Warning: Illegal string offset 'name' in [path]/includes/functions.php on line 6112
Wite - à l'est rien de bien nouveau
+ Répondre à la discussion
Page 3 sur 8
PremièrePremière 1 2 3 4 5 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 21 à 30 sur 78
  1. #21
    Date d'inscription
    avril 2012
    Localisation
    A Vesoul, bien sûr !
    Messages
    226
    C'est vrai que ça pique dur pour le soviet !
    M'est avis que Moscou peut tomber, à moins que Johnny ne la joue "à la Koutouzov", mais je n'en suis pas sûr.
    Comprenez, une supposition que les Allemands reculent...Crac ! On est là !
    - Pour les empêcher de reculer ?
    - Non pour euh.......la t'naille, quoi.

  2. #22
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 766
    Citation Envoyé par Chef Chaudard Voir le message
    C'est vrai que ça pique dur pour le soviet !
    M'est avis que Moscou peut tomber, à moins que Johnny ne la joue "à la Koutouzov", mais je n'en suis pas sûr.
    Koutouzov, ce n'est visiblement pas son modèle .

  3. #23
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 766
    Du 11 au 17 septembre 1941 :

    Sur la Pasha, l'Armée finlandaise de Carélie fait sa jonction avec le gros des troupes de l'Axe. Les Finlandais sont déployés jusqu'à la limite que leur haut-commandement leur a interdit de dépasser. La 16ème Armée opère sur la rive gauche de la Msta.

    La 16ème Armée avance vers Vyshny Volochek et Torzhok. La 2ème Armée, qui a pu raccourcir son front de progression, se regroupe devant Rzhev. Le Panzergruppe 4 est momentanément au repos avec des éléments à Novgorod, Pskov et Velikie Luki. L'OKH hésite encore sur son prochain secteur d'intervention.

    Suite aux percées de Hoth et Guderian, les Soviétiques se sont repliés dans les forêts à l'ouest de Moscou, abandonnant Vyazma mais conservant Rzhev où ils ancrent l'aile droite de leur défense sur la Volga en amont et en aval de la ville. Le XXXIXème PzK attaque le 12 septembre devant Shakhovskaya où la 7ème PzD contraint au recul la 332ème fusiliers. Tout le Panzergruppe 2 s'engouffre dans la brèche ainsi créée et fonce ensuite vers le nord-nord-ouest pour tenter de prendre à revers les défenseurs de Rzhev. Faute de carburant, la manœuvre ne peut être conclue, la 10ème motorisée devant se contenter de couper la route entre Rzhev et Torzhok.

    La 254ème ID entre dans Vyazma vide d'ennemis. Au sud de l'Ugra, les Soviétiques se sont largement repliés en appuyant leur défense sur Kaluga et le cours de l'Oka. La 4ème Armée avance largement déployée vers une ligne Kaluga-Koursk. La 252ème ID entre dans Bryansk abandonnée par l'ennemi et la 23ème ID parvient à 15 km de Koursk.

    Le Panzergruppe 1 est immobilisé au nord-ouest de Kharkov, faute d'essence. La LSSAH, aventurée en flèche aux abords de la ville, se retire prudemment à une quinzaine de km de celle-ci. Les Soviétiques ont abandonné la Psel, ne se sont pas arrêtés sur la Vorskla et ont établi une nouvelle ligne de défense sur la rivière Orel et sur les villes de Kharkov et Bielgorod.

    Sur l'autre rive du Dniepr, l'Ingul, Kirovograd et Nikolaev sont abandonnés, de même que Krivoi-Rog, les Soviétiques s'étant apparemment repliés sur la Bazavluk, en avant de Dniepropetrovsk et Zaporozhye. Les 3ème et 4ème Armées roumaines et le CSIR s'ébranlent pesamment pour se lancer sur les traces de l'ennemi en retraite.











  4. #24
    Date d'inscription
    avril 2012
    Localisation
    A Vesoul, bien sûr !
    Messages
    226
    Etant données tes positions, à la mi-septembre, ça me semble jouable de tenter la prise de Moscou !
    A moins que Johnny te réserve un sale tour dont il a le secret
    Comprenez, une supposition que les Allemands reculent...Crac ! On est là !
    - Pour les empêcher de reculer ?
    - Non pour euh.......la t'naille, quoi.

  5. #25
    Date d'inscription
    mai 2015
    Messages
    130
    Merci beaucoup pour cet AAR passionnant, et qui fait bien envie! Les screenshot de cartes sont très clairs.



    Une petite question: je ne doute pas que ton succès soit dû au maestro digne d'un Manstein que tu déploies, mais je suis tout de même surpris de la rapidité de l'avance notamment vers Leningrad.
    De mémoire, la GAN était largement en sous-effectifs et une fois les pays baltes envahis c'était plus la même histoire, la Totenkopf s'était notamment largement fait étriller à nettoyer les positions de la ligne Staline.

    L'abandon de Leningrad par ton adversaire est-il une erreur ou dans cette simulation, c'est une position intenable?
    Dans le cas n°2, à quoi est-ce du? manque de simulation du redressement du moral des troupes quand elles sont dos à des objectifs emblématique? Pas de simulation du ravitaillement de Leningrad par le Ladoga?
    Par ailleurs, abandonner Leningrad, dans la vraie vie, c'est abandonner une flotte de sous-marins conséquente et de nombreuses autres unités navales, cela a un coût en PV dans le jeu?

  6. #26
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Localisation
    Toussus le Noble
    Messages
    3 623
    Je laisse Yves répondre au sous marinier .

    Dommage que tes blindés soient groupés au centre; ça n'aide pas pour réaliser des encerclements.
    Tu peux cependant espérer prendre Moscou car on dirait qu'il n'y a pas de second rideau ni de positions défensives préparées.

    Il vaudrait même mieux faire mal au centre parce qu'au sud, il gère et je sais d'expérience que les blindés du GAS ont du mal à être décisifs: soit on les utilise en une force, et le Russe peut glisser comme une savonnette: soit on les scinde et ils ont du mal devant la masse de Russes.
    Quant aux alliés de l'Axe; la meilleure utilisation c'est en tant qu'appât pour inciter le Russe à attaquer; et ainsi détruire les armées sortant de Crimée (toute ressemblance avec une partie déjà jouée n'est pas fortuite)
    Cependant, il va certainement devoir affaiblir le sud vu la crise au centre et les saignées effectuées...

    Bref, les prochains tours promettent d'être intéressants.
    "Les ponts qui sautent? Ca dépend à quel hexagone est rattaché le pont..."

    Arnaud featuring "Madiran" le 11/06/08

  7. #27
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 766
    Citation Envoyé par kretschmer Voir le message
    L'abandon de Leningrad par ton adversaire est-il une erreur ou dans cette simulation, c'est une position intenable?
    Dans le cas n°2, à quoi est-ce du? manque de simulation du redressement du moral des troupes quand elles sont dos à des objectifs emblématique? Pas de simulation du ravitaillement de Leningrad par le Ladoga?
    Par ailleurs, abandonner Leningrad, dans la vraie vie, c'est abandonner une flotte de sous-marins conséquente et de nombreuses autres unités navales, cela a un coût en PV dans le jeu?
    Je crois que de l'avis général, le cas n°2 s'applique. C'est compliqué de tenir à la fois la ville et défendre sur le Volkhov, sans se faire contourner par le sud du lac Ilmen. Il faut voir aussi que le jeu autorise l'Allemand à mettre le paquet sur Leningrad et à être moins prudent dans son avance que dans la réalité historique, autrement dit à mieux concentrer son fer de lance. En tout cas, je n'ai jamais réussi à faire mieux que Dirtyharry en jouant le Russe.
    Pour la perte de la flotte de la Baltique, il faudrait suggérer aux concepteurs un coût en PV, pourquoi pas?

  8. #28
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 766
    Citation Envoyé par sval06 Voir le message
    Quant aux alliés de l'Axe; la meilleure utilisation c'est en tant qu'appât pour inciter le Russe à attaquer; et ainsi détruire les armées sortant de Crimée (toute ressemblance avec une partie déjà jouée n'est pas fortuite)
    Faut vraiment être une bille pour se faire avoir comme çà . C'était qui ton adversaire?

  9. #29
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 766
    Du 18 au 24 septembre 1941 :

    Dans le secteur du GAN, les Soviétiques, après leur retrait du Volkhov, tentent d'appuyer leur défense sur les rivières Oyat, Chagodoscha, Syas et Msta. Ce faisant, leurs positions forment un saillant enfoncé dans les lignes allemandes, ce qui pourrait présenter une opportunité intéressante. Pour cette raison, le Panzergruppe 4 vient se placer au sud du saillant, aux environs de Valdai. Ses mouvements sont couverts par l'avance de la 18ème Armée qui vient se placer sur la rive gauche de la Msta.

    Devant la menace qui pèse sur leurs arrières, les défenseurs de Rzhev évacuent la place et se retirent vers Torzhok et Kalinine. La ville abandonnée est aussitôt occupée par la 15ème ID. Un peu plus loin sur la route de Moscou, les blindés de Hoth et de Guderian font les pleins autour de Shakhovskaya, en attedant de pouvoir foncer vers la capitale. À partir de Vyazma, les unités de la 9ème Armée avancent également vers les lignes soviétiques et atteignent Borodino.



    La 4ème Armée avance vers Orel et entame les combats aux abords de Koursk. Pour le moment, les Soviétiques se défendent vigoureusement et empêchent le franchissement de la Seym par le IXème Corps au sud de la ville et de la Tuskar par le VIIème Corps au nord.

    Les XXXXIVème et LVème Corps de la 6ème Armée se taillent un passage vers Bielgorod et parviennent devant la ville dans laquelle se sont fortement retranchées deux divisions de fusiliers et une brigade blindée soviétiques. Le XXIXème Corps est bloqué à 15 km de Kharkov.

    Alors que le Panzergruppe 1 effectue une pause bienvenue sur les rives de la Vorskla, les 11ème et 17ème Armées sur la rive gauche du Dniepr, les 3ème et 4ème Armées roumaines et le CSIR sur la rive droite avancent vers l'est pour retrouver le contact avec l'ennemi. Le IIIème Corps roumain s'empare au passage de Krivoi Rog qui n'a pas été défendue.









  10. #30
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 766
    Du 25 septembre au 1er octobre 1941 :

    Sur la Syas, les Finlandais tentent de percer les défenses soviétiques. Ils s'emparent de Tikhvin après avoir bousculé deux brigades de fusiliers mais butent ensuite sur la 9ème brigade, qui parvient à s'accrocher du bout des ongles à la zone marécageuse qu'elle est chargée de défendre. Sur la Msta, les Ier et Lème Corps de la 18ème Armée repoussent la 202ème division de fusiliers mais ne peuvent prendre pied durablement sur la rive droite. Sur leurs arrières, les blindés du Panzergruppe 4 gagnent leurs positions de départ pour l'assaut prévu d'ici quelques jours.



    À 80 km à l'ouest de Moscou, les Panzergruppen 2 et 3, à nouveau bourrés de munitions et de carburant, se lancent dans une attaque en trident. Sur la route entre Vyazma et Kaluga, les VIIIème et XXème Corps de la 9ème Armée emportent la première ligne de défense soviétique qu'occupaient la 245ème division de fusiliers et la 11ème brigade blindée. L'appui aérien est massif, avec dans les airs pas moins de 330 appareils des IIème et VIIIème Fliegerkorps. Le XIIème Corps d'infanterie, rattaché au groupe blindé de Guderian, attaque ensuite la deuxième ligne ennemie mais se heurte à une résistance farouche de la 245ème fusiliers qui s'est en partie récupérée. Cette dernière ayant fini par céder, la 10ème PzD et le régiment GrossDeutschland sont lancés dans la brèche et étrillent à leur tour la malheureuse 245ème fusiliers à bout de forces.

    À 30 km plus au nord, à Borodino, ce sont les XXIIIème et XXXXIIème Corps qui entament les défenses soviétiques avant que l'ensemble du XXXXVIIème PzK ne s'engouffre dans la brèche, la 17ème PzD et la 10ème motorisée poussant au-delà de Mozhaysk. La jonction avec les éléments du XXXXVIème PzK permet de pièger 4 divisions de fusiliers et 2 brigades blindées.

    Le troisième point d'application est Volokolamsk avec un premier assaut du Vème Corps d'infanterie, rattaché au Panzergruppe 3. C'est le XIVème PzK « prêté » par Guderian qui avance sur 30 km mais doit obliquer à droite avant Istra, à cause de la vive résistance de deux divisions de fusiliers. Les blindés de Hoth prennent ensuite le relais pour avancer jusqu'à Zvenigorod et Kubinka et bouclent un autre encerclement de 7 divisions de fusiliers. La 19ème PzD se retrouve même en terrain libre dans les faubourgs de l'ouest de Moscou où elle ne rencontre aucune résistance. Malheureusement, aucune autre unité du LVIIème PzK n'a pu prendre sa roue et, devant le risque de voir l'unité isolée, Kuntzen, après en avoir référé à Hoth, donne l'ordre d'un repli en dehors de la ville. Les tankistes allemands sont dépités par l'ordre reçu, estimant que l'occasion de s'établir dans Moscou ne se représentera peut-être pas une autre fois.



    Devant Koursk, Bielgorod et Kharkov, c'est le statu quo, avec des combats féroces aux environs de chacune des villes, mais sans grande possibilité de manœuvre, ce qui facilite la défense des Soviétiques.


    En revanche, au sud de Kharkov, aux sources de l'Orel, le IVème Corps de la 9ème Armée perce les défenses ennemies, ce qui permet à Kleist de lancer ses blindés en terrain libre vers le sud. Ces derniers franchissent la Samara puis la Volchya et bifurquent ensuite vers l'ouest et le Dniepr, qui est franchi par la 13ème PzD. La poche qui s'est formée n'est pas étanche, mais place dans une situation difficile les unités soviétiques en position entre le Dniepr et la rivière Orel. Il semble par ailleurs difficile aux Soviétiques de se maintenir sur le Dniepr entre Zaporozhye et la Mer noire, ce qui devrait les conduire à rétrograder vers la Crimée et l'est de l'Ukraine.











Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages