Warning: Illegal string offset 'name' in [path]/includes/functions.php on line 6112
Wite - à l'est rien de bien nouveau
+ Répondre à la discussion
Page 7 sur 8
PremièrePremière ... 5 6 7 8 DernièreDernière
Affichage des résultats 61 à 70 sur 80
  1. #61
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 770
    Citation Envoyé par Chef Chaudard Voir le message
    Je n'en reviens pas de voir comment tu as survécu au premier hiver !
    Quel est ton secret, grand mage ?
    Euh j'étais un peu le premier surpris , même si nous jouons avec le "reduced blizzard effects". Mes recettes sont on ne peut plus traditionnelles : raccourcissement du front, blindés et motorisés en première ligne sur les points chauds, prévisions de recul avec conservation de l'alignement, lâcher autant de terrain qu'il est nécessaire, éviter quand c'est possible de rester au contact...
    Je n'ai même pas eu besoin de reculer, johnny m'ayant laissé tranquille en décembre ; quelques secousses en janvier mais rien de méchant. Etait-il trop affaibli par la campagne d'été ; il n'y a que lui qui peut répondre.

  2. #62
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 770
    Du 12 au 18 mars 1942 :

    Halder est remplacé par Rundstedt à la tête de l'OKH.

    La situation évolue favorablement pour les Allemands en cette fin d'hiver. En effet, les préalables au lancement de l'offensive d'été sont sur le point d'être atteints, même si les Soviétiques s'accrochent encore bec et ongles dans certains secteurs.

    L'affaire de Kalinine est réglée. 2 divisions et une brigade de fusiliers isolés à l'ouest de la ville se rendent à la 16ème Armée. D'autres unités de Busch finissent de dégager la rive occidentale de la Lama. La Wehrmacht peut ainsi faire peser la menace d'un assaut vers Moscou par le nord.

    Tula est également très menacée par la 2ème PzArmee. Les XXXXVIème et XXXXVIIème PzK s'apprêtent à donner l'assaut à la ville alors que le XXIVème PzK commence à la contourner par le sud-est.



    Devant la menace du contournement de son complexe urbain et des troupes qui le défendent, les Soviétiques ont choisi d'évacuer Stalino qui a été facilement emportée par le XXXXIXème Corps de montagne, celui-ci s'étant débarrassé de la région fortifiée qui défendait la ville. Pendant ce temps, les IIIème et XXXXème PzK poursuivent leurs attaques à l'est de Makeevka et Gorlovka, pour obliger les Soviétiques à lâcher définitivement le contrôle des agglomérations.











  3. #63
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 770
    Du 19 au 25 mars 1942 :

    Devant le danger de contournement de la ville par la 2ème PzArmee, les Soviétiques évacuent Tula, la laissant aux bons soins de la seule 4ème région fortifiée. Ne voulant rien laisser au hasard, Guderian lance à l'attaque des ruines de la cité le XXIVème PzK de Schweppenburg et le XXXXVIème de Vietinghoff. La résistance ennemie s'affaiblit rapidement devant ce déploiement de forces et 1800 fusiliers soviétiques sont capturés. La prise de Tula signe la fin de la campagne d'hiver au niveau du Groupe d'Armées Centre.



    Dans le sud, l'ennemi a également évacué Makeevka dont le XXXXIXème Corps de montagne s'empare facilement. Pendant ce temps, les IIIème et XXXXème PzK éparpillent les unités soviétiques à l'est de la ville, préparant ainsi la prise de Gorlovka qui, après la chute de Stalino puis de Makeevka, reste seule aux mains de l'ennemi. Les Corps de cavalerie soviétiques nouvellement constitués font un dur apprentissage, le 3ème étant ainsi mis en déroute par les blindés de Mackensen et Stumme.











  4. #64
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 770
    Du 26 mars au 1er avril 1942 :

    Alors que les températures se radoucissent nettement, le Groupe d'Armées Sud jette ses derniers feux avant l'arrivée de la boue. Le XXXXIXème Corps de montagne continue de nettoyer la rive gauche de la rivière Torets : une division de fusiliers et une brigade blindée sont rejetées sur l'autre rive.

    La 1ère PzArmee mène toujours la vie dure aux troupes soviétiques au sud-est de Gorlovka. Cette fois, c'est le 15ème Corps de cavalerie qui part en déroute face aux blindés de Kleist. En revanche, Gorlovka demeure aux mains des Soviétiques, bien défendue par les 295ème et 309ème divisions de fusiliers. Le commandant du Groupe d'Armées Sud, Albert Kesselring, doit reconnaître qu'il n'a pu s'emparer du dernier objectif de la campagne d'hiver.



    Aux Groupes d'Armées Nord et Centre, les unités blindées et motorisées ont déjà été mises au repos en vue de la prochaine offensive d'été. L'ensemble du front est assez calme, les Soviétiques semblant consolider leurs positions défensives.









  5. #65
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 770
    Du 2 avril au 6 mai 1942 :

    Le dégel du printemps ouvre une longue période durant laquelle la boue immobilisera hommes et matériels. C'est le moment pour les unités de l'Axe de reconstituer leurs dotations. Les unités blindées et motorisées sont toutes retirées des premières lignes et expédiées à l'arrière.

    Les effectifs des forces allemandes augmentent de 43 000 soldats, 300 canons, 340 chars et 120 avions. En parallèle, les forces soviétiques profitent également de cette pause avec 240 000 soldats, 1 800 canons, 280 avions mais seulement 80 chars en plus.









    Les Soviétiques continuent de muscler leurs unités : désormais 5 Corps blindés et 4 de cavalerie sont présents en première ligne, sans parler d'autres unités du même type en position dans la profondeur.

    L'offensive d'été devra tenir compte de ces modifications. L'option de Moscou est rapidement abandonnée, les défenses ayant été largement renforcées autour de la capitale. En outre, les possibilités de manœuvre y sont trop limitées.

    Une offensive dans la boucle du Don et vers Rostov est sans doute trop téléphonée. Les Soviétiques ont d'ailleurs massé le long de la Mer noire une bonne partie de leurs Corps nouvellement constitués.

    La conclusion est que la partie « faible » des défenses ennemies se situe au sud de l'Oka, dans la direction générale de Tambov. L'axe principal d'attaque se situera donc dans ce secteur. Il s'agira de forcer le passage entre Ryazan et Voronezh, puis d'avancer vers l'est en utilisant l'Oka et le Don pour sécuriser les flancs. Les 2ème, 3ème et 4ème Armées blindées seront engagées dans la bataille, ce qui signifie une petite prise de risque avec la disparition de toutes les forces mobiles allemandes au nord de Kaluga. La 9ème Armée s'échelonnera le long de l'Oka à gauche, la 6ème sur le Don à droite. La 4ème Armée, à laquelle seront attribués tous les renforts d'infanterie, suivra les blindés pour détruire les unités soviétiques encerclées. La 1ère PzArmee sera tenue dans un premier temps en réserve du côté de Stalino, charge pour elle de faire sauter rapidement le verrou de Gorlovka.

    Si le plan a l'avantage de la surprise, il a aussi un inconvénient majeur : aucun objectif d'importance n'est clairement défini. Il s'agit dans un premier temps d'éliminer par encerclements le maximum d'unités soviétiques et ensuite, si la progression est satisfaisante, de s'emparer de Stalingrad en longeant la rive gauche du Don et de faire planer une menace sur les grands centres industriels soviétiques de Gorky, Kazan ou Kuybyshev.



  6. #66
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 770
    Du 7 au 13 mai 1942 :

    L'offensive d'été de 1942 débute de manière satisfaisante, l'OKH étant loin d'avoir fait donner toutes ses forces dans la bataille. En effet, les 3ème et 4ème PzArmeen restent pour le moment au repos, en attendant d'être engagées, sans doute au mois de juin.

    Au nord de Moscou, il s'agit de donner le change à l'ennemi dans un secteur où aucune action d'envergure n'est prévue. Au nord-est de Vyshny Volochek, le Ier Corps avance de 15km après avoir repoussé la 407ème division de fusiliers.

    Devant Moscou, la 2ème Armée lance quelques coups de sonde :
    Au nord-ouest d'Istra, le XXXIVème Corps contraint au recul le 12ème Corps blindé et met en déroute la 207ème fusiliers.
    À Kubinka, ce sont deux divisions de fusiliers qui doivent céder face à 4 ID des XXXVème et LIXème Corps.
    Dans les deux cas, l'avance allemande n'excède pas 15 km.

    Au nord de Tula, le XIIème Corps (9ème Armée) avance également de 15 km.

    Les choses plus sérieuses se déroulent au sud de Tula. Entre la Mecha et la Sosna, après un travail initial de la 4ème Armée qui parvient à percer les lignes soviétiques devant Krasnoe, les 3 PzK de la 2ème PzArmee se ruent dans la brèche et foncent vers le nord-est pour atteindre le cours du Don à hauteur d'Uzlovaya, où la Das Reich et les 3ème et 10ème PzD dispersent quelques brigades de fusiliers placées là en second rideau. Plus à l'ouest, la 9ème Armée ne peut avancer que de 15 km, ce qui ne permet pas de boucler l'encerclement qui aurait permis de piéger une quinzaine d'unités soviétiques.



    Dans le sud du front, le GAS de Kesselring rencontre plus de succès. Plutôt que de s'acharner à prendre Gorlovka, la 1ére PzArmee, enfonce les défenses soviétiques sur la rivière Kalmius et poursuivent leur avance vers la baie de Taganrog dont les 2ème et 5ème PzD atteignent le rivage dans le dos des défenseurs du Kalmius. Kleist a dû engager 3 de ses 4 PzK pour obtenir ce succès tactique qui piège plus de 15 unités soviétiques dont au moins un Corps de cavalerie.



    En Crimée, l'Axe s'est placé sur la défensive, les Roumains étant chrgés d'empêcher les Soviétiques de déboucher de la péninsule.








    Dernière modification par Yves ; 14/01/2017 à 11h26.

  7. #67
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 770
    Du 14 au 27 mai 1942 :

    Les fortes pluies de printemps alternant avec des accalmies, la Wehrmacht profite de ces dernières pour avancer et poser les préliminaires à sa grande offensive d'été.

    Dans le nord du front, les Finlandais et les 16ème et 18ème Armées s'en tiennent à une stricte défensive.
    La 2ème Armée tente d'avancer en direction de Moscou dont elle n'est plus distante que de 30km. À Kubinka, les XXXVème et LIXème Corps bousculent le 11ème Corps blindé et 2 divisions de fusiliers. L'absence d'éléments blindés empêche Weichs de pousser plus loin son avantage, même s'il maintient une menace importante sur la capitale soviétique.



    À l'est de Tula, la 2ème PzArmee parvient à boucler l'encerclement avorté deux semaines auparavant. Le XXIIIème Corps (9ème Armée) rejoint le XXXXVIIème PzK sur l'Ula, à hauteur de Torkhovo. 5 divisions et 2 brigades de fusiliers sont encerclées en compagnie du 27ème Corps blindé. Un des objectifs de l'offensive est de détruire un maximum de ces Corps récemment constitués pour empêcher l'Armée rouge de reprendre des forces.

    Dans le même temps, l'action conjuguée des 3 PzK de Guderian contraint les Soviétiques à un recul désordonné vers l'est, entre le Don et la Pronya, après la destruction de leur première ligne de défense. Pour le moment, les troupes soviétiques en position au nord-est de Tula n'ont pas bougé alors qu'au sud-est tout le monde reflue déjà vers Lipetsk et Voronezh avec aux trousses les 4ème et 6ème Armées qui ont embrayé dans la foulée des panzers.

    Dans le sud du front, après un crochet droit qui a isolé quelques dizaines de milliers de soldats soviétiques le long de la baie de Taganrog, la1ère PzArmee donne un violent coup de barre vers la gauche qui lui permet de contourner enfin l'obstacle de Gorlovka et d'encercler de surcroît 10 divisions de fusiliers.

    Dans la poche fermée deux semaines plus tôt, la 11ème Armée, chargée de sa réduction, constate avec satisfaction la présence du 24ème Corps blindé et de ses 70 chars qui, avec plusieurs divisions de fusiliers, met bas les armes

    N'ayant plus beaucoup d'obstacles sur lesquels s'appuyer, les défenses soviétiques semblent bien minces avec derrière elles les vastes espaces de la boucle du Don. Seule la route de Rostov semble encore bien protégée, avec le Mius et une forte concentration de troupes dans ce secteur.









  8. #68
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 770
    Du 28 mai au 17 juin 1942 :

    Après deux semaines de pluies diluviennes qui ont stoppé les opérations mais permis de refaire les niveaux, la Wehrmacht et les troupes alliées reprennent leur avance vers l'est.

    Au sud de Tula, la 9ème Armée enregistre la reddition de 6 divisions et 2 brigades de fusiliers et du 27ème Corps blindé. Les Soviétiques se sont largement repliés vers l'est tout en échelonnant leurs unités le long de l'Oka pour empêcher toute remontée des Allemands vers le nord et Moscou.

    Dans la direction de l'est, une nouvelle ligne de défense s'appuie sur les cours des rivières Pronya et Voronezh. Guderian lance le 12 juin ses blindés dans une opération de double enveloppement, d'une part au confluent entre Oka et Pronya, d'autre part aux sources de la Voronezh. Les XXIVème, XXXXVIème et XXXXVIIème PzK, largement ravitaillés les jours précédents, participent à cette attaque qui isole 4 divisions de fusiliers et 2 Corps blindés.

    Les Soviétiques tentent maintenant d'ancrer leur défense sur la Para et la Voronezh et de barrer la route de Tambov. Sur la droite de la 2ème PzArmee, la 6ème Armée arrive devant Lipetsk et Voronezh que les Soviétiques n'ont apparemment pas l'intention de défendre à tout prix.



    Au sud de Voronezh, c'est le vide complet. L'ennemi s'est évaporé, se retirant derrière le Don entre Voronezh et Boguchar, vers l'intérieur de la boucle du Don et encore plus au sud vers Voroshilovgrad et Rostov. Autour de Stalino, les panzers de Kleist, en attendant d'être redéployés, éliminent avec les 11ème et 17ème Armées 12 divisions et 2 brigades de fusiliers précédemment encerclées.









  9. #69
    Date d'inscription
    avril 2012
    Localisation
    A Vesoul, bien sûr !
    Messages
    226
    Johnny est prudent, et n'hésite pas à reculer quand il se voit menacé. Tu as l'air de perforer au centre, mais il n'y a guère d'objectifs intéressants dans cette zone (en particulier pas de ressources pétrolières pour remplir les réservoirs des panzers)...
    Tu penses repiquer vers le nord (Moscou) ?
    Comprenez, une supposition que les Allemands reculent...Crac ! On est là !
    - Pour les empêcher de reculer ?
    - Non pour euh.......la t'naille, quoi.

  10. #70
    Date d'inscription
    janvier 1970
    Messages
    2 770
    Citation Envoyé par Chef Chaudard Voir le message
    Johnny est prudent, et n'hésite pas à reculer quand il se voit menacé. Tu as l'air de perforer au centre, mais il n'y a guère d'objectifs intéressants dans cette zone (en particulier pas de ressources pétrolières pour remplir les réservoirs des panzers)...
    Tu penses repiquer vers le nord (Moscou) ?
    Ben Johnny n'est pas encore assez prudent justement . Bon, j'exagère un peu ; il a fini par reculer, mais en y laissant une vingtaine de divisions (çà c'est pas très grave ) mais surtout 3 Corps blindés et au moins un de cavalerie... et nous ne sommes que début juin. Or, ce sont ces nouvelles unités, d'un coût élevé, qui doivent former l'ossature de la nouvelle Armée rouge et lui permettre de reprendre l'initiative. Donc plus je lui en détruis, plus tard il repartira vers l'ouest. Je n'ai aucun objectif territorial et la victoire automatique étant hors de portée, il s'agit de retarder le plus longtemps possible la renaissance de son armée.

Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages