Warning: Illegal string offset 'name' in [path]/includes/functions.php on line 6112
Wite - à l'est rien de bien nouveau
+ Répondre à la discussion
Page 2 sur 8
PremièrePremière 1 2 3 4 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 11 à 20 sur 75
  1. #11
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Localisation
    Verdun
    Messages
    3 649
    Ah, je lui ai tout appris
    "Tu vois, le monde se divise en deux catégories.
    Ceux qui ont un pistolet chargé, et ceux qui creusent.
    Toi... tu creuses..." (Sergio Leone, 1969, Le Bon, La Brute et le Truand.)

  2. #12
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 760
    Août 1941 :

    Après leur entrée en guerre, les Finlandais avancent rapidement. Ils parviennent à encercler et à détruire deux divisions soviétiques sur leurs frontières avant de traverser l'isthme de Carélie et de mettre le siège devant Leningrad qu'ils ont ordre de ne pas attaquer pour le moment. Leur Armée de Carélie contourne quant à elle le Ladoga par le nord, ralentie par quelques régiments du NKVD laissés en arrière-garde. Dés le début août, les lignes de défense soviétiques au nord de Leningrad sont entièrement bordées par plusieurs divisions finlandaises. À la mi-août, l'Armée de Carélie arrive sur la rivière Svir qu'elle a ordre de ne pas franchir tant que les Allemands n'auront pas remporté de succès significatifs du côté de Leningrad.



    Justement, de ce côté, le mois d'août a été riche en événements. Dés le 1er août, Hoepner lance ses chefs de Corps contre les défenses soviétiques du nord du lac Peipus. Ce sont d'abord 5 ID du Ier Corps qui, à partir de Slancy et de la tête de pont sur la rive droite de la Plyussa, font sauter le premier verrou. Les XVIème et Lème Corps élargissent ensuite le couloir d'attaque pour que Manstein et Reinhardt puissent se déployer, le premier vers l'est, le second vers le sud. Le LVIème PzK atteint ainsi la Luga alors que le XXXXIème atteint le lac de Pskov, parvenant à piéger le long du Peipus 5 divisions de fusiliers et 2 motorisées.

    En parallèle, la 16ème Armée franchit en masse la Velikaya au sud de Pskov et repousse peu à peu les Soviétiques vers la ville. Dans les heures qui suivent, la réaction du commandement soviétique est radicale : Pskov est abandonnée et tout le monde se replie derrière la Luga et dans son prolongement jusqu'à Novgorod, ce qui permet à Leeb de rassembler le GAN d'un seul tenant.

    Manstein ne s'endort pas sur ses lauriers et, dés le 9 août, avec de nouveau le concours du Ier Corps, il franchit la Luga à Veymarn et se répand sur les arrières des défenseurs soviétiques, la Totenkopf dépassant Kotly et la 3ème motorisée s'emparant de Volosovo. Plusieurs unités ennemies sont prises au piège le long du Golfe de Finlande. L'infanterie tarde à suivre, la résistance de l'ennemi encerclé au bord du Peipus s'avérant très vive.

    À la mi-août, les Soviétiques se regroupent en avant de Pushkin et conservent leurs positions sur la Luga, que viennent border les premiers éléments des 16ème et 18ème Armées. Manstein parvient à avancer en force de 15 km vers Krasnogvardeysk, mais ses unités ne peuvent fournir d'effort supplémentaire.

    Après quelques jours de repos, le LVIème PzK perce les défenses ennemies au nord de Divenskaya et ouvre la route au XXXXIème PzK qui l'a rejoint et effectue une chevauchée de près de 50 km vers l'est, atteignant les faubourgs de Tosno, non loin de Kolpino. Plus au sud, la 16ème Armée bute sur les unités ennemies retranchées derrière la Luga.

    Dans les derniers jours d'août, l'infanterie de la 18ème Armée bouscule facilement les faibles défenses soviétiques à Tosno et Kolpino. Manstein décide alors de franchir la Neva dans la foulée et, à sa grande surprise, personne ne s'oppose à la traversée de ses troupes. La 3ème motorisée débarque à Pavlovo puis s'empare d'Osinovets avec la Totenkopf dans sa roue. Le commandement soviétique a renoncé à défendre Leningrad, dans laquelle il a laissé 5 divisions et 3 brigades de fusiliers. Il a également replié tout son monde derrière le Volkhov. Profitant de cette situation, Reinhardt fonce vers le fleuve qu'il ne peut franchir mais au bord duquel il encercle la 3ème division blindée. Plus au sud, la 16ème Armée peut enfin reprendre son avance et s'emparer de Novgorod.



    Le GAC commence dés le début août ses opérations au-delà du Dniepr, laissant à la 9ème Armée le soin d'avancer entre Dvina et Dniepr vers Vitebsk et Smolensk. Dans la première semaine d'août, Guderian et Hoth réalisent un premier encerclement qui coince sur la Pronya une douzaine d'unités soviétiques. L'ennemi offre une vive résistance et replie sa ligne de défense sur la Sozh. Pendant ce temps, alors que le gros de la 4ème Armée borde la Sozh de part et d'autre de Gomel, quelques-uns de ses éléments d'infanterie descendent vers le sud en longeant la rive droite du Dniepr.

    À compter du 10 août, les Soviétiques effectuent un nouveau repli d'envergure. Le cours de la Sozh est abandonné et les pointes blindées de Guderian ne trouvent pas âme qui vive en arrivant sur la Besed. Chernigov est abandonnée à la 4ème Armée. L'ennemi semble appuyer sa défense au nord sur le Dniepr et Smolensk et sur la rive gauche du fleuve sur l'ensemble du cours de la Desna.

    Le 15 août, alors que le Panzergruppe 2 fait reposer et ravitailler ses unités, Hoth lance ses blindés à l'attaque au sud-est de Smolensk dans la direction de Vyazma. En quelques jours, le Panzergruppe 3 perce sur 60 km et atteint le Dniepr en amont de Smolensk mais ne peut boucler d'encerclement.

    Vers le 20 août, des unités de la 4ème Armée, faisant leur jonction avec la 6ème Armée du GAS, franchissent la Desna au nord de Kiev au niveau de l'Oster, dans un secteur négligé par les Soviétiques, ce qui va avoir les plus heureuses conséquences, comme on va le voir, sur la suite des opérations en Ukraine.

    Dans la dernière dizaine d'août, les Soviétiques, se sentant menacés d'être pris à revers par la sud, évacuent complètement l'interfluve Dvina-Dniepr et abandonnent Vitesbk et Smolensk dans laquelle se sont enfermés 2 brigades parachutistes et l'état-major du 4ème Corps aéroporté. L'ennemi recule également sur une ligne Lac Ilmen-Velikie Luki, réduisant considérablement l'espace séparant le GAN du GAC et permettant à la 2ème Armée d'avancer et de raccourcir ses lignes. Au sud-est de Smolensk, au lieu de poursuivre sur Vyazma, Hoth se rabat vers le sud-est pour rejoindre Guderian qui a percé sur la Desna et piège sur la rivière 8 divisions de fusiliers, 3 de cavalerie et une division blindée.

    Les derniers jours d'août voient l'élimination difficile des unités ennemies encerclées et la remontée vers le nord des XXXXVIIème (Panzergruppe 2) et LVIIème (Panzergruppe 3) PzK qui, par des attaques localisées de part et d'autre du Dniepr, préparent l'assaut sur Moscou.



    En Ukraine, Rundstedt, en retard par rapport au GAC, doit durant la première semaine d'août éliminer les unités ennemies encerclées autour de Zhitomir et regrouper ses forces sur une diagonale nord-est / sud-ouest de part et d'autre de Vinnitsa. En face se sont regroupées de puissantes forces soviétiques qui semblent décidément inépuisables. L'ennemi trouve même le moyen de mener avec succès quelques contre-attaques locales face aux Roumains à la charnière entre la 17ème Armée et la 3ème Armée roumaine.

    Le 10 août, les Soviétiques se sont repliés en arrière de Vinnitsa, cette fois sur une diagonale Kiev-Braclav. Runsdedt attaque leurs lignes de défense toutes forces réunies avec l'intention d'exploiter les brèches avec un Panzergruppe 1 bourré de carburant et de munitions. Les combats sont âpres au nord et au sud de la Skvirka, avec l'engagement massif de l'infanterie allemande des 6ème et 17ème Armées. Kleist doit alors lancer ses 3 PzK dans les brèches difficilement obtenues et encercler une quinzaine d'unités soviétiques, dont 4 divisions blindées. La manœuvre oblige comme prévu les Soviétiques à se retirer du Dniestr pour rejoindre de nouvelles positions sur le Yuzhny Bug, la Sinyukha et la Tikich.

    Ce qui n'avait en revanche pas été anticipé, c'est la déstabilisation de l'ennemi, qui d'une part doit reculer en désordre vers Kiev et Cherkassy, d'autre part a négligé de garder la Desna au nord de Kiev, comme on l'a vu précédemment, ce dont profitent des éléments des 4ème et 6ème Armées pour franchir le fleuve.

    Entre le 15 et le 20 août, dans la foulée de sa précédente opération, le Panzergruppe 1 encercle donc Kiev avec une dizaine d'unités ennemies et referme une autre tenaille sur une quinzaine d'autres unités qui retraitaient en désordre dans la direction de Cherkassy vers l'abri du Dniepr. Devant cette situation, les Soviétiques doivent reculer de manière encore plus nette sur le cours de la Sula sur la rive gauche du Dniepr et de part et d'autre de Kirovograd sur l'autre rive. Ce recul désordonné implique l'abandon à l'ouest de Cherkassy d'une demi-douzaine d'unités supplémentaires que le Panzergruppe 1 dépasse et encercle sans combattre, brûlant dans cette manœuvre ses dernières gouttes de carburant.

    Le mois d'août se termine avec un GAS qui a rattrapé son retard sur le GAC. Les Soviétiques appuient maintenant leur défense rive droite du Dniepr sur Kirovograd et l'Ingul, que les Roumains, qui se sont emparés d'Odessa sans combattre, tentent de rejoindre à marches forcées, et rive gauche sur le cours de la rivière Psel. Le prochain objectif du GAS, qui a besoin d'une bonne pause pour se ravitailler, sera la ville de Kharkov.











  3. #13
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Localisation
    Toussus le Noble
    Messages
    3 623
    La situation au sud devient prometteuse: tu peux aller vers Kharkov, puis le bassin du Donetsk puis Rostov sans trop de mal je pense.
    La défense haute face aux Roumains va se retourner contre le russe: tu auras tes blindés bien plus à l'est que son infanterie. Ca promet de beaux encerclements à venir.

    Sinon, tu as capturé des usines à Leningrad? tu peux en choper en Ukraine? etc...
    "Les ponts qui sautent? Ca dépend à quel hexagone est rattaché le pont..."

    Arnaud featuring "Madiran" le 11/06/08

  4. #14
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 760
    Oui, c'est mieux dans le sud ; je ne sais pas ce qui s'est passé notamment au nord de Kiev avec ce trou sur la Desna. En tout cas, Dirtyharry n'a pas pu s'arrêter sur le Dniepr. Je trouve qu'après il a bien réagi en lâchant beaucoup de terrain à l'est de Kiev tout en restant avancé devant Kirovograd, sachant que le Dniepr couvre sa droite... et en plus, j'ai besoin d'une bonne semaine, voire plus, pour que le Panzergruppe 1 redevienne opérationnel.

    Par ailleurs, et c'est peut-être une erreur de ma part, mais mon expérience côté russe semble indiquer que chercher à prendre les unsines ne sert pas à grand-chose ; ou alors il faudrait aller beaucoup plus vite que ce que le jeu permet. Mais bon, je répète que là, j'ai peut-être tort.

  5. #15
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Localisation
    Toussus le Noble
    Messages
    3 623
    Tu as raison: les usines peuvent facilement être évacuées par le russe, et en perdre quelques unes ne change pas grand chose sur le long terme.
    Cependant, je me demandais si tu n'en avais pas pris "sans le vouloir" quelques unes.
    Leningrad, c'est 3 tours pour tout évacuer, Kharkov 2 etc...
    Votre début de partie un peu bizarre (Leningrad qui est isolée vite) me fait penser que tu as pu en prendre au passage, ou alors il a tout évacué au nord, et alors il en reste à prendre en Ukraine où il y a pléthore qui demandent un certain nombre de tours. Ou bien, il n'a déménagé qu'un point de chacune, auquel cas; c'est bon pour toi.

    En effet, on peut ne déménager qu'un point de chaque usine, mais alors la production est arrêtée pendant un moment et l'usine ne grandira pas avant longtemps:
    Le mode de calcul c'est que:
    - Si tu déménages tous les points, l'usine arrive à 50% de dommages. Comme elle répare de 2 points/tour, il faudra 25 tours pour qu'elle redevienne comme neuve (mais bon sans perdre sa production puisqu'à moins de 50% de dommages, elle produit).
    - Si tu ne déménages qu'un point: elle arrive à 99 points de dommages --> 25 tours pour qu'elle reproduise, et 25 pour qu'elle commence à grandir d'un point par tour.
    Imagine que le russe ne sorte qu'un point de l'usine de KV1 de Leningrad, ou de T34 de Kharkov; tu as 6 mois avant de sortir un char, puis encore 6 mois avant que la production ne progresse-->
    Les deux bornes décrites plus haut font quand même une grosse différence en terme de matériel produit sur les années 41-42 et même 43. Or les blindés et véhicules sont critiques pour la modernisation de l'Armée Rouge.

    D'où ma question, car savoir ce que sa production peut faire notamment pendant l'hiver 41 est une indication importante (je trouve en tout cas) pour gérer au mieux le blizzard (imagine qu'il ne produise que 50 T34/ tour en décembre avec les pertes au front; ça va freiner sa modernisation. Si il est à 150, là c'est autre chose).

    Après on est d'accord, en 45; ce sera dur pour toi
    Dernière modification par sval06 ; 16/04/2016 à 19h47.
    "Les ponts qui sautent? Ca dépend à quel hexagone est rattaché le pont..."

    Arnaud featuring "Madiran" le 11/06/08

  6. #16
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 760
    Citation Envoyé par sval06 Voir le message
    Après on est d'accord, en 45; ce sera dur pour toi
    44, ce sera très dur ; 45, ce sera injouable

  7. #17
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 760
    Je reviens à une périodicité hebdomadaire de l'aar, finalement plus facile à rédiger comme cela.

    Du 4 au 10 septembre 1941 :

    Dans les premiers jours de septembre, le Ier Corps de la 16ème Armée détruit les forces soviétiques qui défendent Leningrad. Les quelques milliers de défenseurs de la ville, isolés, démoralisés, à court de vivres et de munitions et matraqués par l'aviation et l'artillerie allemandes ne résistent que quelques jours avant de capituler. Pressé au nord par des Finlandais qui, après la prise de Leningrad par les Allemands, ont reçu l'autorisation de franchir la Svir, l'ennemi opère un recul massif et abandonne la ligne du Volkhov. Ce dernier est aussitôt franchi par des éléments du Lème Corps.

    Au sud du lac Ilmen, les Soviétiques rétrogradent également de manière significative, sans qu'il soit pour le moment possible de déterminer où se situe précisément leur nouvelle ligne de défense.



    La 16ème Armée franchit la Lovat et la 2ème Armée, qui assure la jonction entre GAN et GAC, avance et prend Velikie Luki abandonnée par l'ennemi.

    Le GAC lance l'assaut final vers Moscou le 4 septembre, avec deux attaques simultanées qui visent à détruire les défenses soviétiques sur le Dniepr en amont de Smolensk.

    La première attaque est l’œuvre du Panzergruppe 3 qui contourne les lignes ennemies par le nord, perce à Olenino et avance ensuite jusqu'à Zubtsov, sur la route de Moscou, en longeant la Volga au sud de Rzhev.

    La seconde est menée par Guderian, qui attaque à l'est de Vyazma et poursuit vers le nord-est pour rejoindre Hoth et couper la route entre Vyazma et Rzhev. 12 divisions de fusiliers sont encerclées par les blindés allemands et coincées le long du Dniepr.



    La 4ème Armée tient le même rôle entre GAC et GAS que la 2ème entre GAN et GAC. Étirée sur des centaines de km, elle se contente d'occuper les territoires abandonnés par l'ennemi et, dans l'impossibilité de se concentrer sur un front étroit, n'entreprend que peu d'actions offensives.

    Le GAS, qui a effectué un bond de géant depuis Kiev, trouve une nouvelle opportunité de déstabiliser l'ennemi par l'intermédiaire du Panzergruppe 1. Alors que les Soviétiques se sont regroupés sur la Psel, Kleist lance après des reconnaissances aériennes fructueuses ses blindés vers le nord, le long de la Seym. Ces derniers se rabattent ensuite plein sud, franchissent la Psel à Sudzha, en arrière des lignes soviétiques et foncent vers Kharkov. La LSSAH, lancée en pointe, parvient aux abords d'une ville sans défense mais ne peut y pénétrer avant que ses véhicules ne tombent en panne sèche. Détachées du gros des unités de Kleist, deux PzD du IIIème PzK descendent la Vorskla vers l'ouest mais ne parviennent pas à boucler complètement l'encerclement qui aurait permis de piéger une demi-douzaine d'unités soviétiques sur la Psel, en face de Sumy.



    Rundstedt ayant concentré toutes les unités allemandes sous ses ordres sur la rive gauche du Dniepr, ne demeurent rive droite que les Roumains et les Italiens qui atteignent l'Ingul derrière laquelle se sont retranchés les Soviétiques. Ces derniers contre-attaquent même devant Kirovograd la 6ème DI et la 1ère BC roumaines qui doivent reculer à 15 km de la ville.









  8. #18
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Localisation
    Verdun
    Messages
    3 649
    C'est aussi plus facile à suivre par tour/semaine.

    Ceci dis, c'est la débandade, Dirty a perdu une masse incroyable de divisions et ne semble plus avoir assez d'unités pour faire un front continu sans parler de quelque chose de solide. Visiblement, je doute qu'il voye seulement le Premier Hiver.
    "Tu vois, le monde se divise en deux catégories.
    Ceux qui ont un pistolet chargé, et ceux qui creusent.
    Toi... tu creuses..." (Sergio Leone, 1969, Le Bon, La Brute et le Truand.)

  9. #19
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 760
    Citation Envoyé par greg Voir le message
    C'est aussi plus facile à suivre par tour/semaine.
    Bon ben comme cela, tout le monde est content .

    Citation Envoyé par greg Voir le message
    Ceci dis, c'est la débandade, Dirty a perdu une masse incroyable de divisions et ne semble plus avoir assez d'unités pour faire un front continu sans parler de quelque chose de solide. Visiblement, je doute qu'il voye seulement le Premier Hiver.
    Détrompe-toi, j'ai beaucoup plus de difficultés qu'il n'y paraît. Nous sommes presque à mi-septembre, donc mon avance n'a rien d'exceptionnel. Il peut se permettre de perdre beaucoup de monde pour gagner du temps, ce qu'il fait pas mal du tout. Enfin sa défense haute est très efficace, même si elle a ses limites. J'ai déjà des indices qui me montrent qu'à la fin 1941 et même à la fin 1942, il sera toujours là et bien là et qu'à partir de 1943, je vais en prendre plein la g...

  10. #20
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Localisation
    Verdun
    Messages
    3 649
    Le nombre de grandes unités détruites est impressionnant. Toutes les divisions de chars et motorisées ont l'air d'avoir été détruites...ainsi que 119 divisions de fusiliers.
    Tout cela en septembre, et avec des troupes qui ont fait tombé Léningrad tout en étant aux portes de Moscou.
    Bref, la situation semble assez chaotique pour que tu fasses encore de gros encerclements avec plusieurs dizaines de divisions.
    Dans tous les cas, tu es plus rapide que moi

    Etes-vous en météo aléatoire?
    "Tu vois, le monde se divise en deux catégories.
    Ceux qui ont un pistolet chargé, et ceux qui creusent.
    Toi... tu creuses..." (Sergio Leone, 1969, Le Bon, La Brute et le Truand.)

Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages