétiques. Les premières heures sont difficiles, la résistance des frontoviki s'avérant particulièrement opiniâtre. La 23ème PzD, la GD et le LVème Corps (6ème Armée) se heurtent à des 331ème et 381ème divisions de fusiliers qui ne lâchent pied qu'après plusieurs assauts successifs.

    Un peu plus au sud en revanche, 3 divisions soviétiques partent rapidement en vrille après l'attaque initiale du XXIVème PzK. Après deux jours de ce traitement, la première ligne ennemie s'effondre sur une largeur de 50 km, amplement suffisante pour que Guderian puisse y engouffrer tous ses blindés. Ces derniers crochètent ensuite rapidement vers le sud et atteignent Kalach (pas celui de Stalingrad), dans la direction générale de Boguchar.

    L'autre point d'application de cette manœuvre en tenaille se situe à Rossosh, à 80 km à l'ouest de Boguchar. L'opération est un peu plus délicate puisqu’il faut franchir le Don. C'est ici le LVIIème PzK qui se charge de démolir les défenses soviétiques, le XXXIXème PzK prenant ensuite le relais pour passer sur la rive gauche du Don et donner la main aux avant-gardes de la 2ème PzArmee. L'encerclement d'une quinzaine d'unités soviétiques, dont 3 de cavalerie, un de tanks et un de fusiliers est ainsi consommé.

    Par précaution cependant, le GAC, maître d’œuvre des opérations, lance dans la brèche le LVIème PzK (4ème PzArmee) de Manstein pour renforcer la 2ème PzArmee et la ceinture qui enserre les troupes soviétiques, Guderian ayant consommé beaucoup d'unités lors de sa percée initiale.

    Deux autres opérations similaires mais de plus faible envergure se déroulent sur la Chernaya Kalitva et l'Aïdar. Le IVème Corps (17ème Armée) bouscule d'abord une brigade blindée près de Rovenki et ouvre la porte au XXXXème PzK qui avance ensuite vers l'est et Kantemirovka. Il y rejoint l'autre Corps de la 4ème PzArmee, le XXXXIème, qui a d'abord suivi le même chemin que le LVIème mais a continué ensuite à progresser sur la rive droite du Don. 6 unités ennemies, dont un Corps de cavalerie, sont piégées dans cette poche.

    Enfin, le dernier point d'application se situe au confluent entre Donetz et Aïdar, avec le reste de la 1ère PzArmee, soir les IIIème, XIVème et XXXXVIIIème PzK. La percée initiale est l’œuvre du XXXXIXème Corps de montagne renforcé par la division mobile slovaque et la 8ème division de cavalerie SS qui renverse, avec l'aide bienvenue de la Luftflotte 4 (40 avions ennemis au tapis, aucun allemand), la 443ème fusiliers. S'ensuit le schéma habituel avec la ruée des blindés de Kleist vers le nord-est et leur échelonnement le long de la Derkul aux sources de laquelle ils rejoignent le XXXXème PzK. Ce sont encore 6 unités soviétiques dont 3 Corps blindés qui se retrouvent coincés le long de l'Aïdar.











Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages